Transrockies Singletrack 6, étapes 3 et 4

Etape 3 – Sentier des Seven Summits

En ce troisième jour de course, c’est un parcours montagneux qui nous attend sur un tracé de 35 kilomètres qui se déroulera entièrement sur du monotrace en empruntant l’intégralité du sentier des « Seven Summits », un singletrack unique long de 28 kilomètres.

Par Fred Ischard – Photos : TransRockies

En cette matinée, nous avons droit à un petit transfert d’une vingtaine de kilomètres pour se rendre au départ de cette 3e étape située au Nancy Green Summit à 1550 mètres d’altitude. C’est en effet un parcours en ligne qui nous est proposé aujourd’hui, le départ se situant au nord de Rossland et l’arrivée totalement au sud à quelques hectomètres du poste frontière américain. Des navettes sont donc organisées par un School Bus et les vélos sont acheminés au départ.

Autre particularité du jour, cette étape se déroulant en intégralité sur sentiers, les départs seront échelonnés par vague de 5 coureurs chaque minute en fonction du classement général  pour éviter d’éventuels embouteillages.

En effet, dès le départ c’est une ascension de 8 kilomètres qu’il nous faut escalader, intégralement sur du monotrace technique qui va rendre cette montée usante et exigeante. Pas un seul moment de répit, il faudra en permanence absorber les pierres, négocier les très nombreuses épingles et affronter chaque raidard avec beaucoup d’énergie parfois pas suffisante et obligeant de poser pied. Il faudra environ une quarantaine de minutes aux meilleurs coureurs pour se hisser au sommet du massif montagneux qui nous faisait face. Ce sera le point culminant de cette édition du ST6 à 2150m d’altitude. Le monotrace redescend ensuite et il faudra encaisser les nombreuses pierres qui jonchent le sentier, rien de très engagé mais on sera beaucoup secoué.

Après 3 kilomètres de descente, le sentier remonte à nouveau à travers les sapins pour nous emmener sur une crête où notre single va suivre le profil du terrain, nous obligeant d’incessants changements de rythme au gré des nombreuses courtes montées à gravir.

Après le passage de la zone de ravitaillement située à mi-parcours, ce sont des pierriers géants qui nous attendent avec des gros blocs de granit dans tous les sens.  Mais dès que le sentier le permet, on ne peut que lever les yeux et contempler ce décor fantastique au milieu de tapis de fleurs violettes sur un sol vert/gris, c’est somptueux d’autant que l’on domine vraiment tout le territoire que l’on a découvert depuis le début d’épreuve.

Nous sommes maintenant au 20e kilomètre, le parcours jusqu’à présent très physique va devenir majoritairement à profil descendant, c’est pas loin de 1000 mètres de dénivelé qu’il va nous falloir dévaler, un toboggan version XXL que l’on trouve plus généralement en haute montagne, et bien on aura la chance d’en profiter ici. C’est quasi une demi-heure de descente ininterrompue 100% singletracks qui va nous plonger vers l’arrivée. Ce « Dewdney Trail », on s’en souviendra ! Une trace naturelle très variée, c’est parfois cassant voire très cassant, parfois plus rapide, à travers les prairies où de la forêt de sapins, on n’aura pas de quoi s’ennuyer et c’est une authentique descente marathon qui bouclera cette 3e étape.


Au terme de 2h05 de course, c’est à nouveau le coureur canadien Evan Guthrie qui remporte l’étape au sprint devant l’américain Justin Lindine qui conserve toujours le leadership de l’épreuve avec 12 secondes d’avance sur le canadien. A deux minutes, l’américain Taylor Lideen complète le podium et conserve logiquement sa 3e place au classement général provisoire. Le québécois Mathieu Belanger-Barrette prend la 4e place du jour qui lui permet d’intégrer le top 5 du classement général. En prenant la 5e place de cette 3e étape, le canadien Cory Wallace grapille une place au classement pour se retrouver 4e au classement général mais à 1/4 d’heure du podium.

La course ST3 se termine au terme de cette étape et sans surprise c’est le français Frédéric Gombert qui remporte pour la deuxième fois consécutive cette épreuve sur 3 jours. Le québécois Marc-André Daigle prend la seconde place et le chilien Ricardo Puschel complète ce podium très international.


Etape 4 – Au coeur de la forêt de Smallwood

Une fois n’est pas coutume, c’est un nouveau transfert qui nous attend pour se rendre au départ de cette 4e étape. Pour débuter la seconde moitié de cette Singletracks 6, on quitte définitivement la petite ville de Rossland pour une autre ville plus au nord à Nelson sur les berges du Kooteney Lake.

C’est plus précisément à quelques hectomètres de Nelson au pied du massif de la forêt de Smallwood que nous avons rendez-vous. Au programme un parcours de 44 kilomètres et 1700 mètres de dénivelé pour découvrir ce nouveau terrain de jeu. Afin que les coureurs puissent disposer du temps nécessaire à la liaison pour rejoindre le lieu de cette 4e étape, le départ sera décalé d’une heure. On félicitera également la logistique des navettes (payantes en option) pour les coureurs ne disposant pas de véhicules, un service bien rodé aussi bien pour les vélos, les bagages, les coureurs, l’équipe d’organisation se plie en quatre pour un service irréprochable !

