Premier test du 3T Exploro

Le vélo 3-en-un

FullSizeRender (1)

Présenté comme le premier vélo Gravel aéro (le concept peut faire sourire au premier abord) – voir 3T sort un vélo Gravel ! – le 3T Exploro est bien plus que cela encore. Selon le type de pneumatiques que l’on monte, il est aussi à l’aise sur route, en cyclo-cross, que sur des parcours normalement dévolus au VTT. Nous avons testé cet ovni sur des parcours variés en Toscane.

Gérard Vroomen est le fondateur de Cervélo, et plus récemment de la marque de VTT haut de gamme Open. Dernièrement entré au capital de la marque historique de composants 3T, il est à l’origine de l’Exploro, un vélo au concept doublement original. Partant du principe que la résistance de l’air est un frein à l’avancement du cycliste dès les plus basses vitesses, il s’est intéressé à l’aérodynamisme pour un vélo Gravel. Cette pratique est en plein essor depuis un bon moment chez nos amis anglo-saxons, et permet de faire du vélo totalement différemment, en alternant routes bitumées, chemins, voire sentiers. Vroomen rappelle d’ailleurs à juste titre que le vélo Gravel n’est rien moins que le vélo « à l’ancienne », comme pouvait être la pratique cycliste il y a encore moins d’une centaine d’années. Un rapide coup d’œil sur les photographies du Tour de France de l’immédiat après-guerre montre que les routes de montagne n’étaient pas si éloignées des chemins que nous avons empruntés entre les vignobles et les oliveraies de Toscane. Le principal défi de Vroomen et de son équipe a donc été d’étudier l’aérodynamisme d’un vélo apte à affronter ce type de terrain, en tenant compte de la spécificité des pneus larges à crampons. Ainsi, en partant d’une vitesse de base de déplacement de 32 km/h, l’Exploro équipé de pneus de 40 mm de section, du type de ceux qu’on utilise en cyclo-cross, permet de gagner 7 watts par rapport à un cadre à tubes ronds équipé de pneus lisses de 28 mm de section. Et lorsque l’Exploro chausse des roues de VTT de 27,5 ‘’, il est toujours plus rapide face à la résistance de l’air que le vélo référence cité plus haut. Car l’autre particularité de l’Exploro, c’est d’accepter aussi bien des roues de route classiques, que des roues de cyclo-cross et des roues de VTT en 650 B, avec une section de pneu maximum de 54. Ce concept nommé « Gravel Plus » est une véritable révolution. Car avec le même vélo, on peut ainsi choisir entre trois types de pratique. Évidemment, les spécialistes du VTT peuvent douter des capacités de l’Exploro à affronter des terrains aussi techniques que les manches de Coupe de France ou de Coupe du monde de cross-country. Mais pour une pratique plus ludique et moins engagée, sur le type de terrain que l’on rencontre dans le nord de la France par exemple, il peut très bien se débrouiller.

IMG_2619

Une géométrie compacte

Les gains aérodynamiques sont obtenus grâce à la forme des tubes, nommée Sqaero : le bord d’attaque des tubes est rond, alors que la partie arrière est tronquée, avec une forme carrée. Cela a l’avantage de diriger les flux d’air en dehors des zones de perturbation (à l’inverse de tubes totalement ronds), de maintenir une forte rigidité tout en contenant le poids (à l’inverse des tubes en forme de goutte d’eau). Le tube diagonal est très gros (50 mm de diamètre), pour s’adapter au flux d’air provenant des pneumatiques.

IMG_2587 IMG_2590

Le tube de selle est moitié moins imposant (25 mm), ce qui lui permet de « s’intégrer » dans le flux d’air généré par la roue avant et le tube diagonal. La fourche 3T Luteus II LTD était déjà au catalogue de l’équipementier, prévue pour le cyclo-cross et un montage avec un axe traversant de 15 mm. Elle tranche avec le cadre dans le sens où elle n’intègre pas le passage de la durite du frein avant, qui se contente de courir le long du fourreau gauche. Dommage, car pour le reste, la durite de frein arrière et le câble du dérailleur (notre vélo d’essai était monté en Sram 1X) sont parfaitement intégrés à l’intérieur des tubes. Une pièce amovible sur le tube supérieur (FlipTop) sert d’entrée pour les gaines, que l’on monte une transmission double ou mono plateau, voire en Di2 (seul le Sram E-Tape n’est pas compatible, en raison de la place nécessaire au montage du dérailleur avant).

IMG_2572 IMG_2569

L’emplacement des porte-bidons a aussi été étudié en soufflerie, tout comme l’aérodynamisme avec des salissures sur les tubes. Car Gérard Vroomen parle bien de gains aéro dans des conditions réelles d’utilisation. On le sait, plus le porte-bidon est bas, moins il y a de perturbations aérodynamiques. Nous trouvons donc trois vis sur le tube diagonal, ce qui permet de positionner le porte-bidon principal dans deux positions : tout en bas pour le cas où l’on transporte un seul bidon, plus haut si on couple ce premier bidon avec un second sur le tube de selle. On trouve également un support de montage horizontal sur le tube supérieur, pour transporter si besoin une sacoche compatible.

IMG_2580 IMG_2585

Sous le wishbone, qui s’évase très largement sous la forme de deux haubans relativement fins et effilés pour laisser passer un gros pneu, on trouve deux bases pour le coup vraiment asymétriques. La base droite est courbée et fortement abaissée, ce qui permet de laisser passer le pneu sans modifier la largeur de la boîte de pédalier (au format BB386 EVO) et le Q-Factor, identiques à ceux d’un vélo de route. Cela permet également de conserver une longueur de bases de 415 mm, soit un bon centimètre plus court qu’un vélo de Gravel ordinaire. Pour se faire, on note un léger « crevé » au niveau du tube de selle pour laisser la place au pneu de 40 mm de section, soit le maximum possible avec des roues 28’’. Car 3T mise sur la maniabilité et la nervosité en termes de géométrie avec l’Exploro.

