Test du casque Specialized S-Works Evade II

Confort optimal

Déjà aperçu en ce début de saison sur la tête de Peter Sagan, le nouveau casque Specialized S-Works Evade II est dévoilé officiellement ce jour. Vélochannel l’a déjà testé pour vous. 

Comme la plupart des produits siglés S-Works, le nouveau casque Evade II allie efficacité et confort. Mais soyons honnêtes : cette efficacité, nous n’avons pas pu réellement la vérifier d’abord parce qu’on parle ici d’aérodynamisme, et qu’il nous est impossible de mettre en doute les chiffres avancés en ce sens par Specialized. Il serait 6 secondes plus rapide sur 40 km que son prédécesseur, déjà très bien placé face à l’ensemble des casques du marché selon les études réalisées au sein du Wind Tunnel (Specialized parle de WIN TUNNEL – «tunnel à victoires») de Morgan Hill. Un casque aérodynamique peut permettre d’économiser jusqu’à 10 watts à 45 km/h par rapport à un casque léger et très largement aéré. L’enjeu des fabricants de casques ces derniers temps est donc de proposer une troisième catégorie de modèles, à la fois peu pénalisants au niveau de la pénétration dans l’air, mais aussi suffisamment aérés pour être portés tous les jours.

Ensuite parce qu’un casque est surtout conçu pour protéger en cas de choc. Là encore, nous n’avons pas poussé le vice jusqu’à chuter volontairement la tête la première pour vérifier si l’Evade II protège correctement. Néanmoins, son profil ne profite pas seulement à la lutte contre le vent : les parties frontale et supérieure du casque bénéficient d’une mousse EPS épaisse et absorbante en cas de choc violent, alors que la partie latérale utilise une mousse EPS plus compacte, ce qui permet de diminuer le volume du casque tout en étant suffisant pour protéger lorsqu’un choc est moins direct (si la tête venait à heurter le sol sur le côté, le choc serait d’abord absorbé par les bras et les épaules). Une cage en Aramide forme l’armature du casque, ce qui assure son intégrité dans toutes les conditions.

Enfin, les plus gros progrès de l’Evade II semblent avoir été réalisés au niveau de la ventilation, de manière à proposer un casque aérodynamique à la fois léger et aéré, grâce à des études faites avec des capteurs thermiques, dans le but de positionner correctement les écopes visant à faire circuler l’air au dessus du crâne. Là encore, nous ne pouvons nous prononcer faut d’avoir testé le casque sous la chaleur de juillet.

« Une chose est sûre : en plus de se montrer fin et élégant, l’Evade II est super confortable, au point de se faire totalement oublier une fois posé sur la tête. »

Mais une chose est sûre : en plus de se montrer fin et élégant, l’Evade II est super confortable, au point de se faire totalement oublier une fois posé sur la tête.

Par rapport à son prédécesseur, ses proportions sont d’abord plus sympas : étroit sur les côtés pour éviter de s’apparenter à une coquille placée sur le crâne, il est aussi nettement moins long. Non seulement le premier Evade s’étirait assez loin en arrière, mais en plus la « pointe » sur l’avant, avec une sur-épaisseur en avant du front pouvait se révéler un peu gênante au niveau de la vision avec la tête baissée, ou en portant des lunettes. Tout ceci est atténué avec l’Evade II, moins long, moins massif, et également légèrement plus dégagé derrière les oreilles, ce qui laisse plus de place aux branches des lunettes.

Comparatif formes Evade, ancien en blanc et nouveau en jaune/saumon


Question poids, l’Evade II s’allège de 34 g par rapport à l’Evade, pour une taille S. À 236 g, nous sommes en plus en présence d’un modèle très léger, qui ne fait pourtant pas l’économie de systèmes de serrage modernes, ni d’une finition hasardeuse. Le système de réglage du maintien occipital avec une molette crantée est efficace et précis, les sangles sont plates et légères, avec un système d’accroche sous le menton assez novateur et très rarement rencontré, puisqu’il s’agit d’un clip aimanté, mais sécurisé pour le décrochage (il faut alors glisser la boucle vers l’extérieur).

Impossible en revanche de régler le positionnement des sangles par rapport à l’oreille. Si cela semble moins gênant que le premier Evade pour positionner correctement le casque sur le crâne, notons que la partie avant de la sangle est placée bien en avant des tempes : il faut s’attendre à des traces de bronzage un peu particulières ! Les mousses internes sont minimalistes, et bien sûr démontables pour le lavage. Celle qui est située sur le front conserve une certaine liberté, pour éviter le moindre point de pression du casque sur la tête. Elle est de plus étudiée pour évacuer la sueur sur les côtés du visage, préservant ainsi au maximum les yeux.

Cette nouvelle mouture semble moins extrême, privilégiant le confort, mais est pourtant plus aérodynamique que l’Evade. Pour cela, Specialized s’est appuyé sur différentes parties de ses différents casques, l’Evade ou le modèle spécifique de contre-la-montre S-Works TT, en les découpant à la scie et en testant les morceaux indépendamment et associés les uns avec les autres en soufflerie.

Sur la route, le casque se montre très confortable à porter, avec des sangles douces et un système de serrage qui ne bride pas la glotte et évite les risques de pincement de la peau. Le casque se positionne sans points de pression, il ne bouge pas, sans qu’il soit nécessaire de le serrer fort autour de la tête. Le port de lunettes ne pose cette fois-ci aucun problème avec les branches derrière les oreilles, même avec plusieurs modèles différents. C’est limite avec des lunettes Oakley et leurs branches longues (surtout quand on a un petit visage), mais ça passe. Les deux trous d’aération les plus à l’extérieur permettent de placer facilement les branches des lunettes en cas de pluie ou de transpiration excessive, mais attention car elles ne les retiennent pas fermement dans cette position. La partie frontale en forme d’ogive est moins prononcée que sur le premier Evade, et la visibilité est ainsi plus dégagée, bien qu’elle ne soit pas encore totalement exempte de tout reproche. L’aération est sensible par temps froid, même avec un sous-casque ou une cagoule. Bien que les conditions ne soient pas idéales pour le test, l’Evade II ne semble pas promettre la surchauffe. Enfin, après quelques sorties on se surprend à apprécier le port de ce nouveau casque S-Works, tant il est confortable, léger, tout en restant rassurant. Par rapport à la concurrence, le prix de 249,90 € semble justifié pour sa finition et les moyens mis en oeuvre pour son développement au service de la performance et de la ventilation.

SPECIALIZED S-WORKS EVADE II 

Les + : confort, poids, ventilation, finition, systèmes de serrage
Les – : réglages limités de la position sur la tête

Tailles : S,M,L
Poids : 236 g en taille S

Coloris : 5 (blanc, noir, rouge dégradé, jaune fluo/orange, noir fluo/noir)

Prix public : 249,90 €

Voir aussi : Présentation des nouvelles chaussures Specialized S-Works 7

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook, Instagram et Twitter

Un commentaire sur “Test du casque Specialized S-Works Evade II”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.