Breck Epic, étape 4

La mi-course est passée

Nous voici à la mi-course, avec cette quatrième étape «aqueduc» longue de 67km pour environ 2000m de dénivelé positif. Encore une étape qui n’amusera pas la galerie ! Sur une course de 6 jours, on est conscient qu’une journée de galère peut vite arriver, ce sera mon cas sur cette étape que je tenterai simplement de terminer en étant malade.   

Par Thibaut Level – Photos : Breck Epic/Devon Balet Media

Lorsque le réveil sonne à 6h, je sais tout de suite que la journée va être une épreuve de bravoure. Fatigué après avoir dormi environ 3h, fiévreux, j’hésite clairement à prendre le départ. Puis, je repense à tous ces investissements, aux heures d’entrainement, aux gens qui me soutiennent dans cette aventure : il devient vite inconcevable de ne pas prendre le départ. Enfin, la sage parole du coach finit par prendre le dessus : «abandonner n’est pas une option». Ainsi, me voilà sur la ligne de départ à 8h30, pas vraiment lucide mais prêt à tout donner pour aller au bout de cette étape.

Le départ est le même que lors de la seconde étape, nous empruntons rapidement une montée qui met tout le monde d’accord en alternant passages soft à 5%, et quelques murs autour de 20%. Comme il y a deux jours, je pars assez loin dans le peloton, mais cette fois je n’arrive pas à reprendre de places, et essaie tant bien que mal de rester dans les roues de concurrents que je n’avais jusqu’alors jamais vu.

La première descente arrive rapidement, je me retrouve derrière des vététistes qui ne sont pas très à l’aise dans ce single très joueur et «smouth» dans lequel on ne peut malheureusement pas doubler. Nous enchainons de magnifiques singletracks entre 2900m et 3100m d’altitude pendant environ 30km avec une vue très sympa sur le «Dillon Reservoir», un lac assez imposant. Je gère jusqu’ici la casse, avec un rythme très prudent et un seul arrêt de quelques minutes avec un point de vue somptueux sur les forêts et montagnes alentours, en compagnie de Devon O’neil qui gère la couverture média de la course tout en encourageant ses amis. Quitte à ne pas pouvoir rouler vite, autant passer du bon temps et profiter des paysages.

Je me remobilise ensuite pour attaquer la difficulté du jour : une côte de 10km qui nous fait passer de 2850m à 3400 d’altitude, un enfer sans aucune force dans les jambes où je m’arrêterai de nombreuses fois en oubliant toute notion de course ou de chronomètre. La récompense s’est vraiment fait attendre, mais la descente qui suit est encore une fois un régal ! Vraiment, cette Breck Epic nous gâte avec des descentes très variées et toujours d’une qualité exceptionnelle. Une dernière remontée suivie d’une descente une fois de plus en singletrack en direction de Breckenridge, et je franchis cette ligne d’arrivée tant attendue après 4h45 passées à lutter contre moi-même.

Une fois de plus, le champion des états unis Keegan Swenson domine l’épreuve en terminant une minute devant Luis Mejia et Richard Cypress Gorry. Le classement général reste inchangé avec Keegan Swenson, Russel Finsterwald et Nash Dory aux trois premières positions Chez les femmes, Katerina Nash enchaine un quatrième succès consécutif devant Hannah Finchamp et Evelyn Dong qui conservent leurs respectives deuxièmes et troisièmes places au général.

L’étape suivante s’annonce brutale avec deux passages à plus de 3800m et l’une des descentes les plus «badass» des USA, j’espère avoir récupéré suffisamment pour apprécier cette étape dignement.

Voir aussi :
Breck Epic, étape 3 + VIDEO
– Breck Epic, étape 2 + VIDEO
Breck Epic 2019, c’est parti ! Etape 1 + VIDEO

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.