Premier essai du Merida Mission CX

Avec le Mission CX, Merida met à jour sa gamme de vélos destinés au cyclo-cross, en proposant un modèle paré pour la compétition en sous-bois, l’entraînement alternatif, ou encore les déplacements rapides à vélo sur tous les types de terrain.

Photos : Velochannel / DR

Dans la large gamme Merida, chaque vélo semble vouloir répondre à un profil bien particulier de pratique. Il en est a priori de même pour le Mission CX, proposé en carbone ou en aluminium avec une géométrie sportive et agressive bien différente des vélos Gravel de la marque. Mais ce Mission CX s’avère finalement bien plus polyvalent que son prédécesseur. D’abord en offrant un dégagement pour les pneus supérieur aux vélos habituels dans cette catégorie avec la possibilité de monter des sections jusqu’à 35 mm, ce qui lui offre plus de possibilités de franchissement le cas échéant. Ensuite en laissant la possibilité, même pour le modèle très léger en carbone que nous avons essayé, de monter des garde-boues, grâce à des vis pouvant accepter des supports sous la tête de fourche et au niveau du pont reliant les deux haubans arrière. Et enfin grâce à une géométrie vraiment typée course et non « balade » avec un tube supérieur assez long et une douille de direction plutôt basse, qui favorisent l’adoption d’une posture sportive semblable à celle que l’on obtient sur un vélo de route. D’après Merida, le Mission CX peut donc convenir à trois types d’utilisation : le cyclo-cross en compétition, l’entraînement en tout-terrain, et les déplacements rapides à vélo, par exemple pour se rendre au bureau.

 

Une architecture bien pensée

Au premier abord, le Mission CX fait esthétiquement dans la simplicité. C’est exactement ce qu’on attend de ce type de vélo. Les lignes épurées caractérisent un cadre qui ressemble un peu à un châssis de route destiné aux grimpeurs, avec une partie inférieure dédiée à la rigidité pour la transmission de l’effort, et une partie supérieure plus fluette pour absorber les vibrations.

Le routage interne des câbles ou durites souligne le soin apporté à sa mise en oeuvre, tout comme la forme particulière de la douille de direction, destinée aussi bien à assurer la précision des trajectoires qu’à apporter un peu de de confort.

Le Mission CX dans sa version carbone dispose d’un pont amovible entre les deux haubans, qui permet comme on l’a vu plus haut d’installer un garde-boue. Mais il peut s’enlever pour laisser alors un poil plus de dégagement au pneu arrière. Ce même pont est en revanche fixe sur la version plus économique du Mission CX, en aluminium.

Disponible avec un cadre en fibres de carbone CF2 annoncé à 885 g ou avec un cadre en aluminium de 1622 g, le Mission CX dispose d’une fourche de 402 g en carbone, quel que soit le modèle. Il adopte des freins à montage Flat Mount, et des axes traversants de 12 mm, à l’avant et à l’arrière, pour le meilleur compromis entre poids et rigidité. Le serrage s’effectue avec une fermeture spéciale qui permet de cacher le levier.

Une tige de selle de 27,2 mm de diamètre a été choisie pour assurer un  minimum de confort, et les modèles les plus haut de gamme sont fournis avec la tige de selle Merida S-Flex, ce qui permet une plus grande flexibilité et une meilleure absorption de toutes les vibrations. La géométrie Performance implique une douille de direction basse, des angles de direction et de tube de selle qui font la part belle entre position légèrement avancée et maniabilité, et des bases de 423 mm pour le cadre carbone (le cadre alu adopte des bases de 427 mm). Sur le premier nommé, l’espace pour le passage de pneu est optimisé grâce à la forme particulière de la jonction entre la boîte de pédalier et les bases. Notons enfin la boîte de pédalier légèrement surélevée, à 270 mm. Du côté des aspects pratiques, et même si tous les modèles de la gamme ne seront disponibles en France qu’en mono plateau, il est bien entendu toujours possible d’installer un double grâce au support démontable de dérailleur avant. Répondant aux normes UCI pour les compétitions de Cyclo-cross, le Mission CXest un vélo à tout faire mais qui se distingue d’un vélo de Gravel comme le Silex chez Merida, beaucoup plus porté vers le confort et la stabilité.

Premier essai

Pour notre premier galop d’essai sur des routes et chemins de moyenne montagne, nous avons pu disposer d’un Mission CX 8000 avec le cadre en carbone CF2, un groupe Sram Force 1X et des roues DT Swiss ER1400 en aluminium, un vélo au poids très performant de 7,8 kg et qui sera proposé à 4400 €, mais malheureusement pas prévu sur notre territoire.

Très roulant dans cette configuration, le Mission CX tient la route sur le bitume, avec une vitesse d’évolution peu éloignée de celle d’un vélo de route. Seuls les pneus Maxxis All Terrane en 700×33 manquent de rendement, et pas seulement à cause de leur poids ou de leurs crampons assez profonds.

En fait ils manquent surtout de souplesse, ce qui se ressent lors des relances ou dès qu’on aborde un chemin caillouteux. Les trajectoires semblent alors manquer de précision, avec des réactions des pneumatiques que l’on peut difficilement anticiper. Cela se vérifie en se dressant sur les pédales, avec un pneu qui manque de grip dans des conditions poussiéreuses. Reste un cadre compact et réactif, et surtout assez confortable. De notre point de vue, si la transmission mono peut se justifier pour des questions pratiques, elle gagnerait à proposer une cassette à l’étagement plus resserré pour un usage purement compétition. Sur des chemins escarpés, elle fait très bien le boulot, mais les écarts de développements peuvent se sentir dès le milieu de la cassette. Après la route et des chemins roulants abordés à plus de 30 km/h, nous entrons sur une zone plus technique et un terrain plus meuble. C’est là que les pneumatiques se révèlent, largement accrocheurs notamment sur leurs flancs, ce qui permet de passer les dévers avec confiance, de grimper en injection et de descendre sans se faire de frayeur. Mais les pierres et racines nous font rapidement regretter des boyaux, presque indispensables pour être vraiment performant en cyclo-cross, grâce au sous-gonflage qu’ils autorisent. À l’aise dans les enchaînements rapides, le Mission CX se fait larguer par un VTT dans les passages purement techniques car il manque un peu de maniabilité. Dans cette plus petite taille (XS), nous notons aussi que notre pied peut toucher la roue avant en braquant la direction. Pas top en zigzaguant entre les arbres. Cependant, on apprécie le poids léger du vélo quand on comprend qu’il vaut mieux le porter sur l’épaule en courant sur quelques dizaines de mètres pour franchir un obstacle. Le retour sur le bitume remet en avant son extrême polyvalence, car il roule beaucoup mieux qu’un VTT, et permet de conserver une position en selle quasiment identique à celle d’un vélo de route. En ville, on peut aisément se faufiler sur les pistes cyclables, voire sauter un trottoir de temps en temps, car le Mission CX est beaucoup moins poussif qu’un vrai vélo de Gravel.

Le pur cyclo-cross n’est pas le marché le plus florissant en France, contrairement au Bénélux ou à certains pays anglo-saxons. Étonnant, quand on voit qu’il peut y avoir jusqu’à 200 cadets au départ d’une manche de Coupe de France de cyclo-cross ! Merida se montre donc un peu timide en ne proposant sur notre territoire que deux versions du Mission CX, auxquelles s’ajoute le Cyclo-Cross 100 (entrée de gamme de l’ancien modèle), qui présente un excellent rapport qualité-prix à 999 €. Seront donc proposés :

  • Le Mission CX 5000 : cadre carbone CF2 et groupe Sram Apex 1X, à 2799 € et 8,75 kg

  • Le Mission CX 600 : cadre aluminium 6061 et groupe Sram Apex 1X à 1799 € et 9,6 kg

Pas de version double plateau donc, ni la superbe version Mission CX 8000-E en Shimano Ultegra Di2 Disc.

Les deux modèles proposés misent sur la polyvalence d’utilisation plus que sur la performance pure sur les circuits. Ils se présentent alors comme une excellente solution pour ceux qui recherchent un vélo complémentaire à leur utilisation habituelle, pour s’aventurer sur tous les chemins afin de varier les plaisirs sans être handicapé sur la route. Exactement l’esprit du Mission CX en réalité.

Contact : www.merida-bikes.fr

> Autres infos route : www.velochannel.com/Route
> Suivez VeloChannel sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.