Test des roues Roval Rapide CLX 40

Des roues à pneu aériennes !

Copyright : Sylvain Pigeau www.velochannel.com.com; Tous droits réservés. Copie et utilisations interdites sans l'accord de l'auteur.

Discrètes parmi les roues haut de gamme à pneu, les Roval Rapide CLX 40 n’en sont pas moins extrêmement efficaces. Avec une hauteur de jante de 40 mm, elles jouent le compromis entre aérodynamisme, nervosité, poids contenu et confort.

Les premières roues Roval sont nées en 1978, et étaient résolument à l’avant-garde avec pas moins de quatre brevets originaux. Ces roues dénotaient avec les premières jantes dites aérodynamiques (avec des têtes de rayons dissimulées dans les jantes), des rayons fins de forme ovale à tirage droits pour l’avant, et droits et croisés à l’arrière, et enfin un rayonnage asymétrique pour la roue arrière. Si la petite marque française a depuis été reprise par le géant Specialized, elle conserve une certaine forme d’originalité, à commencer par sa relative discrétion. Et pourtant, les roues Roval équipent bien les équipes World Tour Tinkoff et Etixx-Quick-Step, avec comme coureurs phares Alberto Contador, Peter Sagan, Tom Boonen ou Julian Alaphilippe. Elles sont également montées sur de nombreux vélos de la gamme Specialized. Quand on parle de discrétion, c’est plutôt qu’à côté de Mavic, Campagnolo, Shimano ou Zipp par exemple, la gamme de roues Roval semble moins faire l’objet de nombreuses campagnes de publicité ou de tests dans la presse spécialisée. Pourtant, les roues Roval sont bien disponibles pour équiper n’importe quel vélo (même autre que Specialized). C’est ce que nous avons pu vérifier au cours de ce test des Rapide CLX 40, un modèle qui nous semble intéressant à plus d’un titre, même si le prix de vente le place très haut de gamme.

Fidèles à leurs origines

Copyright : Sylvain Pigeau www.velochannel.com.com; Tous droits réservés. Copie et utilisations interdites sans l'accord de l'auteur.

Parmi les roues de série, les Rapide CLX 40 sont parmi les plus légères pour des roues à pneu avec une jante de 40 mm de haut. Pesées à 1415 g (avec fonds de jantes mais sans blocages – 632 g à l’avant, 783 g à l’arrière), elles rivalisent avec des roues dont le profil est plus bas, et gagnent par exemple entre 50 et 80 g par rapport aux nouvelles Mavic Pro SL carbone (voir : Premier-essai des nouvelles Mavic Ksyrium Pro Carbone SL C et Cosmic Pro Carbone SL C), aux Black Inc. Fifty (voir : Test des roues Black Inc Fifty) ou aux Bontrager Aeolus 5 (voir : Test des roues Bontrager Aeolus 5 TLR D3). Si le profil des jantes n’est pas extrêmement large (23 mm) par rapport aux roues précitées, les têtes de rayons sont toujours dissimulées à l’intérieur des jantes, conformément aux modèles originaux.

Copyright : Sylvain Pigeau www.velochannel.com.com; Tous droits réservés. Copie et utilisations interdites sans l'accord de l'auteur.

On trouve 18 rayons DT Révolution ronds et fins à l’avant, 21 à l’arrière, avec un rayonnage de type 2:1, avec des rayons croisés par 2 côté cassette et droits côté opposé. Le moyeu avant dispose d’un corps carbone/alu, alors que l’arrière est uniquement en aluminium. Le corps de cassette est un DT Swiss 240 à couronnes crantées, et on trouve surtout des roulements CeramicSpeed pour compléter le tableau.

Copyright : Sylvain Pigeau www.velochannel.com.com; Tous droits réservés. Copie et utilisations interdites sans l'accord de l'auteur.

Copyright : Sylvain Pigeau www.velochannel.com.com; Tous droits réservés. Copie et utilisations interdites sans l'accord de l'auteur.

La bande de freinage est traitée pour subir le mordant de patins Swistopp Black Prince. Selon Specialized, aucun problème de freinage sur de longues descentes de col (on sait que cela peut être le gros point faible des jantes carbone à pneu), et un poids limité pour l’utilisateur et son vélo de 109 kg, ce qui laisse pas mal de marge pour un cycliste un peu sportif ! Terminons par la paire de blocage en acier, pesée à 130 g, pour assurer un bon maintien.

Copyright : Sylvain Pigeau www.velochannel.com.com; Tous droits réservés. Copie et utilisations interdites sans l'accord de l'auteur.

