Test du home trainer Elite Direto

L’un des meilleurs de sa catégorie

Parmi les home trainer à transmission directe, l’Elite Direto se distingue par son rapport entre ses fonctionnalités et son prix. En plus de sensations délivrées proches de celles de la route et d’une connexion vers divers logiciels ou applications qui rendent l’entraînement en intérieur plus ludique, le Direto dispose d’un capteur de puissance très précis. 

Les home trainer à transmission directe – c’est-à-dire qu’on enlève la roue arrière et on fixe le vélo directement sur le châssis de l’appareil, équipé d’une cassette – connaissent un succès grandissant, face aux deux autres types d’appareils, les rouleaux et les home trainer à résistance (voir ici notre dossier : Quel type de home trainer choisir). Trois raisons principales à cela : pas de problème d’équilibre comme avec des rouleaux, beaucoup moins de bruit qu’avec des appareils à résistance, et des sensations très proches de la route. Les plus assidus de ce type de pratique apprécient également l’option ultime, qui consiste à connecter un home trainer qui en a la fonction à un logiciel ou une application pour simuler un parcours, suivre un plan d’entrainement avec une difficulté qui se voit modifiée par l’appareil selon les instructions du logiciel, ou encore courir contre des adversaires virtuels ou en réseau. Les plus évolués adoptent même un capteur de puissance et de cadence. Des fonctions toutes regroupées sur le Direto, malgré un prix un peu plus accessible que la concurrence. Directement dérivé du modèle haut de gamme Drivo chez Elite, il bénéficie d’un capteur de puissance dont la précision revendiquée est de +/- 2,5 % (contre 1% pour le Drivo), il simule des pentes jusqu’à 14% (contre 24% pour le Drivo), et délivre une puissance maximale de 1400 watts à 40 km/h (contre 2300 watts pour le Drivo). Certes, la différence entre les deux modèles est sensible, mais pas vraiment importante pour 90 % des utilisateurs. Rappel : c’est quoi la puissance en cyclisme ?

Jetons maintenant un oeil sur les caractéristiques du Direto :

  • Corps de cassette 9 à 11 vitesses empreinte Shimano/Sram ou Campagnolo (en option payante)
  • Compatible avec les cadres route ou VTT, dont 142×12 avec axe traversant
  • Poids de 15 kg
  • Stabilité assurée par trois pieds, dont deux qui se replient pour faciliter le rangement
  • Capteur de couple optique qui mesure la puissance avec une précision revendiquée de +/- 2,5 %
  • Analyse de pédalage en option, avec une mesure tout au long du cycle de pédalage en 12 points
  • Volant d’inertie de 4,2 kg
  • Technologie Real Software pour la simulation de l’entraînement en extérieur
  • Connexion ANT+ ou Bluetooth Smart, pour communiquer avec ordinateur, tablette, smartphone ou compteur, vers des logiciels et applications comme My-ETraining (Elite), Zwift, Bkool, TrainerRoad…
  • Compatibilité PC ou Mac de l’application My-ETraining avec 12 mois d’abonnement gratuit. Possibilité de stocker les fichiers d’entraînement, de lire des vidéos de parcours simulés (29,90 € le DVD) ou partagées par d’autres utilisateurs.
  • Entrainement de base à puissance constante, ou en reproduisant une pente constante
  • Programmes d’entraînement en fonction d’un objectif, test de Conconi
  • Création de parcours personnalisés grâce à Google Maps
  • Challenges possibles avec d’autres utilisateurs connectés

Attention : la clé ANT+ n’est pas fournie (pour une connexion en ANT+ sur l’ordinateur, la tablette ou le smartphone), ni même le support de roue avant. Avec un vélo de route, nous avons constaté une différence de 1,5 cm entre le sol et l’axe de la roue avant, et le sol et l’axe du support à l’arrière. Il a donc fallu installer une cale (un livre !) pour remettre le vélo à niveau.

Une fluidité exemplaire

Une fois installé (voir plus loin), le Direto délivre des sensations conformes à ce que nous attendons d’un appareil haut de gamme, et qui peuvent justifier en partie l’investissement conséquent, du moins pour ceux qui comptent passer de nombreuses heures à rouler en intérieur. Le vélo est très stable grâce au poids du home trainer, à la taille des trois pieds, et à la possibilité de régler la hauteur des pieds dans le cas où le plancher ne serait pas parfaitement plat. Notons que l’accès au réglage des pieds n’est pas hyper pratique (car sous l’appareil) et que la manipulation des pieds pour le rangement impose également de glisser la main dessous. C’est d’apparence moins qualitatif que d’autres appareils haut de gamme, mais qui sont plus chers aussi.