Nous voici donc sur le site de départ où assistance mécanique, massage et boxes de départ sont déjà prêts avec l’ambiance qui va avec. L’organisation a fait de cet endroit un peu perdu un petit ST6 Village en un rien de temps, c’était déjà le cas lors du site de départ et d’arrivée de l’étape d’hier qui étaient pourtant différents.

A 9 heures, la course est lancée. On démarre par une montée sur macadam pendant 3 kilomètres pour étirer un peloton déjà amaigri par l’absence des coureurs ST3 qui ont bouclé leur épreuve la veille. Après cette première montée, les coureurs sont déjà bien éparpillés au moment d’entrer sur le premier single en pleine forêt le long d’un ruisseau avec des ponts à franchir et quelques marches qui vont avec, on enchaînera sur notre première montée technique pour nous ramener sur une piste forestière.

On va ensuite suivre pendant 8 kilomètres pour monter progressivement vers le premier ravito, ça paraît incroyable d’avoir une section roulante aussi longue tant cette épreuve nous a jusqu’à présent fait profiter d’une quasi intégralité de singles depuis le début d’épreuve. C’était sans savoir ce qui nous attend ensuite car mieux valait en garder sous la pédale. On poursuit notre ascension mais cette fois sur un single long et pentu, certes moins technique que lors des précédentes étapes mais déjà largement assez difficile. On se retrouve 400 mètres plus haut sur une nouvelle piste, juste de quoi reprendre son souffle et parvenir au sommet à 1600 mètres d’altitude soit quasiment 1000 mètres au dessus de notre lieu de départ !

Le décor, on quitte l’épaisse forêt de sapins pour une crête à découvert au milieu de jeunes sapins et autres petits arbustes. Le terrain change également, plus minéral on y retrouve nos blocs de granit. On va ainsi faire joujou sur des singles qui serpentent au milieu de cette végétation avec un profil très casse-pattes d’où le nom du single « Up and Down » car ici les sentiers sont comme nos pistes de skis, ils ont tous un nom pour mieux les identifier.

Nous arrivons à mi-parcours, le profil majoritairement montant jusqu’à présent va enfin changer au moment de se lancer dans l’attraction du jour : le « Vallelujah Trail » avec ses 9 kilomètres de long, il va nous en faire voir de toutes les couleurs, ça tourne dans tous les sens, par contre adieu les cailloux et bonjour les racines heureusement parfaitement sèches, on peut s’y lancer avec assez de grip.

Mine de rien, physique ce single descendant mais ce régal de pilotage, c’est grisant malgré la fatigue. Nous entrons dans les 15 derniers kilomètres et voici le « Smallwood Trail » qu’on emprunte en montée, difficile mais super joueur, les nombreuses rampes à plus de 20% dans les racines et les nombreuses épingles obligent à s’employer et jeter ses dernières forces mais au sommet, on dispose face à nous d’un gigantesque panorama sur tout le Kooteney Lake.

Place à la descente, cette fois on zigzague au milieu d’une épaisse pinède, une incroyable enfilade d’épingles sur un matelas de tourbe, c’est super agréable et on se régale mais attention les résineux sont prêts à nous réceptionner à la moindre erreur. Au terme de ces 3 kilomètres de pur plaisir, nous retrouvons notre longue piste forestière empruntée en début de course pour prendre la direction du retour car nous sommes dans les 10 derniers kilomètres au passage du second ravito situé au même endroit que le premier.

On va donc dérouler les jambes pendant 5 kilomètres avant de plonger sur un single nous ramenant vers l’arrivée, cette fois ci c’est un sentier tout en dévers suivi d’un Bike-Park avec virages relevés et gros modules de jumps évités par la très grande majorité des coureurs. Une fois la ligne d’arrivée franchie, c’est encore une fantastique étape aujourd’hui.

C’est le leader de l’épreuve, l’américain Justin Lindine du team Apex qui remporte cette étape avec 3 minutes d’avance sur le canadien Evan Guthrie du team Race-Face Pivot, prenant par la même occasion une belle option sur la victoire finale. A la 3e place du jour, on retrouve l’espagnol Antonio Ortiz du team BH-Castelli (coureur non méconnu en France ayant terminé second au raid des Chemins du Soleil en 2016 au sein du team Buff). En terminant 4e sur cette étape, l’américain Taylor Lideen reste installé à la 3e place du podium. Ça bouge dans le top 5, en prenant la 5e place du jour, le québécois Mathieu Bellanger-Barrette remonte à la 4e place du classement général et Rothem Ishay intègre le top 5 suite à un coup de fatigue du canadien Cory Wallace qui se retrouve relégué à la 7e place mais la lutte pour ce top  5 reste indécise pour les deux dernières étapes à venir.

A suivre la 5éme étape, nouveau changement de terrain, nous irons encore un peu plus au nord dans la petite ville de Kaslo, 38 kilomètres et 1800 mètres de dénivelé seront à boucler.

Voir aussi :
– Transrockies Singletrack 6, étape 2
– Transrockies Singletrack 6, étape 1
– Singletrack Six 2017, programme de la semaine

> Autres articles Evénements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *