The Pioneer, étape finale + VIDEO

The Pioneer 2018, jour 6/étape 5 : Bannockburn – Queenstown, 86km/2946m de D+

Voilà déjà le dernier jour de course sur cette 3ème édition de la Pioneer, mais ce sera tout sauf une promenade de santé. 86 km pour quasiment 3000m de D+ annoncé avec passage au point haut de la semaine, le Mont Michael à 1350m d’altitude.

Par Jeff Bossler – Photos : TBS Photography/The Pioneer

Les sacs sont rangés, nous plions nos affaires une dernière fois afin de rejoindre le point de départ au bord du lac Wakatipu. Et si la plupart des dernières étapes de semaine de course Epic sont une formalité, celle ci va finir de nous achever !
Après un départ sur route en descente où tout le monde prend son temps pour terminer l’échauffement, nous quittons au bout de 10 km le Kawaru River track qui nous convenait très bien il faut dire. Et c’est parti pour 13km et 1100m de + sans répit ! L’orage de la veille aura transformé la dernière partie d’ascension (environ 5km) bien grasse et collante, il nous faudra 1H40 pour enfin passer le sommet et le premier ravitaillement qui était au bon endroit cette fois ci. La récompense du jour sera la vue au sommet sur des vallées sauvages où la présence humaine n’a laissé aucune trace. Une fois le col franchi, changement de paysage avec la fin des alpages à moutons pour des pentes où un géant a planté de gros cailloux verticalement. Encore une fois, un décor de cinéma ! 
Les 8 premiers km de descente seront techniques et agréables, malheureusement nous rejoindrons encore une piste 4X4 pour finir celle ci à haute vitesse, même pas 20 minutes de descente au total. Second ravito, on ne s’arrête même pas, nos bidons sont pleins avec ce ravito précédent 15 km derrière nous au sommet. Bon, ce sera une petite erreur car le suivant est quasiment 30km plus loin et nous l’atteindrons à sec.

Sur le profil, il ne restait que 2 petites bosses, sur le profil… En fait on reprend quasiment 500m de D+ à chaque fois sur des chemins oubliés. Une herbe haute et humide, des trous de boue cachés et des traversées de ruisseau vont transformer cette dizaine de kilomètres en gros chantier qui vont nous prendre un bon moment. Dernière descente à l’aveugle toujours dans les hautes herbes pour atteindre les bords de la rivière Meg où nous attend la « surprise » du jour. Tapis de chronométrage qui arrête le temps de course et un jet boat qui vient nous chercher par paquet de 8 coureurs à la fois pour traverser la rivière, 5 minutes à 45km/h sur l’eau avec nos vélos ! Beaucoup trop court d’ailleurs, nous serions bien allés jusqu’à la ligne d’arrivée. Débarquement, retapis chrono et portage pour remonter au sommet des gorges et rallier les pistes gravel de la vallée de Gibbston, et enfin le Queenstown trail pour en tout 38km de long bout droit afin de d’être finisher de cette Pioneer. Impératif de temporiser un peu et d’attendre un bon groupe de « roodies » afin de rester bien à l’abri dans les roues, une bonne heure à suivre pour enfin finir cette étape interminable.

The Pioneer restera une course mémorable avec la chance d’avoir pu rouler en Nouvelle Zélande et de visiter ce pays pour la première fois. Sur les 3 premiers jours de course le parcours aura été fabuleux, le soufflé sera ensuite retombé dès le 4ème jour et surtout le 5ème avec une étape abominable, indigestion de pistes toute la journée et descentes à haute vitesse dangereuses et sans intérêt sinon de battre des records de vitesse. Côté vie de camp, la toile de tente par coureur est suffisamment spacieuse, mais il est nécessaire d’avoir son matelas de trekking avec. Le sac de transport fourni est un 110 litres normalement suffisant pour 4 jours d’affaires mais il faut justement pouvoir y caser un matelas et un sac de couchage résistant aux nuits fraiches proches des 5°C. Les repas, petits déjeuners et diners sont qualitatifs et consistants, par contre la collation d’arrivée d’étape est ridicule : un cookie et une orange, ou un donught et une pomme, accompagné d’un verre de boisson protéinée. Il est nécessaire d’acheter son déjeuner chaque jour auprès des vendeurs de pizzas et hamburgers situés autour du camp. Nous avions pris l’option massage aussi et ce fut parfait ; réalisés par des professionnels ils nous ont permis de récupérer pleinement grâce à ces 30 minutes journalières très appréciées. Mauvais point pour la lessive, nous avons récupéré nos affaires presque aussi sales et sentant plus mauvais qu’après l’étape, second lavage de l’ensemble à Queenstown le jour même de l’arrivée pour essayer de sauver certains maillots blancs. 

Cette Pioneer va donc nous laisser un petit gout d’inachevé. La Nouvelle Zélande est un terrain de jeu fabuleux et nous en aurons pris plein les yeux au niveau paysages, ainsi que sur les parcours autour de Queenstown et d’Alexandra. D’un autre côté l’organisation n’est pas encore au niveau de son ainée la Cape Epic, beaucoup de détails semblent avoir été un peu négligés, les camps et les repas obligatoires ont bénéficié d’une grosse attention, d’autres points sont clairement à améliorer. Nous pouvons paraître pointilleux, cependant après plus de 10 années à participer aux courses VTT sur tous les continents, il nous est à présent possible de les comparer entre elles. Le tarif d‘inscription frôle les 4000€ pour 6 journées de course, sachant que seules 4 nuits (et les repas) sont inclus (le prologue et la 1ère étape sont à Queenstown, il faut avoir son propre hébergement sur place) soit 670€/jour, à comparer à la Cape Epic 2019 et ses 8 jours de course représentant 638€/jour au cours actuel du dollar. Et pour pousser la comparaison avec un événement certes local dans notre belle France, l’Alps Epic propose toujours à nos yeux un rapport qualité/prix exceptionnel avec 6 jours de course pour 2000€ avec 3 vrais repas par jour soit la moitié des autres courses « EPIC » ci dessus, et sans billet d’avion.
Au final, nous ne saurions que trop vous conseiller de combiner la Pioneer durant de longues vacances pour explorer la Nouvelle Zélande. La première semaine sur Queenstown pour l’événement puis ensuite la location d’un  camping car et un road trip à travers l’île du sud rentabilisera grandement le déplacement pour gouter aux contrastes de l’île au long nuage blanc. Nous vous souhaitons de belles fêtes de fin d’année et espérons vous retrouver en 2019. Roulez En Paix !

Résultats complets et infos : www.thepioneer.co.nz

Voir aussi : 
The Pioneer, étape 4, pas spécialement fun !
– The Pioneer, étape 3, la transition + VIDEO
– The Pioneer, étape 2 + VIDEO, Queenstage !
– The Pioneer, étape 1 + VIDEO
– The Pioneer, les routiers prennent le contrôle ! + VIDEO
– The Pioneer, départ imminent ! Programme de la semaine
– Bike Check Niner RKT 9 RDO de Fanny Bourdon

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VeloChannel sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.