Test longue durée des pneus Michelin Power Endurance

Pneus polyvalents

Copyright : Sylvain Pigeau www.velochannel.com.com; Tous droits réservés. Copie et utilisations interdites sans l'accord de l'auteur.

Sur plus de 2700 km, nous avons mis à l’épreuve les nouveaux Michelin Power Endurance, qui devraient représenter une grosse part de la demande de cette nouvelle gamme de pneus du fabricant clermontois. Un modèle passe-partout qui tient presque toutes ses promesses.

Michelin a décidé de décliner sa gamme Power en trois modèles : les Compétition, les All Season et les Endurance. Ces trois modèles progressent significativement en termes de rendement, d’adhérence et de résistance à la crevaison, comme nous avons pu le constater lors de la présentation officielle des produits chez Michelin, en testant nous mêmes la différence de rendement impressionnante du Compétition avec le précédent Pro 4 (voir ici : www.velochannel.com/Premier contact avec les nouveaux pneus Michelin Power). Dans le principe, chacun des trois modèles performe dans les trois domaines, mais met l’accent sur une qualité par rapport aux deux autres. Pour le Power Endurance, le but est donc d’assurer un fort kilométrage, tout en ayant un rendement et une adhérence au-dessus de la moyenne. Michelin annonce ainsi un gain de 8,6 watts en résistance au roulement, de 20 % en résistance à la crevaison, de 15 % d’adhérence en traction et de 30 % d’adhérence latérale rapport au Pro 4 Endurance. Nous nous méfions toujours de ces chiffres à l’emporte-pièce, mais lors de notre test du Power Compétition, nous avions été bluffés, comme l’ensemble des quarante journalistes présents ce jour-là. Revenus sur nos routes d’entraînement habituelles, au milieu d’un printemps pourri (froid, venteux et humide), nous avons pu tester plus longuement les Power Endurance en 700×25, sur deux vélos et deux paires de roues différentes, et sur plus de 2700 km.

test-michelin-power-endurance-7

Une nouvelle gomme

À l’origine de ces nouveaux Power, on trouve bien sûr une nouvelle composition de gomme, dénommée X-Miles Compound, une carcasse avec trois couches à 110 TPI, et des renforts en Aramid Protek+. Contrairement au Power Compétition, l’Endurance dispose de rainures latérales, dénommées Grip Design, et qui renseignent sur le sens de montage. Par rapport au Pro 4 Endurance auquel il fait référence, le Power Endurance ne dispose pas de renfort au niveau des flancs, ce qui le rend logiquement plus fragile ce côté-là. Notons également la présence de témoins d’usure, bien pratiques pour évaluer la durée de vie restante des pneus. Petite déception au moment de la pesée, car le Power Endurance s’affiche à 240 g en 700×25 au lieu des 230 g annoncés. Cela commence à faire, surtout quand on recherche le meilleur compromis possible entre rendement et durabilité. Sur une jante large (Zipp 303 Firecrest), les Power Endurance sont mesurés à 27 mm de large et à 26 mm de haut en 700×25. Cela reste un bon compromis, alors que sur une jante plus fine (Campagnolo Shamal d’ancienne génération), le pneu paraît plus rond et plus imposant. Un gonflage à 8 bars est donc impératif pour ne pas perdre en précision de trajectoire et ne pas sentir les pneus naviguer lors des relances en danseuse. D’ailleurs, nos tests avec un capteur de puissance le prouvent : même avec un ensemble cycliste + vélo léger, c’est à cette pression que le rendement est le meilleur.

Copyright : Sylvain Pigeau www.velochannel.com.com; Tous droits réservés. Copie et utilisations interdites sans l'accord de l'auteur.Copyright : Sylvain Pigeau www.velochannel.com.com; Tous droits réservés. Copie et utilisations interdites sans l'accord de l'auteur.Copyright : Sylvain Pigeau www.velochannel.com.com; Tous droits réservés. Copie et utilisations interdites sans l'accord de l'auteur.

