Med Xtrem, étape finale + VIDEO

Retour vers le littoral

En ce dimanche 7 avril 2019, 3e et dernière étape du Mediterranean Xtrem qui va amener les coureurs de Morella à Benicassim, un tracé long de 125 kilomètres et cumulant 2500 mètres de dénivelé. Encore une longue journée au programme qui débute tôt le matin dans la pénombre de Morella.

Par Fred Ischard – Photos : Cano Fotosports/Mediterranean Xtrem

Il fait nuit et bien froid lorsque nous nous élançons à l’assaut de cette dernière journée de course, trois petits degrés seulement et le départ se fait en descente, autant dire qu’il vaut mieux être bien couvert. Heureusement après 5 kilomètres, une première montée sur route pas très difficile nous permet de nous réchauffer. Ça roule vite et le peloton s’étire formant un ruban de lampes frontales sympa à admirer. A peine le temps d’en profiter que nous voici déjà au sommet à 1200 mètres d’altitude. Les premières attaques ont lieu dès lors que l’on emprunte les premiers chemins sur ces hauts plateaux et que le jour se lève. Un groupe de 4 coureurs se forme à l’avant (les quatre coureurs les plus forts du week-end) alors que derrière un petit peloton qui perdra des unités au fil des kilomètres se construit pour les accessits. Le premier sentier technique intervient après une dizaine de kilomètres, on emprunte un tronçon du parcours de la première étape mais en sens inverse. L’allure est vive dans ce secteur permettant d’opérer une sélection au sein des groupes formés. Ensuite, on va rouler sur un tracé très linéaire, ça monte et ça descend au fil du relief des petits massifs traversés. On enchaîne des chemins assez roulants et quelques tronçons de bitume jusqu’au premier ravito situé après 35 kilomètres de course. Le parcours n’est pour le moment pas très difficile mais c’est le fort vent latéral qui va rendre difficile et usant ce début de parcours très à découvert.

Après ce premier ravito, on bascule vers la première longue descente du jour qui sera très rapide sur un chemin large sans gros dangers, les kilomètres passent jusqu’au 50e kilomètre où l’on a une ascension qui va s’avérer très difficile avec de très fortes pentes et des chemins techniques sans aucun rendement, il faut vraiment s’accrocher. Cette ascension est entrecoupée d’un single en balcon très joli, nous sommes remonté à 1000 mètres d’altitude et toujours dans un univers semi-montagneux. On aperçoit enfin le village de Culla, un de ces villages castillans accrochés sur un éperon rocheux. Le 2e ravito du jour nous y attend après 58 kilomètres de course. On y trouve des fruits secs, des fruits frais mais également des tartes locales et des petits sandwichs, parfait pour se refaire une santé. C’est à partir de maintenant que l’on va perdre en altitude, une nouvelle longue descente nous attend mais cette fois, c’est un somptueux single accroché en bord de canyon puis s’enfonçant dans la forêt qui nous attend, un vrai sentier technique et cassant comme on aime au Med Xtrem ! En bas, il nous reste encore 50 kilomètres pour boucler ce long périple.

Les 30 kilomètres qui suivent ne seront ni plus ni moins qu’une transition pour rejoindre le troisième ravito situé tout près du village de La Pobla au pied de la dernière difficulté de l’épreuve. Ce tronçon est plutôt linéaire et roulant, les kilomètres défilent à travers les petites routes et les chemins rectilignes du secteur de Vall d’Alba mais on trouvera toujours sur notre chemin quelques vilaines petites montées, certes pas très longues mais nous rappelant que le Med Xtrem reste difficile. Nous voici au 3e et dernier ravito après 103 kilomètres de course et il ne faudra pas négliger ce ravito car il nous reste encore le juge de paix du jour à gravir, l’impitoyable ascension de la Cim del Bartollo dont on aperçoit les antennes de télécommunications de loin, c’est le sommet emblématique de la région, de quoi finir ce Med Xtrem en beauté. On effectue d’abord une première montée d’approche pour ensuite descendre un vallon nous menant à la chapelle de Les Santes. Nous sommes maintenant au pied de cette redoutable ascension de 5 kilomètres nous menant 500 mètres plus haut à 720 mètres d’altitude. Dès le pied, les pentes sont déjà terribles, souvent supérieures à 20% sur un chemin heureusement très roulable. Cette montée ne sera qu’une succession de raidillons et de replats avec comme plaisir d’avoir vue sur la mer en toile de fond sur la fin d’ascension. Un dernier mur à près de 30% marque le sommet d’où l’on jouit d’une vue panoramique à 360 degrés avec la plaine et les massifs que nous avons franchi aujourd’hui d’un côté, la mer Méditerranée et tout le littoral de la Costa Azahar de l’autre côté d’où l’on peut apercevoir la ville de Castellon d’où s’est élancé ce Med Xtrem ainsi que les stations balnéaires de Bénicassim et d’Oropesa. Il ne reste plus qu’à profiter de cette dernière descente piégeuse et cassante pour rejoindre cette station balnéaire de Bénicassim et franchir la ligne d’arrivée finale située sur l’esplanade San Vincente au bord de cette mer Méditerranée qui donne son nom à l’épreuve… Remise de médaille à tous les finishers, parts de pizzas, pasta-party, bref délicieux ravito d’arrivée pour se remettre de toutes ces émotions vécues durant ces trois jours !

