Test du BMC Teamelite 01

Semi-rigide ou softail ?

A la suite du Fourstroke 01 testé en janvier, voir Test du BMC Fourstroke 01, nous l’avons échangé avec le petit nouveau de la gamme 2016, le Teamelite 01. La propriété de ce nouveau cadre est d’intégrer un élastomère au sommet des haubans avant de faire la jonction avec le tube de selle. C’est le retour du principe des Softail des années 90, l’idée étant de donner un peu de souplesse verticale au cadre afin de soulager le pilote. Evaluation après quelques centaines de kilomètres à son bord !

Texte : Jeff Bossler

BMC parle de MTT (Micro Travel Technology) et d’un « amortisseur » Xcell disponible en 3 duretés ou niveau d’amortissement pour accorder le vélo au poids du pilote. Le cadre nu pèse à peine un kilogramme.

BMC-MTT-Team-Elite-01

Gamme BMC Teamelite 2016

Trois vélos complets et un cadre nu sont disponibles au catalogue. Si le cadre nu s’échange pour 3399€, un vélo complet équipé d’un groupe Shimano Deore XT 2 x 11 n’affiche que 1000€ de plus avec une fourche Fox, une paire de roues DT Swiss 1501. Disponible également en monoplateau et 11V SRAM XX1 pour 5599€, nous sommes en présence d’une bête de course prête à bondir.

BMC-Teamelite-01-XX1-Super-Red-2016-A10434_b_1

Un troisième modèle tout en haut de l’échelle s’échange à 9999€ avec l’équipement maximal disponible, le Shimano XTR Di2 avec roues en carbone BMC. C’est ce modèle que nous allons pouvoir rouler pendant un bon mois, avec une paire de roues DT Swiss 1501 et non pas celles d’origine en carbone.

A noter que BMC est l’une des rares marques à proposer 5 tailles de cadre tous en 29 pouces. Pas de roues de 27.5 pour les petites tailles et BMC propose même un cadre spécifique XS avec un top tube de 550mm (donc très court) incurvé et abaissé de 85 mm, ceci tout simplement pour abaisser la hauteur d’enjambement. C’est donc un des très rares cadres 29 pouces disponible en XS pour les pilotes de 1m60 et moins.

BMC-Teamelite-01-XS-cadre

BMC Teamelite 01 XTR Di2

En statique, comme pour le Fourstroke, la robe rouge vif typique BMC du plus bel effet lui va à ravir, comme un pur sang italien ou évoquant la couleur principale du drapeau de son pays d’origine. Suspension confiée à une Fox 32 en 100 mm, finition Kashima iCTD – comme le vélo d’Absalon – avec commande électrique.

BMC-Teamelite-01-Shimano-XTR-Di2

Du côté de la transmission, tout est confié au fabricant nippon avec du XTR partout. Cassette 11/40, pédalier 36/26, freins en disques de 160mm à fixation Center Lock. Les dérailleurs avant et arrière sont donc des modèles Di2 reliés à une seule manette de changement de vitesse, à droite sur le cintre. Syncroshift obligatoire, c’est à dire que selon un réglage prédéterminé, le système s’occupera automatiquement de changer de plateau à un moment donné lorsque l’on change de rapport. Les périphériques sont maison avec un cintre et tige de selle carbone de bonne facture, une potence courte en aluminium (70 mm quelle que soit la taille du vélo). Selle Fi’zi:k Tundra, une assise de référence utilisée par bon nombre de pratiquants. Côté roues, ce sont des DT Swiss 1501 Spline One qui prennent place et vont assurer la bonne marche de l’engin. Des roues déjà essayées sur le Fourstroke, excellent rapport qualité / poids / prix / fiabilité.
Finition du cadre exemplaire à nouveau, passage des câbles et durite en interne permettant de maintenir le système de freinage et de changement de vitesse à l’abri de la poussière. Accès externe en dessous de boite pour une installation plus aisée.

