Test du SObRE DAD 7

La base !

Le best seller de la gamme SObRE reçoit de petites évolutions régulières depuis sa sortie avec un premier prototype apparu en 2010 déjà. Pour 2017, le DAD passe à sa 7éme version, des modifications sur une base éprouvée qui n’a pas fini de séduire un public fan de cadres acier simples et efficaces. 

Par Philippe Trochon

Passionné d’acier ou marre des vélos fragiles qui ne pardonnent pas la chute ? Nostalgique des années 90 ? Besoin d’un second bon vélo faisant office de mulet ? Autant de raisons qui peuvent vous amener à lorgner sur les cadres de cette petite marque française qui bénéficie d’une très bonne réputation depuis son lancement en 2008 dans le Beaujolais, initiée par Laurent et Eric. Aujourd’hui, Laurent est seul à la tête de sa petite marque à grande réputation, signe que son idée avait sa place sur le marché : proposer des kits cadres accessibles financièrement pour un plaisir sans limites.

Alors, à l’époque il y avait le Multi, 26 pouces qui avait vraiment fait connaitre la marque avant de voir arriver des déclinaisons de cette philosophie qui anime Laurent, le Off (endurigide 26 pouces puis 27,5) ainsi que le Dad (premier 29 pouces de la marque), le Fiver (XC 27,5), le Cash (Endurigide 27,5) puis le Versatile (Gravel, voyage, cyclo-cross) et enfin le Upgrade (29 pouces endurigide).

Le DAD

Le cadre arbore une peinture poudrée, très résistante aux impacts. Triangle avant en Reynolds 520 et arrière CrMo 4130, traité contre la rouille et l’oxydation par cataphorèse à l’intérieur comme à l’extérieur. Pour faciliter le montage du vélo, sur ce Dad finement élaboré par Laurent et soudé à Taïwan, rien n’est laissé au hasard, tout est pensé « pratique » et non « rentabilité » de production. Aucun passage de câblerie/durite en interne, boite de pédalier filetée, douille de direction de 44mm, permettant de monter une fourche au pivot conique ou droit (pratique notamment lors d’un montage full rigide avec fourche acier). Les petits plots de fixation durite de frein et gaine intégrale pour le dérailleur arrière assurent un positionnement propre et fonctionnel, un routage externe pour installer une tige de selle télescopique est également prévu pour une pratique «XC agressif».

Et puis détail bien intéressant, les pattes arrières interchangeables en aluminium qui offrent de multiples possibilités allant du « vieux » standard 10×135 serrage rapide au 12x142mm axe traversant (filetage au pas RockShox Maxle), en passant même par le SingleSpeed.

Série 7

Le DAD reste un DAD, pas de bouleversement dans sa pratique originelle et sa présentation, avec de petits changements au niveau de la géométrie dans le but de s’actualiser et progresser quelque peu en comportement. Un Reach plus long (5 mm de plus) et on redresse un peu le tout pour recentrer les masses avec un tube de selle un peu plus droit (+0,3°) et une direction un poil plus couchée (70,5° contre 70,7° auparavant). La boite de pédalier s’abaisse de 2 mm, réduction identique sur les bases également qui passent à 436 mm tout en s’écartant légèrement pour autoriser une monte pneumatique allant jusqu’a 2.40 de large.

Montage terminé, après quelques bonnes heures à son guidon, je suis plutôt conquis. La géométrie plus actuelle via un top tube long ramenant le centre de gravité vers l’avant offre un de la stabilité sans compromettre la maniabilité avec l’utilisation d’une potence plus courte,  un positionnement du pilote devenu maintenant courant pour coller aux parcours XCO modernes avec ces circuits de plus en plus engagés techniquement. Les premiers kilomètres sont agréables, puis assez vite amusants. Le vélo est très vif et réactif de l’avant. A l’arrière, c’est bien nerveux, moins souple que certains aciers que l’on a eu l’occasion de rouler – SingleBe sur mesure en particulier – le vélo est en comparaison plus réactif mais moins confortable. Sur le long terme, cela reste tout de même un acier avec le confort qui va avec, il est bien plus joueur que ce SingleBe dont nous faisons référence, le SObRE s’affirme au fil du temps comme étant un « joujou » bien sympathique, un 24h Solo à son bord nous aura permis d’en prendre toute sa mesure (voir : 24H Solo Finale Ligure 2017). 


En résumé, le montage se fait facilement, le plaisir à son guidon est vraiment bon, une finition propre avec des soudures fines et régulières, le tout pour un petit budget. On regrette le choix restreint au niveau des tailles, un XL n’aurait pas été de trop. Le SObRE DAD reste une excellente base pour se monter un vélo économique ou à l’inverse l’occasion de privilégier l’équipement en orientant les dépenses vers une très bonne fourche et/ou une paire de roues haut de gamme au détriment du cadre affiché sous les 500 Euros…

SObRE DAD

Construction : triangle avant Reynolds 520 Double Butted, bases et haubans CrMo 4130, pattes de roues aluminium interchangeables. Boite de pédalier BSA 73 mm, douille de direction 44 mm
Oeillets : 1 porte-bidon
Diamètre tige de selle : 27.2 mm
Dégagement : pour pneus jusqu’à 29 x 2.40 
Poids constructeur :
  2390 g en taille M
2 Coloris : orange mat ou noir satin
Tailles : S, M, L

Prix publics : 470 € le cadre nu

Voir aussi : Bike Check SOBRE DAD 7

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.