Premier contact avec les nouveaux pneus Michelin Power

test-pneus-velo-michelin-power

Révolution ?

Le lancement des nouveaux Michelin Power semble marquer une évolution très nette dans le domaine du pneumatique. Avant un test plus complet dans les prochaines semaines, nous vous livrons les premiers résultats de notre galop d’essai, rapide mais chiffré. Impressionnant !

Photos : Jérôme Cambier/Nico Joly/Manu Molle – Michelin

Vittoria et Hutchinson ont mis sur le marché récemment de nouveaux pneumatiques, qui semblent déjà avoir progressé dans tous les domaines, comme le montre notre test du Hutchinson Fusion 5, sur plus de 1300 km. Michelin, de son côté, travaille depuis deux ans sur le remplaçant du fameux Pro 4, une valeur sûre, mais supplanté depuis sa sortie il y a plus de quatre ans par le Continental GP 4000 S II en termes de compromis entre rendement, adhérence et durabilité. Ce dernier est d’ailleurs clairement la cible de ces puissants manufacturiers. Évidemment, Michelin n’est pas la marque la moins bien armée lorsqu’il s’agit de produire un modèle destiné à reprendre la place de numéro un, et peut profiter de toute la puissance de feu de ses équipes de chimistes, de ses spécialistes des pneus hiver, à faible résistance au roulement ou pour la compétition, ou même de pneus pour poids lourds. Et bien sûr de son exceptionnel site de Ladoux dans le Puy-de-Dôme, où se mêlent bureaux d’études et pistes d’essais en tous genres.

test-pneus-velo-michelin-power-9

Ainsi, le Michelin Power s’annonce comme révolutionnaire. Mais plus précisément LES Power, car il s’agit en fait de trois modèles, qui mettent chacun l’accent sur une spécificité, sans pour autant négliger les deux autres :

  • Le Power Competition (dispo en section de 23 et 25 mm) qui dispose d’une très faible résistance au roulement. Poids vérifié : 216 g en 700×25
  • Le Power All Season (dispo en section de 23, 25 et 28 mm) qui profite d’un grip latéral et longitudinal (traction et freinage) très élevé. Poids vérifié : 278 g en 700×25
  • Le Power Endurance (dispo en section de 23, 25 et 28 mm) conçu pour réaliser des kilométrages élevés avec une forte résistance à la crevaison. Poids vérifié : 240 g en 700×25

Entièrement conçus et développés en France, les Michelin Power sont fabriqués en Thaïlande dans une usine dédiée, et où la formule des gommes est entièrement tenue secrète.

test-pneus-velo-michelin-power-4

Au-delà d’un discours marketing convenu et destiné à nous convaincre que les Power sont désormais chacun les meilleurs pneus du monde dans leur catégorie (avec des performances dans les autres domaines toujours très élevées), et avant un test de notre part sur plusieurs milliers de kilomètres, nous avons pu toutefois constater par nous-mêmes et en compagnie d’une quarantaine de journalistes venus du monde entier que le chiffre le plus impressionnant avancé par la firme clermontoise était tout à fait réaliste. En effet, Michelin annonce une économie de 10 watts à 35 km/h entre les Power Competition et les Pro 4. 10 watts, c’est selon Michelin toujours, 1’04’’ de gagnée sur la montée de l’Alpe d’Huez, 4’37’’ sur un Ironman, ou encore 2,80 m sur un sprint de 30’’. Là, ça commence à parler sérieusement. Pour se persuader de l’intérêt de choisir soigneusement ses pneumatiques lorsqu’on veut rouler plus vite ou plus longtemps avec le même effort fourni, il suffit de se rappeler que pour avancer sur un vélo, il faut lutter contre trois types de résistance : la pénétration dans l’air, la gravité et le roulement. Avec le Power Competition, Michelin annonce une diminution de la résistance au roulement de 25% par rapport au Pro 4, grâce à l’adoption d’un nouveau matériau pour la bande de roulement à base d’élastomères spécifiques et de silice, mais aussi d’une carcasse avec trois nappes en 180 TPI et d’un renfort sur le dessus du pneu en Aramide, plus léger, plus fin et plus résistant que le traditionnel nylon.

test-pneus-velo-michelin-power-7

Le test proposé par Michelin a consisté à nous faire tourner sur une piste de 2,75 km plate et au revêtement parfait, à effectuer deux tours pour que la distance soit significative, successivement avec les Pro 4 et les Power Competition en 700×25 gonflés à 7 bars, à une puissance stabilisée et imposée de 180 watts. Deux bémols pour la précision de ce test en condition presque réelle : un vent assez fort de 4m/s au moment de la prise en main, et l’utilisation d’un capteur de puissance Stages Cycling dont la précision revendiquée est de +/- 2%. Néanmoins, sur la quarantaine de journalistes présents, le panel était suffisamment important pour donner une tendance globale assez proche de la réalité. Notons que la paire de pneus montée pour le premier run était totalement aléatoire.

Rolling Resistance

Les résultats sont édifiants. Pour notre part, nous avons gagné 20’’ sur 5,5 km, soit un gain de 1 km/h à 180 watts (de 31 à 32 km/h de moyenne). Sur l‘ensemble des journalistes, indépendamment du vent et de la plus ou moins bonne maîtrise de l’utilisation d’un capteur de puissance, le gain moyen a été de 18,9’’, soit exactement le même gain que sur un panel de 70 testeurs internes, selon Michelin.