BMC-Teamelite-boite-pedalier

Le cadre est prévu pour accueillir aussi bien les transmissions mono-plateau (fixation de dérailleur avant discrète Direct Mount bas avec montage de guide-chaine possible en montage mono), double-plateaux (compatible dérailleur avant Shimano Side Swing) et électrique Shimano Di2.

OliverBurgess-BMC-TEAMELITE-WHITE-BG-24-of-24

MTT

Le Micro Travel Technology offre donc un peu de débattement (une dizaine de millimètres maximum) en jouant sur la flexibilité des bases carbone associée à un élastomère en haut des haubans pour absorber les chocs. Un système non sans rappeler des machines nous ayant fait rêver le siècle dernier, Sunn Flex, Moots YBB ou encore Litespeed Unicoi – bien plus fort que le poster de Carla Bruni à la même époque…

essai-BMC-teamelite-01-MTT
BMC-MTT-2
BMC-Teamelite-01-triangle-arrière

Déjà en statique, en appuyant fortement de tout son poids sur la selle, on voit parfaitement l’élastomère se déformer facilement. L’idée générale de ce cadre est de, sans rajouter trop de poids, permettre d’avoir une mini suspension pour absorber les petits chocs. Un vrai semi rigide peut être fatiguant à la longue, et/ou avec l’âge nous apprécions un peu de confort additionnel. Mais un tout suspendu rajoute généralement un bon kilo sur le vélo et beaucoup de parcours XC Marathon ne nécessitent pas forcément 100 mm de débattement. Et sur un parcours de XCO cassant, un peu de débattement pourrait apporter un plus en terme d’adhérence.

Nouveau Teamelite, le meilleur des 2 mondes ?

Comme sur le Fourstroke, la géométrie en taille S est bien pensée, on se sent tout de suite à l’aise sur le vélo. Il est relativement maniable dans le technique malgré les grandes roues grâce à une conception bien étudiée et optimisée pour l’utilisation d’une potence courte de 70 mm couplée à un cintre très large (pour un taille S) de 720 mm, évidemment très stable dans le cassant à haute vitesse. Le comportement du MTT est déconcertant au début. Assis sur la selle, on sent le vélo bouger légèrement de haut en bas lors du pédalage avec une sensation quelque peu semblable à celle d’une crevaison lente avec moins d’un bar dans le pneu arrière. On se surprend à regarder régulièrement sa roue arrière lors des toutes premières sorties. On s’habitue ensuite à cette sensation particulière car le vélo fonctionne très bien. Lorsqu’on se dresse sur les pédales, le MTT n’intervient pas (ou il ne se fait pas sentir), aucune torsion néfaste de l’arrière, l’ensemble de l’énergie est transmise à la roue et le vélo bondit à chaque sollicitation. Les relances sont efficaces, on est en présence d’un cadre nerveux qui ne se tord absolument pas. Rien à redire, la conception est bonne.

A présent quid de l’apport réel du MTT ? On ne va pas vous raconter des salades, dans les pierriers pris à haute vitesse, le vélo se balade de partout. Ce n’est pas un full et la roue arrière reste très sauvage à dompter. Les quelques millimètres de débattement ne permettent pas d’absorber les successions de gros chocs à haute vitesse. Dans ces cas là, le Teamelite est très très proche d’un semi rigide. Par contre le MTT se révèle très agréable et efficace sur des successions de petites chocs, par exemple les surfaces type « tôle ondulée ». Ce cadre aurait fait merveille lors de la Cape Epic sur les Farm Roads !

Gros point positif dans certaines montées techniques sur nos parcours habituels, agréablement surpris par l’adhérence qui s’est révélée meilleure qu’avec un rigide classique, nous permettant de franchir certains obstacles de bien meilleure manière. Quelques longues sorties nous ont aussi permis de nous rendre compte que nous rentrions un peu plus frais, comme si le cadre nous économisait un peu, notamment au niveau des lombaires. Bon, on sent quand même les kilomètres, on pourrait résumer en estimant le bénéfice obtenu à un petit supplément de confort comme si l’on passait à une section de pneu supérieure ou une légère baisse de pression de ceux-ci (mais avec un risque de crevaison plus grand, rendement inférieur et précision de pilotage en baisse).

BMC-Teamelite-01-Shimano-XTR-Di2-derailleur-avant

Un mot sur la transmission XTR Di2, qui marche du tonnerre, dommage que le tarif soit prohibitif (bientôt plus accessible avec le nouveau Deore XT Di2 pour 2017). Les changements de rapport se font sans bruit, et même les passages de plateaux se réalisent sans que l’on s’en rende compte (comme nous l’avions déjà évoqué lors de notre test terrain XTR Di2). L’autonomie de la batterie nous a permis d’effectuer sans aucun souci ces 500 km de roulage sans recharger, sachant que nous avions également le blocage de la fourche électronique utilisant l’énergie de celle-ci. Gestion électronique à 3 positions, et contrairement au système mécanique à câble qui a tendance à jouer les rebelles, celui-ci a pleinement rempli son rôle et même plus, il a été parfait. Dommage également que ce type d’option soit hors de prix chez Fox.

Train roulant d’emprunt 

Dernier point sur les roues, les DT Swiss 1501 Spline One qui rappelons le ne sont pas les roues d’origine de cette version haut de gamme mais que l’on trouve sur les deux modèles disposant de montages plus accessibles. De bonnes roues fiables et Tubeless Ready, mais avec plus de 1,5 kg elles pénalisent quelque peu les relances. La rigidité sur des gros appuis n’est pas non plus exceptionnelle, mais permet un supplément de confort. Les roues étaient chaussées de 2 pneus Continental X-King 2.2 ProTection qui ont été parfait y compris en conditions boueuses de cet hiver, aucune crevaison à déplorer et une excellente accroche.

Test-BMC-Teamelite-01-MTT

Le cadre permet le montage de 2 porte bidons, même sur un taille S, idéal pour une utilisation XC Marathon. Le BMC Teamelite 01 se révèlera un excellent compagnon pour vos longues sorties.
Aurons nous la chance de le voir également soulever la poussière du circuit des JO aux mains de Julien Absalon ? Le circuit de Rio présente la particularité d’avoir une longue montée rapide et très lisse, avant des descentes techniques et cassantes au milieu de pierriers artificiels. Avantage au Fourstroke pour les descentes, ou au Teamelite avec une tige téléscopique pour prendre l’avantage dans la montée et passer au mieux les pierriers avec le MTT ? Réponse au mois d’août !

BMC TEAMELITE 01 XTR Di2
essai-VTT-XC-BMC-teamelite-01-XTR-Di2
Cadre : carbone
Fourche : Fox 32 Float Factory Fit 4 iRD Remote 100 mm
Dérailleurs : Shimano XTR Di2
Manette : 
Shimano XTR Di2 paramétrée Synchroshift
Cassette : Shimano XTR – 11/40 dents
Chaîne : Shimano XTR
Pédalier : Shimano XTR – 36/26 dents
Freins : Shimano XTR – 160/160 mm
Roues : BMC MWX 01 Carbon (DT Swiss sur notre modèle de test)
Pneus : Continental Race King Sport 29 x 2.20 (XKing ProTection sur notre modèle de test)
Cintre : BMC MFB 01 – 720 mm / 9° Backsweep
Potence : BMC MSM 02
Tige de selle : BMC TCC 01 – 27.2 mm
Selle : Fi’zi:k Tundra M3
Poids : 9,72 kg sans pédales en taille S
5 tailles : XS, S, M, L, XL
Prix public : 9999 €

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

 

2 commentaires sur “Test du BMC Teamelite 01”

  1. super velo je suis très content de mon achat je roule en foret confort pour un rigide petit probléme fourche blocage ne revient pas !!!! fixation derailleur avant vis déssérées il faut oter le pédalier pour mettre la clé

Répondre à laffaiteur Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.