Test du BMC Teammachine ALR01

L’alu toujours en forme

Mieux vaut un bon alu qu’un mauvais carbone, surtout lorsqu’on dispose d’un budget limité. Cela se vérifie avec le BMC Teammachine ALR 01, un petit vélo sympa et équilibré pour les sorties loisir ou pour commencer à courir.

test-vélo-alu-bmc-shimano-105-14

8,510 kg sans pédales et en taille 47 : ça commence à peser. Mais à y regarder de plus près, le BMC Teammachine ALR01 est surtout plombé par un équipement de moyenne gamme qui fait la part belle à la solidité et à la fiabilité plutôt qu’à la performance pure. Et surtout, son prix de 1499 € le rend abordable, et évolutif. Car le cadre ALR01 en aluminium hydroformé à triple épaisseur, qui reprend la géométrie sportive et agressive des modèles SLR en carbone, ne pèse que 1295g avec la peinture. C’est 400 à 500 g de plus que le haut de gamme SLR01, certes, et sans doute moins de 200g de plus que le SLR03 moins haut de gamme. Pas énorme dans l’absolu. La fourche en carbone SLR03 reprend le design Angle Compliance (droite, mais avec un décrochage de la largeur au niveau des fourreaux pour assurer le confort) des modèles de haut de gamme. Notons que ce vélo est aussi disponible avec une transmission Shimano Ultegra et des roues Shimano RS11, ou encore en Tiagra (10 vitesses) ou en Sora (9 vitesses) avec des roues R501. Pour l’heure, notre ALR01 de test est équipé en Shimano 105 pour les dérailleurs, avec des freins et un pédalier hors groupe, des roues RS10 et des périphériques BMC en alu.

test-vélo-alu-bmc-shimano-105-6 test-vélo-alu-bmc-shimano-105-5 test-vélo-alu-bmc-shimano-105-4 test-vélo-alu-bmc-shimano-105-8

Il y a donc moyen de gagner facilement 1kg sur l’ensemble de l’équipement sans trop forcer, avec les roues, la tige de selle et la selle, la cassette voire le pédalier. Deux façons d’apprécier ce BMC : tel quel pour les débutants ou les coureurs du dimanche, ou « optimisé » pour ceux qui cherchent un vélo sérieux à l’excellent rapport qualité-prix, et qui disposent de pièces pour faire un peu de tuning.

test-vélo-alu-bmc-shimano-105-15

Allure agressive

Il faut dire que le style de l’ALR01 est plutôt agressif, et on ne parle pas seulement de ce rouge pétant qui tranche nettement avec tous les vélos noirs que nous avons l’habitude de croiser sur les routes. Chacun des quatre modèles ALR01 de la gamme bénéficie d’une couleur dédiée. Le rouge n’est pas le plus discret, mais il est le plus sympa à notre avis. En revanche, le sloping est très prononcé sur ce cadre en petite taille, et s’accompagne d’un triangle arrière très compact avec des haubans placés très bas par rapport au tube de selle. Le tube diagonal est d’un gros diamètre, en forme de goutte d’eau, tout en présentant de légères arrêtes. Il tranche avec le tube supérieur, plus fin, mais aplati. Quant au tube de selle, il est assez large au niveau de la boîte de pédalier et s’affine sur le haut. On remarque surtout qu’il est décalé et s’appuie plutôt du côté gauche de la boîte que du côté droit. Les soudures ne sont pas retravaillées et nous rappellent que nous sommes en présence d’un cadre en aluminium.

test-vélo-alu-bmc-shimano-105-10 test-vélo-alu-bmc-shimano-105-11 test-vélo-alu-bmc-shimano-105-13 test-vélo-alu-bmc-shimano-105-12

Les tubes Premium Al13 sont à triple épaisseur, et leur forme est obtenue grâce à un procédé d’hydroformage (la forme est obtenue en injectant un fluide à très haute pression), une technique qui classe le cadre parmi les haut de gamme en aluminium. La géométrie choisie est la même que les cadres carbone SLR de la marque. Seulement cinq tailles, une douille de direction pas trop haute, mais des angles à l’avant et à l’arrière assez conventionnels et consensuels, pour donner un comportement équilibré entre stabilité et maniabilité. Notons toutefois qu’avec ce modèle en taille 47, la douille de direction est très couchée – empattement oblige -, ce qui favorise une très grande stabilité au détriment de la nervosité.

