Mediterranean Epic, étape 3 + VIDEO

Med Epic 2019 : étape 3, comme des airs de marathon

Ce samedi, retour sur Oropesa Del Mar, c’est l’étape la plus longue de cette 2e édition du Med Epic qui nous est proposée avec ses 78 kilomètres mais également la plus roulante, cumulant «seulement» 1400 mètres de dénivelé. Regardons ça de plus près…

Par Fred Ischard – Photos Mediterranean Epic

Nous voici à nouveau sur l’esplanade qui borde la Playa de la Concha pour le départ de cette 3e étape. Soleil omniprésent, tout le monde a le sourire au moment où est donné le départ. Les 200 coureurs de la formule «week-end 2 jours» sont venus gonfler un peu plus l’impressionnant peloton qui s’apprête à partir… Il est 9 heures, on s’élance sur la même rampe de départ que lors du premier jour avec une pente à plus de 20% par endroits mais cette fois le supplice sera plus court car après 500 mètres, on redescend à travers les lotissements qui bordent la cité d’Oropesa. Mieux valait bien se placer sur cette montée de départ car ensuite c’est presque 15 kilomètres tout plat qui nous attendent pour rejoindre le pied de la première longue difficulté du jour. Des groupes se sont formés et ça roule donc bon train sur cette section très rapide qui longe l’autoroute du littoral. Au 12e kilomètre, on passe le premier ravito qui sera finalement peu prisé car installé très tôt sur le parcours (mais qui servira à deux reprises sur ce parcours). Quelques kilomètres plus loin, on s’enfonce dans les massifs qui bordent la Costa Azahar et les premières pentes ne tardent pas à apparaître. En effet, c’est 5 kilomètres de montée qui nous attend pour se hisser 300 mètres plus haut. Cette ascension sera globalement facile, large et roulante afin d’éviter d’éventuels embouteillages. On bascule ensuite vers le village de Cabanès où est dressé le second ravito du jour (qui servira également deux fois durant l’étape). Nous avons effectué 26 kilomètres et la vitesse moyenne reste très élevée, le tracé étant pour le moment dénué de difficultés techniques. Cela va néanmoins un peu changer, on remonte d’abord une jolie piste sur quelques kilomètres avant de plonger vers le littoral, pas moins de 5 kilomètres de descente nous attendent et très franchement, c’est une des plus jolies du week-end qui s’ouvre devant nous. Un vrai sentier typé XC, très ludique avec des franchissements parfaitement sécurisés, du pilotage et un peu moins de cailloux. C’est technique mais moins traumatisant que les descentes dévalées précédemment. On plonge ensuite tout schuss vers le troisième ravito franchi précédemment en début de course. Nous sommes cette fois au 38e kilomètre, il en reste encore 40 à effectuer donc le moment est propice pour s’alimenter et récupérer un peu avant la seconde grosse ascension du jour, la principale difficulté de cette 3ème étape.

On va devoir gravir 400 mètres de dénivelé principalement sur un sentier technique et trialisant réclament beaucoup d’énergie, certains passages seront escaladés à pied pour bon nombre de coureurs, la fatigue commençant à se faire sentir. Au sommet, point culminant du jour à 430 mètres d’altitude, le décor est saisissant au milieu de ces petits massifs à la végétation basse avec la mer Méditerranée en toile de fond, l’épreuve mérite bien son nom. Au sommet, on retrouve une succession de montées roulantes et de courtes descentes techniques en escaladant les nombreux petits massifs qui s’offrent devant nous avant de replonger sur le village de Cabanès où l’on pourra bénéficier à nouveau du ravitaillement installé. Il reste maintenant 20 kilomètres. On doit ensuite à nouveau gravir une montée technique, certes pas très longue mais particulièrement casse-pattes avant de plonger définitivement vers l’arrivée et quelle descente, 350 mètres de dénivelé à dévaler sur un sentier typiquement local avec énormément de cailloux, des dalles à passer et quasi intégralement à flanc de ravin avec vue dégagée sur la mer, juste sublime !

En bas, il ne reste qu’à dérouler pour effectuer les 10 derniers kilomètres assez plats et très roulants nous menant vers l’arrivée jugée à la Marina d’Or d’Oropesa. Sur la ligne d’arrivée, ils seront 6 coureurs à se présenter pour la victoire et c’est à nouveau un italien qui l’emporte en la personne de Fabian Rabensteiner, le spécialiste XC Marathon du team Trek Selle San Marco devant l’espagnol David Valero du team MMR et l’italien Damiano Ferraro vainqueur de la seconde étape. Suivent les espagnols Ivan Diaz et Francesc Guerra. Au classement général, aucun changement, David Valero conserve le leadership de l’épreuve avec 14 petites secondes d’avance sur Fabian Rabensteiner et 18 secondes sur l’espagnol Francesc Guerra. Le premier français est Victor Koretzky du team KMC Ekoï Orbea classé provisoirement à la 7e place à 3 minutes 22 du vainqueur. Chez les dames, Ramona Forchini remporte une seconde victoire d’étape mais cette fois au sprint face à l’autrichienne Elisabeth Osl. L’estonienne Janika Lôlv prend la 3e place du jour à 1 minute 15.

C’est donc une étape globalement plus roulante qui nous attendait pour ce troisième jour mais agrémentée de deux magnifiques descentes et de quelques ascensions toujours aussi piquantes pour des organismes qui commencent à fatiguer un peu. On aura été très séduit par le décor somptueux dans lequel on a évolué aujourd’hui, bref on ne se sera pas ennuyé. Dimanche, nous attend la 4e et ultime étape de ce Med Epic longue de 50 kilomètres, une étape tonique qui réserve son lot de surprises avec notamment la fameuse ascension du sommet Del Bartollo, le point culminant de la région.

Voir aussi :
Mediterranean Epic, étape 2 + VIDEO 
– Mediterranean Epic, c’est parti ! + VIDEO
– Mediterranean Epic, Sarrou et Koretzky au départ

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.