Test longue durée des pneus Michelin Power All Season

Adhérence tout temps

Au cours d’un hiver particulièrement rigoureux, nous avons mis à l’épreuve les Michelin Power All Season, annoncés par Michelin comme étant 15% plus adhérents sur des routes humides et froides que les précédents Pro 4 Grip. Verdict après 4000 km de conditions difficiles.

Les Power All Season s’inscrivent au sein de la nouvelle gamme Power, que nous avons déjà testée (voir ici et ici), aux côtés des modèles Power Endurance et Power Compétition. Contrairement aux modèles précités, les All Season se contentent d’une carcasse en 60 TPI, contre 110 et 180 TPI (pour l’Endurance et le Compétition).

Cela se ressent d’emblée en termes de résistance au roulement, car si Michelin annonce le All Season plus performant que le Pro 4 Grip, il reste clairement en dessous de pneus plus polyvalents, et bien entendu largement moins rapide que des pneus spécifiques été. Nous pouvons le constater dans les relances, mais aussi au train, en raison de son poids (272 g en 700×25), et de l’épaisseur de la gomme (3,3 mm au niveau de la bande roulement, contre 2,8 mm pour l’Endurance).

Comme nous l’avions déjà précisé ici, la résistance au roulement dépend également de la pression de gonflage choisie. Un pneu sous gonflé consomme de l’énergie, et si c’est peu sensible entre 8 et 7 bars (mais sensible quand même), la résistance au roulement augmente très nettement en dessous. Cependant, grâce au composé de la bande de roulement à haute adhérence proposé par Michelin (issu des recherches en Moto GP), mais aussi à son dessin, la pression de gonflage n’influe pas sur l’adhérence du Power All Season sur des routes humides. Seul le confort peut être impacté par une pression de gonflage autour de 8 bars, mais pour ce qui nous concerne, il ne s’agit pas de notre souci principal. Notons enfin que le Power All Season bénéficie d’une bande de protection en Aramide Protek + sous la bande de roulement comme le Power Endurance, et qu’elle déborde de 25% supplémentaires sur les flancs, afin d’éviter au maximum les crevaisons. Résultat : nous n’avons constaté aucune crevaison sur plus de 4000 km, en roulant pourtant par tous les temps. Les Power All Season sont disponibles en 700×23, 700×25 et 700×28. Mesurés sur des roues avec une jante d’une largeur interne de 13 mm, les 25 font réellement 25 mm de large, ce qui n’est pas toujours le cas.  

Des pneus rassurants

Testés à des températures entre  -7° et +12°, les Power All Season ont aussi eu à affronter des conditions dantesques avec une sortie par +1° sous des trombes d’eau. Virages, descentes, passages en ville avec bandes blanches, pavés, pluie, neige fondue : rien ne leur a été épargné. Et pourtant, jamais les All Season n’ont semblé être en mesure de décrocher (à 8 bars, toujours), que ce soit en inclinant le vélo pour prendre un virage, ou au freinage. Sur des montées abruptes en sous-bois et avec une route humide, le pneu arrière ne patine pas, là où beaucoup de modèles concurrents manquent de motricité. Lors des froides matinées gelées de début janvier, les All Season se sont montrés très rassurants sur un bitume encore luisant. Quelques freinages d’urgence ont aussi montré que le blocage de roue intervient très tard, ce qui permet de conserver le contrôle du vélo. C’est une option à retenir sérieusement pour ceux qui s’équipent de freins à disque, sans nécessairement devoir passer par des sections plus importantes. Sur la bande de roulement, quelques rares coupures sont visibles après 4000 km, mais sans que l’on puisse parler d’usure.

Ces pneus seront donc bons pour le service pour un deuxième hiver. En termes de rendement, ils marquent le pas, et c’est surtout sensible quand le thermomètre remonte un peu. On les sent comparativement à d’autres modèles plus à l’aise sur un sol froid, ou lorsque nos exigences dans le domaine sont moins élevées. Il semble en effet très difficile de concilier une excellente adhérence sur un sol glissant et une bonne résistance à la crevaison avec une faible résistance au roulement. Il vous faudra donc choisir au moment de vous équiper, mais c’est le propre de toute l’offre de pneus haut de gamme, quel que soit le fabricant. Heureusement, sur des jantes Campagnolo, le montage et le démontage des All Season n’est pas particulièrement fastidieux, et on peut imaginer changer rapidement de modèle en fonction des circonstances. Pour résumer, si l’on devait comparer le Michelin Power All Season au Continental Grand Prix 4 Season, l’autre référence du marché, nous le trouverions supérieur en termes d’adhérence et au freinage, équivalent en termes d’endurance et de résistance à la crevaison, mais plus lourd et avec un peu moins de rendement.

MICHELIN POWER ALL SEASON

Les + : adhérence, résistance à la crevaison
Les – : poids, résistance au roulement

Dimensions : 700×23/700×25/700×28
Construction : gomme Grip Compound, rainures Hi-Grip Design, renforts Aramid Protek +, carcasse 3×60 TPI
Poids : 272 g en 700×25
Prix public : 41,90 €

Voir aussi :
– Test longue durée des pneus Michelin Power Endurance
– Premier contact avec les nouveaux pneus Michelin Power

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook , Twitter et Instagram

2 commentaires sur “Test longue durée des pneus Michelin Power All Season”

  1. Je ne comprends pas l’intérêt de rouler avec du 25 et de gonfler à 8bars …

    plus personne ne roule avec 8bar dans les pneus . L’intérêt du pneu en 25 c’est justement de rouler avec moins de pression , de gagner en confort ,en grip en virage et d’avoir autant de rendement .Si vous roulez avec autant de pression avec un 25 c’est que le pneu n’est pas si bon que ça ….

    Perso,je ne roule plus qu’avec des 24 ou 26 et je ne dépasse jamais les 6.5bar de pression .

    1. Tous les tests de résistance au roulement montrent qu’il y a une perte de rendement avec un pneu sous-gonflé. Celui-ci-ci est à peu près stabilisé entre 8 et 7 bars (bien qu’inférieur à 7 bars), puis s’effondre ensuite. Vous pouvez retrouver ces tests sur des comparatifs en labo, et des comparatifs de terrain (plus difficiles à mettre en place).
      Plus subjectif, il y a la différence de nervosité et un manque de précision en danseuse, ce qui explique que les compétiteurs préfèrent rouler avec des pressions proches de 8 bars.
      Pour le confort, vous avez raison, et c’est d’ailleurs fort logique. Nous le précisions dans l’article.
      Enfin, tous les tests et comparatifs d’adhérence de Michelin sont faits à la pression de 8 bars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *