Alta Via Stage Race, étape 3

Parc régional d’Avieto

4e jour de course sur l’Alta Via Stage Race, nous en sommes encore qu’au début de la semaine mais les organismes sont déjà bien fatigués. Après une étape plus « facile » la veille, c’est une des étapes les plus courte de la semaine que l’on nous propose ce lundi pour rejoindre le village de Lorsica. Apparemment facile sur le papier, cette 3e étape va nous réserver bien des surprises !

Par Fred Ischard – Photos : Alta Via Stage Race/Nicola Damonte

Au programme de la journée, 52 kilomètres et 1900 mètres de dénivelé. Pour bien commencer la journée, les deux premiers kilomètres sur asphalte ne sont pas chronométrés. Je quitte tranquillement le campement en tout dernier, mon départ étant prévu peu après 9 heures à partir du départ chrono. Je monte le petit kilomètre pour rejoindre le Passo del Bosco en tournant les jambes, encore un petit kilomètre de montée douce et voici le départ chrono où tout le monde attend gentiment son horaire de passage, toujours en fonction de son classement.

Allez, après une bonne vingtaine de minutes d’attente, c’est à mon tour et je pars directement sur un single en descente dans les bois très ludique. Je me fais reprendre après 2 kilomètres à la fin du single les 30 secondes par le duo Francesco Gaffuri/Elias Van Hoeydonck partis juste derrière moi. On double rapidement la portugaise Ilda Pereira qui elle est partie 1 minute 30 devant moi. Le single laisse place à une piste et on poursuit la descente alors que l’espagnol Joan Pons m’a déjà repris la minute d’écart au départ. On va donc rouler à 4 pendant quelques kilomètres, permettant également plus facilement de doubler la moitié du peloton un peu en difficulté dans la section technique en single qui suit et qui oblige parfois à de courts portages dans les pierres glissantes. C’est assez usant et très casse-pattes.

On termine la descente par la route en shuntant le premier ravito situé en pleine descente après 13 kilomètres de course. On passe le village de Vallepiana et maintenant c’est parti pour LA grosse difficulté du jour, une ascension de 14 kilomètres et 1100 mètres de dénivelé à gravir d’une traite. La grande majorité de la montée s’effectue sur route puis sur piste roulante pour monter au Passo della Spingarda, ça représente 11 kilomètres à 9% de moyenne avec très souvent des pentes entre 10 et 15%. Autant le dire, je sens très rapidement que je ne suis pas dans le coup dans cette ascension et que ça va être très long ! Je laisse partir mes compagnons mais également adversaires directs sans pouvoir faire quoi que ce soit. Je vois également revenir Victor Ubeda qui m’a pourtant « offert » à nouveau 1 minute 30 en s’égarant en début de parcours, il est très en forme et fera la liaison avec les 3 coureurs qui m’ont lâché dont son ami espagnol Joan Pons. Je n’ai à priori pas encore digéré le petit déjeuner, j’ai de grosses remontées d’estomac et je meurs de soif. Heureusement, le parc naturel d’Avieto que nous traversons est riche en sources et je trouve donc rapidement de l’eau qui paraît très saine.

Petit à petit, je retrouve un semblant d’allure avec comme but de limiter les dégâts au chrono. C’est au bout d’une heure sept d’escalade que je quitte la longue piste pour m’engouffrer dans le single qui termine notre ascension, je zappe également le 2e ravitaillement, disposant encore d’un tiers de bidon et ne désirant pas me charger car qui dit single d’altitude en montée, signifie portage et c’est donc 15 minutes de portage pour se hisser tout au sommet du Monte Aiona à 1650 mètres d’altitude. La forêt a laissé place à un grand espace lunaire parsemé de roches en tout, il faut donc se frayer un chemin et bien garder le cap en suivant la trace GPS car il n’y a plus de sentiers.

Pile au passage du sommet, je passe le portugais Jorge Pedrones, parti 5 bonnes minutes avant moi et auteur d’une très belle ascension. C’est parti pour la descente, on bascule d’abord sur un sentier très montagne à travers le Pré de Lame puis on entre dans le bois de Lame. La première partie de descente, c’est plutôt ludique et très sympa, il faut rester vigilant pour rester sur le bon sentier, parfois peu visible mais c’est très joli. Je reprends dans cette descente le hollandais Juul Van Loon, actuel 2e au classement et l’italien Alberto Vitali lui situé autour du top 10, ils ont descendu une mauvaise piste ! On fait un bout de single ensemble jusqu’au point d’eau du Passo delle Lame au 33e kilomètre. Je fais remplir mon bidon en express et je fais bien car la suite est un bon chantier au milieu des bois, il faut sans cesse monter et descendre du vélo, traverser un paquet de torrents et surtout la trace n’est quasiment pas visible, ceci me permet de m’échapper avec l’italien au détriment du pauvre hollandais.

Certes très très usante, cette section au demeurant très chouette ne me déplaît pas. On termine la descente par une piste et on arrive au village de Cabanne, on se retrouve à nouveau à 800 mètres d’altitude. Nouveau ravito, j’effectue un remplissage bidon pour assurer les 13 derniers kilomètres. On poursuit sur route en faux plat montant, notre seul répit de la journée pendant 5 bornes jusqu’au village de Ventarola et voici le pied de la dernière montée du jour et elle ne va pas être drôle du tout, 300 mètres de dénivelé pour monter à 1150 mètres d’altitude, ça ne paraît pas compliqué mais la montée s’effectue sur un chemin tout plein de pierres avec par moments des pentes affreuses qui obligent à poser pied pour reprendre son souffle, pas évident à gérer et j’alterne poussage et vélo en essayant de tenir la roue de l’italien apparemment plus en forme que les jours précédents ! Ce sera chose faite, on passe la Bocca di Feia ensemble. Allez, place à la descente et là nouvelle surprise, les 700 mètres de dénivelé de dégringolade qui nous attendent sur ce sentier « Alta Via dei Monti Liguri », ce sera littéralement une descente typée Enduro bien engagé, des rochers partout, des marches en tout genre cachées dans la végétation, un sentier à peine visible et 500 marches d’escaliers pour finir complètement brassé !

Malgré la distance pas très longue à l’arrivée, on termine tous très fatigué ! Pour ma part, je limite bien les dégâts pour une journée pas au top, je boucle les 52 kilomètres en 4h16, prenant la 5e place du jour en terminant à près de 10 minutes de Francesco Gaffuri/Elias Van Hoeydonck, Joan Pons et Victor Ubeda qui ont terminé tous ensemble. Au général, je reste donc à la 5e place en conservant 16 minutes sur Victor Ubeda. Sur cette 3e étape, c’est à nouveau le hollandais Gosse Van Der Meer qui s’impose en 3h45 malgré le fait de s’être égaré. L’espagnol Joan Pons termine à 2 minutes 45. Le duo Francesco Gaffuri/Elias Van Hoeydonck prend la 3e place à 4 minutes. Gosse Van Der Meer possède maintenant 51 minutes d’avance sur l’espagnol Joan Pons et 54 minutes sur son compatriote Juul Van Loon alors que le duo Francesco Gaffuri/Elias Van Hoeydonck reste 4e à 55 minutes. Chez les dames, c’est cette fois l’italienne Gaïa Ravaioli qui remporte l’étape en 4h24 avec 45 minutes d’avance sur la portugaise Ilda Pereira prenant ainsi le leadership avec 23 minutes d’avance.

Mardi, direction la ville de Gênes avec au programme 73 kilomètres et 2000 mètres de dénivelé.

Voir aussi :
– Alta Via Stage Race, étape 2
–  Alta Via Stage Race, étape 1
Alta Via Stage Race 2021, c’est parti !

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.