Sur la route

Ce BMC pâtit d’emblée du poids de ses composants, non pas sur les côtes abordées à une allure d’entraînement, mais plutôt lors des relances. Les roues manquent clairement de dynamisme, les pneus ne disposent pas d’un toucher de route exceptionnel, et le poste de pilotage fait un peu « camion ». Le cintre est large et carré au niveau des leviers, mais surtout, le vélo se balance difficilement de gauche à droite à faible vitesse, avec une chasse au sol importante. Bref, la direction est lourde pour lancer la machine, mais c’est spécifique à cette petite taille.

test-vélo-alu-bmc-shimano-105-2

Pour le reste, on note un freinage efficace – sans atteindre les performances du Dura-Ace ou de l’Ultegra, voire des étriers 105 – et des changements de vitesse fluides, nets et silencieux, sur toute la plage de développements offerte par la cassette 11-32. Au niveau du pédalier par contre, c’est nettement plus lent qu’avec un pédalier 105, à cause de la construction des plateaux, différentes des modèles 105 et supérieurs. Une fois lancé, l’ALR01 se comporte sans anicroche, en douceur, en silence et en parfaite fluidité. Ça roule bien, le vélo ne s’écrase pas dans les faux plats, et une fois l’habitude prise, on se fait aux mouvements amples nécessaires pour manier la direction. Dans les bosses montées à bonne vitesse, on ne se heurte pas au poids du vélo, mais d’abord à la gamme de braquets, excellente pour un débutant ou pour un Picard qui se lance pour la première fois en montagne, avec de nombreux trous dans la gamme.

test-vélo-alu-bmc-shimano-105-7

Cependant, même le 34/32 passe en silence et sans aucun frottement, de quoi satisfaire les primo-accédants à un vélo de course. Ceux qui ont de l’ambition en compétition devront impérativement revoir ça. Le poids d’ensemble se ressent surtout en cas de vives accélérations, où le vélo se trouve handicapé par rapport à du haut de gamme. Mais des roues plus huppées et quelques composants bien choisis doivent suffire à lui redonner du dynamisme, d’autant plus que ce vélo se montre vraiment agréable sur tous les terrains : il n’est pas cassant dans les difficultés, il est sécurisant dans les descentes où il vous aide à bien maintenir la trajectoire, et la filtration des vibrations se montre très correcte. La selle est pour beaucoup dans le confort ressenti sur le vélo. Sauf qu’elle est un peu molle, et que des échauffements se ressentent au bout de deux heures de vélo. D’ailleurs, il a été assez difficile de régler précisément la hauteur de selle, car sa coque s’enfonce rien qu’en appuyant avec les doigts. Bien que sans doute un peu lourds, les périphériques sont solides et sans reproche. Au final, nous constatons que les moyennes des sorties que nous avons effectuées avec ce vélo sont à peine inférieures à celles que nous réalisons habituellement avec un vélo 5 ou 6 fois plus cher. Alors bien sûr, ce BMC ALR01 manque un peu de nervosité, mais c’est parce qu’il approche des 9 kg tout équipé. Mais nous avons le sentiment que le cadre mérite largement un équipement supérieur. Comme souvent avec les cadres en aluminium modernes, ce vélo est surtout une bonne surprise, surtout compte tenu de son tarif, même si la concurrence fait parfois un peu moins cher.

test-vélo-alu-bmc-shimano-105

BMC TEAMMACHINE ALR01 105

essai-vélo-route-bmc-teammachine-alr01

Cadre : aluminium triple butted Teammachine ALR01
Fourche : carbone Teammachine SLR03
Dérailleurs : Shimano 105
Poignées : 
Shimano 105
Cassette : Shimano 105 – 11/32 dents
Chaîne : Shimano 105
Pédalier : Shimano RS500 – 50/34 dents
Freins : Shimano R561
Roues : Shimano RS010
Pneus : Continental Ultra Sport II – 700 x 23 mm
Potence : BMC RSM 03
Cintre : BMC RDB 03
Tige de selle : BMC RSP 03 – 350 x 27.2, recul 15 mm
Selle : Selle Royal Sirio
5 tailles : 47, 51, 54, 57, 60 cm
Poids :  8,51 kg sans pédales en taille 47

Prix public : 1499 €

bmc-alr01-geometrie

Voir aussi : Test du BMC Fourstroke FS01

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

 

3 commentaires sur “Test du BMC Teammachine ALR01”

  1. Il me semble que leur offre a 1500€ , manque de pertinence.
    Tu rajoutes 500€ , tu peux choper ( négocier remise ) le SLR02 qui est trés proche du SLR01 , d’ailleurs , chaque année il fait l’unanimité.

    Honnêtement, certes, un bon alu vaut mieux q’un carbone médiocre mais il faut vraiment être mal renseigné de nos jours pour faire le mauvais choix , qui plus est a ce prix.

    Je parle même pas des PA , ou les offres peuvent être a plus – 50% du neuf pour un spad qui a 3 mois car le mec se rend compte que malgré que le velo soit beau , il faut pedaler quand même…

    Bref , le ALR01 est complètement hors sujet selon moi.

    1. On peut tout critiquer…Le seul point faible c’est la grandeurs des cadres…51/54…? il manque un 52 ! mais bon…d’après BMC en Suisse le 51 va pour une personne de 175 max. !!!!!

  2. Bonjour
    Votre article est intéressant, je souhaite acquérir ce vélo mais j’hésite sur la taille 47 et 51. Je possède un bmc teamachine slr 2 en taille 48 modèle 2016, et je suis bien posé. Je mesure 171,5 précisément entrejambe 81 environ, je suis donc entre 2 tailles chez bmc. Qu’en pensez vous ?.
    Sportivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.