Breck Epic 2019, c’est parti ! Etape 1 + VIDEO

Une première étape corsée

Organisée depuis maintenant 10 ans autour de la station de ski Breckenridge dans le Colorado, la Breck Epic est une figure internationale des courses de VTT par étape. Au programme : 6 jours de course pour venir à bout des 350km et plus de 10 000m de dénivelé annoncés, parcourus entre 2900 et 3800m d’altitude. VELOCHANNEL.COM est présent pour vous faire vivre cette aventure de l’intérieur !

Par Thibaut Level – Photos : Breck Epic

Breckenridge étant située à quasiment 3000m d’altitude, il est fortement recommandé d’arriver quelques jours précédant la course pour s’acclimater. Cela tombe bien, cette petite ville d’environ 5 000 habitants s’avère très accueillante ! Depuis l’aéroport de Denver, il faut compter environ 2h de route en voiture pour rejoindre cette ville dont l’ambiance est pour le moins féérique. Entre les saloons, les façades de maisons aux couleurs extravagantes, les chalets de montagne à la touche américaine, le tout avec une vue permanente sur les montagnes qui nous entourent, on oublierait presque que l’on est ici pour une course de VTT tellement le dépaysement est total.

Briefing 

Après avoir récupéré le package de course qui contient quelques goodies, un maillot de vélo, un T-shirt et une paire de chaussettes, tous les trois estampillés Breck Epic, il est temps de se rendre au Briefing. Pas moins de 450 vététistes provenant de plus de 20 pays sont attentifs au discours de Mike McCormack, qui nous donne de nombreuses informations très utiles, le tout avec une touche d’humour omniprésente.

La course a beau être classée UCI C1 (haut niveau international), l’état d’esprit est très fun et détendu. Cet état d’esprit est l’essence même de la Breck Epic, «Back to the beginning» comme le dit Mike, quand le VTT se résumait à une bande d’amis parcourant les plus beaux singletracks dans l’entraide et le partage.

Go !

8h30 pétante, le départ est donné sous l’impulsion d’un bon vieux «ACDC – TNT». Nous nous élançons sur une côte de 4km sur le bitume, escortés par un 4×4 de police. Je comprends très rapidement qu’à 3000m d’altitude, l’effort est vraiment différent ! Je savais que le manque d’oxygène se ferait sentir, mais pas à ce point-là. Très vite,  je laisse filer les roues sans pouvoir m’accrocher. J’adopte alors un rythme «sauve qui peut» pour limiter la casse et garder du jus pour les jours à venir en espérant m’acclimater.

Nous basculons dans une descente 100% singletrack, très ludique sans obstacles ni difficultés, j’en profite alors pour reprendre mes esprits, et regagner quelques places. S’en suit un enchainement de portions de pistes plutôt plates dans la caillasse en guise de transition. Arrivés au dixième kilomètre, nous attaquons la «Coronet Climb», environ 5km pour 400m de dénivelé sur un sentier assez cassant jonché de pierres rendues glissantes par les averses de la nuit. De nombreux concurrents passent à pied, j’en profite pour regagner quelques places en passant sur le vélo, quitte à me mettre un peu dans le rouge.

Au 23ème km, nous voilà au Baker’s Tank : un premier ravitaillement qui me permet de refaire le plein d’eau, et de manger un peu (ce qui s’avère compliqué en roulant lorsque l’on hyperventile). Les 10 km qui nous séparent du second ravitaillement sont simplement somptueux, avec énormément de singletracks en forêt. Malheureusement, les quelques gouttes de pluie du début de course se transforment en averses, assez désagréable avec une température avoisinant les 7 degrés. Je passe ce deuxième ravitaillement «WirePatch» sans m’arrêter avant d’attaquer la «Little French», une montée nous amenant à 3400m d’altitude. A partir de là, je suis vraiment trempé et transit de froid alors qu’il reste environ 20km à parcourir, sur un profil majoritairement descendant. Ces 20 derniers km devaient être fantastiques par jour de beau temps, avec des singletracks à perte de vue. Mais aujourd’hui, ces singles avaient plutôt des allures de torrents de boue dans lesquels j’essayais simplement de survivre sur le vélo pour rallier l’arrivée, accompagné par quelques américains dans un très bon état d’esprit d’entraide. Je boucle cette première étape en hypothermie après 4h de course, 57km et 1550m de D+. On m’annonce 11eme en catégorie M30+, je n’en sais pas plus concernant le classement scratch, mais il y avait du monde devant…

Chez les élites hommes, Keegan Swenson, le champion des Etats Unis, s’empare de la victoire devant Finsterwald and Mejia. Seconde en 2017, Katerina Nash l’emporte chez les femmes.

A suivre à la seconde étape «Colorado Trails» longue de 66,6km, avec 2000m de D+ au programme. Normalement, la pluie devrait laisser place au soleil !

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.