Test du Haibike XDuro FullSeven Pro

Avec le XDuro FullSeven Pro, Haibike soutient que l’assistance électrique a sa place en usage tout-terrain haut de gamme et sportif. La marque annonce des sensations de pilotage nouvelles, sans écarter l’effort physique… Ca donne une belle machine sur le papier, mais qu’en est-il à l’usage ?

Haibike XDuro FullSeven Pro de profil

Douille de direction du Haibike XDuro FullSeven Pro

Le Haibike XDuro en impose. La ligne générale, la section des tubes du cadre, la largeur des pneus comme l’ensemble moteur-batterie donnent l’image d’un vélo tout en muscles. Dans un costard en noir satiné… Les quelques touches de jaune n’égayent pas vraiment le tableau, mais l’engin donne envie d’en découdre.

Moteur Bosch et amortisseur Fox

Transmission et freinage Shimano XT

Outre la motorisation Bosch, le cadre tout en alu 6061 hydroformé du XDuro FullSeven Pro emmène une fourche et un amortisseur Fox. Pas de place pour un bidon… Transmission et freinage sont confiés à Shimano. La liaison au sol est assurée par Schwalbe, avec un Nobby Nic à l’arrière et un Rocket Ron devant, tous deux en 27,5 x 2,35, sur des roues DT Swiss.

Haibike XDuro FullSeven Pro posé sur un tronc d'arbre

Tout le vélo est sérieusement dimensionné, et pourtant le verdict de la balance reste raisonnable : 22,2kg (sans pédales) pour notre XDuro en taille 50. Ca doit pouvoir rouler, cet engin…

Une courte durée de prêt, assortie d’une météo diluvienne, va nous obliger à nous concentrer sur le terrain sans pouvoir nous attarder sur les possibilités pourtant étendues de la console Nyon (bluetooth, wifi, gps, fitness, navigation notamment). Pour les mêmes raisons, les réglages de suspension resteront sommaires. Le vélo n’en fera pas moins bonne impression.

Haibike XDuro en montée dans un chemin

LE XDURO FULLSEVEN PRO EN ACTION

La position offerte au pilote du XDuro est très agréable. On a la direction bien en main sans être trop sur l’avant. Le dessin du cintre est parfait. Seuls les grips se révéleront trop durs, maltraitant la pulpe de la paume à travers les gants. La selle paraissait large au premier coup d’oeil, mais malgré des points d’appui surprenants au “toucher”, elle préserve les fesses sans gêner les mouvements. On est très bien installé, mais on ne va pas s’endormir… Un confort agressif, en quelque sorte.

Empreinte Schwalbe dans la boue

On commence néanmoins tranquillement. En cette fin de printemps aux précipitations hors du commun, c’est gras ou trempé quasiment partout. Le Xduro ne s’en émeut guère et garde son équilibre, en restant maniable malgré le surpoids de son assistance. Les Schwalbe dérivent latéralement dès qu’ils peuvent, mais sans vice. L’arrière, très confortable, reste toujours au sol. On peut rester assis même sur piste défoncée, profitant ainsi d’une excellente motricité. L’avant est plus ferme, permettant de placer précisément le vélo. Grimper en danseuse se révèle désagréable et sans intérêt (sauf pour soulager les fessiers), à moins de bloquer les suspensions (chose possible en roulant), et on se rassoit bien vite. Les gâchettes de la commande XT sont un peu raides, les freins surpuissants… On se promène sans problème avec ce Haibike, mais il s’ennuie un peu. Il va falloir changer de rythme.

Haibike en montée - noir et blanc

Quand on tape dedans, le cadre répond comme un seul homme, en toute décontraction, quel que soit le sol rencontré. Les Schwalbe persistent à glisser latéralement dès qu’ils passent sur un sol humide, gras ou mouillé. Mais ils ne sont jamais traîtres, et montrent leur bonne volonté à raccrocher dès que possible pour un grip toujours sûr sur le sec, dur comme meuble. Dans les conditions parfois dantesques créées par les pluies de ce printemps 2016, ils ne s’en tirent finalement pas si mal. Ils ne feront pas le coup de coeur, mais participent quand même à l’aisance du vélo sur tous les terrains.

Haibike XDuro couché dans la boue
Les vitesses passent en un éclair par deux ou trois, et le dérailleur n’hésite jamais. La plage des braquets disponibles démarre court et permet de pédaler jusqu’à 50km/h environ.
Le Xduro FullSeven Pro n’est peut-être pas tout à fait assez agile dans les virages très serrés négociées à très faible vitesse en descente, mais en montée dans les singletracks en épingle, la roue avant se place bien et l’assistance s’en sort à tous les coups quand on est en sous-régime et/ou en sous-vitesse. Le comportement du Haibike demeure immuable à toutes les allures, et ça s’apprécie en descente. Sa relative neutralité, pouvant limiter l’impro à très basse vitesse dans les petits coins, se transforme en sereine tendance à garder le cap dès que la vitesse augmente, sans brider la direction. Sol dur ou meuble, racines, pierres, boue… Le Haibike avale tout. On reste cool parce que le vélo garde le cap, mais si on veut changer de trajectoire la roue avant obéit instantanément. Le seul défaut, c’est que sur un chemin roulant, à 50 à l’heure on a encore l’impression de se trainer… Les pinces Deore XT, sur les disques de 203 et 180 mm, s’apprécient alors pleinement. Mordant, puissant, dosable et constant en sensation aux leviers, le freinage de ce vélo est un régal.

Moteur Bosch Performance Line CX

L’ASSISTANCE BOSCH

L’assistance Bosch est toujours impressionnante et progressive, avec son coup de pouce supplémentaire au démarrage, et sa réactivité discrète ensuite. Le niveau sonore reste raisonnable. La chaîne sur son galet se fait presque plus remarquer que le moteur. Comme déjà constaté durant l’essai du Bulls Monster E, la distinction est nette entre les quatre niveaux d’assistance Eco (50%), Tour (120%), Sport (190%) et Turbo (275%).

Assistance Bosch, écran et commandes

Le choix entre les niveaux d’assistance se fait au moyen de la commande disponible au pouce gauche, commande qui reçoit aussi un double des boutons de navigation dans les fonctions de l’écran.

L’intérêt des deux derniers modes (certes bluffants) sera laissée à l’appréciation de chacun. Parce que si en Eco, voire en Tour, on a encore l’impression de faire du vélo, la présence du moteur est telle en Sport et en Turbo que le charme du pédalage disparait. Un simple geste suffit à propulser le Xduro… Et la gestion de la puissance peut devenir anarchique si l’adhérence se dégrade. L’amortisseur fera ce qu’il peut, mais on pert toute sensation de grip du pneu arrière sous le pied. Lequel pneu ne pourra passer les chevaux sur un sol qui se dérobe, et il faudra mettre pied à terre. Les redémarrages en côte défoncée ne sont alors pas évidents, car après 1/8ème de tour, l’assistance débarque alors qu’on n’a pas encore le cul sur la selle. Critique à relativiser : un cycliste qui commence ou reprend une activité physique sera de toute façon ravi de pouvoir emprunter la montée de son choix, aussi raide soit-elle. Et votre serviteur a pris un malin plaisir à grimper une méchante bosse de sa connaissance, uniquement concentré sur la technique parce que débarrassé de la gestion de l’effort.

Cette assistance tient ses promesses d’autonomie. Une sortie de 52km avec 1300m de D+ en mode Eco nous a emmené en adoucissant la courbe de souffrance sur les passages difficiles, et en ralentissant l’accumulation de fatigue. Sans parler du plaisir de rouler, similaire à celui distillé par un excellent vélo classique quand nous sommes en grande forme… Il restait à l’arrivée 13% de batterie.

Différents affichages de l'écran Bosch Nyon

Par manque de temps, nous n’avons que peu exploré les différentes possibilités offertes par la console Nyon de Bosch. L’écran affiche les informations concernant l’assistance et la batterie, ainsi que les données de distances et de temps. On trouve aussi un GPS et une cartographie intégrée, et les chiffres concernant l’effort fourni par le cycliste. Le tout pouvant s’interfacer avec d’autres appareils (cardio, smartphone, PC)… Un système complet qui mérite un article à lui seul.

Haibike boueux appuyé sur des troncs

Ce Haibike XDuro FullSeven Pro tient ses promesses, tirant le meilleur d’une assistance électrique mariée à un cadre sportif. D’abord par son comportement en tout-terrain. Et ensuite par l’effort qu’il peut imposer à son pilote. Si au bout de cinq heures vous n’avez plus de jus, c’est une vieille compote retrouvée au fond du sac sous une chambre à air qui vous permettra de finir les derniers kilomètres… Ou le reste de charge de la batterie.

Haibike XDuro FullSeven Pro
 Haibike XDURO FullSeven PRO
Cadre : aluminium 6061 hydroformé
Amortisseur : Fox CTD LV
Fourche : Fox 32 Float Performance 120 mm
Dérailleurs : Shimano Deore XT
Manette : Shimano Deore XT
Cassette : Shimano Deore XT – 11/42 dents
Chaîne : Shimano HG 700
Pédalier : Haibike XDURO Alu
Freins : Shimano Deore XT – 203/180 mm
Roues : DT Swiss X1900 Spline
Pneus : Schwalbe Rocket Ron et Nobby Nic Evolution 27,5 x 2,35
Cintre : Haibike ePerformance Lowriser Alu
Potence : Haibike eQ Alu
Selle : Haibike XDURO Light VTT
Poids annoncé : 21,4 kg (poids mesuré 22.2kg sans pédales en taille 50cm)
4 tailles : 40, 45, 50 et 55cm
Moteur : Bosch Performance CX 36 Volt, 250 Watt
Batterie : Lithium Ion 36 Volt, 500 Wh
Prix public : 4999 €

Géométrie

Géométrie Haibike XDURO FullSeven PRO

nwm-géométrie-haibike-sduro-fullseven-2016

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *