Rally di Romagna 2021, étape finale

Final autour des Monte Tondo et Mauro

C’est déjà le dernier jour sur le Rally di Romagna, le dernier jour d’une semaine de rêve en Romagne. Au programme, une petite matinée avec 34 kilomètres et 1000 mètres de dénivelé qui va à nouveau réserver son lot de surprises.

Par Fred Ischard – Photos : Rally di Romagna et Franz Valli

Les sourires se lisent sur le visage des 206 coureurs encore au départ. Il est déjà l’heure de profiter une dernière fois des instants magiques que nous réservent ce Rally di Romagna en nous proposant des parcours divers et variés dans ces décors tantôt verdoyants, tantôt montagneux. Il est 9 heures, le dernier top départ est donné comme pour toutes les étapes sous allure neutralisée afin d’assurer une sécurité optimale pour assurer la liaison jusque dans les premiers chemins. Après 5 bons kilomètres, on nous fait quitter la grand route menant à Florence en suivant le torrent Sénio et on s’élance dans la première ascension du jour, la montée à la carrière du Monte Tondo. On a 200 mètres de dénivelé à gravir sur 3 kilomètres d’ascension. Cette escalade s’effectue sur une petite route en lacets avec des pentes toujours aussi affreuses, parfait pour étirer le peloton mais dur dur pour les jambes ! La fin d’ascension s’effectue plus en douceur sur un single ombragé et nous voici sans cette impressionnante carrière.

On traverse celle-ci sans risque de circulations car c’est fête nationale aujourd’hui et donc jour férié. On suit les contours du pan de montagne creusé. On bascule en descendant sur une piste très poussiéreuse. Après une première montée bien poussive, je reste prudent sur cette descente où chaque virage est périlleux avec la poussière et les cailloux. La descente est néanmoins rapide et on se retrouve rapidement à nouveau dans la vallée du Sénio, à l’entrée de la grotte Del Re Tiberio.

Je me retrouve en bas de cette descente avec un groupe d’une dizaine de coureurs et l’expérimenté coureur normand Rémi Jouannin, auteur d’une très belle étape et avec qui je ferais la quasi intégralité de cette dernière boucle. Deux petits kilomètres de plat sur une route étroite et c’est parti pour la 2e ascension intégralement sur la Via Lamo, une petite route qui serpente pour nous mener 300 mètres plus au pied du Monte Mauro après 4 kilomètres d’ascension à 8,5% de pente moyenne. Pour ma part, cette montée est un peu un calvaire, je n’ai pas de jambes du tout et je reste littéralement collé au bitume en laissant partir le groupe et en me laissant rattraper par un autre groupe de 5 coureurs.

Au sommet, nous sommes à mi-parcours, voici le seul ravito du jour. Vu la longueur de l’étape, je file sans m’arrêter mais on y trouve de l’eau, du cola, des barres céréales et des gâteaux sucrés. Ca peut manquer de variété mais sur un parcours pas très long comme aujourd’hui, ça paraît suffisant. On poursuit notre chemin en retrouvant le parcours de l’étape 3. Un petit toboggan court et rapide puis on reprend notre ascension jusqu’au point culminant du jour au Monte Mauro à 450 mètres d’altitude. Cette montée d’un kilomètre me redonne quelques couleurs car je sais qu’après, on a droit à un joli single ludique et rapide long de 2 kilomètres dans les bois, descente que j’effectue rapidement mais en ne prenant aucun risque me permettant de rester dans mon petit groupe avec Rémi qui ne lâchera pas ma roue. On franchit ensuite la crête de la Castellina ensemble avant de remonter au Monte Mauro par le versant escaladé lors du prologue, c’est un peu plus d’un kilomètre sur une piste en plein soleil et toujours des pentes aussi raides.

Nouveau sommet puis on bascule sur la descente la plus technique du jour, 200 mètres de dénivelé en à peine un kilomètre sur un sentier périlleux et très pentu qui serpente entre les arbres. Ça bouchonne un peu dans notre groupe avant que trois coureurs ne se mettent au tas, heureusement sans gravité. En voulant éviter un coureur qui a tiré tout droit, un de mes serrages de chaussure s’arrache, faudra faire avec ce problème pour boucler les 10 derniers kilomètres. En bas, on retrouve la montée finale de l’étape marathon et ses 2 kilomètres à 8,5% à escalader. Les forces me manquent pour cette dernière ascension et je dois laisser filer Rémi et son petit groupe… que je retrouverais à la faveur de sections plus techniques dans le final. Au sommet, bascule vers Riolo Terme mais cette fois on nous évite l’intégralité de la piste pour profiter de la crête du Monte Casazza et de la descente de Crinale, le sentier n’est pas particulièrement technique mais très joueur et rapide en suivant les mouvements de terrain sur l’arête avant de basculer dans les vignes. A vouloir un peu trop attaquer dans cette descente finale, je me mets par terre et effectue pas mal d’erreurs mais au final je reprends un par un tous les coureurs de notre petit groupe une fois arrivé tout en bas.

Il ne reste que 5 kilomètres dont trois sur route pour rejoindre Riolo Terme, les coureurs continuent à envoyer et je peine à suivre un hollandais qui visse à près de 40km/h sur le plat. Voici l’entrée de Riolo Terme et les deux derniers kilomètres absolument identiques aux autres étapes. On peut maintenant apprécier ces derniers mètres de course et voici l’arrivée finale de ce Rally di Romagna, bouclant l’étape à la 50e place après 1h48 de course. Les écarts seront minces sur cette étape courte, le top 30 étant à moins de 3 minutes devant.

En tête de course, après quatre journées à attaquer sans succès, c’est lors de la 5e et dernière étape que le hollandais Gosse Van Der Meer réussit à remporter une étape devant l’imbattable trio allemand. Il boucle les 34 kilomètres du parcours en 1h30 devançant de 1 minute l’allemand Steffen Rick et de 3 minutes le dominateur de l’épreuve Mathias Frohn, vainqueur de 4 des 5 étapes au programme. L’allemand remporte donc ce Rally di Romagna devant Steffen Rick et Gosse Van Der Meer. En revanche chez les dames, la belge Helena Plasschaert ne fait pas de cadeaux et remporte à nouveau cette 5e étape en couvrant le parcours au terme de 1h53 course. Sa compatriote Sara Michielsens termine 2e à 3 minutes, lui permettant d’accrocher une 3e place finale alors que la suisse Antonia Bunter conserve sa 2e place au classement final après avoir bouclé cette dernière étape à la 3e place.

Au final, je boucle ce Rally di Romagna à la 34e place du général après 12h22 de course. Par contre, contrairement à ce résultat ne correspondant pas forcément à mes attentes, ce Rally di Romagna fut une excellente découverte qui nous a particulièrement ravi. C’est vraiment l’épreuve « vacances » par excellence, une épreuve à « petite » échelle mais proposant absolument toutes les prestations d’une grande épreuve internationale. On a été particulièrement séduit par l’accueil et la proximité de l’équipe d’organisation aux petits soins pour chaque coureur, par l’ambiance de la course au départ, à l’arrivée ou au cœur du « village » course, par la convivialité régnant au sein d’un peloton limité à 350 coureurs, par la variété des parcours proposé sur un terrain de jeu pas extrêmement vaste mais alternant des sections sacrément physiques et des sections techniques voir surprenantes, guidé par un balisage irréprochable. La formule adoptée sous forme de boucles autour d’un même site permet de simplifier la logistique et de profiter de l’épreuve sans aucune préoccupations. Ainsi, le format des étapes permet de concilier plaisir sportif en matinée et touristique l’après midi, cette petite cité thermale de Riolo Terme étant une petite ville agréable pour passer quelques jours de vacances. Enfin, les Pasta-Party et autres glaces à volonté après chaque étape resteront des moments appréciés pour partager notre aventure quotidienne autour d’une table au cœur de l’ambiance « Rally di Romagna ».

Unanimement, ce Rally di Romagna a donc été particulièrement apprécié, ce fut également le cas de ma compagne Camille dont ce fut la première expérience sur une course à étapes dont elle en a gardé une fabuleuse expérience. J’estime que ce Rally di Romagna peut vraiment correspondre aux attentes de très nombreux coureurs que ce soit pour découvrir un joli terrain de jeu, pour visiter une magnifique région ou pour se lancer dans une nouvelle expérience sur une course à étapes restant très accessible afin de vivre une aventure sur plusieurs jours tout en profitant d’un agréable séjour. J’ai donc décidé de devenir ambassadeur de cet évènement afin de donner l’opportunité de venir découvrir cette magnifique épreuve. Vous pouvez cocher cet événement dans votre agenda et vous inscrire les yeux fermés !

Infos, vidéos, photos et résultats complets : www.rallydiromagna.com

Voir aussi :
Rally Di Romagna 2021, c’est parti !
Rally di Romagna 2021, jour 2
Rally di Romagna 2021, jour 3
Rally di Romagna 2021, jour 4

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.