CANNONDALE 2016 : Nouveau SuperSix Evo, présentation et essai !

AUSTRIA_Cannondale_SuperSix_AleDiLullo_1

Nouveau Cannondale SuperSix Evo Hi-Mod

Le tapis volant

Trouver un successeur à l’un des meilleurs vélos du monde depuis quatre ans n’est pas chose aisée. Cannondale relève le défi, avec le nouveau SuperSix Evo Hi-Mod, que VeloChannel.com a testé pour vous sur les routes du Tyrol autrichien.

Photos : Cannondale / Ale Di Lullo

Ne cherchez pas une révolution, mais plutôt une somme de subtiles évolutions. Bien que très attendu, le nouveau Super SixEvo Hi-Mod ne casse pas les codes stylistiques de la marque américaine, contrairement à la concurrence, qui fait parfois le grand écart d’un modèle à l’autre. Et pourquoi le faire, d’ailleurs, quand le modèle phare connait un certain succès depuis quatre ans maintenant, plébiscité pour un comportement d’ensemble qui convient aussi bien aux coureurs athlétiques qu’aux cyclosportifs aux moyens physiques plus modestes, et séduisant de par ses lignes classiques et peu agressives ? Présenté à la mi-2011, le SuperSix Evo HM a été selon nous le premier modèle de vélo au monde à se montrer si efficace et si polyvalent en termes de rendement, de réactivité, et de confort. Une voie suivie depuis par quelques autres constructeurs, mais qui continue à le placer parmi le Top 5 ou 6 des meilleurs châssis du moment.

Plus plus plus…

D’après Cannondale, la nouvelle mouture de ce best seller déjà utilisé sur les routes du Tour de France par les coureurs de l’équipe Cannondale-Garmin, progresse dans plusieurs domaines. Comme souvent dans pareil cas, les chiffres avancés sont totalement abstraits, hors du contexte d’un essai comparatif sur le terrain avec l’ancien modèle. Jugez plutôt :

  • Rigidité : +11% pour le boitier de pédalier, +12% pour la douille de direction, +6% pour la fourche
  • Confort : +15% pour le cadre, +21% pour la fourche, +36% pour la tige de selle
  • Aérodynamisme : -6 Watts à 40 km/h
  • Poids : -67g pour le kit cadre/fourche/tige de selle

S’il évolue peu esthétiquement parlant, on note toutefois des différences de structure, mais toujours à partir des mêmes fibres de carbone, à savoir des fibres nommées BallisTec, dont les couches sont diversement appliquées pour obtenir le meilleur compromis entre rigidité, résistance et poids.

Cannondale_SuperSix Evo Hi-MOD Team - HERO

 

Trois éléments sautent aux yeux des aficionados de la marque pour ce nouveau modèle : la forme des tubes, avec une face intérieure tronquée pour réduire la trainée aérodynamique, un tube de selle affiné qui reçoit une tige de selle de 25,4 mm de diamètre au lieu de 27,2 mm, et la boîte de pédalier, plus large avec 73 mm au lieu de 68 mm, mais toujours en BB30. Cette dernière impose donc l’usage du magnifique pédalier maison Hollowgram SISL2, léger, rigide, fluide et dont le Q-Factor est parfait. Par contre, quid du montage d’un capteur de puissance ? Le triangle arrière dans son ensemble est moulé d’une seule pièce, gage d’une meilleure unité, et les bases arrière sont différenciées pour optimiser la rigidité. D’ailleurs, sur l’ensemble du cadre, les couches de carbone sont étudiées en fonction de la taille du cadre, pour que le comportement soit identique d’un petit à un grand vélo.

AUSTRIA_Cannondale_AleDiLullo_2

Le gain aérodynamique n’est pas seulement dû aux trois tubes principaux, puisque la douille de direction adopte aussi une forme de sablier, les haubans sont affinés, et le deuxième porte-bidon est placé plus bas sur le tube de selle. En revanche, si le cadre est compatible pour un montage Di2 ou mécanique, cette dernière option impose un passage externe des câbles de dérailleurs. Plus pratique pour la maintenance et la qualité des changements de vitesses, mais totalement à l’encontre des solutions prônées par la concurrence. Les butées de gaine sont amovibles pour soigner l’esthétique lorsque l’on utilise une transmission électrique.

Cannondale_SuperSix_Cable_derailleur

Question confort, on conserve le concept Speed Save qui consiste à provoquer de micro-déformations verticales aux endroits stratégiques, et notamment au niveau des bases, affinées mais élargies, pour absorber les vibrations et maintenir la roue collée au sol. Bien que droite, la fourche affinée travaille beaucoup au niveau de sa tête, encore une fois pour absorber les vibrations. La tige de selle Save, enfin, est prévue pour fléchir sous les petites irrégularités du bitume. Mais encore faut-il qu’elle soit suffisamment haute par rapport au cadre pour agir.

