Test des chaussures Shimano S-Phyre RC9

Nouvelle génération

La sortie d’un nouveau modèle de chaussures haut de gamme Shimano est toujours un événement, la marque japonaise étant depuis 25 ans une référence dans le domaine. Les nouvelles S-Phyre RC9 sont bien les dignes héritières des modèles précédents, tout en apportant leur touche de modernité, comme nous avons pu le constater après un test sur plus de 3000 km. 

S-Phyre est le nom donné par Shimano à un concept qui entend prendre en compte différents éléments clés de la performance : transfert de puissance, aérodynamisme et liberté de mouvement. Une sorte de lien optimal entre le cycliste et son équipement en quelque sorte, comme déjà décliné sur la combinaison S-Phyre ou sur d’autres tenues haut de gamme, puisque Shimano c’est aussi une gamme de vêtements, lunettes ou sacs. C’est assez logique, car c’est aussi le credo de la marque en matière de transmission, notamment avec le nouveau Dura-Ace. Pour aller encore plus loin, Shimano livre les chaussures S-Phyre RC9 avec une paire de chaussettes dédiées, censées s’inscrire dans le système avec une ventilation régulée, un soutien très confortable du pied et une construction profilée anatomique pour assurer la stabilité du talon et de la cheville.

Une fermeture enveloppante

Mais ce qui nous intéresse, c’est bien le lien permis entre le pied et la pédale, afin d’assurer un transfert de puissance optimal aussi bien lors de la phase de poussée qu’à la remontée du cycle de pédalage tout en préservant un certain confort. Pour ce faire, les semelles en carbone sont très rigides, avec un indice de rigidité de 12/12 sur l’échelle Shimano.

Elles disposent d’une plage de réglage de la cale étendue, qui devrait permettre de faire face à toutes les particularité dans le domaine. La graduation sous la semelle est d’ailleurs fort appréciable lors d’un remplacement de cale, bien plus précise en tout cas que certains modèles concurrents (et a fortiori des modèles artisanaux, où les graduations sont parfois placées différemment entre les pieds droite et gauche !). La cambrure est moyenne, nettement plus importante que les premiers modèles de chaussures Shimano dans les années 90 et le début des années 2000, mais avec un avant pied moins relevé que sur les précédentes SH-R321. La plateforme de positionnement de la cale est suffisamment large pour éviter que cette dernière ne soit en porte-à-faux, comme c’est trop souvent le cas sur des chaussures à la fois étroites et en petite pointure. La tige d’une seule pièce en cuir synthétique souple (le Tejin Avail) enveloppe littéralement le pied au serrage, avec une partie située à l’extérieur du pied qui se glisse progressivement sous la partie intérieure, éliminant de ce fait la traditionnelle languette et tout risque de plis, très inconfortables une fois la chaussure très serrée.

Cette partie est très fine et avec de petits trous pour l’aération. Deux serrages Boa IP1 indépendants relient les deux parties ouvertes pour assurer un serrage progressif et sans sensation de bride, car les passages des câbles sont positionnés de telle sorte qu’ils ne peuvent pas couper la circulation sanguine sur le dessus du pied. Le réglage des molettes s’effectue cran par cran dans les deux sens, et il suffit de tirer sur l’écran pour libérer totalement le serrage.

Avec les S-Phyre RC9, Shimano abandonne le thermoformage, et mise plutôt sur l’adaptabilité de la tige et son maintien à la fois ferme mais qui suit les contours du pied, ainsi que sur la multitude de pointures proposées, du 36 au 48 en demi-pointures et avec des versions pour pieds larges. La semelle interne reste d’ailleurs personnalisable, avec un choix entre trois formes de soutien de la voûte plantaire. Les chaussures sont en effet livrées avec deux types de renforts (moyen et fort) qui se changent ou s’enlèvent avec un simple velcro.

La partie extérieure du talon forme une sorte de coque, qui offre de la rigidité sans être totalement inflexible. À l’intérieur, on remarque une partie antidérapante qui maintien qui évite au pied de glisser.

