Deux béotiens en autonomie sur le canal de midjoun (première partie)

carte2A force d’avoir la carte devant la potence, les envies d’escapades se font pressantes.

Texte et photos : SebRV

Deux béotiens en autonomie sur le canal de midjoun (canal du midi en occitan)

Décembre 2012 syndrome « caméra café» quand tu nous tiens !
Ma partenaire (qui est aussi ma partenaire dans la vie, comme l’on dit dans certains cercles) taille le bout de gras avec un volubile collègue scottish. Bien lui en prend, elle découvre qu’il y a donc un deuxième Mark, citoyen de sa majesté et pratiquant le vélo avec brio dans l’hexagone. A cette époque, nous sommes en pleine gestation de notre premier trip à vélo et l’homme d’Edimbourg la fait rêver en lui parlant de sa propre expérience sur les traces de Riquet. Ni une ni deux, le soir même, nous décidons de sucer la roue du roux !

4 avril 2013 le premier jour du reste de la vie du MERCIER (pas encore Grenouille)
Après moult tergiversations leboncoinesques, nous dénichons enfin un deuxième destrier. On a dit low-cost, on tient la ligne. Pour le coup, on démarre fort avec le prix d’achat du deuxième destrier. On est en dessous d’une heure de main d’œuvre facturée chez n’importe quel accorte vélociste ! Et comme le tryptique nettoyage-réglage-graissage sera assuré en interne par le team, l’économie est double.

5 mai 2013 amélioration et augmentation du poids : vous avez 4 heures !
Ca ressemble à un sujet de philo et c’est vrai que c’est la première fois, depuis que je pédale pour autre chose que pour aller chercher le pain, que je ne cherche pas à lutter contre l’apesanteur en équipant mon vélo. Et on a beau dire, ça fait bizarre ! Lampion avant, check. Luminaire arrière, check. Pouêt-pouêt anti badaud étourdi, check. Porte gourde, check. Porte tente, sacoches, duvets… check.

15 mai 2013 en avance sur le planning
Il est temps de se rendre compte que ce seront les nouveaux pneus ou les garde boue. La veillée « derniers préparatifs » à H-48 nous met face à un premier choix. Vu le taux de précipitations cumulées, à ce stade, il n’y a plus de doute, le terrain sera gras. Il n’y a donc que deux options :
– Plan A : on chausse les grosses carcasses, on a du grip mais on en prend plein la quiche
– Plan B : on reste en mocassins de ville… en pneus slicks, on garde les garde-boue mais on finit sur le flanc.
Nous optons pour le masque à l’argile et le grip !

IMG_6521Il est l’or mon señor !

Jour 1 Tolosa. Nos deux vélos tournent le dos aux ponts jumeaux. Go go go !!

Castanet (banlieue sud est de la ville rose) 14 km 1h16

Après quelques changements de rives, le béton est déjà derrière et les berges touffues (merci le printemps 2013 !) forment un caisson presque étanche entre le canal et le reste de le monde. Nous prenons une pause à l’auberge bobo de l’écluse de Castanet et piquons un peu d’électricité à l’avenant aubergiste en devisant avec les premiers routards, anglo-saxons et néanmoins cordiaux, rencontrés. La ville est là, toute proche, grouillante comme un vendredi matin ordinaire et pourtant, nous sommes déjà ailleurs.
IMG_6524Quand on arrive en ville, les gens changent de trottoir.

IMG_6526 Panorama-001Ramonville où l’archi méditerranéenne qui s’invite en banlieue.

IMG_6530A cette heure, pas besoin de réserver pour prendre un p’tit noir au soleil.

IMG_6533Déjà des hallucinations, après une heure seulement ?! J’espère que l’artiste local n’a pas fait ça avec les vélos de ceux qui ont abandonné ???

Gardouch 36 km 2h42 immersion dans le Lauragais

Ce premier petit port typique du canal (alignement, sur une seule berge, de maisons accolées à un pont en brique et prolongé par des péniches d’habitation) offre à notre équipage une première halte salvatrice. Un ponton d’attente « salle d’attente des écluses pour les bateliers du dimanche » nous sert de table de pique nique. C’est aussi l’occasion d’échanger avec une autre tribu, celle des plaisanciers en location. Ils regrettent la monotonie, le manque de souplesse du moyen de transport, le rosé tiède et matinal. Nous fanfaronnons sur les changements de revêtements au changement de pays, le dialogue en direct avec notre corps qui travaille, les expresso (ou les bières selon l’avancée dans l’étape) dans les troquets des villages… bref, on a le même canal mais on n’a pas la même vision ! Et on n’en est qu’au premier jour…
IMG_6537 Panorama-001Soleil à Gardouch, retire tes babouches ! 

Seuil de Naurouze 53 km 3h57 pèlerinage oblige

On va pas mettre de l’encens ni allumer un cierge, non plus ! Laissons plutôt les plaisanciers tenter d’apponter sans y laisser leur caution. Cédons notre place pour aller voir l’obélisque érigé en l’hommage du généreux ingénieur et poursuivons. Une roteuse nous appelle au pays de la cassolette !

Castelnaudary 67 km 5h15 ça sent pas si fort le cassoulet

La ville, sensée être en deuil depuis une fumeuse histoire de canasson qu’on aurait pris pour un bœuf et qui aurait finit en jus d’boudin, est en fait très accueillante ! Nous reste un saut de puce (10 km) avant le camping alors nous lézardons en terrasse sous la frondaison des platanes (tiens, il en reste quelques uns par ici !). Peinant à trouver une position confortable sur ces fauteuils de ce café, nous commençons à compter les coutures de nos bermudas. Et à regretter de ne pas avoir investi dans des selles adaptées. A suivre…
IMG_6548Castelnaudary… 12 heures d’arrêt. 

St Martin Lalande priez pour nous et nos séants 77 km 6h07

Après une halte au supermarché, et une prière auprès des bons auspices de THOR, pour planter avant l’orage, nous installons notre premier camp de base sur une jolie et très (trop) reculée colline qui domine la vallée chaurienne. Nous apprendrons plus tard que de nombreuses zones inondables parsèment le parcours (y’a des marrée sur un canal ou bien !?) et interdisent toute implantation de village de toile. Un mal pour un bien, cela nous permet de ne pas limiter notre virée bicyclettique à la coulée verte formée par le canal et ses platanes.
IMG_6551Deux escargots ont ôté la maison de leur dos. 

La suite ici : Seconde partie

VeloChannel is on Facebook & Twitter :  fb     tw

2 commentaires sur “Deux béotiens en autonomie sur le canal de midjoun (première partie)”

  1. Très bien ! Sympa ! Je « twite » et je « like »
    J’apprécie ce genre de reportage, et il y en a aussi sur le blog du Canal du Midi
    twitter : @LeCanalDuMidi et idem pour facebook /lecanaldumidi

  2. J’ai oublié…
    J’apprécie énormément l’utilisation de cette bonne vieille carte de France « Lablache » qui était sur tous les murs d’école jusqu’à la fin des années 60 ! mais bon, sur ce coup, une plus grande profondeur de champ eut été préférable, à mon humble avis … 😉 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.