Il est possible de réaliser de fortes accélérations, jusqu’à 1000 watts pour notre part, sans que rien ne bouge. Nous restons tout de même prudents concernant ce type d’effort, avec le triangle arrière du cadre fixé sur un support qui ne bouge pas, ce qui est très différent de ce qui se passe en réalité sur la route. Des cas de casse de cadre suite à la pratique du home trainer ont été rapportés, sans que nous puissions confirmer le lien de cause à effet. Avec le Direto, on ne ressent aucun à-coups au pédalage et la résistance semble conforme à ce que nous pourrions rencontrer sur la route, en fonction de la pente simulée. En d’autres termes, c’est vraiment très sportif de rouler avec un braquet de 53×11 avec une pente de 0% et à une cadence de pédalage habituelle, alors qu’on peut dans le même temps se balader avec un 39×21. Mais ce petit braquet n’est parfois pas suffisant quand une pente de 8 ou 9 % est simulée. Car on a tendance à rouler avec une cadence un peu plus importante sur le Direto que sur la route : se mettre en danseuse ne permet pas de « relancer » l’allure de la même manière, et on ne profite pas de l’inertie du vélo. De plus, l’affichage de la puissance, de la cadence et de la vitesse virtuelle liée à l’intensité de l’effort permet de se rendre compte immédiatement de la perte de rendement éventuelle. Le bruit du Direto dépend de la vitesse virtuelle et de celui de la transmission. Sur certains vélos haut de gamme, on entend à peine le bruit de la chaîne sur les pignons. Sur d’autres, c’est un peu plus bruyant avec les petites dentures (en dessous du 15 dents). Simuler la montée d’un col à 22 h ou à 6 h du matin ne dérange donc pas les voisins, ni même les autres occupants de la maison. En revanche, simuler des parcours plats avec une vitesse au-delà de 35/40 km/h occasionne un bruit de soufflerie (ou ventilation) assez présent, mais toujours en deçà des antiques rouleaux en acier ou en alu, ou encore des home trainer à résistance d’entrée et de milieu de gamme. Le Direto calcule la cadence de pédalage, et nous avons constaté très peu de différence avec un capteur de cadence relié à un compteur, exceptés quelques rares bugs sans importance, notamment en alternant force et vélocité lorsque l’affichage sur l’ordinateur réagit avec un petit temps de retard. Elite annonce une précision du capteur de couple pour la puissance de +/- 2,5 %. Qu’est-ce que c’est ? Cela signifie que pour une puissance réelle fournie de 300 watts, l’appareil indique une puissance comprise entre 292,5 et 307,5 watts en lecture instantanée. Le seul moyen que nous ayons de comparer la précision est de comparer l’affichage d’un capteur de puissance positionné sur le pédalier du vélo (ou les pédales) et relié au compteur. Or, un tel capteur revendique lui aussi un certain degré d’imprécision (entre 1 et 2% selon les modèles). Au final, comparé à un capteur de puissance Quarq, les différences ne sont pas significatives. Le Direto est donc un excellent outil pour s’entraîner avec la puissance.

