Alta Via Stage Race, étape 4

Descente sur Gênes

Évidemment, sur cette étape il ne s’agira pas de se contenter descendre directement jusqu’au littoral, le tracé sera agrémenté de belles montées avec au menu du jour 71 kilomètres et 2150 mètres de dénivelé.

Par Fred Ischard – Photos : Alta Via Stage Race/Nicola Damonte

Le réveil est bien matinal ce jour. En effet, en raison des fortes chaleurs, l’organisation décide d’avancer le départ d’une heure. C’est donc aux environs de 7 heures que je m’élance car aujourd’hui le départ chrono ne se fera pas directement du camp de Lorsica, la première longue ascension du jour sur asphalte empruntant une route importante s’effectuant en mode fictif à allure libre.

On part en descente sur les deux premiers kilomètres avant de s’attaquer tranquillement aux 16 kilomètres d’ascension à 7% de moyenne qui nous attendent. La montée est assez régulière, pas trop difficile, c’est parfait pour tourner les jambes et discuter en groupe pour passer le temps. Après une heure de montée, me voici en compagnie d’un groupe où se côtoie hollandais, portugais et italiens au Passo della Scoglina à 900 mètres d’altitude. Encore 200 mètres de dénivelé et un bon quart d’heure d’escalade et me voici au départ chrono.

Je peux ensuite poser le vélo et attendre gentiment car on attend que tout le monde soit arrivé pour lancer les départs individuellement toutes les 30 secondes en fonction du classement. Après 45 minutes d’attente, je peux m’élancer pour les 53 kilomètres restants. Je m’engouffre directement sur un single qui suit une crête car on a retrouvé le sentier « Alta Via Dei Monti Liguri ». C’est assez tonique comme départ, ça monte et ça descend tout en relances. Après 2 kilomètres, j’ai repris les 30 secondes me séparant de Victor Ubeda et après 4 kilomètres, regroupement avec le duo Francesco Gaffuri/Elias Van Hoeydonck et le deuxième espagnol.

On quitte le single pour une montée asphalte où ça attaque direct au moment où Juul Van Loon nous a repris. Résultat, je donne tout ce que j’ai pour tenir les roues, ça tient sur l’asphalte mais c’est en retrouvant un single en montée technique qu’en dépit de dépassements d’une partie de peloton, je lâche prise. On arrive au sommet au Passo del Portello, place à une descente pas trop dangereuse mais déjà bien technique où je double le restant du peloton ainsi que le hollandais un peu en difficulté dans les sections plus engagées. La descente se poursuit dans les bois puis se termine par un toboggan très rapide jusqu’au Passo della Scofiera, on a descendu 400 mètres de dénivelé très rapidement.

Je retrouve de la route assez plate qui me permet de m’alimenter un peu après 32 kilomètres de course. On passe de nombreuses fois sous l’autoroute qui relie Plaisance à Gênes. J’arrive au village de Loccio, le pied de la deuxième ascension du jour, d’abord un petit single sauvage puis c’est parti pour 6 kilomètres de montée qui alterne bitume et piste. Globalement la montée est assez roulante et surprise, je me retrouve avec le duo et les espagnols qui se sont un peu égarés avant le pied de la montée, bon ça me laisse une chance de me refaire. Je vais donc me refaire mal pour suivre le rythme mais à mi-pente, les deux hollandais dont le leader de l’épreuve attaquent à nouveau et ça signe la fin d’espoir de rester dans les roues, je manque bien de puissance dans des pentes n’excédant pas 10%. Je termine donc l’ascension tout seul en voyant revenir sur moi un polonais que j’avais déjà repris car parti 3 minutes devant moi. Je m’accroche à sa roue jusqu’au sommet avant que l’on retrouve un single où je repasse devant. Ce single bien casse-pattes au début en suivant le flanc d’un mont avant de descendre, descente bien ludique et quelques passages techniques qui me permettent de prendre un peu d’avance sur ce cher polonais. La descente se termine sur une petite route très tortueuse où il faut faire très attention aux voitures qui arrivent en face, je reste donc prudent !

En bas, ravito express pour remplir le bidon, entre temps le polonais repasse devant et je ne le reverrais que dans le kilomètre final. Un peu de répit avec 5 kilomètres de route quasi plat, ça me permet de remanger un peu avant d’attaquer la dernière ascension du jour. Je traverse le gros village de Montoggio puis longe le cours de la Scrivia avant de prendre la route qui mène à Gênes. Mais ça serait trop facile de filer à l’arrivée directement; il reste 17 kilomètres et on attaque notre dernière ascension, la montée jusqu’au village de Sella, 3 kilomètres sur asphalte à 9% de moyenne dont 1 kilomètre quasi plat, les deux autres c’est du 15% avec une pente maxi à 23%, on nous avait prévenu et on ne nous a pas menti !

Un dernier raidillon sur single et on plonge dans une très chouette descente entre les arbres, quelques passages très engagées sur le final puis on retrouve une piste plate très très roulante pendant 3 kilomètres. On approche de Gênes, le dernier kilomètre chrono se fait sur une petite route très agréable où je fais jonction avec ce fameux polonais avant de plonger sur la ville de Gênes à allure libre car on emprunte une route importante et la circulation est dense dans les faubourgs de la ville. Coup de théâtre, Victor Ubeda et le duo Francesco Gaffuri/Elias Van Hoeydonck ont pris une mauvaise route dans les tous derniers kilomètres perdant ainsi 10 minutes, me permettant de me classer 4e de cette étape. Je conforte ma 5e place au classement général avec 22 minutes d’avance sur le 6e, l’espagnol Victor Ubeda. Devant, nouvelle victoire pour le hollandais Gosse Van Der Meer avec 2 minutes 15 d’avance sur son compatriote Juul Van Loon et 2 minutes 30 sur l’espagnol Joan Pons. Au classement général, Gosse Van Der Meer possède 55 minutes d’avance sur Joan Pons et 57 minutes sur Juul Van Loon. Le premier duo Francesco Gaffuri/Elias Van Hoeydonck reste à la 4e place à 1h10 et je complète le top 5 avec 1h20 de retard sur le leader.

Chez les dames, coup de théâtre avec le très malheureux abandon de la portugaise Ilda Pereira sur chute dans les derniers kilomètres de l’étape. L’italienne Gaïa Ravaioli, encore très en forme aujourd’hui conforte donc son statut de leader avec près de 4 heures d’avance sur l’ukrainienne Olena Novikova.

La suite, à nouveau une étape très difficile qui nous attend en direction du village de Sassello avec 87 kilomètres et 3000 mètres de dénivelé !

Voir aussi :
Alta Via Stage Race, étape 3
– Alta Via Stage Race, étape 2
Alta Via Stage Race, étape 1
Alta Via Stage Race 2021, c’est parti !

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.