The Pioneer, étape 4, pas spécialement fun !

The Pioneer 2018, jour 5/étape 4 : Bannockburn – Bannockburn, 70km/3563m de D+

4ème étape de la Pioneer, orgie de dénivelé positif au programme, mais pas de singles…

Par Jeff Bossler – Photos : TBS Photography/The Pioneer

Allons droit au but, cette étape de 70 km pour plus de 3500m de D+ annoncés ne restera pas dans nos mémoires… Déjà le parcours, la première boucle de 20km est la fin de l’étape de la veille dans l’autre sens. C’est du déjà vu, et de la piste roulante en sus. Nous passerons le premier ravitaillement au km 24 en une heure pile sans nous arrêter, il ne fait pas trop chaud et il a plu les premiers kilomètres du départ, ça sera les seules gouttes que nous aurons. Cependant les organisateurs nous ont imposé depuis la veille de partir avec un cuissard long, un sous vêtement thermique et une veste « waterproof» à capuche (si si vous avez bien lu : capuche…) en plus de l’équipement obligatoire journalier : trousse de survie, sifflet, trousse mécanique, un coupe vent et un bonnet en laine merinos (ne pas essayer de leur présenter votre bonnet cycliste habituel en synthétique il sera refusé, ça fait vendre leur laine locale…). Autant vous dire que nos deux sacs à dos sont pleins à craquer et qu’on a tous l’impression d’emmener notre parachute (ou notre maison) ! Cela permettra à tout ce matériel de se promener un peu sur l’étape la plus difficile en dénivelé, toujours bien de rajouter un peu de difficulté sur nos épaules… Tous les sites météo consultés n’indiquaient pas de pluie avant 15H00, en partant à 8H00 avec maxi 5 heures de course, c’était bouclé. Bref, passons, le kiwi est intransigeant et il veut justifier tout ce matériel obligatoire qu’il a fait acheter à une bonne partie des participants le samedi des inscriptions…

Revenons à la course, nous entamons la montée de 1000m de D+ en 10km sur le Carricktown Trail, une ancienne ville minière devenue fantôme avec quelques ruines que nous passerons à mi-pente. C’est à cet endroit que l’on nous annonçait le 2ème ravitaillement au km 34,5. Que nenni mon ami, il se trouvera 4km plus loin au sommet. Nous avions anticipé ce détail déjà sur les premières étapes, les ravitaillements étant disposés de façon folklorique. Alors OK de faire partir tout le monde avec sa Goretex, les derniers en auront surement besoin puisque pendant que j’écris l’orage s’abat sur la dernière montagne que nous avons traversé, mais si on nous demande l’excellence dans l’équipement, il serait judicieux de placer les ravitaillements aux endroits indiqués sur le profil et au briefing, car pour ces mêmes derniers, 4km de montée à 10% c’est juste 45min et une bonne hypoglycémie ou déshydratation sans anticipation… Idem pour le 3ème ravitaillement, annoncé juste après le dernier sommet au km 56, il sera tout en bas de la descente au km 66. Pas cool…


Pour finir de vous narrer cette étape, après le sommet de Carricktown, c’est descente à fond sur piste, remontée 200m de D+, redescente tout schuss sur piste, remontée de 400m D+ jusqu’au sommet du Mont Difficulty, et bam, descente plein gaz sur piste, 82km/h de vitesse de pointe, fumage de plaquettes à chaque gros virage et franchement c’est dangereux et sans intérêt. Après avoir monté avec beaucoup d’effort des chemins de moutons pendant plus d’une heure, on espérait un peu mieux en termes de parcours genre un bon singletrack jouissif. Nous y aurons droit pendant 3km à tournicoter dans d’anciennes carrières avant de rentrer au camp par 5km de route, on aurait pu y aller direct afin de parachever cette superbe étape d’anthologie. Vous l’aurez compris c’était probablement la pire étape – sur ce format de courses – de ma vie ! Au mieux, elle fait podium avec une du Transalp 2014 ou encore la Brasilride 2011…

Si les 3 premières journées de cette Pioneer ont été excellentes, l’étape de transition de la veille annonçait un peu la couleur avec beaucoup de piste mais les paysages étaient sympas et les secteurs roulants finalement pas si nombreux et souvent bien cassants. Ce jeudi, c’était tout pour le physique, des ascensions répétées vers les sommets à redescendre de suite à chaque fois, point. Des paysages néanmoins toujours grandioses, pas vu de Hobbit par contre. Le seul point positif que nous retiendrons, c’est qu’en réel il n’y avait « que » 2700m de dénivelé positif. Bref même cette donnée, ils n’arrivent pas à l’avoir juste, un peu comme si personne n’avait roulé l’étape avant…

Vendredi nous rentrons sur Queenstown, 86km et quasi 3000m D+ annoncés. La bataille fait rage chez les Elites femmes et en Mixte avec des équipes qui se tiennent en 5 minutes. Ce sont les 2 seules catégories comportant encore du suspense, les autres classements sont figés sauf cataclysme.

Résultats complets : https://epic-series.app/pioneer/results

Voir aussi : 
The Pioneer, étape 3, la transition + VIDEO
– The Pioneer, étape 2 + VIDEO, Queenstage !
– The Pioneer, étape 1 + VIDEO
– The Pioneer, les routiers prennent le contrôle ! + VIDEO
– The Pioneer, départ imminent ! Programme de la semaine
– Bike Check Niner RKT 9 RDO de Fanny Bourdon

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VeloChannel sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.