Présentation et essai du nouveau CANNONDALE Synapse

Succès annoncé

Bien qu’esthétiquement proche du modèle précédent, le nouveau Synapse est revu en profondeur pour 2018. Uniquement proposée avec un freinage à disque, la version Hi-Mod met pourtant l’accent sur l’amélioration des performances et surtout sur une tenue de route diabolique. Le confort est bien entendu toujours au programme, comme nous avons pu le constater lors de nos premiers essais sur les bords du lac de Côme en Italie.

Photos : Gruber images – DR

La gamme route Cannondale s’articule autour de plusieurs familles, dont on peut aisément deviner les objectifs respectifs : Tandem, Touring, Triathlon, Piste, Cyclo-Cross, Gravel, Compétition route (avec les CAAD 12 et Super Six Evo) et enfin Endurance avec le fameux Synapse – qui voit ici sa cinquième évolution depuis 2002 -, sans oublier à chaque fois des modèles spécifiques pour les femmes. Le Synapse 2018 compte 13 modèles (dont trois pour femmes, avec des accessoires adaptés), avec quatre vélos montés autour du cadre en fibres de carbone Hi-Mod, Ce cadre est un plus léger et un peu plus rigide que le Synapse Carbon. Il s’en distingue visuellement par le pont laissé au niveau de la jonction entre le tube de selle et la boîte de pédalier. On compte aussi deux Synapse typés Gravel, qui viennent chevaucher la famille jusque là composée des SuperX, CaadX et Slate.

L’endurance selon Cannondale

Le Synapse est un vélo orienté vers l’endurance, avec pour but de préserver le confort de position et l’absorption des vibrations. Le concurrent direct du Specialized Roubaix se veut pourtant un peu plus « rapide », puisque Cannondale a fait évoluer quelque peu la géométrie afin de rechercher le meilleur compromis entre posture et aérodynamique. Le nouveau Synapse est ainsi moins compact que la plupart de ses concurrents, avec un tube supérieur légèrement plus long et une douille de direction légèrement moins haute que le modèle précédent, sur toutes les tailles.

Au niveau de la performance pure, la version Hi-Mod progresse également en termes de rigidité latérale et de poids :

  • 220 g de moins sur le cadre et 116 g sur la fourche
  • Asymétrie de la conception (assez visible au niveau de la boîte de pédalier et des fourreaux de fourche) qui rééquilibre les déformations liées au pédalage tout en améliorant la stabilité (+ 9,4 % de rigidité latérale sur l’avant par exemple).
  • Comportement optimisé grâce à une superposition spécifique des couches de carbone sur chaque taille de cadre.
  • Trois diamètres différents de pivot de fourche (selon les tailles).
  • Trois déports de fourche différents, de manière à conserver la même maniabilité et la même stabilité du 44 au 61 (sept tailles au total).
Poids du nouveau Synapse par rapport à ses concurrents.
Rigidité du nouveau Synapse par rapport à ses concurrents.

Concernant le confort passif, le Synapse bénéficie du système Save (une sorte de micro-suspension procurée par la forme des tubes, dessinés pour fléchir très légèrement sous des contraintes longitudinales) ici étendu aux fourreaux de fourche, aux bases et au tube de selle, ainsi qu’à la tige de selle avec un diamètre très fin de 25,4 mm. Les modèles les plus haut de gamme sont équipés d’un nouveau poste de pilotage baptisé SystemBar Save, avec un cintre et une potence pas totalement monocoques, puisqu’on conserve des possibilités de réglages d’inclinaison sur 8°. Ce cockpit est également destiné à amortir les vibrations, grâce à une déflexion longitudinale de 4 à 6 mm. Sur la route, il isole des petits chocs, mais sans que la direction ne soit floue. Notons la possibilité de changer les dimensions du cockpit avec le revendeur, puisque les potences seront disponibles en plusieurs longueurs, et avec un angle de +6 à -6°.

Confort du nouveau Synapse par rapport à ses concurrents.

Intégration nouvelle chez Cannondale

La forme ergonomique et elliptique du cintre apporte une bonne prise en main, notamment avec les mains en haut) et une bonne pénétration dans l’air, tout en intégrant les durites de freins et les câbles de dérailleurs si besoin. Un support intégré sur le cintre permet le montage d’un compteur GPS et d’un éclairage.

Mais ce n’est pas tout. Le boîtier de jonction Di2 se place désormais sur le haut du tube diagonal (comme sur le Pinarello F10 ou le Trek Madone), alors que par ailleurs cet emplacement sert aussi au passage des câbles dans le cas d’un changement de vitesse mécanique.

On note aussi des supports de garde-boue discrets, autour des passages qui peuvent recevoir des roues avec des pneus jusqu’à 32 mm de section. Le Synapse n’est disponible qu’en frein à disque, avec des étriers de type Flat Mount et axes traversants, à l’avant et à l’arrière, une solution différente que celle adoptée sur le Super Six Evo à disque. En revanche, le format de boîte de pédalier reste en BB30a, ce qui impose presque toujours le montage d’un pédalier Hollogram.

Ce nouveau Synapse franchit clairement un nouveau cap au niveau de l’intégration de divers éléments, mais aussi de la technologie pour assurer confort, rendement, et surtout tenue de route comme le vélo que nous avons pu tester sur trois sorties sur les routes sinueuses et escarpées du bord du lac de Côme. Notre version d’essai Synapse Hi-Mod est équipée d’un groupe Sram Red eTap HRD, de roues Cannondale Hollogram de 40 mm et de pneus Vittoria Corsa Competition de 28 mm.