Promesses tenues…

… En termes d’endurance en tout cas. Après plus de 2700 km, dont un bon quart sur route humide, la bande de roulement est peu marquée, et les témoins d’usure laissent présager d’une durée de vie largement supérieure. D’autres modèles de pneus performants sont parfois largement entamés après tant de kilomètres. On peut donc classer les Power Endurance parmi les pneus qui durent. Une seule coupure, due à un silex bien coupant, mais aucune crevaison à déplorer au cours de ces cinq semaines de test intensif. Un très bon point donc, quand d’autres ne tiennent pas 1000 km sans crever. L’adhérence des Power Endurance, aussi bien au freinage que dans les prises d’angle, sur le sec ou sur le mouillé, est de très haut niveau. Le retour de chaque entraînement en ville et sous la pluie est parfois assez tendu, avec les ronds-points, les bandes blanches, les pavés ou les plaques de béton. Mais avec les Power Endurance, on se sent rapidement en sécurité, et il faut vraiment freiner très fort pour voir se bloquer la roue arrière. Dans les descentes mouillées, ces pneus mettent rapidement en confiance, ce qui est un excellent point lorsque l’on souhaite affronter des terrains variés et ne pas se poser de questions quant à la pression de gonflage. Bien sûr, en termes de confort, les 8 bars ne sont pas l’idéal, mais globalement les Power Endurance s’en sortent pas trop mal, seulement supplantés par des boyaux ou par des pneus avec des flancs en coton. Reste la question du rendement, et des fameux 8,6 watts de gain promis par rapport aux Pro 4 Endurance. Nous n’avons pas pu mesurer cet écart, mais par contre nous avons comparé les Power Endurance avec des Continental GP 4000 SII en 25 de section également. Pourquoi les GP 4000 SII ? A priori, ils n’appartiennent pas à la même catégorie, puisqu’ils sont plutôt à classer parmi les pneus « course », surtout en raison de leur poids (218 g). Néanmoins, le prix des deux modèles est équivalent chez la plupart des revendeurs (autour de 45 € le pneu), et surtout les GP 4000 SII sont réputés également durables et résistants. Nous avons donc repris les deux côtes référence (voir ici : www.velochannel.com/Comparatif pneus route – 3e partie), l’une à 7,3 % de moyenne (avec des passages irréguliers), l’autre à 4,4 % de moyenne (très régulière), nous y avons ajouté une portion plate, et nous avons essayé le même jour et dans les mêmes conditions et avec les mêmes roues, de reproduire un effort stable. Un petit bémol concernant la précision de la portion plate, évidemment toujours soumise aux caprices d’Éole, car même un jour « sans vent », il y a toujours un peu d’air ! C’est pour cette raison que nous ne parlons pas de gain ou de perte en watts, d’autant plus que la différence est inférieure à la fourchette de précision du capteur de puissance (+/- 1,5 %).

Bosse à 7,3 %

Continental GP 4000 SII                         4’01’’ / 285 watts

Michelin Power Endurance                        4’03’’ / 286 watts

Différence : +2’’ / +1 watt


Bosse à 4,4 %

Continental GP 4000 SII                         3’53’’ / 280 watts

Michelin Power Endurance                        3’53’’ / 282 watts

Différence : 0 / +2 watts


Portion plate 3 km

Continental GP 4000 SII                         3’02’’ / 279 watts

Michelin Power Endurance                        2’59’’ / 280 watts

Différence : -3’’ / +1 watt

 

Le Michelin est donc très proche en condition réelle du Continental, qui est pourtant une référence en termes de compromis entre rendement et durabilité. Il semble un peu moins bon dans les pentes les plus raides, mais il prend légèrement l’avantage quand la vitesse augmente. Plus lourd, il est sans doute légèrement handicapé dans les brusques changements d’allure, mais sa résistance au roulement relativement faible devient intéressante quand il est lancé. Le gain en rendement nous semble toutefois beaucoup moins net que le Michelin Compétition que nous avions essayé. En le comparant toujours au GP 4000 SII (qui reste un excellent pneu), on le trouve très légèrement meilleur au niveau de l’adhérence, alors que la durée de vie sera sans doute équivalente. Bref, les Power Endurance sont de très bons pneus pour une pratique cyclosportive, ou pour des entraînements musclés. Ils égalent la référence du marché sur de très nombreux points. Mais pour être surpris par un gain très net en termes de résistance au roulement, il faut passer par les Power Compétition.

test-michelin-power-endurance-6

MICHELIN POWER ENDURANCE

pneu-michelin-power-endurance-tyre

Construction : Gomme X-Miles Compound, rainures Grip Design, carcasse 3 x 110 TPI, renfort anti crevaison en Aramid Protek+. Témoins d’usure
Dimensions : 700 x 23, 700 x 25 et 700 x 28
Poids vérifié : 240 g en 700 x 25
Coloris flancs : noir, rouge, bleu, blanc
Prix public : 42 à 45 €

Voir aussi : Premier contact avec les nouveaux pneus Michelin Power

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.