Rolo, essai d’une GT de luxe !

Rolo_Action_3

Rolo, le choix personnalisé de la structure du cadre

Le Rolo est l’un des vélos les plus chers du monde. Le soin apporté à la finition et au comportement est bien évidemment à l’avenant. VeloChannel.com a testé ce vélo exceptionnel !

Rolo est une marque émergeante suédoise qui conçoit, fabrique et réalise la finition de ses cadres intégralement en Europe. Une sorte d’incongruité aujourd’hui, quand la majeure partie des vélos du marché est fabriquée en Asie, surtout lorsqu’il s’agit de cadres en carbone. Il n’est pas question ici de remettre en cause la qualité des produits asiatiques – d’autant plus qu’à Taïwan par exemple, on maîtrise fort bien le carbone – mais d’insister sur le fait qu’une partie du prix hors norme d’un cadre Rolo s’explique d’abord par la localisation de l’usine de fabrication. Cette proximité permet ensuite une personnalisation à nulle autre pareille dans le domaine du vélo.

Rolo_Profil 1

Bien sûr, certains fabricants proposent déjà des peintures personnalisées. D’autres, plus rares en ce qui concerne les cadres carbone, proposent du sur mesure. D’autres enfin, prennent soin d’étudier le comportement de chaque cadre en fonction de sa taille. Mais aucun, dans le domaine du carbone toujours, ne propose un comportement sur mesure, en fonction des caractéristiques recherchées (rigidité, globale ou localisée, souplesse, légèreté, mais toujours avec un certain confort). Et si Rolo le fait, proposant par conséquent ce qu’on pourrait appeler le Graal du cycliste, on peut tout de même se demander si le prix demandé (plus de 8000 € le cadre, 14500 € environ pour le vélo complet) est justifié. Dans l’absolu, non. Aucun vélo d’ailleurs ne mérite un tel tarif, ou plus exactement, aucun comportement de vélo ne mérite un tel écart de prix avec du matériel plus classique, en termes de performance. Reste qu’avec un Rolo sous les yeux, on dépasse le rationnel, un peu comme un conducteur de GT, qui devrait choisir entre un coupé japonais bourré de chevaux, et une Aston Martin, moins bardée de boutons, plus sobre, aussi performante, mais tellement plus classe.

Une fabrication unique

Rolo ne propose encore que quatre tailles. C’est juste, mais une étude attentive du tableau de géométrie montre que seules les tailles extrêmes sont défavorisées. Sachez qu’exceptionnellement, le sur mesure est possible, mais pour un prix tout aussi exceptionnel puisque cela nécessite la fabrication d’un moule spécifique. Pour le reste, Rolo présente un tube de selle un peu plus incliné vers l’arrière que la moyenne (72,8° même pour la plus petite taille), et une inclinaison du tube de direction bien équilibrée entre vivacité et stabilité. Les hauteurs de douille sont dans la moyenne, bien que nous trouvions celle de notre vélo d’essai un peu trop haute. Nous aurions sans doute préféré une taille inférieure (qui n’existe pas).

Rolo_Profil_3

Là où Rolo se distingue, c’est au moment d’appliquer les couches de fibres de carbone. Cette fabrication monocoque, grâce à ces moules justement, permet déjà de gagner du poids par rapport à des raccords ou à un assemblage par stratification. Mais Rolo fait plus fort encore en disposant les couches de composite à l’intérieur des moules en fonction des caractéristiques recherchées. Ainsi, l’accent peut être mis sur la légèreté (jusqu’à 600 g le cadre seul !), sur la stabilité à haute vitesse, ou sur une rigidité extrême. Mais le cadre ne dépasse jamais les 700 g, et le confort est toujours censé être préservé. Notre cadre du jour avoisine les 650 g. Plusieurs types de fibres de carbone sont utilisés, dont la fibre unidirectionnelle M55J, de qualité la plus élevée sur le marché, pour sa rigidité, sa robustesse, et son poids léger. Dans les détails, Rolo sélectionne aussi avec soin la résine Epoxy nécessaire à la fabrication du composite. Le centre névralgique du cadre, c’est le boîtier de pédalier, ici entièrement conçu par Rolo. Un ingénieux boîtier en aluminium qui se greffe dans le cadre, et qui se combine à tous les systèmes de pédaliers existants, sans adaptateurs, et avec des roulements SKF de grande fluidité.

