Girona MTB Challenge 2019, étape 2 + VIDEO

Girona MTB Challenge, étape 2, explosion de singles en terre catalane

Seconde étape sur le Girona MTB Challenge 2019 ce samedi 23 mars. Au programme, un XC Marathon long de 82 kilomètres et cumulant 1700 mètres de dénivelé. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les coureurs vont être gâtés en singles ! Sur le profil, l’étape du jour promettait d’être usante, on ne sera pas déçu…

Par Fred Ischard – Photos : Girona MTB Challenge/Oriol Batista Fotograf

Le soleil est de nouveau au rendez-vous en terre catalane pour cette matinée du samedi. Les 620 coureurs se redonnent rendez-vous devant le Palacio de Fontajau pour le départ de cette seconde étape auxquels vont se rajouter les coureurs de la formule 2 jours. Chaque coureur ou binôme est placé en fonction de son classement dans un des 4 box installés sur la grille de départ. Les leaders de chaque catégorie se placent à l’avant du peloton, l’ambiance monte peu à peu et le décompte s’effectue pour lancer le départ à 10 heures.

C’est parti, cette fois ce sont les massifs situés à l’ouest de Girona que nous irons visiter mais on va tout d’abord effectuer une petite boucle roulante au nord de la cité catalane afin d’effectuer la sélection au sein du peloton avant d’attaquer les choses sérieuses. Ainsi, les 5 premiers kilomètres et les premières ascensions sont parfaitement identiques au tracé de la veille que l’on quitte pour retrouver la fin de ce même parcours un peu plus loin et attaquer nos premiers singles du jour nettoyés la veille par le passage de près de 600 VTT. Le fait de connaître ces sentiers permet de mieux les appréhender et de garder une certaine fluidité dans un peloton pas encore tout à fait sélectionné, les écarts étant encore minimes.

Ces premiers sentiers ne seront qu’une mise en bouche au regard de ce qui nous attend ensuite. On passe à proximité du village de Sant Gregori et on découvre maintenant notre terrain de jeu du jour. C’est parti pour quelques montées bien raides sur des singles tortueux entrecoupées de sections larges et roulantes avant de retrouver les rives du fleuve El Ter qui regorgent de monotraces sablonneux aux nombreux galets. Ces 25 premiers kilomètres vont donc nous paraître pas trop difficiles mais mieux vaut s’être économisé car ça va vite se corser, on va alors enchaîner quelques montées raides et emprunter de nouveaux sentiers se révélant très piégeux avec des virages dans tous les sens entre les arbres où il vaut mieux savoir viser, du dévers, des ruptures de pente et tout ça sur un terrain poussiéreux au grip aléatoire.

Voici le premier ravito du jour au 31e kilomètre, un point d’eau salvateur car il commence à faire bien chaud. Et c’est reparti pour un bike-park géant ! A peine le temps de souffler que l’on quitte un single pour en retrouver un autre. Le profil est très casse-pattes, les singles sont exigeants et réclament énormément de concentration. Parfois, on retrouve un chemin plus large mais en général c’est profil montant pour mieux profiter d’un single qui redescend. On serpente dans tous les sens, on est un peu déboussolé tout comme le profil, on enchaîne tellement de montées qu’il est impossible de les gérer, il faut relancer en permanence et c’est bien cela qui rend la course usante. Mis à part une section de 2 kilomètres un peu plus roulante à mi-parcours, le terrain s’apparente à de vraies montagnes russes depuis le 25e kilomètre et ce n’est pas terminé ! Heureusement, on arrive au second ravito du jour situé à 35 kilomètres de l’arrivée, l’occasion de souffler un peu. Et on repart immédiatement à l’assaut de nouveaux singles, c’est dur mais quel régal que d’arpenter ce florilège de sentiers sous ce magnifique soleil ! Hop, attention les pièges restent omniprésents, pour l’instant ce serait peut être le seul petit défaut de balisage que l’on pourra noter à savoir l’absence de certains panneaux de signalisation de dangers car pour le reste il est impossible de se perdre tellement le balisage est permanent, du très bon travail.

 

Ce parcours très exigeant nous mène au dernier ravito du jour au 63e kilomètre. Allez, une nouvelle somptueuse descente et nous voici au pied de la dernière grosse difficulté du jour et celle ci, plus d’un coureur va la maudire, quasi deux kilomètres d’ascension et 150 mètres de dénivelé sur une piste très pentue. Dur pour les cuisses mais ensuite place à une dernière descente très sympa pour retrouver la vallée du fleuve El Ter pour les 10 derniers kilomètres absolument plats sur les sentiers qui longent les rives du cours d’eau, des sentiers certes plats mais pas si roulants pour autant avec des trous, des galets, des relances. Il faudra rester concentré jusqu’au bout… Nous voici enfin de retour sur Girona, l’étape marathon est bouclée, le dénivelé ne paraît pas fou sur le papier mais cette étape peut être redoutable à qui sous-estime sa difficulté.

Côté classements, c’est cette fois deux hommes qui vont se disputer la victoire au sprint et c’est le suisse Hansueli Stauffer du team Bulls qui remporte une nouvelle victoire d’étape en bouclant les 82 kilomètres du parcours en 3h53 devant l’espagnol Oriol Colome du team Esteve qui conserve son maillot de leader mais tout reste à faire sur la 3e étape. Le suisse Marc Stutzmann du team Texpa-Simplon complète le podium à 1 minute 20. Chez les dames, c’est à nouveau l’espagnole Anna Ramirez qui remporte l’étape en 4h55. Chez les Masters, Roger Argualager l’emporte à nouveau également en terminant 6e au scratch. Dimanche, place à la 3e et dernière étape de ce Girona MTB Challenge qui sera longue de 55 kilomètres et nous fera visiter le massif Del Gavares à l’est de Girona, une étape qui s’annonce un peu plus cassante que la précédente mais avec toujours autant de singles au programme…

Voir aussi : Girona MTB Challenge 2019, c’est parti ! + VIDEO étape 1

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur Facebook, Instagram et Twitter

3 commentaires sur “Girona MTB Challenge 2019, étape 2 + VIDEO”

    1. Peut-être que nous ne sommes pas tous pareils, certains apprécient ce type d’articles « vécu de l’intérieur » tandis que d’autres s’y intéressent moins.

    2. Quelqu’un intéressé par l’événement qui hésite à s’inscrire pour l’année prochaine, par exemple… ?
      Sur ce je vais allez rouler, bye !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.