Alta Via Stage Race, étape 1

Province de La Spezia et parc naturel des Cinque Terre

Après une nuit au chaud dans un gymnase, les choses sérieuses commencent ce matin. On a le droit à un ticket pour dévaliser les boulangeries de Ricco del Golfo en guise de petit déjeuner, original comme concept pour une course ! Au programme du jour, 69 kilomètres à parcourir cumulant 2900 mètres de dénivelé. Et au regard du profil et des nombreux sentiers empruntés, cette première étape va en intoxiquer plus d’un, on va rentrer de suite dans le vif du sujet !

Par Fred Ischard – Photos : Alta Via Stage Race/Nicola Damonte

Contrairement au prologue, le départ est cette fois donné individuellement toutes les 30 secondes en fonction du classement du prologue, les derniers partant en premier ! Suite à ma 7e place obtenue hier, je pars dans les derniers, dans le sillage de l’italienne Gaïa Ravaioli particulièrement affûtée, j’ai un peu de graisse à perdre !

Le départ est donné au même endroit que le prologue, du coup on doit effectuer le même départ pour sortir de Ricco del Golfo et retrouver la trace GPS du jour. Je m’emmêle un peu les pinceaux et perds rapidement 20 secondes pour retrouver le bon itinéraire ! Bon, pas d’affolement la course est très longue. Je repasse devant le gymnase qui nous a accueilli pour la nuit et me lance dans la première montée du jour pour aller visiter le sanctuaire San Agostino, 1500 mètres à 11% de moyenne sur asphalte, pas mal comme échauffement. Rapidement, l’espagnol Victor Ubeda et le duo Francesco Gaffuri/Elias Van Hoeydonck me doublent et je ne cherche même pas à tenir la roue !

D’ailleurs, au sanctuaire je manque de me tromper de chemin et perds encore 10 secondes. On prends un petit single emprunté la veille à l’envers avant de reprendre le cours de notre montée, l’ascension jusqu’au petit col de la Croce, 300 mètres de dénivelé sur un petit single de 5 bornes vraiment très joli, ludique et rapide, c’est sur ce single que je vais doubler la majorité des coureurs partis avant moi qui laissent passer avec beaucoup de fair-play. Une fois au sommet, me voici déjà à 650 mètres d’altitude. On poursuit encore notre ascension mais de manière très douce sur un magnifique single très ludique sous une pinède avec vue sur la mer, juste superbe ! On enchaîne par une montée d’une borne assez raide avant de souffler dans une petite descente technique, la première du jour ! Et on reprend la montée, toujours sur du single et je double enfin Gaïa Ravaioli, partie 30 secondes avant moi après 11 kilomètres de course. Je fais ensuite le jump pour me retrouver avec Victor Ubeda avec qui on va se faire une bonne partie de manivelles pendant une vingtaine de bornes. On poursuit par des successions de singles toujours aussi jolis jusqu’au Foce di Drignana, un petit col à 500 mètres d’altitude. Le relief très casse pattes demande beaucoup de relances. On franchit le Passo del Termine situé 100 mètres plus haut, on shunte le point d’eau, m’en restant assez pour tenir jusqu’au ravito suivant.

Après 22 bornes de course, enfin un petit bout de route pendant 2 kilomètres qui fait du bien puis on enchaîne par une succession de raidards sur piste en suivant une ligne de crête avant enfin de basculer sur une superbe descente en single de 3 kilomètres très ludique dans un décor vraiment fameux au milieu d’une végétation luxuriante dans ces pinèdes. Une nouvelle petite bosse raide et on bascule sur une longue piste rapide qui longe un ruisseau. En bas de cette piste, après 35 kilomètres de course, arrêt chrono pour effectuer une liaison qui emprunte une route très fréquentée. Deux kilomètres plus loin, nous passons une autoroute et entrons à Brugnato où se trouve le 2e ravito situé dans la section non chrono. Une petite pause s’impose, juste pour boire de l’eau car j’ai des brûlures d’estomac qui m’obligent à faire gaffe à l’acidité. Une mini toilette pour repartir frais et 5 minutes plus tard c’est reparti. Deux bornes plus loin, voici le départ de la reprise chrono.

Quand on regarde, on voit que ça va monter, beaucoup monter ! Je m’élance tout seul, 5 minutes derrière les deux espagnols Pons et Ubeda, et juste devant les hollandais Van der Meer et Van Loon. Après seulement un petit kilomètre, on passe le cours d’eau Vara et c’est parti pour une bonne montée raide sur route en lacets avec des pentes à 20%. A part l’impressionnant hollandais Van der Meer qui va me doubler comme une fusée, je ne verrais personne jusque l’arrivée. Après ces deux bornes très raides,on bascule très vite avant de remonter sur une piste en plein soleil, il fait 35 degrés et je souffre un peu, c’est étouffant ! J’arrive après un dur labeur de 5 bornes interminables à 700 mètres d’altitude au Monte Beverone. La bascule me fait du bien même si c’est de courte durée et que derrière ça enchaîne sur d’incessants raidillons usants. Je redescends par un joli single qui me réveille un peu. En bas un joli pont et une série de portages, vivement le point d’eau, je suis à sec. J’arrive enfin à Calice al Corniviglio et son très joli château mais surtout son point d’eau. Un refueling bidon, une bouteille pour m’asperger et c’est parti pour 10 bornes de montée et quasi 700 mètres de dénivelé. La première partie jusque le charmant village de Santa Maria, c’est principalement du single, si c’est trop raide je pousse pour garder le peu d’énergie restant et éviter les crampes. Passé le village de Santa Maria, c’est parti pour 5 bornes de route, jamais sous 10% de pente ! A 800 mètres d’altitude, la route laisse place à une piste aux pentes bien plus raisonnables afin de monter ces 250 derniers mètres de dénivelé. Le sommet à 1050 mètres d’altitude se rapproche. Il reste 4 kilomètres jusque l’arrivée, deux bornes tout plat roulant avec un chouette décor montagneux et deux bornes de descente douces.

Soulagement, je crève de chaud mais je suis arrivé à bout de ces 69 bornes et 2900 mètres de dénivelé ! Petite descente neutralisée sur 2  bornes jusqu’au bivouac situé près d’un magnifique lodge à toute proximité de la magnifique Pineta di Suvero. Je termine donc 6e du premier secteur chrono en bouclant les 35 kilomètres en 2h23 et une surprenante 4e place dans le second chrono de 30 bornes que je boucle 2h31. Ça me permet d’intégrer le top 5 à 3 minutes du podium scratch. Justement, ce podium scratch est occupé par le hollandais Gosse Van Der Meer qui domine ce début d’Alta Via Stage Race en remportant l’étape. Il dispose déjà d’une avance de 12 minutes sur son compatriote Juul Van Loon et 32 minutes sur l’experimenté espagnol Joan Pons victime d’un coup de chaud en fin d’étape. En réalisant une magistrale 3e place au scratch toutes catégories sur le 2e chrono du jour, la portugaise Ilda Pereira prend la tête du classement dame avec 10 minutes d’avance sur l’italienne Gaïa Ravaioli.

Dimanche, une étape un peu plus facile nous attend avec 62 kilomètres et un peu moins de 2000 mètres de dénivelé au programme où l’on longera les frontières de la Toscane.

Voir aussi : Alta Via Stage Race 2021, c’est parti !

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.