Vélo_Cannondale_SuperSix_EVO_Hi-MOD_Ultegra_tige_selle

Pour le poids, Cannondale annonce un ensemble cadre/fourche/direction/tige de selle à 1303 g, soit 9 g de moins que la référence Trek Emonda SLR.

Un potentiel encore élargi

A ce niveau de gamme, il faut bien comprendre que le moindre détail d’équipement peut avoir son importance en termes de ressenti. Notre modèle d’essai SuperSix Evo Hi-Mod Team en Dura-Ace Di2, périphériques Fi’zi:k et FSA K-Force et roues Mavic Cosmic C40 tape dans le très haut de gamme. Le poids annoncé (que nous n’avons pas pu vérifier) est de 6,38 kg sans pédales. Avec pédales, porte-bidons et compteur, on arrive à 6,8 kg, en réelles conditions de roulage. Évidemment, il est possible de gratter 300 g en montant des roues en carbone à boyaux, comme le Super Six Evo Black Inc. 1000 € plus cher, qui gagne des roues Enve 4.5 et des boyaux Schwalbe, tout en perdant les dérailleurs Di2.
Bref, le seul défaut des roues C40, et donc du vélo tel quel, ce sont… leurs pneus. Cannondale fait le choix d’équiper ce modèle en pneus Mavic Yksion Pro de 25 mm (en lieu et place des 23 mm prévus pour les roues), et prévoit même la possibilité sur le SuperSix Evo de passer en 28 mm. Déjà, les pneus Yksion Pro ne sont pas de très bons pneus, en termes de rendement et de tenue de route. Ensuite, en 25 sur des jantes qui restent fines par rapport à certaines concurrentes, ils apparaissent gros et ronds, perturbant le feeling avec la route, et rendant le contact, disons, caoutchouteux. C’est peu sensible à basse vitesse, mais beaucoup plus en roulant à bonne allure (40 km/h) sur un beau revêtement où l’on a l’impression d’être en prise. Les pneus ne rendent pas terrible, et semblent annihiler une partie de l’avantage aéro conféré par les roues. Curieusement, celles-ci se rattrapent en montée avec ce vélo, puisqu’elles se font totalement oublier, et c’est exactement ce qu’on demande à une paire de roues carbone à pneus dans ces conditions. S’il faut trouver un avantage à cette monte pneumatique, c’est au moment de la prise d’angle en virage, sur le sec en tout cas. Pour le reste, le gain en confort de cette nouvelle mouture du SuperSix Evo est tel qu’il en est déstabilisant. N’ayons pas peur de l’avancer, c’est aujourd’hui le Cannondale le plus confortable de la gamme, même devant le Synapse, sur le strict plan de l’absorption des vibrations. Et sans doute l’un des plus confortables du marché, du moins avec un équipement ciblé pour la performance. Sur une route défoncée comme on en trouve en montagne, on perçoit très nettement le travail de la fourche, qui agit longitudinalement presque comme un amortisseur. Quant au triangle arrière, il semble toujours rester en contact avec le bitume, ce qui favorise la motricité. En revanche, le cadre droit et sa collerette au sommet du tube de selle, limite pour notre part la longueur de sortie de la tige de selle, ce qui rend peu sensible la déformation prévue. Sur le plan dynamique, ce SuperSix Evo Hi-Mod est bien entendu dans la lignée de son prédécesseur. Vif, nerveux, fluide, et rigide dans le sens où il ne se désunit pas même lors d’un effort très violent. Très agréable en adoptant une allure tranquille, grâce à son confort mais pas seulement, il accepte qu’on roule sur le couple avec une basse cadence de pédalage. Pourtant, rien ne bouge en montant une petite côte en force, le grand plateau ne semble pas louvoyer au milieu de la fourchette du dérailleur avant. Et si l’on se prend à taper dedans, le vélo soutient l’effort sans broncher. Du grand art. Un caractère que l’on retrouve uniquement sur les cadres très haut de gamme, et dont le Super SixEvo Hi-Mod fait assurément partie.
Il n’est pas exigeant, mais il est rapide. Une sorte de Graal, qui s’apprécie sur la longueur plus qu’à l’instant T, tant il semble gommer le contact rugueux avec le bitume.

AUSTRIA_Cannondale_Supersix_AleDiLullo_3

Pas encore prévu en seul kit cadre, le Cannondale SuperSix Evo Hi-Mod sera très bientôt disponible en plusieurs versions :

SuperSix Evo Black Inc. : transmission Shimano Dura-Ace mécanique, roues Enve SES 4.5 (moyeux Chris King), boyaux Schwalbe One 24 mm, poste de pilotage Enve Carbon, selle Fi’zi:k Arione 00. Poids : 5,8 kg. Prix : 10999 €
Cannondale_SuperSix EVO Hi-MOD Black Inc

SuperSix Evo Team : transmission Shimano Dura-Ace Di2, roues Mavic Cosmic Carbon 40, poste de pilotage FSA K-Force, selle Fi’zi:k Arione R3. Poids : 6,38 kg. Prix : 9999 €
Cannondale_SuperSix_EVO_Hi-MOD_Team

