Alps Epic, étapes 4 et 5 + VIDEOS

Par Fred Ischard

Étape 4 : Au cœur des stations de skis

C’est aux portes du domaine skiable des Orres et au coeur de deux domaines de Risoul et de Vars que l’on va nous emmener lors de cette quatrième étape. Au menu du jour, 63 kilomètres et 3000 mètres de dénivelé qui nous attendent pour rejoindre la station de Vars.

Il est 8 heures, c’est parti pour 4 kilomètres d’échauffement le long de la Durance jusqu’au village de St André d’Embrun, pied d’une très longue ascension de 30 kilomètres, 1700 mètres de dénivelé d’une seule traite. Ça paraît très long dit comme cela mais la montée sera très agréable sur une piste roulante, régulière et souvent ombragée, la chaleur n’est d’ailleurs pas encore pesante à cette heure matinale. Nous voici à 1700 mètres d’altitude au col de la Coche, déjà un kilomètre vertical de gravi et le premier ravito se profile. On quitte ensuite la forêt pour se retrouver dans le domaine skiable de Risoul. Nous allons boucler cette ascension par une piste de ski nous menant au col de Valbelle. Pour les hommes de tête, il faudra plus de deux heures pour gravir cette première difficulté mais pour certains c’est quasiment 4 heures d’efforts pour parvenir au sommet mais quelle récompense avec une vue splendide sur la vallée nord du cours de la Durance et sur la barre des Écrins. Après un petit replat, encore un kilomètre de montée et nous nous hissons au point culminant du jour, le col de Chérine à 2370 mètres d’altitude.

On attaque maintenant les crêtes de Martinat avec une majestueuse descente de 1000m de dénivelé négatif, quasi une demi-heure de descente et un régal sur un sentier plein de racines et de franchissement pas trop dangereux, à condition de rester vigilant car les pièges sont nombreux. Voici le second ravito situé dans un des hameaux du village de Risoul. Comme sur chaque ravito, on y retrouve du succulent jambon cru et de la tomme locale ou encore des fruits ou des barres Mulebar pour ceux qui préfèrent le sucré, de l’eau sucrée ou non et de la boisson isotonique, bref un choix varié.

C’est reparti pour une petite transition roulante jusqu’au hameau de Goudissart, puis seconde difficulté du jour : 15 kilomètres et 1000 mètres de dénivelé, par contre cette fois il fait sacrément chaud et les cinq premiers kilomètres sont exposés au soleil, attention à la déshydratation qui guette à chaque instant si l’on oublie de bien boire. Après 10 kilomètres assez pénibles, on quitte la piste pour un single très sympa et exigeant nous menant au pied d’un portage sur un chemin large à 25%. Pour terminer, trois kilomètres d’ascension pour atteindre le sommet de cette montée qui en fera souffrir plus d’un. Un troisième ravito est dressé, on poursuit sur un joli sentier en balcon pendant trois kilomètres avant de plonger sur la station de Vars par un Bike-Park assez court mais très ludique où l’on enchaîne sauts et virages relevés. Une fois en bas, c’est l’arrêt chrono, il ne reste plus qu’à se laisser glisser pour descendre par la route 3km plus bas au hameau de Ste Marie où est jugé l’arrivée. Ce village est très joli, de quoi vraiment profiter et même à 1600m d’altitude, il fait très chaud en cet après-midi de juin. L’organisation a tout mis en place pour optimiser une excellente récupération pour tous les participants. Séance massage relaxation, assistance technique, un repas copieux, bière à volonté, baignade dans le torrent du Chagnon…


Étape 5 : Le Queyras et la haute montagne

C’est l’étape reine de la semaine que l’on nous propose en guise d’épilogue de cet Alps Epic, 68 kilomètres et 3100 mètres de dénivelé pour rejoindre l’arrivée finale jugée à St Véran, plus haut village d’Europe du haut de ses 2030 mètres d’altitude.

Départ donné à 8h00 du village de Ste Marie de Vars et d’entrée de jeu, la première ascension du jour se dresse devant nous, une montée de 15 kilomètres et 1100 mètres de dénivelé pour se hisser au point culminant de notre semaine alpestre. Lors des 250 derniers mètres de dénivelé, on quitte la piste pour un single raide en épingles avec une tranchée au milieu puis peu avant le sommet, on se lance sur un magnifique sentier en corniche très vertigineux que l’on doit passer à pied car il vient seulement d’être déneigé. Et voici donc le point culminant de la semaine, le col de Serenne à 2650m d’altitude. On attaque une très très longue descente, la première partie assez rapide se fait à travers alpages et névés de neige. Nous arrivons à l’entrée du Pas d’Escreins, un passage étroit et très engagé avec des gros blocs de pierre, passage à pied… Enfin, voici le premier ravito du 19e kilomètre.

On poursuit par la fameuse descente du Val d’Escreins souvent empruntée lors du raid Vauban, certes vraiment technique mais toujours aussi belle. Arrivés en bas, on s’attaque aussitôt à la deuxième ascension du jour, 1200 mètres de dénivelé mais entrecoupés de petites descentes. On se retrouve sur une piste plutôt roulante avec peu de pente, ce sera le seul moment de répit pendant 6 kilomètres. Une chouette petite descente et on poursuit sur un single casse-pattes avec de gros raidards pour rejoindre le village de Ceillac où se trouve le second ravito. Il nous reste encore près de 500 mètres de dénivelé pour atteindre le col Fromage. Après trois kilomètres de piste, on prend un single bien raide en plein soleil et sous une chaleur caniculaire. La montée est pénible parfois à pied, parfois à vélo mais le voici ce col Fromage à 2300 mètres d’altitude avec vue panoramique sur tout le Queyras en guise de récompense.

Le sentier de crête qui suit est extrêmement joli et nous mène au pied d’un dernier petit col de 200 mètres de dénivelé à gravir. Place à la dernière descente sur Molines en Queyras qui sera par endroits très engagée. Allez, les 10 derniers kilomètres pour monter jusque St Veran et va achever tout le monde avec une première partie dans les pâtures, une rampe impressionnante et pour finir la montée vers le haut du village…

L’arrivée de l’Alps Epic, ça se mérite avec T-shirt et médaille finisher une fois la ligne d’arrivée franchie. Fin d’une grande aventure, l’organisation fera les choses en grand lors du repas de clôture de l’Alps Epic : un magnifique buffet sur la terrasse d’un des plus luxueux hôtels des Hautes-Alpes, un excellent moment. Chacun repartira avec des souvenirs plein la tête et personne ne pourra rester insensible à la magie, la beauté et la qualité de l’organisation. Rendez vous en juin 2020 pour la 5e édition, une présentation de cette nouvelle édition sera dévoilée à l’occasion du Roc d’Azur au mois d’octobre.

Infos et classements : www.alpsepic.com

Voir aussi :
Alps Epic 2019, c’est parti ! + VIDEO
Alps Epic, étapes 2 et 3 + VIDEOS

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.