Rolo_4

En matière de finition, on approche de l’œuvre d’art ! Question peinture, tout est possible, mais celle de notre modèle d’essai laisse magnifiquement apparaître les tresses de carbone. Un régal pour les yeux. Tous les câbles cheminent à l’intérieur des tubes, mais les entrées et sorties de la gaine de frein arrière par exemple, laissent pantois.
La patte de dérailleur est en carbone, et solidaire du cadre. C’est risqué en cas de chute, mais nettement profitable en termes de fonctionnement du dérailleur et de rendement au niveau du triangle arrière. La douille bombée reçoit une fourche 3T, qui confère à l’ensemble cadre et fourche un poids juste au dessous du kilo.

Rolo_7 Rolo_6 Rolo_5 Rolo_3 Rolo_2 Rolo_1

Equipement sélectionné

Au niveau de la transmission, ce modèle d’essai ne fait aucune concession à la fiabilité, avec un groupe complet Shimano Dura-Ace Di2, alors qu’il existe freins et pédaliers plus légers par exemple. Il en est de même pour les roues, avec les excellentes RAR Optimal, à la fois légères (environ 1100 g la paire) et rigides. Même si la selle Fi’zi:k Arione 00 est très haut de gamme en reprenant une forme d’assise largement popularisée à tous les niveaux de gamme, la potence Extralight, le cintre MCFK et la tige de selle Ax-Lighteness sont plus exotiques. De série d’ailleurs, les Rolo sont normalement proposés avec un poste de pilotage 3T LTD. Sur la balance, sans pédales, compteur ou porte-bidons, on arrive à 5,750 kg en taille S. Il est possible de faire encore plus léger puisque certains clients descendent sous les 5 kg, mais passer sous les 6 kg n’est déjà pas si courant.

Rolo_DuraAce_Di2

Rendement hors norme

Le poids le plus bas possible n’est pourtant pas une fin en soi si le vélo se révèle inutilisable dans des conditions normales. Les premiers tours de roues au guidon du Rolo montrent tout de suite le contraire. Il semble presque plus lourd qu’il ne l’est vraiment, et pas dans le sens péjoratif du terme. Nous dirons qu’il est plutôt parfaitement posé sur ses deux roues, et qu’il dispose d’une certaine inertie positive sur le plat ou dans les faux-plats descendants. Grâce à deux roues parfaitement alignées et qui évoluent bien dans la même trace, ce qui démontre une qualité de fabrication au moins au niveau des constructeurs les plus reconnus. Grâce aussi à un pédalier très fluide au roulage, avec ses roulements surdimensionnés inhabituels pour un axe de 24 mm. Grâce encore à la patte de dérailleur en carbone solidaire du cadre, qui en plus de faciliter les réglages du dérailleur, évite la moindre perte dans les micro-frottements de la chaine. Et enfin, grâce à la rigidité de la partie avant, qui procure un appui rassurant, maniable, stable et direct.