La talonnette de marche est remplaçable, ce qui laisse présager d’une bonne durabilité. Sur l’avant, on note un embout aminci, avec juste une légère protection bien utile au cas où l’on frotterait la chaussure contre la roue avant (à l’arrêt).

L’absence de semelle intermédiaire frappe un peu en regardant la chaussure de profil, puisque la tige vient directement se fixer à la semelle carbone. Ce qui a pour effet de réduire la hauteur du pied par rapport à l’axe de la pédale, sans compromettre la rigidité.

Enfin, les RC9 ne sont pas en reste en termes d’aération. En plus du cuir synthétique percé, on note une petite pièce de tissu en mailles sur l’avant (pas salissante pour notre modèle en noir, mais ce n’est pas le cas des autres couleurs proposées) et d’une petite ouverture à l’avant de de la semelle.

Sur la route

Il n’y a pas de couture à l’intérieur des RC9, et quasiment aucune surépaisseur. Du coup, le confort est royal en enfilant les chaussures, avec même une curieuse sensation d’avoir le pied extrêmement libre. L’absence de rebord sur les côtés laisse le pied en apparence sans maintien latéral, jusqu’à ce qu’on ajuste fermement le serrage.

La prise est progressive, et concerne l’ensemble du pied, qui peu à peu se retrouve très fermement maintenu. Même en l’absence de point de pression fixe sur le pied, un serrage trop important finit par provoquer quelques fourmillements, qui obligent à réserver le serrage maximal pour un sprint ou une montée de côte où l’on compte arracher les pédales.

Les semelles ne montrent aucun flexion et on a vraiment la sensation d’appuyer directement sur les pédales, avec une excellente stabilité. Particulièrement efficace en termes de confort (sauf en serrant à bloc comme on l’a vu plus haut), la tige très fine ne retient pas l’humidité. Lors d’une sortie sous la pluie, la différence avec des modèles plus épais à ce niveau-là est assez nette, puisqu’on n’a pas l’impression d’un pied qui flotte au milieu d’une chaussure détrempée. Et lors d’une séance de home trainer de 2h, les chaussures sont à peine humides, quand d’autres modèles sont à essorer.

À l’inverse, cette finesse et ce système d’aération bien conçu rendent les RC9 peu protectrices quand il fait froid. Mais il est difficile de tout avoir ! Rigidité, légèreté (224 g en pointure 39, poids vérifié), stabilité lors du pédalage, serrage très efficace : les S-Phyre RC9 ont tout pour plaire, sauf leur prix, au niveau d’autres chaussures haut de gamme mais quand même particulièrement élevé. Heureusement, elles sont disponibles en quatre couleurs, dont le noir mat de notre modèle d’essai, qui se révèle à l’usage insensible aux salissures et très facile à entretenir. Et surtout en un nombre très exhaustif de tailles pour chacun trouve chaussure à son pied.

SHIMANO S-PHYRE RC9

Les + : poids, système de serrage, rigidité, confort
Les – : prix

Conception : semelle carbone (indice de rigidité 12/12), tige directement liée à la semelle carbone, talon enveloppant et renfort au niveau des orteils, deux serrages Boa IP1 indépendants pour un micro-ajustement, cuir synthétique en microfibres Teijin Avail souple, perforations pour le drainage ou l’aération, semelles intérieures à cuvette enveloppante avec soutiens adaptés à la voûte plantaire, avec technologie Silvadur™, plage de réglage de la cale étendue de 11 mm.

  • Poids : 224 g (pointure 39)
  • Coloris : noir, bleu, blanc, jaune fluo
  • Inclus : paire de chaussettes hautes S Phyre de la couleur des chaussures

Prix public : 359 €

Le coloris exclusif noir n’est vendu que par un seul magasin en France : les Cycles JOLLY, à La Salvetat St Gilles (31).
Ce magasin distribue les chaussures route (RC9) et VTT (XC9) dans tous les coloris, ainsi que les vêtements S-Phyre en exclusivité. 

Voir aussi :
– Test des chaussures Shimano RP9
– Test des chaussures Shimano SH-R321

Site web : www.bikegear.cc

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook , Twitter et Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *