Test des roues Zipp 858 NSW

Un concept abouti

Après les 454 NSW déjà testées plus tôt dans l’année, Zipp va encore plus loin dans le concept du profil de jante ondulé SawTooth™, en proposant des roues à jantes très hautes, les 858 NSW. L’avantage supposé des 454 NSW ne nous avait pas totalement convaincus, mais ici les 858 NSW sortent véritablement du lot face à d’autres modèles de la même catégorie. Voyons pourquoi.

Les 858 NSW sont le deuxième modèle de roues de la marque américaine avec un profil de jante ondulé SawTooth™, dérivé du biomimétisme qui consiste à reproduire des formes et structures remarquées dans la nature. La forme des jantes des Zipp 858 NSW et 454 NSW mime le profil d’une baleine à bosse, et le revêtement celui de de la texture d’une peau de requin, dans le but d’optimiser l’aérodynamisme tout en améliorant la stabilité face aux vents latéraux (pour éviter les fréquents coups de guidon pour tenter de conserver la trajectoire, sources de danger et de dépense d’énergie supplémentaire).

Sur les 858, la hauteur de jante oscille entre 82 et 77 mm, contre 58 et 53 mm pour les 454. Il s’agît donc d’un profil de jante très haut, normalement réservé aux épreuves contre la montre ou au triathlon, et exceptionnellement pour les parcours sur route aux mains de coureurs au fort gabarit, qui ne se laissent pas déstabiliser par les rafales de vent. Théoriquement, plus une jante est haute, plus elle diminue la traînée aéro, et donc la résistance de l’air. Mieux : avec un vent de trois-quart, la hauteur de jante agit un peu comme une voile, et peut produire ce qu’on appelle une traînée positive. Mais des roues trop hautes ont des inconvénients, comme un poids supérieur à celui de roues plus basses, et surtout une sensibilité plus élevée aux rafales de vent. Si Zipp ne fait pas de miracles en termes de poids avec les 858 NSW à pneu (1772 g la paire sans les blocages, 100 g de plus environ pour le modèle pour freins à disque), bien que celui-ci demeure raisonnable par rapport à d’autres modèles de cette hauteur, la marque réussit son pari quant à la maniabilité des roues, inégalée à ce niveau. Ce qui ne nous avait pas paru évident avec les 454 par rapport à d’autres roues de 50 à 60 mm de haut, nous saute aux yeux ici avec les 858 par rapport à d’autres roues de 80 mm.

Technologie

Les valeurs de 82 et 77 mm, ainsi que le profil exact et la texture des jantes n’ont bien entendu pas été déterminées au hasard. C’est aussi après de longues recherches en soufflerie (contrairement à la concurrence, Zipp est propriétaire de son propre tunnel à vent) qu’ont été appliquées des empreintes HexFin™ABLC, pour augmenter la fréquence des tourbillons (Vortex), et stabiliser le vélo en cas de rafales de vent. On note par ailleurs que les 858 NSW perdent le côté légèrement « bombé » des autres jantes Zipp, avec ici des parois latérales de 24,4 et 23,7 mm (avant/arrière), de la surface de freinage au sommet de la jante, pour une largeur interne dans les deux cas de 17 mm. Sur ce profil, les pneus de 25 mm conviennent à merveille, avec une belle ouverture en « U » qui assure rendement stabilité lors des franches relances ou des changements d’appuis. Les 858 reprennent les caractéristiques de la gamme NSW, avec une surface de freinage Showstopper et son léger relief et des rainures, les graphismes Zipp Impress (plus aéro que des stickers), les moyeux Cognition aérodynamiques avec des points d’ancrage des rayons revus, et un système d’engagement de roue libre qui limite les frottements. C’est la troisième paire de roues de la gamme NSW que nous testons, après les 454 et les 404  , et franchement le bond est phénoménal en termes de rendement, de fluidité, de fiabilité et de freinage par rapport aux modèles Zipp précédents.

Nous vous invitons à relire cet essai pour en savoir plus sur la technologie employée sur les moyeux et la surface de freinage.

Pour couronner le tout, les roues sont montées à la main (au Portugal), avec des rayons Sapim CX-Ray. La différence entre les 18 rayons de l’avant et les 24 de l’arrière explique le dessin différencié entre les deux jantes. 1772 g (sans blocages mais avec fonds de jante) est un poids abordable pour ce type de roues, mais 4400 € est un prix qui l’est beaucoup moins. Ces roues resterons donc un rêve pour beaucoup d’entre nous, surtout que leur forme spécifique ne suffit pas totalement à en faire des roues polyvalentes sur tous les terrains.

Au-dessus du lot

Les 858 NSW se démarquent de la concurrence d’abord grâce à la qualité du freinage. Extrêmement rassurant, même sous la pluie, il est de notre point de vue supérieur, plus mordant, qu’un freinage sur des jantes en aluminium. Dans des conditions normales d’utilisation (poids léger du coureur, parcours vallonnés, par tous les temps, un peu de ville…), il rend inutile le passage aux freins à disque. Ensuite, les 858 se révèlent beaucoup plus neutres au niveau du pilotage que d’autres roues de la même catégorie. On ne peut pas dire que la prise au vent latéral soit nulle, surtout toujours avec un poids léger du coureur, mais disons qu’on éprouve les mêmes sensations qu’avec des roues de 50 mm de haut. Au niveau de la confiance, ça change tout quand on a déjà essayé des roues de 60 à 80 mm. Bien sûr, il faut tenir le cintre en cas de fortes rafales, et se méfier des sorties de virage, où le vélo a tendance à élargir un peu sa trajectoire. Mais le guidonnage est léger et surtout très prévisible. Par ailleurs, ces roues haut de gamme font preuve d’une excellente rigidité : réglées au plus prêt des patins de frein, les jantes ne viennent pas les effleurer, même en cas de très forte sollicitation, comme lors d’un sprint ou d’une montée en force. Elles supportent donc les rouleurs puissants et les adeptes des gros braquets. On doit cependant composer avec un poids qui commence à être conséquent pour une utilisation classique sur route. Les relances doivent être musclées, sous peine d’être laborieuses. Sur les petites routes accidentées, les 858 NSW sont assez exigeantes, elles demandent de changer fréquemment de braquet car elles modifient assez nettement le comportement du vélo, plus stable et rigide que vif et maniable. C’est en roulant à une allure soutenue et au train qu’elles sont les plus efficaces, mais c’est aussi pour cela qu’elles sont conçues. À la condition de disposer du cadre adéquat et de se mettre en position comme il se doit, elles se montrent rapides, imperturbables, et elles semblent fendre l’air tout en rassurant le coureur ou le triathlète lors des freinages et des parties exposées au vent. C’est dans ce sens qu’elles sortent du lot par rapport à toutes les roues de 80 mm de haut, très recherchées pour les parcours chronométrés, mais parfois très pointues à piloter. Les Zipp 858 NSW sont très aérodynamiques, mais peuvent s’utiliser sous toutes les conditions climatiques.

ZIPP 858 NSW CARBON CLINCHER
Les + : stabilité, rigidité, technologie, finition, qualité des roulements, freinage
Les – : prix, exigence
Hauteur : 82/77 mm
Largeur :
 24,4 mm pour la roue avant, 23,7 mm pour la roue arrière, 17 mm de largeur interne
Rayons : Sapim CX-Ray, 18 à l’avant, 24 à l’arrière
Corps de cassette : ZIPP Cognition, compatible Shimano/Sram ou Campagnolo ou Sram XD
Poids avant/arrière vérifiés : 786 g / 942 g (+ 44 g de fonds de jante, sans blocages rapides)
Poids des serrages rapides avant/arrière : 34 g / 38 g
Prix public : 4400 € la paire (vendues avec blocages rapides, housses, chambres à air et prolongateurs de valve, patins de frein). A l’unité, 2000 € l’avant, 2400 € l’arrière.
Contact : www.zipp.com

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> SuivezVeloChannel surFacebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.