Connexion prise de tête

N’espérez pas sauter sur le home trainer celui-ci à peine déballé du carton. Ce n’est pas comme cela que ça se passe. D’abord vous êtes mis un peu à contribution pour terminer le montage des pieds. Rien de compliqué, en dehors du poids de l’engin à manipuler. Ensuite il faut lui trouver une place, ce qui n’est pas évident car le fil d’alimentation est franchement trop court, imposant de ce fait de se rapprocher d’une prise. Une fois dépliés, les pieds prennent un peu de place, ou d’envergure plutôt. Le vélo se positionne ensuite facilement sans la roue arrière sur la cassette préalablement installée, puis il faut mettre une cale sous la roue avant comme vu plus haut. En utilisant un niveau placé sur la selle, c’est plus simple. Les choses se compliquent au moment de relier le home trainer à l’ordinateur. On peut aussi utiliser le Direto sans le brancher. Il offre alors une résistance constante de l’ordre de 200 watts. Pour notre part, l’ordinateur ne veut rien savoir en Bluetooth : pas de reconnaissance de l’appareil, ni de la ceinture de fréquence cardiaque pourtant officiellement compatible. Nouvel essai en ANT+ cette fois-ci, avec une clé que nous possédions déjà. Problème : selon la configuration des lieux, l’ordinateur peut-être trop loin de la base du home trainer, puisqu’il faut maximum 1 mètre de distance. Une rallonge est donc nécéssaire, que nous avons en notre possession heureusement. Après quelques bidouilles sur le port USB (entrer, sortir), My-Etraining reconnait enfin le Direto, plus la ceinture. On nous propose alors de calibrer le capteur de puissance, une procédure normalement simple à réaliser de temps en temps pour plus de précision. Par contre, nous avons un peu cherché pour arriver à nos fins, puisqu’il faut pédaler environ dix minutes pour « chauffer » l’appareil et pouvoir ainsi le calibrer. Pour le reste, My-Etraining est assez pauvre en possibilités au premier abord, surtout sans mettre à la poche pour acheter des parcours en vidéo. La traduction en Français n’est également pas à la hauteur, ce qui explique que quelqu’un qui n’est pas familiarisé avec ce type d’application peut rapidement perdre patience. Cependant, en fouillant un peu, on trouve la possibilité de créer des parcours en ligne virtuels, grâce à Google Maps. En se voyant évoluer sur la carte, c’est assez sympa. Bon, une fois que ça marche, on peut commencer à pédaler, et voir s’afficher la puissance, la cadence, la vitesse et la fréquence cardiaque. Le Garmin peut enregistrer le fichier en même temps (car il communique aussi en ANT+ avec le Direto), avec toutefois un décalage de l’affichage de la vitesse virtuelle. Un peu tristoune dans cette configuration de base, nous quittons My-Etraining pour décider de se connecter sur Bkool. Ce site n’est pas seulement réservé aux utilisateurs des home trainer de la même marque, et peut normalement recevoir les informations d’appareils tiers. Ici, on peut aussi créer des workouts (séances d’entrainement spécifiques) ou travailler sur une trace GPS existante. Là encore, le logiciel a quelques difficultés à reconnaître le Trainer et la ceinture avec la rallonge ANT+. En réalité, et selon la configuration que vous adoptez, mieux vaut s’en tenir à une seule application et un seul type de communication entre l’ordinateur et l’appareil. Par la suite, la reconnaissance est facilitée et plus rapide. Nous avons également testé le Direto sur Zwift, l’application à la mode qui permet de faire la course en direct avec des cyclistes du monde entier. Après la toujours longue procédure de téléchargement et d’inscription (avec un énième mot de passe à retenir, avec une majuscule, une minuscule et au moins un chiffre !), Zwift reconnait bien le Direto et la ceinture. Cool, nous allons enfin pouvoir nous lancer… Sauf que non, une fois en place sur la ligne de départ, on a beau pédaler comme un dératé, 0 watt s’affiche et on ne décolle pas. Peut-être un problème lié à la carte graphique, pas assez puissante. Qu’à cela ne tienne, on abandonne l’ordinateur et on se rabat sur la tablette, toujours sur Zwift, mais avec une connexion en Bluetooth. Miracle, on peut enfin se mettre à pédaler. Il faut noter que certaines applications ne gèrent pas la connexion Bluetooth, et que pour les utiliser sur une tablette ou un Smartphone, il est nécessaire de s’équiper d’un adaptateur et d’un doggle ANT+.

Et finalement…

Sachez qu’en optant pour ce type d’appareil, il vous faut impérativement un ordinateur puissant et mis à jour, ainsi qu’une certaine patience à défaut de connaissances poussées en informatique. Ceci vaut pour tous les home trainer connectés, associés à une application soit pour gérer un entraînement avec des exercices, soit pour courir en ligne contre d’autres utilisateurs. Le Direto ne fait pas exception à la règle, mais il se distingue par sa stabilité, la gestion de la puissance, son bruit raisonnable, et surtout son prix par rapport à des appareils qui paraissent plus durables au premier abord, ou qui disposent d’un fil d’alimentation plus long. Quelques désagréments sans beaucoup d’importance qui font de l’Elite Direto l’un des meilleurs de sa catégorie.

