Test de la tenue Pearl Izumi P.R.O Pursuit Speed

L’ensemble haut de gamme composé du cuissard et du maillot Pearl Izumi P.R.O Pursuit est doublement efficace pour affronter le vent et la chaleur. Étonnant !

La pénétration dans l’air des vêtements est souvent négligée par la plupart des pratiquants. Pourtant, la traînée aérodynamique est la résistance principale contre laquelle nous devons lutter, et 75% de celle-ci est à mettre au crédit du cycliste sur sa machine. Il semble donc au moins aussi important de soigner l’ajustement de la tenue (vêtements et casque) que le matériel. Un maillot flottant est catastrophique en termes de rendement. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer les vitesses moyennes en été et en hiver (avec la tenue adéquate à chaque fois), à puissance égale.

La gamme de vêtements Pearl Izumi est complète et s’adresse à tous les types de pratiquants, du cycliste de loisir au compétiteur affûté. On retrouve différents choix de coupes, dont le haut de gamme P.R.O Pursuit, qui est le même ensemble porté jusqu’à l’an dernier par l’équipe professionnelle BMC. Cette tenue est donc particulièrement bien ajustée, notamment par rapport à la gamme P.R.O Escape testée ici. Il est d’ailleurs intéressant de noter les différences au moment de porter les maillots, avec plus ou moins d’espace au niveau du ventre, des épaules ou des manches. Bref, le maillot P.R.O Pursuit est particulièrement serré lorsqu’on l’enfile, avec aucun pli. Il se montre presque inconfortable en position debout, notamment au niveau des épaules et de la cage thoracique. Mais tout change en position cycliste, puisqu’on a l’impression de porter simplement une seconde peau.


Tissu « rafraîchissant »

Deux tissus différents composent le maillot, avec un premier nommé P.R.O Transfer In-RCool au niveau de la partie avant, et un second appelé P.R.O Aero pour réduire la traînée aérodynamique au niveau des épaules, des bras et des flancs. On retrouve trois « textures » différentes : légèrement maillée sur l’avant, gauffrée pour les parties aéro, et lisse sur le dos. Le col dégagé libère les mouvements du cou. Les manches, bien serrées, descendent presque au niveau du coude. Les trois poches à l’arrière sont légèrement plus lâches que le reste du maillot, ce qui permet de les remplir sans déformer la tenue d’ensemble ou rajouter de constriction au niveau du ventre. À l’avant, une fermeture sur toute la longueur dispose d’un système de blocage qui se manipule d’une seule main. De petits logos en silicone permettent au bas du maillot de rester en place et de ne pas remonter sur les hanches. Enfin, des éléments discrets réfléchissants viennent orner l’arrière des manches.

Outre une efficacité aérodynamique qu’il est difficile de mesurer, si ce n’est que par des impressions, ce qui frappe surtout c’est le confort les jours de grande chaleur. Nous avons testé ce maillot plusieurs fois par des températures de 28 à 30°, et jamais nous n’avons éprouvé le besoin d’ouvrir la fermeture avant pour ventiler. Sur les épaules, les bras et le torse en général, le moindre filet d’air donne la sensation d’être sous une climatisation ! Précisons que dans ces conditions, nous n’avons pas porté de sous-vêtement, bien que cela puisse être recommandé dans certains cas pour améliorer le transfert de l’humidité.

Maintien confortable

Le cuissard dispose d’une peau P.R.O Pursuit 1:1 à plusieurs densités, conçue pour optimiser le soutien en position mains en bas du cintre. Sans couture ni relief sur la partie principale, elle souffre tout de même du défaut commun à toutes les peaux de la marque, à savoir des rebords qui peuvent provoquer quelques irritations chez certains, notamment lors des longues sorties sous la pluie. Pour le reste, les différents panneaux assurent un bon maintien du cuissard, sans gêne et sans effet de construction. Assez long, le cuissard est prolongé en bas des jambes par une large bande avec des motifs en silicone à l’intérieur, pour éviter que le cuissard ne glisse vers le haut, mais sans serrer la cuisse. Enfin, les bretelles en mailles, mais qui comprennent le bas du dos et le bas du ventre ainsi que les flancs, en tissu nommé P.R.O Transfer, assurent le meilleur transfert de l’humidité possible. Elles sèchent aussi très rapidement. Le port du cuissard se fait aisément oublier à l’usage, et c’est bien ce qu’on attend de ce type de produit.

Sur la route

C’est purement une question de goût, mais les couleurs peuvent être considérées par certains comme un peu kitsh. Heureusement, le cuissard est proposé en cinq couleurs, et le maillot en deux couleurs. Il n’en reste pas moins que cette tenue est devenue l’une de nos favorites les jours de chaleur. On apprécie le soutien du cuissard, mais qui est sans excès, avec la sensation que les mouvements des jambes sont très libres. Le maillot est carrément exceptionnel pour les raisons évoquées plus haut : il semble apporter de l’air frais sur le torse et n’est jamais trempé par la sueur. Enfin, son côté très moulant peut laisser apparaître quelques formes disgracieuses, mais cela évite au moins de perdre des watts lors des efforts intenses.

PEARL IZUMI P.R.O. PURSUIT
Les + : confort, résistance à la chaleur, aérodynamique
Les – : prix du cuissard
Cuissard :
Partie principale : 65% Nylon 35% Lycra élastanne (UPF: 50+); Panneaux sublimés : 82% Polyester, 18% Lycra élastanne; Mailles : 56% Minerale™ Polyester 33% Polyester 11% élastanne; Tailles : du S au XXL
Prix : de 159,95 à 169,95 €

 

Maillot :
Partie principale : 80% polyester 20% élastanne/ UPF 40+, technologie : coldblack®, poids : 196 g/m2; Dos : 100% polyester/ UPF 40+; panneaux aéro : 78% polyester 22% élastanne/ UPF 50+; Tailles : du S au XXL
Prix : 129,95 €
Contact : www.bikegear.cc

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.