Hyper dynamiques

Nous remarquons en premier lieu la relative finesse des jantes, en les remontant avec les pneus habituels, c’est-à-dire les Michelin Power Endurance en 700×25 (voir : Test longue durée des pneus Michelin Power Endurance), avec lesquels nous arrivons à 6000 km toujours sans aucune crevaison. Le ballon des pneus est ici plus important qu’avec des jantes plus larges (Zipp en 26 mm au lieu de 23 mm), ce qui apporte un peu plus de confort, mais aussi de flou lors des changements brusques de direction ou en danseuse. Les Rapide CLX 40 sont donc optimisées pour des pneus de 23 ou 24 mm, mais pas plus à notre avis.

Copyright : Sylvain Pigeau www.velochannel.com.com; Tous droits réservés. Copie et utilisations interdites sans l'accord de l'auteur.

Reste qu’elles font preuve de dynamisme en montée et à la relance. Le faible poids est agréable dans les forts pourcentages, alors que les passages en force ne les déstabilisent pas. Des séries de sprint avec un démarrage presque arrêté montrent des roues nerveuses et avec une faible inertie. Les roulements sont très agréables, de même que l’équilibrage des jantes, comme on peut le constater en laissant les roues tourner librement en portant le vélo. Aucun à-coup ni « ballant », et c’est évidemment sensible en roulant, où les roues se montrent toujours très fluides. Elles sont suffisamment rigides, mais pas raides, ce qui les rend très polyvalentes. Jamais elles ne touchent les patins de frein entre les étriers, même en en accélérant sèchement sur un gros braquet, et pourtant elles semblent suffisamment « reptiliennes » pour donner un petit coup de nervosité si on est trop ambitieux côté braquet. D’ailleurs, le confort ressenti est aussi de bon niveau. Sur le plat, elles sont un peu moins efficaces que des roues un peu plus hautes une fois lancées, mais en revanche elles sont très peu sensibles au vent latéral. Dans les descentes, on apprécie le freinage mordant et sans à-coups, ce qui montre la bonne linéarité des bandes de freinage. Rassurant et sécurisant ! Bien sûr, avec ce type de roues, on évitera de maintenir la pression sur les leviers de frein. Ça freine fort, et pour éviter la surchauffe de la surface de contact entre les patins et la jante sur de longues descentes, il faut prendre le temps de lâcher les freins pour refroidir l’ensemble. Sous la pluie, nous ne sommes pas très loin de jantes en aluminium, même s’il faut prévoir un peu plus de distance que sur le sec. Aucun souci particulier à signaler de ce côté-là, les Roval Rapide sont à un niveau équivalent de celui de leurs concurrentes directes. C’est un modèle polyvalent, qui permet de grimper et rouler sans handicap, en profitant des avantages des pneus. Le prix en revanche, est plutôt élevé, et ne destine donc pas ces excellentes roues à toutes les bourses malheureusement.

ROUES ROVAL RAPIDE CLX 40

Les + : Hauteur de jante polyvalente, nervosité, confort, poids, freinage
Les – : Prix

Haibike

Construction : jantes carbone, moyeux carbone/aluminium (avant) et aluminium (arrière). Rayons DT Revolution à tirage direct (18 à l’avant, montage radial et 21 à l’arrière type 2:1 croisés à 2 côté roue libre). Roulements CeramicSpeed. Corps de cassette DT Swiss 240 à couronnes crantées.
Dimensions jantes : hauteur 40 mm, largeur des jantes de 16,2 mm (interne) et 23 mm (externe).
Poids :  1415 g la paire sans blocages rapides (632 g avant / 783 g arrière)

Prix public : 2198 €

Voir aussi : Test de la pompe Specialized Air Tool ComPak

Contact : www.specialized.com

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

2 commentaires sur “Test des roues Roval Rapide CLX 40”

  1. problème de roue carbone casse en plein entrainement chute conséquence clavicule et arrêt de travail.
    besoin de savoir si cas déjà arrive pour suite et éviter autre accident.

    1. Je roule dessus depuis plus d’un an , elle sont très fiables, jamais je n’ai eu de crevaison de casse. Elles sont idéales lors de courtes montées et sur le plat ( je n’ai pas eu l’occasion de les tester en haute montagne).
      Quand à ce concerne le prix j’ai réussi à les avoir d’occasion avec un Specialized venge s-works de 2014. Tout le matériel étant bien entretenu, elle se montre résistante sur la durée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.