SuperSix Evo Dura-Ace 1 : transmission Shimano Dura-Ace mécanique, roues Mavic Ksyrium Pro, poste de pilotage Cannondale C1, selle Fi’zi:k Arione R3. Poids : 6,26 kg. Prix : 6499 €
Cannondale_SuperSix_Evo_Hi-MOD_DuraAce 1

SuperSix Evo Dura-Ace 2 : transmission Shimano Dura-Ace mécanique, roues Mavic Ksyrium Elite, pédalier Cannondale Hollowgram SI, poste de pilotage Cannondale C1, selle Fi’zi:k Arione R5. Poids : 6,58 kg. Prix : 4699 €
Cannondale_SuperSix EVO Hi-MOD Dura Ace 2 - Jet Black
Cannondale_SuperSix EVO Hi-MOD Dura Ace 2 - Primer Grey

SuperSix Evo Ultegra : transmission Shimano Ultegra mécanique, roues Mavic Ksyrium, pédalier Cannondale Hollowgram SI, poste de pilotage Cannondale C1, selle Fi’zi:k Arione R5. Poids : 6,9 kg. Prix : 3999 €
Cannondale_SuperSix EVO Hi-MOD Ultegra - Cobalt Blue
Cannondale_SuperSix_EVO Hi-MOD Ultegra

Tous les poids sont donnés sans pédales, et les prix à titre indicatif. Huit tailles seront disponibles.

Voir aussi : CANNONDALE 2016, nouveau CAAD 12, présentation et essai !

> Autres infos route : www.velochannel.com/Route
> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

8 commentaires sur “CANNONDALE 2016 : Nouveau SuperSix Evo, présentation et essai !”

  1. gaine exterieur sur un vélo produit en 2016 ,meme si cela n’est qu’esthetique , cela reste d’un autre age comme conception…. Dommage .Sinon toujours aussi classique ce vélo .

    1. l’avantage des gaines extérieures c’est l’entretien.
      Peut être qu’esthétiquement les gaînes extérieurs font vieillottes, mais lors du changement des câbles, on ne peut pas 2h voire beaucoup plus, comme avec certains vélo aéros.

      Et mois de temps à réparer son vélo veut dire plus de temps sur le vélo à s’entraîner 😀

  2. SVP Puis avoir des photos du synapse HI-mod 2016 avec DI2 ultégra et freins à disques ainsi que le prix d’achat
    merci

    1. Bonjour, il y’a pas mal de modèles concurrents au SuperSix Evo, chaque marque proposant un modèle route conçu pour la compétition. Parmi les stars du peloton, on peut citer Specialized Tarmac, Giant TCR Advanced, Focus Cayo Evo, Trek Emonda, Scott Addict, Orbea Orca, BMC SLR01, Merida Scultura, Cervélo R3, R5, RCA… liste non exhaustive !

  3. Bonjour à Toutes & à Tous.
    G un Synapse, et souhaiterai passer au Supersix EVO, mais j’hésite entre le Tarmac 2016 et le Supesix EVO? Pourriez vous me donner vos impressions ou votre choix concernant ces deux vélos, je vous prie.
    Bon réveillon, excellentes fêtes de fin d’année, Bonne Année 2016.

  4. bonjour
    j’ai le super6 evo hm c’est de la balle ..roulé 2 ans sur tarmac,le cannon est mieux plus polyvalent et nerveux!!
    suis elite

  5. J’ai un Supersix Evo 2012 qui était sur du Red 10sp et maintenant j’ai mis du Force 22, bref je constate que ça ne vaudrait pas du tout la peine de remplacer mon vélo, ce serait échanger 4×25¢ pour 1$ mais bref j’adore énormément mon vélo, bien plus que mon (Specialized Roubaix 2009) ou que le (Cannondale Synapse 2011?) que j’ai eu entre les deux. Le Tarmac semble moins confortable et simplement moins bon en général, puis Specialized on paye vraiment pour le nom je trouve.

    Je ne comprend juste pas pourquoi c’est si chère neuf, pour passer du Ultegra au Red par exemple alors que d’acheter le groupset entier sur le net en coûte vraiment pas tant que ça. J’avais vendu un Red usagé 10sp j’crois 1300$CAD et j’ai acheté un Force 22 NEUF pour juste 1000$CAD, légèrement plus lourd mais nettement mieux alors autant prendre une coche plus bas son Supersix qui va être sur le même frame, vendre le groupset neuf puis en acheter un plus haut dès le départ. J’en reviens pas que les roues sont rendu plus cheap et que leur Synapse Red sur le site de Cannondale vient tout en Red mais avec des freins Force, wtf?! J’avais des roue (Mavic Ksyrium Elite) sur mon vélo de 2012, mais encore là le mieux reste toujours de vendre les roues cheap qu’ils mettent sur le vélo.

    J’dois être à 15lbs avec tout mon équipement, pédale, gps, roues à boyaux en carbone à 1080g la paire, donc je ne payerai pas 3000$ de plus pour 1 livre de moins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.