Côté résultats, au final pas de surprises, le leader de l’épreuve Josep Betalu mettra un point d’honneur à remporter cette 3e étape, dominant cette épreuve de la tête et des épaules. Il boucle ces 125 kilomètres en 5h20 et remporte cette 6e édition du Mediterranean Xtrem. Ivan Diaz prend la seconde place de l’étape à 30 petites secondes ce qui lui permet de se hisser à la 3e place du classement général de ce Med Xtrem. En prenant la 4e place du jour, le champion d’Europe ultra marathon Joseba Albizu préserve sa 2e place au classement général acquise grâce à une superbe performance lors de l’indigeste 1ère étape. En prenant à nouveau la 3e place du jour, le coureur du team Mesbike Dani Milian n’aura pu sauver sa troisième place au classement général final mais prend une très belle 4e place en remportant haut la main la catégorie Master. Javier Navarro, très régulier tout au long de l’épreuve complète le top 5 du classement général. Chez les dames, Veronica Cuello remporte ce Med Xtrem devant la française Martine Chartier et Maria Angeles Pertusa. A noter que sur les 250 coureurs au départ de ce Mediterranean Xtrem, on ne relève que 25 abandons sur ces 3 jours de course, c’est tout simplement impressionnant et illustre bien le niveau des coureurs espagnols sur ce type de course.


Bilan

Ce fut notre 3e participation à cette épreuve qui prend chaque année un peu plus d’ampleur malgré la concurrence de l’Andalucia Bike Race le même week-end cette année. Le niveau des coureurs s’élève aussi bien techniquement que physiquement. Il y’a d’un côté le challenge de boucler l’intégralité mais pour ceux qui font la course au classement, ça roule vite et longtemps ici. Côté parcours, on l’a trouvé légèrement durci physiquement par rapport aux années précédentes mais techniquement on ne va pas chercher au delà du raisonnable, on y trouve du caillou qui reste l’essence même du Med Xtrem mais on y amène le côté plaisir avec bon nombre de traces ludiques… Bref, on reste sur l’exigence d’une épreuve à la hauteur du Med Xtrem mais sans aller chercher des traces trop typées Enduro. Pas la peine de venir avec un vélo en 140mm de débattement ou plus et un casque intégral, on reste sur du XC Marathon à la sauce Med Xtrem.

L’organisation est maintenant parfaitement rodée, on a pu voir l’évolution au fur et à mesure des éditions. Les infrastructures sont nickel, l’accueil est toujours aussi chaleureux, l’ambiance est très « caliente ». Le rapport qualité/prix est plus qu’acceptable, pour à peine plus de 200€, on a droit de courir une course d’exception, massage d’une dizaine de minutes après chaque étape (on a même testé des Compex mis à disposition sur un stand), deux pensions complètes en comptant petit déjeuner, un plat après chaque étape avec bière à volonté, deux diners copieux et un hébergement commun en gymnase (qu’il faut accepter on le conçoit mais il est tout à fait possible de s’héberger individuellement pour pas trop cher à Morella). On apprécie également le superbe maillot cycliste et le T-shirt aux couleurs de l’épreuve, on adore le superbe ravito d’arrivée finale avec la médaille finisher autour du cou en se retrouvant accueilli par l’organisateur et toute son équipe.

C’est pour tous ces petits détails sue l’on adore venir et revenir sur cette épreuve… Alors Med Epic ou Med Xtrem, choisissez votre défi et notez ces deux épreuves à votre agenda pour 2020 ! Nous, on y sera sans le moindre doute…

Infos et résultats : www.medxtrem.es

Voir aussi :
Med Xtrem, étape 2 + VIDEO 
– Med Xtrem, c’est parti ! Résumé de l’étape reine + VIDEO

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.