 ELITE DIRETO

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

9 commentaires sur “Test du home trainer Elite Direto”

  1. Bonjour, j’aimerais connaître les références pour les accessoires ant+ qu’il faut pour ordinateur et smartphone pour être reconnu par le direto
    Cdt
    Mr guiganton Bruno

  2. Bonsoir en lisant votre test direto je m’aperçois que j’ai exactement ce soucis de connexion par Bluetooth avec mon PC . Voici la liste de tout ce que j’ai essayé… sans succès :
    après avoir téléchargé Zwift sur mon PC :
    -échec connexion ( dans mon salon) du direto avec mon PC ( HP Pavilion Intel I-5 carte graphique NVIDIA GeForce 8go de ram , Bluetooth 4.2 tout neuf ! )
    – échec connexion ( chez un ami ) du direto avec son PC asus i5 , grosse carte graphique grosse mémoire etc.
    Bref , j’ai essayé par bluetooth avec 3 pc différents dans 3 endroits … il veut rien savoir.
    Après avoir téléchargé Myetraining sur 2 smartphone Android, le direto reconnait enfin les 2 téléphones portables par Bluetooth.
    C’est un truc de dingue à s’arracher les cheveux , il est bien mentionné sur plein de site que le élite direto est compatible PC smartphone tablette par Bluetooth . Dois-je me contenter de pédaler devant un écran 5 pouces ??!! dois-je acheter un dondle( ou clé ) ANT+ ??!!
    Aidez moi svp
    Sportivement

    1. Bonjour,
      La clé ANT+ semble effectivement être la solution. Sinon, désolé, mais il vous reste à appeler le support Elite. Pour notre part, nous avons eu des difficultés, mais c’était avec un Mac. Avec la clé ANT+, ça fonctionne (mais pas en Bluetooth).
      Bon courage !

    2. Bonjour,

      J’ai le Direto depuis 15 jours, et comme vous je n’arrive pas à utiliser le BT avec un dongle BT4, avec une antenne ant+ ça fonctionne plutôt bien.
      Par contre le logiciel MyETraining est une véritable catastrophe sur le pc, il semble que Elite ait des développeurs peu compétents pour pondre un logiciel aussi buggé et aussi peu ergonomique.

      Personnellement je rencontre un problème de vibration qui s’installe aux alentours des 25km/h et au-delà, ça fait vibrer le plafond du rez-de-chaussée. J’ai indiqué le problème sur le forum d’elite, il m’ont demandé de contacter l’assistance, ce que j’ai fait et devais avoir une réponse sous 48h. Cela fait 7 jours maintenant mais je n’ai toujours aucune réponse de leur part.
      Maintenant je trouve que ma puissance varie beaucoup et suis réellement sceptique sur la précision du capteur de puissance qui soit disant serait précis à +/- 2,5%…

      Hier je me suis laissé tenté par l’option « analyse du coup de pédale » payante, eh bien j’ai payé mais ça ne fonctionne pas sur la version PC, ça bug… Mais surtout, une fois avoir payé, on vous demande de nous assurer d’avoir un capteur de cadence filaire pour être certain d’avoir une analyse précise… Je trouve cette démarche commerciale très limite. Pour en rajouter une couche, si vous souhaitez acheter une real video, vous n’avez même pas les informations de la qualité de l’enregistrement, ni la pente maxi, ce n’est pas très encourageant pour faire un achat quand on a tous ces déboires…

      J’ai un brin de déception sur le matériel, une offre logiciel minable et un comportement commercial presque malhonnête.
      Mais je crois au produit, attendons un peu pour voir si le travail de ces monsieurs de chez Elite porte leurs fruits…

  3. la casse (fissure) des cadres carbones (hauban ou base ) est « classique » sur HT, surtout si les gars sont lourds et bourrins: triangle arrière serré, bloqué , rigidifié sur le HT, et tube de selle et boite qui continuent de se dandiner en cadence; pareil pour la roue arrière: moyeu bloqué par le serrage rapide et cercle qui travaille: les rayons pêtent, le moyeu prend du jeu, et c’est la m…

  4. Je vous déconseille d’acheter un Hometrainer direto…
    Beaucoup de casse concernant la résistance…. À voir sur le forum officiel elite
    La garantie ne semble pas suivre
    Même problème sur le mien… Au final je vais devoir le ramener en magasin après un moid d’utilisation. J’espère au moins qu’ils vont le reprendre pour garantie….

  5. J’ai le direto depuis 2 ans et je ne rencontre aucun soucis, j’ai fais plus de 3500 km et franchement j’en suis pleinement satisfait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.