Hero MTB Himalaya, étapes 3 et 4

Quand les orages et la boue s’invitent sur l’Himalaya

Place à la 3e étape de ce Hero MTB Himalaya… L’aventure himalayaine continue. Aujourd’hui, c’est la Queen Stage avec une étape longue de 73 kilomètres et cumulant 2500 mètres de dénivelé.

Par Fred Ischard – Photos : Hero MTB Himalaya

Après une nuit plutôt très humide pour tous les participants, mauvaise nouvelle en cette matinée, une quinzaine de coureurs seront pris de nausées et de vomissements. En effet, avec ces conditions contrastant entre humidité et soleil, les organismes sont fragilisés. Si l’on ajoute des conditions d’hygiène plus difficiles à tenir dans les campements avec ces conditions et une nourriture certes très correcte mais inhabituelle pour les coureurs étrangers, la course peut devenir impitoyable.

Pour l’instant, le temps est plutôt couvert mais sans pluie. Le départ donné au pied d’une longue montée de 8 kilomètres pour 400 mètres de dénivelé. L’allure est peu soutenue mais un groupe de tête se détache rapidement, l’ascension est parfois boueuse mais reste assez roulable. On arrive au premier ravito après seulement 8 kilomètres de course, le hollandais Bart Claessens alors second au classement sera contraint à l’abandon dès ce ravitaillement, trop malade pour continuer. On poursuit la montée en attaquant une boucle typée XCO longue de 6 kilomètres dans les bois, la pente se durcit et la boue se fait plus présente sur ce secteur. Par la suite, la piste redevient un peu plus roulante avant de descendre pour emprunter des singles exigeants où il faudra parfois porter le vélo. La britannique Catherine Williamson, alors seconde au classement chez les dames a décidé de partir tambour battant dès le départ de cette étape avec pour objectif de refaire une partie de son retard sur l’espagnole Ada Xinxo, elle pointe à la 8e place scratch après 12 kilomètres de course. On boucle maintenant le circuit XCO pour repasser au premier ravito après 14 kilomètres de course. On poursuit maintenant notre chemin par une montée roulante et régulière pendant une dizaine de kilomètres pour monter à 2500 mètres d’altitude, au pied du Jalori Pass que l’on ne franchira pas cette année.

Le début de descente est rapide, c’est parti pour 1000 mètres de dénivelé négatif mais après quelques kilomètres, on quitte la piste pour un joli single ludique dans la forêt qui rapidement va se transformer en une trace où il sera impossible de descendre à vélo. Une grosse crevasse, grosse pente, pierres humides, même à pied ça s’avère parfois compliqué de descendre, on plongera ainsi sur 400 mètres de dénivelé ressemblant plus à du trail qu’à du VTT. En outre, c’est très joli et on traverse même un hameau très isolé. On retrouve maintenant la piste puis une petite route pour les 6 derniers kilomètres de descente. L’espagnole Ada Xinxo pointe à 4 minutes de Catherine Williamson en bas de cette descente au 40e kilomètre alors que les espagnols Adrià Nogueira et Antonio Ortiz mènent la course à ce même point.

On traverse un cours d’eau, nous sommes descendus à 1500 mètres d’altitude. Il faut maintenant s’attaquer à LA grosse difficulté du jour, une ascension longue de 23 kilomètres pour se hisser sur un col à 2800 mètres d’altitude ! Le pied est très difficile, la piste est boueuse, une pente moyenne à plus de 12% et après 2 kilomètres, le 3e ravito en vue avec tout ce qu’il faut pour  prendre un peu d’énergie avant la longue escalade qui nous attend. On y trouve des muffins, quelques confiseries, des petits sandwichs locaux, de l’eau, du jus de fruit et du Red Bull en lieu et place du traditionnel Cola. La montée restera très difficile durant les 6 premiers kilomètres où l’on escaladera quasiment 500 mètres de dénivelé. C’est à ce moment qu’un orage éclate avec une pluie qui redoublera d’intensité au fil de la montée, la piste devient une rivière, il faut se couvrir car le froid gagne des organismes déjà fatigués alors qu’il reste encore 15 kilomètres d’ascension. La pente devient par contre nettement plus raisonnable…
Nous voici au dernier ravito situé 10 kilomètres avant le sommet, nous sommes à 2400 mètres d’altitude et  la pluie tombe toujours. On poursuit par une succession de replats et de raidards, un profil classique lors des ascensions sur cette épreuve. La pluie cesse enfin, les 3 derniers kilomètres de montée vont malgré tout paraître interminables pour atteindre ce col. Ne reste plus que 8 kilomètres de descente pour rejoindre l’arrivée, il fait très froid, la descente est assez large mais sinueuse. On arrive en bas le long d’une jolie vallée sauvage, les trois derniers kilomètres seront plats mais très boueux.

C’est Antonio Ortiz qui remporte cette étape en 4h41, quelques secondes devant le leader de l’épreuve Adrià Nogueira et 10 minutes devant le premier duo (Cory Wallace/Jason English). En terminant à une magnifique 6e place scratch sur cette étape, la britannique Catherine Williamson remporte la victoire du jour chez les dames et se rapproche à 4 petites minutes de l’espagnole Ada Xinxo. Bon nombre de coureurs ne parviendront pas à boucler cette étape dans les délais impartis et les derniers classés termineront à la nuit tombée, frigorifiés par la pluie qui aura repris toute l’après-midi, cette Queen Stage aura elle aussi été impitoyable.

Le lendemain, c’est une journée de repos salutaire qui attendra les coureurs, l’occasion d’aller visiter le village qui nous accueille mais également l’école du village afin de participer à l’opération « Mission Smile » pour venir en aide aux jeunes écoliers et de les sensibiliser à la protection écologique de leur pays. Concernant la météo, la pluie ne nous aura jamais quitté durant tout l’après-midi dans notre campement, un peu triste de ne pas pouvoir profiter pleinement de cette journée de repos mais espérons qu’il fasse meilleur pour les étapes suivantes.


Malgré tout, cette journée de repos aura fait du bien à pas mal de monde et le soleil est enfin de retour au matin du départ de la 4e étape de ce Hero MTB Himalaya. Au programme, 75 kilomètres et 1700 mètres de dénivelé pour rejoindre Pandoh et son barrage.

Le départ est donné à 9h15, on commence par un tour de circuit de 3 kilomètres autour du village qui commence à étirer tout le monde avant d’attaquer la première ascension qui va nous mener à 2750 mètres d’altitude, on s’élance pour 10 bornes de montée. Comme de coutume, un groupe de tête se forme rapidement. Au sommet, une descente sur piste large et sinueuse nous attend pendant 6 kilomètres permettant de récupérer un peu. Un premier ravito est installé en bas après 14 kilomètres de course et c’est reparti pour une montée de 10 bornes, 700 mètres de  dénivelé pour monter au point culminant de la semaine à 3050 mètres d’altitude. L’ascension alterne des parties raides et quelques replats, on se retrouve un peu sous les nuages en approchant du sommet.

Le voici ce sommet, le second ravito nous attend quelques mètres plus bas avant d’entamer une descente de 8 kilomètres sur une piste mais cette fois nettement plus cassante que la précédente dans un vallon sauvage. En bas, nous sommes à mi parcours et nous avons quasi deux heures de course. C’est reparti pour une montée de 5 kilomètres mais cette fois l’orage gronde et un déluge s’abat sur nous alors que nous sommes à 2400 mètres d’altitude. Très rapidement, le parcours devient un énorme chantier, de la boue partout comme l’on en rencontre peu souvent, on distingue à peine le chemin et la direction à prendre, le froid nous saisit, en sommes il faudra être fort mentalement pour venir à bout de ces conditions désastreuses.

Les kilomètres passent, on roule à flanc de montagne sur une piste qui monte et descend sur un plateau. On arrive au 50e kilomètre, il ne reste plus qu’une descente mais quelle descente, 25 kilomètres et 1500 mètres de dénivelé. Au début de cette descente, la route s’est même carrément effondrée, il faut se frayer un passage dans les éboulis, une corde ayant été installée pour franchir l’obstacle et poursuivre notre course. Heureusement, quelques courtes grimpettes permettront de se réchauffer un petit peu avant de réellement plonger vers le barrage de Pandoh. Longue piste puis petite route aux très nombreux lacets, la pluie cesse enfin laissant apparaître un décor sensationnel sous les nuages.

Pour boucler l’étape, une fois tout en bas, nous allons traverser un large cours d’eau par un pont en bois suspendu. Il ne reste plus qu’à dérouler les deux deux derniers kilomètres le long de la rivière et nous franchissons la ligne d’arrivée d’une étape très contrastée niveau météo mais à nouveau très chouette côté parcours même si l’on ne recensera aucune trace de singles, ça n’en restera pas moins un très joli tracé très typé « Himalaya ».Nouvelle victoire pour l’espagnol Adrià Nogueira devant le duo Cory Wallace/Jason English et Antonio Ortiz. Le premier coureur indien Ashish Sherpa sera à nouveau auteur d’une incroyable performance en prenant la 4e place scratch du jour. Force est de reconnaître que les coureurs indiens ont vraiment progressé physiquement et techniquement, le développement du VTT dans le pays et plus particulièrement dans cette région himalayaine commence à porter ses fruits. Côté féminin, l’espagnole Ada Xinxo sera victime d’un coup de moins bien sur cette étape et devra céder le leadership à la britannique Catherine Williamson, quadruple vainqueur de l’épreuve alors qu’il ne reste que deux étapes à boucler.

Le soleil arrive dans l’après-midi, permettant de sécher quelques affaires dans un campement installé dans l’enceinte d’une guest-house plus confortable, de quoi redonner le sourire à des coureurs fatigués voir exténués par les conditions météo de ces 3 derniers jours. A suivre la 5e étape longue de 89 kilomètres avec espérons le enfin un peu de soleil pour nous accompagner.

Voir aussi : Hero MTB Himalaya, c’est parti ! Prologue + étapes 1 et 2

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.