IMG_2575 IMG_2577

L’empattement avant est lui aussi relativement court, pour favoriser les changements brusques de direction et les relances. Par ailleurs, la géométrie est typée course, avec une douille de direction assez basse et un tube supérieur assez long. La dernière curiosité provient de la patte de dérailleur associée à l’axe traversant en 142×12 à l’arrière. Celle-ci reste solidaire du dérailleur en cas de démontage de la roue, en se déboîtant du cadre, ce qui facilite les manipulations en cas de crevaison.

IMG_2578

L’Exploro est disponible en deux versions le Team et le LTD (que nous avons testé), différenciés par le layup et la qualité du carbone. Résultat : 1150 g le cadre et 3000 € le kit cadre pour le Team et 950 g le cadre et 4200 € le kit cadre pour le LTD. Le montage de notre vélo d’essai est à l’avenant : transmission Sram Force 1X, freins Sram PostMount (disques de 160 mm), pédalier THM Clavicula (une récente acquisition de 3T, voir BIKE BUSINESS : 3T achète THM Carbones), tige de selle 3T Charlie Sqaero, potence et cintre 3T, selle WTB, roues 3T Discus C25 en carbone pour le test avec les pneus de 40, et Discus Plus en alu pour le test en 650 B. Le poids de cette version haut de gamme se situe autour de 8,2 kg (non vérifié).

Un vélo à tout faire

test-3T-Exploro-Gravel-650B-Sram-THM1

Lors de nos deux sorties test (quasiment sur le même parcours), nous avons emprunté des routes (montées et descentes avec un fort pourcentage), des chemins très caillouteux, des pistes cyclables et des pistes poussiéreuses. Équipé de roues de 700 et de pneus type cyclo-cross, l’Exploro se montre assez nerveux, à la condition de conserver un gonflage assez conséquent.

test-3T-Exploro-Gravel-650B-Sram-THM14

test-3T-Exploro-Gravel-650B-Sram-THM5

Sur le bitume, il file vite et droit, transmettant correctement la puissance, si l’on peut comparer ce montage avec des pneus de route. Il permet de grimper très efficacement, mais dès que l’on aborde une pente descendante, on ressent tout de suite une forte accélération qui montre le potentiel du cadre. Sa géométrie le rend vif au démarrage et très maniable dans les chemins. Sur de longues descentes cassantes et caillouteuses, il est plus délicat à manier, car il a tendance à rebondir un peu, et la section des pneus reste limitée. Heureusement, la fourche se montre relativement souple sur le plan longitudinal, ce qui permet de conserver une forme de contrôle. Finalement, dans cette configuration, il est très proche d’un vélo de route, comme en témoigne sa faculté à enchaîner les lacets ou les grandes courbes. Sur une piste bien tassée, il est très rapide, même si le grip peut être un peu délicat à trouver en montée avec quelques variations de l’état du sol. Les sensations sont bien différentes une fois qu’il est monté en 650 B avec des pneus crantés de 54 mm de section (2.10 pouces), forcément beaucoup moins gonflés.

test-3T-Exploro-Gravel-650B-Sram-THM3

Il est plus pataud sur la route, et inspire moins confiance dans les prises d’angle sur le bitume. En revanche, le freinage est meilleur, avec plus de feeling et un meilleur dosage, sans doute en raison de l’assise des pneus sur la surface. Dans les descentes caillouteuses, on va plus vite et avec plus de confiance qu’avec le premier montage. On sent également la fourche plus travailler encore, un peu comme avec un jeu de direction desserré. Mais ses capacités de franchissement sont vraiment incroyables, également grâce à la cassette 10/42 montée pour l’occasion (avec un plateau unique de 38 dents). Sur une piste roulante, il est moins rapide mais plus confortable qu’avec les roues de 700. Sur une longue montée de 3,5 à 7% de moyenne, poussiéreuse et caillouteuse, nous avons mis le même temps que la veille avec les roues de 700, mais avec des pulsations de 7 à 8 battements à la minute supérieures. Avec ce montage, on sent moins le rendement pur du cadre, ou sa rigidité, puisque beaucoup de sensations sont évaporées dans la déformation des pneumatiques. Néanmoins, comme dit précédemment, cette option nous permettrait par exemple de réaliser pas mal de parcours VTT habituels en Île-de-France, et relativement rapidement grâce au poids contenu du vélo. Pour le reste, l’Exploro s’exprime mieux avec des roues de 700 et des pneus de cyclo-cross, où l’on peut enchaîner aussi bien les parcours roulants de type Gravel, que les cyclo-cross, où sa maniabilité et son poids devraient faire merveille. Enfin, il est dommage que nous n’ayons pu le tester avec des pneus route. Car le potentiel qu’il laisse entrevoir sur des montées bitumées de 3 km à 10% de moyenne nous laisse penser qu’il n’est pas loin du niveau des meilleurs cadres de route actuels. Bref, un vélo 3-en-Un, certes un peu cher si l’on tient compte du prix du kit cadre, qui ouvre de nouvelles voies.

3T EXPLORO
test-3T-Exploro-Gravel-650B-Sram-THM18
nwm-3T-Exploro-geometrie

Cadre et fourche carbone : deux modèles et quatre tailles
Compatibilités : 700 x 28c -> 700 x 40c, 650 B
Version Team :  1150 g et 3000 € le kit cadre
Version LTD :  950 g et 4200 € le kit cadre

Autres détails ici : 3T sort un vélo Gravel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *