Test des pneus Vittoria Corsa Competition Graphene

De l’adhérence et de la durabilité

paire-pneus-route-vittoria-700-25-test-presse

Présentés comme révolutionnaires grâce à l’adjonction de graphène dans leur composition, les nouveaux pneus Vittoria Corsa Competition tiennent-ils leurs promesses? Verdict après un test longue durée de plus de 2500 km.

Pour tous les passionnés de vélo, la gamme Corsa chez Vittoria c’est une longue lignée de boyaux et de pneus dits « boyaux ouverts » (c’est-à-dire fabriqués comme des boyaux, avec une carcasse en coton), surtout reconnus pour leur souplesse et le toucher de route qui en découle. En ce qui concerne la qualité, il y a eu de tout depuis 30 ans que nous connaissons les Corsa : confortables et nerveux, certes, mais sensibles aux coupures et aux crevaisons, et à l’adhérence précaire sous la pluie pour les versions récentes. Cependant, la nouvelle gomme avec un ajout de graphène est présentée comme révolutionnaire par Vittoria, en offrant une meilleure résistance au roulement, une meilleure adhérence et une durabilité augmentée.

essai-test-matos-velo-pneu-vittoria-route-700-25-graphène

Qu’est-ce que le graphène ?

Identifié pour la première fois en 2004, le graphène s’obtient à partir du graphite : c’est une feuille en deux dimensions, composée d’atomes de carbone organisés selon un motif hexagonal. Les champs d’application futurs sont multiples, mais on sait par exemple que si on mélange seulement 1 % de graphène à du plastique, la résistance thermique de cette composition augmente de 30 ˚C, de même que la résistance mécanique (le graphène est 200 fois plus résistant que l’acier à la traction). Vittoria fait donc le pari d’ajouter du graphène à la composition de la gomme de ses pneumatiques, et c’est la première marque à le faire dans le domaine. Pas moins de neuf modèles sont concernés pour la gamme route, depuis le boyau Corsa Speed jusqu’au pneu quasi inusable Rubino. Pneu et boyau Corsa Competition arrivent chacun en seconde position dans la gamme, mais déjà à un prix officiel élevé : près de 70 € le pneu et 105 € le boyau. Donc avant de courir profiter de la nouveauté, il faut également se rappeler que la concurrence est rude, notamment avec la sortie de la nouvelle gamme Power Michelin, ou encore le nouveau Hutchinson Fusion 5.

Un peu lourds

Disponibles en 23, 25 ou 28 mm de section, nos pneus d’essai ont été pesés à 246 g en 700×25, ce qui commence à faire un peu lourd, surtout si on les compare aux pneus de 23 mm concurrents à moins de 200 g. Proposés en noir/gris ou noir/beige, les Corsa Competition disposent d’une carcasse 220 TPI, de renforts Kevlar sur les flancs, et d’une bande de roulement qui combine quatre types de gommes différentes (technologie 4C), ainsi que 18 rainures longitudinales. Montés sur des roues Vittoria Elusion Nero ou sur des 3T carbone, ils sont mesurés en réalité à 26 mm de section. Attention donc à l’espacement qu’il reste entre les étriers de frein, sur certains vélos.

test-pneu-vittoria-corsa-competition-graphene3

Avec leurs flancs souples, ils se montent facilement à la main sur la plupart des roues même s’ils se montrent un peu plus difficiles sur les roues Vittoria Elusion. La fabrication est faite à la main, ce qui est normalement un gage de qualité et explique en partie leur prix de vente. Les flancs un peu rugueux et aux couleurs plus ou moins claires ne se nettoient pas facilement après une sortie sous la pluie. Attention, car ils devraient se montrer assez fragiles en cas de frottements prolongés, comme c’est d’ailleurs le cas pour tous les pneus haut de gamme.

test-pneu-vittoria-corsa-competition-graphene4

Des pneus rassurants

Testés dans plusieurs conditions, et notamment sur quelques descentes de col avec une route mouillée, les Corsa Competition ont montré un grip redoutable dans les virages et au freinage. Psychologiquement, les rainures aident sûrement à se sentir en confiance, mais force est de constater qu’on a la sensation de mordre le bitume à chaque fois que l’on prend de l’angle. Une excellente surprise. Le roulement semble efficace, sur le plat au moins, et une fois qu’on est lancé. Ils sont comparables en termes de rendement aux Continental Grand Prix S II. À la relance, leur nervosité dépend surtout de la pression de gonflage. Ce sont des pneus souples, qui n’apprécient pas vraiment le sous gonflage. Autour de 7 bars de pression, et avec des jantes larges, on sent les pneus dériver un peu en danseuse et manquer de précision lors des changements brusques de trajectoire. Autour de 8 bars, ils sont plus précis et plus vifs, mais nettement moins confortables. On peut même les sentir « taper » et rebondir sur un mauvais revêtement, surtout avec des jantes hautes un peu raides. En montée, on apprécie leur faible résistance au roulement lorsqu’on roule au train sur un beau bitume, mais ceux qui aiment monter par à-coups peuvent les sentir un peu poussifs. Et là encore, le sous gonflage modifie les sensations que l’on peut avoir avec son vélo, surtout si l’on monte longtemps en danseuse. Enfin, la durabilité semble au rendez-vous. Après plus de 2500 km, nous n’avons pas crevé, et les bandes de roulement des deux pneus sont relativement peu marquées, avec seulement deux ou trois mini coupures sans incidence.

vittoria-graphene-competition-pneu-gomme-bande-roulement-coupure

Au final, nous les trouvons bien meilleurs que les précédents Corsa au niveau de l’adhérence et de l’endurance. Ils sont sans doute un peu meilleurs au niveau de la faible résistance au roulement, mais moins nerveux à la relance et surtout moins confortables. Quant à la section de 25 mm, elle impose malgré tout une élévation du poids et la nécessité de gonfler assez nettement ces pneumatiques, sous peine de les voir perdre de leur précision dans les trajectoires et en danseuse. Ce qui n’arrange pas le confort. Bref le modèle de 23 mm (sachant que le 25 fait en réalité 26 mm de section) serait ici sans doute plus approprié. L’apport du graphène a quant à lui le mérite d’apporter à la fois la résistance d’un pneu dur avec l’adhérence d’un pneu souple. C’est déjà beaucoup.

PNEU VITTORIA CORSA COMPETITION GRAPHENE
Les + : Adhérence, endurance, résistance au roulement
Les – : Poids, manque de confort (avec une pression de gonflage « sportive »)
pneu-vittoria-corsa-4C-graphene

Construction : carcasse 220 TPI avec protection Corespun K (renforcée Kevlar), gomme 4 composants, ajout de graphène, flancs coton,
Dimensions disponibles : 700 x 23c, 700 x 25c, 700 x 28c

Couleurs : gris/noir et beige/noir
Poids :  246 g en 700 x 25 mm

Prix public : 69,95 €

Voir aussi :

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *