Ultra Raid VTT 360 KM, une première réussie !

nwm-domfront-360-ultra-raid-VTT-360-samedi

ULTRA RAID VTT 360 KM DOMFRONT (61) – 25 ET 26 JUIN 2016

Le dernier week-end de juin 2016 était pour moi et 220 autres amoureux de défis plus fous les uns que les autres l’occasion de participer à cette première édition de l’Ultra Raid 360, à Domfront une commune française située dans le departement de l’Orne en region Normandie.

Texte : Sébastien Dupont « Guibole et Guidon » – Photos : Les Ecureuils du Bocage

Une épreuve unique en France en espérant que d’autres clubs suivent l’exemple donné par le club « Les Ecureuils du Bocage » qui proposaient de parcourir 360 kilomètres le temps d’un week-end. Le principe, un circuit VTT de 180 kilomètres en forme de huit avec 2 boucles de 90 kilomètres qu’il faudra effectuer une première fois dans un sens puis une seconde dans le sens inverse et avaler les 6000 mètres de dénivelé cumulé le tout dans un temps imparti de 36 heures.

Pour couvrir ces 360 kilomètres en 36 heures, plusieurs possibilités sont proposées : équipe de quatre, duo, solo, chacun devant respectivement parcourir 90 km pour les quatros, 180 pour les duos et 360 pour les 150 solos inscrits.

Pour la première édition la météo fut clémente mais la Normandie n’a pas échappé aux inhabituelles fortes intempéries du printemps jusqu’au début d’été, juin 2016 fut l’un des pire mois que la région ait connue ces dernières décennies. Chemins humides à gras au programme de ce long week-end de VTT !

nwm-ultra-raid-360-boue
nwm-domfront-orne nwm-ultra-raid-360-digitales-samedi

Côté organisation

L’équipe des Ecureuils du Bocage, aidée par un grand nombre de bénévoles indispensables pour proposer une organisation sans failles, a mis en place un dispositif très efficace basé sur le complexe sportif du village disposant d’une salle de sport qui sera le temps du week-end la base de vie générale, servant de cantine, pour l’accueil des participants pour le retrait des dossards et paquetages comprenant quelques produits régionaux, tee-shirt, puce de pointage et plan du parcours.

L’Épreuve 

Le temps maximal était fixé à 36 heures, ce qui permet avec un départ donné le samedi à 5h30 du matin de terminer le dimanche au plus tard à 17h30.
Chaque pilote ou équipe est libre de gérer son temps comme bon lui semble. Sur le circuit, les participants trouverons tous les 30 kilomètres un ravito avec base de vie disposant de produits régionaux, du salé, du sucré, eau et sirops mais également un mécano avec le neccesaire pour laver et graisser les vélos. Et ça ne sera pas un luxe au vu de l’état des chemins !

nwm-ravitaillement-sucré-salé nwm-ravitallement-confiture
nwm-poste-mécanique-technique-samedi

Côté chemins

Le parcours est composé de 80% de chemins majoritairement en sous bois et de mono traces. Selon l’orientation des vallées, les chemins sont plus ou moins détrempés avec des passages devenus de véritables bourbiers qui seront un enfer pour une grande partie des participants. Nous aurons la chance de contempler quelques beaux panoramas sur ce tracé évoluant sur les départements de Manche et Orne.

nwm-carte-parcours-ultra-raid-360-manche-orne

L’Ultra Raid VTT 360 KM vu du guidon de Sébastien Dupont

Habitué aux courses de 24h solo en Fat Bike, j’ai fais le choix de tester le petit dernier de la famille CURVE avec le 276 Juicy Peppa en version tout rigide 27,5+ (pneus de 27.5 x 3.00 pouces).
Après un petit déjeuner à 4h30 du mat’, je prends le départ à 5h40 accompagné par trois amis, un deuxième solo et deux duo.

nwm-ultra-raid-360-départ-samedi-matin

C’est parti pour faire le plus de kilomètres possibles, la tâche ne s’annonce pas facile au vu de l’état des chemins et encore un peu fatigué 15 jours après une deuxième place arrachée aux championnats 24h néerlandais dans la catégorie Fat Solo avec 330 kilomètres parcourus.
La première boucle de 90 kilomètres et 1500 m de D+ se passe bien, le petit groupe que nous formons roule à bonne allure malgré les quelques passages de bourbiers et nous terminons celle-ci avec une moyenne de 17 km/h, ce qui est correct dans ces conditions. Il ne fait pas trop froid ni trop chaud et surtout pas une goutte d’eau.
Passage à la base de vie centrale pour prendre connaissance de nos temps, un pointage étant effectué via une puce électronique à chaque ravito. A peine le temps de remplir les bidons et de manger un petit morceau, les trois compagnons sont déjà prêts à repartir pour enchainer la seconde boucle – et dernière pour les deux duos – qui passeront ensuite le relais à leurs coéquipiers.

nwm-ultra-raid-360-panneau-écran-affichage

C’est reparti, on suit toujours le fléchage aérien de très bonne qualité, les kilomètres passent et le rythme est toujours bon avec une moyenne de 16,8 km/h. Le corps supporte pas trop mal mais je me dis bien que le pire est à venir, le passage de la nuit est souvent un moment difficile à traverser et il faudra rouler au mental.