Adhérence et résistance aux coupures

test-pneus-velo-michelin-power-2test-pneus-velo-michelin-power-3

Nous avons pu également assister aux tests d’adhérence réalisés par Michelin sur le terrain, en plus de nombreux tests en laboratoire réalisés par les finlandais de Wheel Energy. Un pilote, ici équipé tel un motard de compétition pour éviter de se faire mal en cas de chute, chevauche un vélo assisté d’un moteur électrique et tourne en rond sur une piste qui ressemble à un rond-point, arrosée en permanence. Sont mesurés l’angle et la vitesse de décrochage sous ces conditions particulièrement glissantes. Ce test est toujours réalisé à 8 bars de pression. A noter d’ailleurs que malgré la section de 25 mm, la marque clermontoise revient sur l’idée reçue qu’une pression de gonflage trop basse améliorerait l’adhérence, le rendement, et la résistance à la crevaison, en raison d’une carcasse très souple, et qui se déforme beaucoup trop en cas de sous-gonflage. En d’autres termes, le bon compromis est entre 7 et 8 bars, même pour du 25. Michelin annonce une vitesse de 31 km/h avec les Power All Season avant d’atteindre les limites d’adhérence latérales, alors que la référence du marché dans le domaine des pneus hiver stagne à 29 km/h. Mais le plus intéressant, c’est que les Power Competition et les Power Endurance, qui possèdent d’autres qualités, seraient dans ce cas aussi performants que cette fameuse référence. Enfin, une autre piste dédiée à l’évaluation de la résistance aux coupures et aux crevaisons, là aussi arrosée en permanence, est jonchée de pierres et silex tranchants. Ici, ce sont les Power Endurance qui s’en sortent le mieux selon Michelin, avec une résistance supérieure de 20 % par rapport à la référence sur le marché dans ce domaine. Mais les Endurance ne délaissent pas les autres qualités, avec un gain en watts à peine inférieur aux Power Competition à 35 km/h (8,6 watts annoncés, contre 10 watts), et une adhérence équivalente aux meilleurs pneus du marché. Ces pneus, qui diffèrent des Competition par une bande de roulement bi-gomme et par une sculpture légèrement lamellisée, seraient selon Michelin particulièrement adaptés pour le freinage à disque, notamment pour la section de 700×28. Ces pneus devraient de toute façon être les plus recherchés de la gamme. Les prix publics de la gamme Power, disponible à partir du 1er avril, devraient se situer entre 42 et 45 € le pneu.

test-pneus-velo-michelin-power-6
> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

11 commentaires sur “Premier contact avec les nouveaux pneus Michelin Power”

  1. Bonjour
    Quelle chambre à air à monter pour garder le rendement du pneu?
    Les pneus sont-ils aussi difficile à monter que les pro3 sur les jantes campa?
    Merci

    1. Bonjour. Les pneus tirent un peu pour un montage sur une jante Campa, mais rien d’insurmontable. Quant aux chambres à air, nous avons utilisé les chambres fournies par Michelin, des classiques Airstop A1 en butyl. Néanmoins, le rendement et le poids peuvent être optimisés de façon significative, en utilisant soit des chambres Latex avec des jantes alu, soit des chambres light en Butyl pour les jantes carbone.

  2. Bonjour,
    Mes 2 pneus power compétition achetés il y a un mois ne sont déjà plus sur mon vélo.
    Le premier m’a accompagné seulement 10 km.
    Pas de bol j’ai dû prendre un silex ( ça arrive) et crevaison, pneu irréparable. Coupure d’au moins 2 cm sur le flanc et aussi sur la bande soi-disant renforcée.
    Le deuxième, après une petite course de 70 bornes, j’ai constaté une coupure profonde de 4 cm sur le pneu arrière.
    Suis dégoûté.
    Je sais le pneu increvable n’existe pas encore..mais pour un lancement de gamme ..
    Bilan 80 km avec mes 2 power compétition
    J’ai écris à Michelin concernant le premier pneu et ils m’ont répondu que j’avais fait le bon choix, quant au deuxième, pas de réponse.
    J’ai remis mes 400 S ll
    Cdlt
    L

      1. Pareil,3 pneus Continental 4000SII entaillé sur leurs flancs,ils n’ont pas tenu longtemps,et je ne suis pas le seul d’après d’autres témoignages.
        Vittoria Rubino pro speed,les flancs tiennent bon,mais nombreuses crevaisons et entailles au début,moins par la suite,poids de 180 grammes pour le 700×23,ça serait intéressant que je les compares niveaux solidités et crevaisons avec les power compétition de Michelin en empruntant les mêmes routes sur une longue durée pour estimer la fréquence de crevaisons.
        J’ai remarqué qu’il faut un certain temps d’adaptation à un modèle de pneu pour ensuite optimisé la fluidité du pilotage vélo par rapport aux pneus,résultat on crève moins,une plus grandes attentions de la surface de la route(avoir une bonne vue,sinon lunettes correctrices),permet également de réduire ces mésaventures sans les éradiqués complètement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.