Test des roues Mavic Ksyrium Pro UST

La solution Tubeless

Les roues les plus populaires de la gamme Mavic sont désormais proposées en version UST, c’est-à-dire Tubeless, avec un ensemble roues/pneus spécialement développé de concert. Si toutes les contraintes du Tubeless ne sont pas effacées, l’efficacité et le dynamisme sont en tout cas au rendez-vous.

Présenté il y a déjà 9 ans par Hutchinson, le système Tubeless pour la route ne fait pas encore l’unanimité. Si de plus en plus de roues sont compatibles avec le système (qui réclame une étanchéité parfaite), l’offre des pneumatiques est encore relativement réduite. Sans compter quelques difficultés de mise en place ou à l’usage. On peut citer par exemple la complexité de « claquer » les tringles d’un pneu tubeless au moment du montage avec une pompe à pied, la nécessité de mettre du liquide préventif pour assurer l’étanchéité, la difficulté de démontage avec un démonte-pneu et pour mettre en place une chambre à air en cas de crevaison sur le bord de la route (avec des tringles souvent trop rigides), ou au contraire un risque de déjantage en cas de crevaison avec certaines associations roues/pneus. Reste qu’en théorie, le Tubeless a aussi de nombreux avantages. Le premier est relatif à l’absence d’intermédiaire (la chambre à air) entre la carcasse du pneu et l’air sous pression. Résultat : un rendement sensiblement meilleur, avec des sensations plus directes au niveau du pilotage ou des relances. Cette structure permet également de rouler avec une pression de gonflage moindre, en gagnant en confort et en adhérence sans altérer le rendement. Le deuxième est en rapport avec la présence de liquide préventif, qui permet de boucher les petites coupures qui occasionneraient en temps normal une crevaison. Enfin, il y a aussi un léger avantage en termes de poids, même si on prend en compte le poids du pneu, de la valve et du préventif. C’est légèrement inférieur à un ensemble pneu+chambre+fond de jante.

Fort de ces constats, Mavic a développé un système roues/pneus qui annule certaines contraintes, notamment celles liées aux difficultés de montage, en travaillant sur des tolérances de production très sévères, et notamment en ce qui concerne le respect de la norme ETRTO pour le diamètre des jantes et des pneus, ainsi que la hauteur et la profondeur des gorges des jantes. Avec le concept UST, Mavic ne réinvente pas le Tubeless, mais propose un système complet conçu pour que jantes et pneumatiques fonctionnent parfaitement ensemble. Ainsi, le montage des pneus tubeless Yksion Pro UST sur les jantes Ksyrium Pro UST se fait beaucoup moins difficilement qu’avec d’autres associations avec une pompe à pied. Les tringles en Kevlar, bien que rigides et étanches, sont moins compliquées à manipuler que des tringles en carbone.

Une gamme complète

L’Yksion Pro UST est pour l’instant le seul pneu tubeless qui répond aux exigences du système complet UST de Mavic. Disponible en 700×25 et 700×28, il affiche 260 g sur la balance en 25, auxquels il faut ajouter une trentaine de grammes pour le préventif dans le cas d’une utilisation sans chambre à air. Fabriqué par Hutchinson, sa carcasse est en 127 TPI, avec la nouvelle gomme ElevenStorm. Ceux qui sont attirés par le système doivent tenir compte de son prix, en cas de remplacement : 59 €, ce qui n’est pas donné. En revanche, du côté des roues, Mavic propose une large gamme avec ce concept, que ce soit pour un freinage à patins ou pour un freinage à disque : Comete Pro Carbon SL UST (à partir de 1799 €), Cosmic Pro Carbon SL UST (à partir de 1799 €), Cosmic Elite UST (à partir de 449 €), Ksyrium Pro Carbon SL UST (à partir de 1799 €), Jsyrium Pro Allroad UST Disc (1000 €), Ksyrium Elite Allroad Disc UST (750 €), Ksyrium Elite UST (à partir de 600 €) et enfin nos roues de test Ksyrium Pro UST (949 € à patins, 999 € à disque).

Des roues légères

A 949 € (avec les pneus), les Ksyrium Pro pèsent 1967 g complètes, sans les blocages. A 1430 g les roues nues, elles affichent un rapport prix/poids très intéressant et bien plus favorable que des roues en carbone. Elles sont plus larges que les versions précédentes, avec une largeur interne de 17 mm et une largeur au niveau de la bande de freinage de 21 mm. Du côté de la hauteur, on note 24 mm pour la jante avant, et 26 mm pour la jante arrière, légèrement asymétrique. 18 et 20 rayons en Zicral les relient aux moyeux, dont on ne peut plus désormais régler le jeu.

A l’opposé de la valve, un petit renflement sur la jante permet d’équilibrer la roue. Un nouveau corps de cassette Instant Drive 360 garantit un engagement très rapide à chaque relance après un moment de roue libre, avec un bruit qui fait très « haut de gamme ».

La surface de freinage en alu UB Control est très efficace sur le sec ou sous la pluie. Et sans le moindre bruit.

A l’essai

Le montage des tubeless s’effectue comme promis sans le moindre problème, avec un claquage qui s’effectue sans effort autour de 2,5 bar. L’étanchéité est aussi assurée par la rondelle sur la valve, qui normalement se visse à la main. Sauf qu’ici, malgré le préventif, il a fallu insister avec une pince pour obtenir un serrage suffisant et éviter les fuites d’air. Un serrage qui peut se révéler par la suite problématique en cas de crevaison sur la route, pour installer une chambre à air si on ne dispose pas de pince. Edit : après quelque recherches sur ces fuites anormales, nous découvrons un mauvais positionnement interne de la valve, très légèrement de travers. Avec une bonne remise en place, il n’est plus nécessaire de serrer la rondelle à la pince.

D’autre part, l’insertion du liquide préventif par la valve n’est pas très simple. Le démontage de l’obus est facile, mais le trou tend à refouler un peu le liquide, et le contenant dispose d’une graduation peu pratique pour permettre de connaitre la quantité de liquide qu’on met vraiment. Edit : Mavic fournit dorénavant avec les roues une petite seringue pour faciliter l’insertion du liquide, et pour connaître exactement la quantité de préventif que l’on met par roue.

Ces petits désagréments mis à part, on note que les Yksion Pro UST mesurent en réalité 26,5 de section une fois montés et gonflés à 6,5 bar. La pression maximum recommandée est d’ailleurs de 7 bar. Sur la route, les Ksyrium Pro sont rigides et dynamiques, ce qui se ressent sur les relances dans la circulation ou dans les franches accélérations. Le contact des pneus sur la route est très doux et on ressent une faible résistance au roulement. Le confort est bien présent, ainsi que la motricité sur de mauvais revêtements. Et au contraire de pneumatiques classiques sous gonflés (nous avons l’habitude de rouler avec une pression de 7,5 à 8 bar), ici on ne ressent pas de dérives des pneus, et donc des roues, lors des passages en danseuse, ou lors des relances musclées en sortie de virage. Ce contact soft avec la route est aussi très nettement avantageux en cas de pluie, car les Yksion UST tiennent très bien la route, comme nous avons pu le vérifier aussi bien en ville sous la pluie que sur une descente de col de plus de 20 km. C’est seulement au dessus de 40 km/h que l’on sent les roues limitées par rapport à des jantes hautes en carbone. mais à l’inverse, leur faible hauteur les rend très maniables, et moins exigeantes les jours de grand vent. En montagne, elles sont particulièrement appréciables, du fait de leur faible inertie (les jantes ne pèsent que 400 g), de la rigidité, de l’absence de dérive en danseuse, et de la faible résistance au roulement des pneus, même si ce n’est pas sur ce terrain que c’est le plus sensible. En tout cas, ce sont dans ces conditions, avec de longues descentes, que l’on retrouve le bénéfice d’un freinage sur jante alu, à la fois puissant et silencieux, même sous l’orage.

Après 1500 km sur les routes de la vallée de Chevreuse, autour de Bourg-Saint-Maurice et jusqu’au col de l’Iseran, ainsi que sur de petites routes en Charente, les Ksyrium Pro UST se sont montrées efficaces et attachantes. Les pneus montrent quelques signes d’usure, surtout à l’arrière, même si nous n’avons pas pu empêcher une crevaison, qui a nécessité le montage d’une chambre à air sur le bord de la route.

Après avoir réinséré du préventif une fois à la maison, le trou s’est rebouché et nous avons poursuivi le test sans souci.

Même si le système nécessite encore quelques précautions et ne résout pas tous les problèmes de crevaison, l’UST de Mavic semble parfaitement au point au moins pour ce qu’il apporte de confort, de rendement et d’adhérence sur la route. Les roues Ksyrium Pro sont par ailleurs légères et dynamiques, idéales pour affronter les deux versants d’une montagne. Seul le prix des Yksion Pro UST, les seuls pour l’instant à convenir parfaitement au système dans son ensemble peut rebuter au moment du remplacement.

KSYRIUM PRO UST/YKSION PRO UST
 
Les + : rendement, confort, adhérence des pneus, rigidité poids et dynamisme des roues
Les – : prix des pneus
ROUES : jantes alu Maxtal de 17 mm int., 24 et 26 mm de hauteur, surface de freinage UB Control, 18 rayons avant, 20 arrière en Zicral, corps de cassette interchangeable HG ou ED. PNEUS : Tubeless Ready, 700×25, carcasse 127 TPI, gomme ElevenStorm.
POIDS : 1430 g les roues sans blocage, 260 g le pneu, 1967 g la paire complète sans blocage.
PRIX PUBLIC : 949 € roues et pneus, 59 € le pneu. Existe en version disque à 999 €
Contact : www.mavic.com

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

 

 

8 commentaires sur “Test des roues Mavic Ksyrium Pro UST”

  1. Bonjour,

    étant intéressé par l’achat d’une paire de roues Ksyrium Pro UST, j’aimerais avoir des précisions sur le corps de roue libre Instant Drive 360. Vous parlez d’un bruit « très haute gamme ». Qu’entendez-vous par là?
    Je suis adepte des roues libres silencieuses, est-ce le cas avec celle-ci?

  2. Malgré les promesses marketing de Mavic, les pneus sont extrêmement fragiles. Je viens de faire 10 km avec des roues/pneus Ksyrium Elite UST neuves et crevaison immédiate par coupure de 4 mm (gravier ? verre ?). Pour une première, je suis un peu déçu du manque d’endurance du pneu tubeless qui s’est fait transpercer comme une passoire sans que le liquide préventif puisse jouer son rôle. A éviter pour le cyclosport ou le cyclotourisme et à réserver aux compétitions sur des routes en très bon état (il n’y en a pas beaucoup).

    1. Je ne partage pas cette expérience. J’ai déjà eu une crevaison, dont je me suis aperçu une fois arrivé chez moi en constatant les projections de préventif sur le cadre.
      Ces pneus ne sont pas destinés aux conditions hivernales, mais de là à les considérer comme « extrêmement fragile », c’est exagéré. Les véloflex, fusion 5, corsa cx sont bien pires

      1. 2 ans après ce commentaire de grichla je viens dire moi aussi que les pneus mavic sont très sensible à tel point que je ne roule plus du tout avec cette marque. . Et je n’exagère pas.

  3. Je confirme les pneus très fragiles. J’en suis à 450km avec ces roues et j’ai déjà eu 2 crevaisons, une qui s’est rebouchée grâce au préventif et l’autre non. D’ailleurs quel est le risque de continuer de rouler avec un pneu ayant subi une crevaison (environ 3mm) et réparé grâce au préventif?

  4. aprés environ 3000 bornes de sorties par temps sec et sur route plus ou moins bien entretenues je n’ai pas crevé même en traversant des zones en travaux parfois. ok je pèse 62 kilos! confort tenue de route rendement au top trés satisfait aucun regret d’avoir équipé mon vélo avec cette paire de roue!!

  5. 3500km dont 4 cyclos , un peu de montagne, des routes mouillées, bref une utilisation sans retenue. Le pneu arrière est usé, nombreuses coupures, bref mort. Mais pas une seule crevaison. Le liquide anticrevaison a joué son rôle sur la fin j’ai retrouvé du liquide sur le vélo après une cyclo et décrassage. Remontage ok le pneu à claqué avec une pompe à pied basique.

Répondre à grichla Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.