IRONbike, étape finale !

Ironbike, étape 7 : Cesana/Sauze d’Oulx

7e dernière étape de l’Ironbike, une étape plus courte pour finir et un réveil un peu difficile ce matin en raison de violents orages qui se sont abattus pendant la nuit. Dernier petit déjeuner, dernier repliage de la tente, l’émotion est toujours palpable en cette dernière matinée d’une aventure légendaire puis c’est parti pour 36 kilomètres et 1650 mètres de dénivelé à effectuer en moins de 3 heures.

Dans un premier temps, une courte liaison bien tonique sur un sentier en balcon surplombant le val du Dora Riparia nous permet de nous échauffer jusqu’au départ de la principale section chrono du jour donné au village de Finiels.

C’est parti pour une dizaine de kilomètres avec une longue ascension au programme. Je m’attaque donc à la première moitié sur piste pendant 4 kilomètres sur une pente à 13%, pas de quoi faire rigoler ! Je décide de ne pas m’enflammer et je m’ingénie à maintenir un tempo au seuil avec le peu d’énergie qu’il reste. Après 35 minutes d’ascension, je bifurque à droite sur un sentier raide, ce sera donc moitié poussage et moitié roulage pour se hisser au Lago du Desertes, le sommet de cette ascension à 2250 mètres d’altitude. Le décor est à nouveau très minéral, c’est juste fabuleux… On va ensuite basculer puis rester à flanc de montagne sur un joli single assez rapide pour rejoindre l’arrivée de cette section chrono au Monte Cotolivier à 2100 mètres d’altitude.

Je vais me contenter du 18e temps qui me permet d’assurer ma 13e place au classement général. Je me sens bien soulagé car sur cette première moitié d’étape on a assuré l’essentiel du dénivelé du jour et surtout passé le gros morceau chronométré. D’ailleurs, les regards en disent long au ravitaillement, tout le monde retrouve le sourire et c’est avec la banane que je m’engage dans la longue descente nous menant dans le vallon du Dora Riparia, un bon kilomètre vertical à dévaler. C’est globalement rapide avec quelques pièges à éviter, deux jolis hameaux à traverser, notamment celui de Soubras puis je me retrouve tout en bas une vingtaine de minutes plus tard pour traverser la route nationale reliant Oulx à Cesana.

Maintenant, il faut quand même assurer une des dernières difficultés du parcours, la montée vers le hameau de Malafosse, une piste longue de 2 kilomètres à 12% où on tire tous un peu la langue car on a tous envie d’en finir. Je prends mon temps pour la monter au train et retrouver le joli sentier en sous-bois nous menant au pied des remontées mécaniques de Jouvenceaux. Arrêt chrono provisoire car une dernière ascension nous attend mais… en télésiège pour monter au replat de Sportinia à 2150 mètres d’altitude où un dernier secteur chrono nous attend mais il sera particulier !

En effet, à ce point on doit tous s’attendre car ce dernier chrono va s’effectuer en mass-start pour une descente à pleine vitesse du Bike-Park de Sauze d’Oulx. Un ravitaillement est disposé histoire de patienter et une heure plus tard, on se place tous. C’est l’hélicoptère de l’organisation qui en décollant va donner le départ et c’est parti pour l’ultime sprint de ce 27e Ironbike. Un petit start loop de 1500 mètres pour monter 100 mètres plus haut, histoire d’étirer et ensuite gooooo pour la descente, je me retrouve en 6e ou 7e position pour aborder la descente avec Milton Ramos. J’essaie d’être rapide et propre mais malgré tout je vais mettre 25 secondes de plus qu’en 2016 pour dévaler la première moitié de descente. C’est finalement le 7e chrono que j’obtiendrais au passage sous l’arche d’arrivée au cœur de Sauze d’Oulx pour un final en apothéose sous une ambiance de folie qui couronnera pour la 8e fois la victoire de Milton Ramos devenu une véritable légende de l’IRONbike ! L’espagnol Gerard Blanch Daniel est son dauphin pour cette 27e édition et le belge Elias Van Hoeydonck retrouve à nouveau les joies du podium sur l’IRONbike après sa 11e participation. Quand à Olena Novikova, l’ukrainienne résidant en Italie, la seule et unique participante au départ de cette 27e édition, bouclera dans les délais impartis cet IRONbike et remporte donc la couronne en catégorie dame. Le sympathique duo belge du team Decathlon Arlon Romain Debry/Julien Ponsard remporte quand à eux la catégorie Duo.

Au total 570 kilomètres ont été parcourus et 26000 mètres de dénivelé ont été gravis, l’émotion est palpable à l’arrivée. Je tiens vraiment chaleureusement à saluer tout le travail de l’équipe IRONbike pour ce qui nous a été proposé durant cette inoubliable semaine. Il faut bien avouer que cette épreuve est vraiment quelque chose à part dans le monde du VTT, une épreuve de folie où on se retrouve immergé dans un monde et une famille à part. Une épreuve de dingue où l’on passe par toutes les émotions possibles et imaginables, du pire au meilleur qui en fait quelque chose de grandiose. Je félicite d’ailleurs les 52 coureurs finishers ainsi que les 78 courageux ayant pris le départ de ce légendaire IRONbike !

Que dire de cette épreuve au combien majestueuse. Elle requiert évidemment un sacré niveau physique et technique pour espérer boucler l’intégralité du tracé toujours aussi magique. Nous sommes ici dans l’essence même du VTT de montagne comprenant des descentes parfois très engagées mais également des portages parfois très longs. Cependant, la beauté naturelle de ces décors sauvages et minéraux n’ont pas d’équivalent sur aucune autre course au monde et l’émotion d’avoir accompli quelque chose de majestueux n’a pas d’égal à d’autres épreuves. Le format de course aux points en mode « rallye raid chrono » avec liaisons et chronos peut paraître étrange mais en fait une épreuve atypique et très singulière. Et croyez moi, pour peu que l’on joue le classement sur chaque section chrono, la gestion des liaisons cumulée à l’intensité des chronos et à l’aspect extrêmement physique du parcours est loin d’être de tout repos.

Bref, si vous recherchez un défi de taille gigantesque, c’est dans le Piémont italien qu’il faudra venir, la 28e édition de l’IRONbike vous attendra courant juillet 2022…

Infos et classements : www.ironbike.it 

Voir aussi :
IRONbike, Jour 7
– IRONbike, Jour 6
– IRONbike, Jour 5
– IRONbike, Jour 4
– IRONbike, Jour 3
IRONbike, Jour 2
– IRONbike 2021, c’est parti !

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.