Rolo_Action 1

Les roues sont légères, mais leur aérodynamisme joue en leur faveur. Quant au sentiment de rendement global façon Grand Tourisme, il est renforcé par l’absorption longitudinale des vibrations, qui ne déconnecte pas totalement du grain de la route comme certains vélos typés cyclosport. Le confort est sportif, et demande un peu d’implication de la part du pilote. Mais le Rolo est très loin de sauter, rebondir, et de malmener l’utilisateur après plusieurs heures. Les haubans fins et le positionnement des fibres de carbone pour dissiper les vibrations nous semblent d’ailleurs suffisants, car l’utilisation de la tige de selle Ax-Lighteness, fine, légère et assez souple est de trop pour un usage vraiment musclé. En effet, en roulant vite sur le plat, en mettant à la fois des watts et de la cadence de pédalage, la légère déformation de la tige est plus déstabilisante qu’autre chose. Dans les descentes, le Rolo se montre extrêmement précis et tranchant dans les changements de caps, sans jamais manquer de stabilité à haute vitesse. Une bonne base pour un châssis qui se veut rassurant, malgré son poids plume. Le comportement dynamique est quant à lui typé par la construction de ce modèle précis. En effet, Rolo a choisi pour ce modèle d’essai un compromis entre sécurité et tolérance. L’avant est donc très ferme pour rassurer dans les prises de trajectoires, les freinages, et les passages en danseuse. D’ailleurs, le poste de pilotage, pourtant très léger, reste dans le ton de la douille de direction, c’est-à-dire très rigide. Au niveau de la boîte de pédalier par contre, la rigidité est plus mesurée. Le cadre se montre donc tolérant quant au choix du braquet, puisqu’une légère déformation latérale permet de rouler en force sans buter sur la rigidité de la boîte de pédalier. Il permet de cruiser sans fatigue excessive à une cadence de pédalage modérée, avec du braquet, ou mieux, de passer les fortes pentes en renvoyant bien l’énergie insufflée par le pédalage en danseuse. Il est par contre plus limité que d’autres vélos très haut de gamme quand il s’agit de rouler vite en cadence, sur le plat ou même sur des pentes moyennes. Outre la flexion de la tige de selle, on ressent le cadre manquer un peu de fermeté sous la pédale. Mais attention : Rolo peut concevoir un cadre plus raide à la demande, et verrouiller ainsi le tube diagonal, la boîte de pédalier ou les bases au tube de direction.

Rolo_Action 2

Ici, l’objectif a surtout été de concevoir un vélo tolérant pour un usage cyclosportif, et surtout très à l’aise dans les fortes pentes, sans jamais prendre le moindre risque en termes de stabilité. Reste que le confort, malgré les roues carbone et les boyaux gonflés à 8 kg est toujours de haut vol.
Bref, le Rolo est bien une machine exceptionnelle, qui allie beauté et plaisir d’utilisation. Reste un prix qui dépasse l’imagination, mais ça, c’est à vous de juger !

FICHE TECHNIQUE ROLO
Rolo_Profil 2
Cadre : Carbone très haut module, 650 g environ
Fourche : Carbone 3T
Dérailleurs : Shimano Dura-Ace Di2
Poignées : 
Shimano Dura-Ace Di2
Cassette : Shimano Dura-Ace – 11/25 dents
Chaîne : Shimano Dura-Ace
Pédalier : Shimano Dura-Ace PressFit – 50/34 dents
Freins : Shimano Dura-Ace
Roues : RAR Optimal 46 Tubular
Boyaux : Veloflex Extreme
Potence : Extralite HyperStem
Cintre : MCFK
Tige de selle : AX Lightness Daedalus
Selle : Fi’zi:k Arione 00
Poids : 5,750 kg sans pédales en taille S
4 tailles : S, M, L, XL

Prix public : 8500 € kit cadre/fourche (14500 € environ pour ce vélo complet)
Rolo_Géométrie

 

> Autres essais produits route : www.velochannel.com/Essais Route
> Suivez VeloChannel.com sur Facebook et Twitter

4 commentaires sur “Rolo, essai d’une GT de luxe !”

  1. Bonjour
    Je serais intéressé par cette marque de vélo
    Auriez vous une adresse d un distributeur
    Je m arrive pas à trouver sur le net
    En vous remerciant
    Sportivement
    Sébastien

Répondre à velochannel Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.