Alta Via Stage Race, étape 2

Crête panoramique ligurienne

Ce dimanche, une étape plus facile au programme avec 60 kilomètres et 2100 mètres de dénivelé pour entrer dans la province de Gênes sur un parcours plus montagneux mais plus roulant que la difficile première étape. Après notre première nuit sous tente, il est temps de s’attaquer à cette 3e journée de course.

Par Fred Ischard – Photos : Alta Via Stage Race/Nicola Damonte

C’est à nouveau individuellement que les coureurs s’élancent par intervalles de 30 secondes, ce sera d’ailleurs le cas toute la semaine. Il fait déjà bien chaud autour du gîte de Cuccaro avec 27 degrés à 9 heures et nous sommes à 900 mètres d’altitude !

Je m’élance à mon tour, étant classé 5e, j’aurais un duo et trois coureurs à mes trousses. Mieux vaut être bien réveillé, on part sur une petite boucle de 4 kilomètres typé XCO dans la pinède de Suvero. Une première montée vraiment technique et usante puis on tournicotte entre les pins au milieu des racines. Une descente technique et on remonte bien raide pour repasser à quelques mètres du départ. On enchaîne par une montée sur bitume longue de 2 kilomètres. La boucle XCO a permis de regrouper pas mal de coureurs autour de moi. Je laisse partir les deux espagnols Joan Pons/Victor Ubeda ainsi que le duo Francesco Gaffuri/Elias Van Hoeydonck et me retrouve avec la portugaise Ilda Pereira partie une minute avant moi, qui reste dans ma roue sur cette section bitume et qui lâchera prise peu avant le sommet. On quitte la route et on s’engage sur une belle piste qui va suivre une ligne de crête autour des 1000 mètres d’altitude pendant douze kilomètres où ça monte et ça descend sans arrêts mais sur cette belle piste roulante, ça passe plutôt bien mais me retrouvant seul à doubler l’intégralité du peloton parti devant nous, je roule sur un faux rythme et me prends une minute par les espagnols et le belge-transalpin qui roulent ensemble.

On bascule ensuite sur une petite route sinueuse pour perdre 200 mètres de dénivelé, on traverse le petit village d’Adelano puis nous voici au 20e kilomètre, la Casa de la Madeleine où est prévu le premier point d’eau qui sera malheureusement inexistant ! Oupsss… Bon, ça va être restriction d’eau dans la grosse ascension du jour ou il faudra trouver une source en cas d’urgence.

Justement, je me lance à l’assaut de cette montée, le juge de paix du jour, 800 mètres de dénivelé entrecoupé par un court replat. La première partie avant le replat, c’est 4 kilomètres à 11% de moyenne sur une piste pleine de cailloux, ce n’est absolument pas roulant mais je ne m’affole pas et me sens plutôt bien, je reprends le belge Davy Foubert parti 30 secondes devant moi que je lâcherais assez rapidement pour faire la connexion avec un hollandais parti 2 minutes avant moi, lui par contre accrochera ma roue un bon moment. Malgré mes efforts, c’est encore une minute de perdue sur cette demi-heure d’ascension sur les espagnols et le duo, mon but étant de limiter les écarts sur cette étape plus « facile ».

Après le replat, on reprend l’ascension sur cette même piste caillouteuse pendant deux kilomètres avant de se lancer sur un portage sur un sentier raide pour terminer l’ascension, un quart d’heure à pousser ou porter le vélo et c’est sur ce secteur que je parviens à reprendre du temps aux coureurs de devant. Voici enfin le sommet du Monte Gottero à 1650 mètres d’altitude, on aperçoit toute la région ligurienne autour de nous, c’est vraiment chouette, une vue impressionnante ! Je suis parvenu à me détacher du hollandais à la fin du portage et j’ai aperçu les 4 coureurs devant à moins d’une minute, ça me rassure un peu…

On plonge dans une descente, enfin plutôt un rock-garden de 3 kilomètres, parfois sentier, parfois piste, tout en sous-bois et surtout des cailloux partout ! Malgré tout, j’ai pu me lâcher et je me suis senti bien dans cette descente. Au prix de quelques relances bien appuyées, je parviens à faire la jonction avec Joan, Victor, Elias et Francesco au point d’eau du Passo del Lupo. Je remplis mon bidon express et on repart quasi ensemble pour 4 kilomètres sur une petite route plat qui suit la crête. On passe le Passo de Centro Croci, 1050 mètres d’altitude. On quitte la route pour monter la dernière difficulté du parcours, 1500 mètres à 9% sur une piste assez roulante, ça roule assez fort et je m’accroche en queue de groupe. Au sommet, il reste 13 kilomètres avant l’arrêt chrono et ce sera une fin de parcours très casse-pattes, je subis les à-coups mais m’accrocher à eux me permet de rester dans l’allure – et après avoir eu de grosses difficultés à retrouver une allure – ça fait plaisir d’être en mesure de jouer un peu.

A moins de 10 bornes de l’arrêt chrono, je profite d’une descente technique pour prendre une meilleure trace et me retrouver à l’avant du groupe mais également reprendre le hollandais Juul Van Loon, certes parti 1 minute 30 derrière moi mais qui m’avait doublé assez rapidement. Il lâchera assez rapidement mais restera devant moi sur l’étape pour deux petites secondes. Je mène donc bon train à l’avant du groupe, me permettant de gérer mon rythme sans subir d’à-coups. Je sens qu’il est temps que ça se termine car les montées courtes s’enchaînent sans arrêts mais tout se passe pour le mieux jusqu’à deux kilomètres de l’arrêt chrono où au détour d’un virage dans un petit chemin, une voiture arrive en face. La collision paraît inévitable mais je parviens à virer côté ravin en freinant d’urgence, me stoppant sur des fils barbelés et accrochant un arbre. Vélo OK, juste deux griffures au tibia, gros soulagement et énorme frayeur, pour cette fois sans conséquences. Allez, deux kilomètres profil montant sur une piste et je termine en compagnie de Joan Pons qui au jeu des horaires de départ me devance d’une minute et prend la 2e place de l’étape, le duo Francesco Gaffuri/Elias Van Hoeydonck parti juste derrière moi me devance de 30 secondes et prend la 3e place du jour, moi la 5e juste derrière le hollandais Juul Van Loon qui garde deux secondes.

Au classement général, le hollandais Gosse Van Der Meer gagne à nouveau l’étape du jour et possède maintenant 30 minutes d’avance sur son compatriote Juul Van Loon et 49 minutes sur l’espagnol Joan Pons. Le premier duo reste toujours Francesco Gaffuri/Elias Van Hoeydonck qui se classe à la 4e place du scratch à 51 minutes de l’homme de tête alors que pour ma part je complète le top 5 à 54 minutes du leader et à 5 petites minutes du podium, la bataille reste encore indécise pour ce podium et il reste encore du chemin avant l’arrivée finale. Chez les dames, la portugaise Ilda Pereira l’emporte à nouveau avec 12 minutes d’avance et consolide son leadership avec 23 minutes sur l’italienne Gaïa Ravaioli.

Après l’arrêt chrono, une petite liaison sur route de 5 kilomètres pour monter au Passo Bosco et descendre à l’arrivée finale jugée dans le village de Giaiette nous permet de tourner un peu les jambes et commencer à récupérer en pensant à l’étape du lendemain qui nous emmènera à Lorsica après avoir parcouru 53 kilomètres et avoir à nouveau cumulé 2000 mètres de dénivelé !

Voir aussi :
Alta Via Stage Race, étape 1
Alta Via Stage Race 2021, c’est parti !

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.