Test des roues 3T Orbis II C35 Team

Polyvalence et freinage efficace

La marque emblématique de composants 3T propose une gamme de roues à pneu, à boyau et à disque, que ce soit en carbone ou en alu. Les Orbis II C35 Team sont des roues en carbone très polyvalentes, que nous avons testées aussi bien sur des parcours plats et roulants qu’en haute montagne. Notre verdict.

test-roues-carbone-pneus-3Tcycling-Orbis-C35

Qu’il s’agisse des modèles Discus ou des modèles Orbis II, les roues 3T sont déclinées en trois niveaux de gamme, tout comme les composants de position (cintres, potence, tige de selle) : LTD, Team et Pro. Elles sont également disponibles en deux hauteurs de jantes (35 et 50 mm). L’entrée de gamme Pro utilise de l’aluminium, quand le niveau Team utilise des jantes en carbone. Quant au niveau de gamme LTD, il profite de roulements CeramicSpeed et de carbone HM, mais la différence de prix est conséquente (+600 €), alors que les C35 Team sont déjà relativement chères. À 1900 € la paire, ces dernières entrent directement en concurrence avec d’autres produits haut de gamme très prisés, comme les Mavic Cosmic Pro Carbon SL (voir Premier essai des nouvelles roues Mavic Ksyrium Pro carbone SL C et Cosmic Pro carbone SL C), les Campagnolo Bora One, les Black Inc. (voir Test des roues Black Inc Fifty) ou encore les Roval Rapide CLX 40 (voir Test des roues Roval Rapide CLX 40). Qu’ont-elles donc à offrir pour ce prix-là ? Disponibles en 35 ou en 50 mm de haut, elles gagnent d’un côté en polyvalence ce qu’elles perdent en aérodynamisme. Logique. Mais d’un autre côté, elles sont aussi les plus lourdes des modèles cités plus haut, avec 1530 g pour la paire, auxquels il faut ajouter les 30 g de fonds de jante. Heureusement, les Orbis II bénéficient d’une bande de freinage traitée pour subir les hautes températures, ainsi que de patins de frein très efficaces. Résultat : elles freinent excellemment bien en montagne, même sur route mouillée. Un très bon point.

IMG_2743

Des jantes moyennement larges

Avec 25 mm de large à l’extérieur, les jantes des C35 Team sont relativement larges, mais sans excès. À l’intérieur en revanche, c’est du classique 17 mm, dont il faut tenir compte au moment de choisir la section des pneumatiques. Comme on le voit, la bande de freinage est donc particulièrement épaisse, en plus d’être traitée avec une résine spéciale.

test-roues-carbone-pneu-3Tcycling2

L’assurance d’éviter la surchauffe pour permettre un freinage toujours efficace. Les patins fournis (de couleur bleue) assurent leur part de travail, avec une usure très modérée même après une journée en montagne. Et au terme d’une descente d’une douzaine de kilomètres où se succèdent les virages en épingle et les fortes décélérations, on ne constate pas de perte d’efficacité. Ils couinent un peu selon la manière dont on les positionne. Mieux vaut alors les pincer légèrement (ou régler les porte-patins) pour que l’attaque s’effectue par l’avant.

test-roues-carbone-pneu-3Tcycling3

Pour le reste, les jantes font 35 mm de hauteur, alors que le profil est légèrement arrondi. Cela permet aux C35 Team de se comporter très honorablement lorsque le vent – même fort – souffle de côté. Un poids léger n’est pas déstabilisé par les rafales, et le vélo conserve son cap sans qu’il soit nécessaire de batailler. Le compromis serait d’ailleurs idéal pour la montagne si les roues se montraient un peu plus légères. Au-dessus de 7/8% et lorsque la vitesse chute vraiment, on ressent leur inertie et elles manquent un peu de dynamisme à la relance. Sur des parcours plus vallonnés en revanche, elles sont plus polyvalentes et font au contraire preuve de nervosité, à partir du moment où le poids ressenti n’est plus un problème, car les bosses sont abordées à partir d’une vitesse de déplacement plus rapide. La rigidité des C35 Team est dans la bonne moyenne, avec les 20 rayons droits à l’avant et les 24 rayons croisés par 3 à l’arrière. Les roues montrent un peu de souplesse latérale en cas de forte et franche sollicitation, mais on ne ressent pas d’effet de cisaillement avec le cadre et les deux roues bougent en même temps. Avec un réglage normal de la course des leviers de frein, elles ne vont pas lécher les patins en tout cas. Notons toutefois qu’il a été nécessaire de dévoiler légèrement la roue arrière après un petit millier de kilomètres. Une opération un peu compliquée compte tenu du positionnement des têtes de rayon.

test-roues-carbone-pneu-3Tcycling4

L’aéro préservé

Les C35 Team se comportent très correctement dans le vent grâce aux têtes de rayons intégrées dans les jantes, et aux rayons fins aéros qui sifflent lorsque la vitesse augmente. Ces derniers sont à tirage direct depuis les moyeux. Les moyeux ont une forme relativement classique pour ce type de produit, et sont surtout relativement fluides, même sans roulement CeramicSpeed. Les serrages sont en alu classique. Pas spécialement légers, mais c’est du solide.

test-roues-carbone-pneu-3Tcycling5test-roues-carbone-pneu-3Tcycling6

Sur les longues portions plates et légèrement vallonnées, les Orbis II C35 permettent de bien maintenir la vitesse. Elles sont certes moins efficaces que des jantes plus hautes à des vitesses élevées (+ de 45 km/h), mais dans l’ensemble on apprécie leur polyvalence, notamment lorsqu’il faut changer régulièrement de direction, affronter parfois le vent de côté ou des bosses sur le parcours. Comme dit plus haut, leur autre point fort concerne le freinage, comme c’est d’ailleurs souvent le cas pour les roues carbone à pneu de haut de gamme. C’est ce qui différencie ce type de produit des roues au tarif plus abordable. Les Orbis II C35 Team seraient excellentes avec une centaine de grammes en moins.

ROUES 3T ORBIS II C35 TEAM
test-roues-carbone-pneu-3Tcycling8
Les + : Freinage, profil des jantes
Les – : Poids, prix

Dimensions jantes : largeurs interne 17 mm / externe 25 mm, hauteur 35 mm
Spécifications jantes : pour pneus, tout carbone, surface de freinage traitée pour les hautes températures
Rayons : tirage droit, acier inoxydable, finition noire, aéro double butted, 20 avant / 24 arrière
Têtes de rayon : internes
Moyeux : corps en alu léger, corps de cassette en alu
Compatibilité : 10/11s Shimano/SRAM
Blocages rapides : axes en acier, levier et écrou en aluminium
Poids vérifié : 1530 g + 30 g pour les deux fonds de jante

Prix public : 1900 € avec blocages, fonds de jante, patins spécifiques et housses

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.