nwm-verticale-3 nwm-verticale-4-balisage

C’est aux alentours de 19h00 que notre petit groupe arrive au bout des 180 premiers kilomètres, signe de fin pour les deux amis mais également pour le troisième qui jète l’éponge ne trouvant pas la force de repartir. Petite anecdote, arrivés à Domfront, nous sommes témoin d’un malaise chez un pilote qui a tout donné, ce qui me rappelle bien la difficulté d’une épreuve comme celle-ci, le corps pouvant dire stop à tout moment…

nwm-ultraraid-VTT-360 nwm-domfront-orne-ultraraid-360-samedi

Après une pause d’une heure qui permet de monter l’éclairage et prendre un bon repas, il est déjà 20h00, l’heure de repartir comme je me l’étais fixé. Une autre épreuve commence pour moi, je me retrouve seul dans les chemins, à la différence des épreuves 24h traditionnelles auxquelles je suis habitué où il y a toujours des pilotes sur le circuit. L’organisation m’annonce 30 participants devant moi. J’ai bon espoir de retrouver un ou deux pilotes pour reformer un groupe, l’idée de rouler de nuit seul me fait peur car je sais qu’au fil des heures le mental baissera.
Vers 21h30 après une bonne vingtaine de kilomètres, soit déjà 200 depuis le samedi 5h40, j’allume mon éclairage composé de deux lampes K-Lamp France, une sur le casque et l’autre sur le guidon.
Le rythme est bien descendu avec une moyenne de 15km/h. Je me dirige vers le premier ravito de cette troisième boucle (pour rappel, même tracé que la première mais à l’envers cette fois) et j’ai la chance de voir arriver dans mon dos la lumière d’un autre pilote, ce qui me redonne du courage qui commençait à s’amenuiser.
Nous roulons ensemble jusqu’au ravitaillement mais je sens bien qu’il est plus en forme que moi. Ouf, 210 éme kilomètre et ravito en vue, je vais pouvoir souffler un peu et reprendre des forces, je lui fais même part de mon envie d’arrêter mais celui-ci me rassure en disant juste que je suis en train de passer un moment difficile.
Après un arrêt de 20 minutes nous reprenons la route et dès les premiers kilomètres je suis obligé de le laisser partir, incapable de tenir l’allure. Me revoilà donc seul avec des passage difficiles où il faut souvent descendre du vélo pour pousser celui-ci dans les bourbiers devenus un enfer à passer avec l’obscurité de la nuit.

Le kilomètre 225 sera celui de trop…

Toujours seul dans la nuit à bout de force après plusieurs erreurs qui me vallent un coup à l’oeil causé par une branche, le sort s’acharne sur mon GPS qui rend l’âme.
Je décide de m’ arrêter au premier village pour réfléchir sur la suite à donner mais la tête n’est plus là, il faut dire que l’objectif de la saison était ces championnats néerlandais et que j’ai vraiment tout donné pour accrocher ce titre de vice-champion après 22h30 de vélo, je n’ai pas entièrement récupéré.
J’arrive sur un petit village avec une grande route qui le traverse, je prends la décision la mort dans l’âme d’allumer mon téléphone et mettre en route le mode GPS pour rejoindre au plus court Domfront, signe d’abandon. 26 kilomètres annoncés, j’enfile donc mon gilet jaune obligatoire ainsi qu’une couverture de survie et roule en direction de la cité médiévale. Même ces derniers kilomètres sur route sont difficiles mais je ne veux pas appeler l’organisation pour un rapatriement. C’est finalement à 12 kilomètres de l’arrivée que le camion d’un équipage belge se met à ma hauteur pour me proposer de monter. Dimanche, 01h00 du matin, le vélo dans le coffre du camion signe la fin d’une nouvelle aventure, différente mais très enrichissante où j’ai encore appris pas mal de chose sur moi-même. Trois semaines après cet Ultra Raid VTT 360, je continue de reprendre des forces et du plaisir sur le vélo le regard tourné vers la prochaine course de 24 heures.

nwm-ultra-raid-360-digitale-chataignier nwm-ultraraid-360-sapins nwm-Ultraraid-360-solo-végétation nwm-ultra-raid-360-descente-pierres-boue nwm-ultra-raid-360-pearl-izumi-dimanche

Pour une première édition de l’Ultra Raid VTT 360 km, on peut dire que l épreuve était belle et que l’organisation à placé la barre bien haute avec une très bonne prestation des bénévoles. Au final, sur plus de 240 équipages tous confondus, seuls 46 solos, 9 duos et 12 quatros arriveront au bout des 360 kilomètres.

Site web de l’organisateur :  http://vtt-lesecureuilsdubocage-domfront.org

Voir aussi : Présentation Ultra Raid VTT 360 km, le défi !

nwm-ultra-raid-360-t-shirt-finisher

> Autres articles Evénements :www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Un commentaire sur “Ultra Raid VTT 360 KM, une première réussie !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.