Super descendeur

Ce montage permet au Synapse Hi-Mod de se situer autour de 7,5 kg complet, malgré les disques et les pneus de grosse section (et donc plus lourds). Il se comporte très honorablement sur les longues montées au train, où concentrés sur l’effort à fournir, on oublie les freins qui ne frottent pas dans les étriers, dès lors qu’ils sont parfaitement réglés.

Le cadre transmet bien la puissance et ne flotte pas latéralement, grâce à sa rigidité bien répartie sur toute la longueur du vélo. Mais il faut pour cela gonfler correctement les pneus pour conserver du rendement, car la section ne favorise pas la nervosité. Ce parti-pris est plus adapté à l’adoption d’une allure régulière plutôt qu’à des changements de rythme, puisqu’on sent tout de même une inertie supplémentaire par rapport à un véritable vélo de compétition, équipé de pneus de 23 ou 25, avec des freins à patins. Cela se ressent également sur le plat, avec des relances et des reprises de vitesse de croisière un poil laborieuses. Mais c’est en descente que le Synapse se révèle totalement. Déjà au niveau de l’absorption des vibrations, très bien dosée. Si le Super Six Evo bénéficie d’une fourche très souple longitudinalement qui absorbe mais surprend par rapport au reste du vélo, ici c’est le vélo complet qui absorbe les petites irrégularités de la route, mais avec tellement de cohérence que l’on conserve un contrôle total des trajectoires et de l’adhérence.

Les petits chocs sont amortis, sans perte de feeling avec ce qu’il y a sous les roues. La géométrie est parfaitement réussie, puisqu’elle maintient la stabilité à haute vitesse avec une roue avant qui reste comme sur des rails, tout en permettant de virer très serré au moindre virage en épingle. Le vélo se place au millimètre, et il est possible de prendre de l’angle sans voir l’une des deux roues se dérober, grâce aussi au choix des pneumatiques. Le freinage se montre rassurant, grâce à sa puissance et à ses possibilités de dosage.

Confortable mais sportif, rassurant mais joueur, le nouveau Synapse permet de maintenir de bonnes moyennes tout en accumulant des bornes et du dénivelé. Ainsi équipé, ce n’est pas vraiment un vélo de course (même s’il a été utilisé sur Paris-Roubaix par certains coureurs de l’équipe World Tour Cannondale-Drapac), mais il devrait convenir à la plupart des cyclosportifs ou autres chasseurs de défis hors-norme, d’autant plus que la gamme est très large.

CANNONDALE SYNAPSE

Tarifs : de 2199 à 9999 €

Prix du modèle testé : 7999 €

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

7 commentaires sur “Présentation et essai du nouveau CANNONDALE Synapse”

  1. En gros il faut le prendre en eTap ou en Di2 sinon les gaines vont frotter le cadre, c’est quand même dingue qu’aujourd’hui une marque comme Cannondale n’arrive toujours pas à faire quelque chose de propre à ce niveau !
    Ensuite, les chiffres sur le confort sont à mourrir de rire, on se croirait à un débat politique avec chacun sa propre interprétation de la même chose mais à son avantage… A quoi sert de comparer la souplesse de la fourche par rapport au Roubaix ou au Domane puisque ces deux derniers ont un système dans le pivot, le premier une micro-suspension et l’autre un isospeed ? C’est incomparable tout simplement.
    L’aspect du cadre fait « vintage » c’est quelque chose dans l’ère du temps, c’est sans doute un atout pour ce vélo. Reste à voir le comportement sur le terrain pour réellement le départager avec sa concurrence.

    1. Comme expliqué dans l’article, le comportement se veut un peu plus sportif que la concurrence (pour ce type de vélo). Cela se traduit par une excellente rigidité sur le terrain, et une géométrie un peu moins relevé que d’autres vélos vraiment destinés aux longues distances. Tout cela est à pondérer par la seule offre avec des freins à disque, et les pneus de grosse section.

  2. Cannon a depuis tjs un vagon de retard. Il vaudrait mieux ne pas comparer avec le roadmachine de bmc ou meme un endurace de canyon.

    1. Je ne pense pas que vous connaissiez bien la marque Cannondale pour affirmer une chose pareil. Cannondale c’est:
      – pionnier de l’aluminium utilisé dans la construction de cycles
      – brevet de découpe laser pour les pièces en aluminium
      – pionnier dans les fourches suspendues en VTT
      – pionnier dans les vélos tout suspendus en VTT
      – brevet boîtier de pédalier BB30
      – pédalier hollogram fait d’une seule et unique pièce.
      Etc….etc…

      Cannondale a toujours une longueur d’avance. Canyon et BMC n’ont jamais été que des marques outsiders face à Cannondale qui fait la course en tête avec Trek depuis toujours!

  3. Bonjour à tous,
    Pour info, je viens de percevoir mon nouveau Cannondale Synapse Himod disc red etap, surprise, il n’est pas équipé du tout nouveau guidon systembar mais d’un guidon carbon (Cannondale Escape Hanger Carbon Handlebar).
    Après qq échange en ‘chat’ avec Cannondale USA, il semblerait que ce nouveau guidon ne serait disponible qu’à partir de début 2018 !!! ( échange gratuit je l’espère).
    Sinon le vélo est extra en termes de rigidité et rendement (ensemble cadre/roues) + évidemment les passages de vitesses SRAM !
    Toute info sur le guidon est bienvenue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *