French Divide #2, c’est parti !

L’aventure à la dure !

La seconde édition de la French Divide, cet itinéraire VTT de 2170 km cumulant 35000 m de D+ à travers la France de la frontière belge à l’Espagne, a vu les quelques 90 concurrents inscrits cette année s’élancer sur cette épreuve atypique au format XXL… Les 2 Velochannel boys (Francis et Phiphoo) de l’édition précédente n’ont pas résisté à l’envie de se replonger dans cette aventure unique en France, probablement l’une des plus belles façons de la découvrir. 

Nous étions à Bray Dunes, non pas pour manger des moules frites et boire de la bonne bière après une journée à la plage en attendant le rassemblement local de voitures tunnées, mais pour assister au premier départ (puisque cette année les départs s’échelonnent en 3 vagues sur 3 jours) de cette French Divide #2, sur le front de mer à 6h24 ce vendredi 4 août.

C’est au lever du soleil qu’une première trentaine de cyclistes – les débroussailleurs – se sont élancés à l’assaut de la France, un petit détour par la Belgique pour commencer avant de filer vers le sud non sans faire un petit crochet vers l’est en traversant le département du Nord dans toute sa longueur. On est sur une base identique à l’an passé en termes de secteurs géographiques traversés mais les gentils organisateurs ont dégoté une multitudes de nouveaux chemins pour rejoindre, cette année encore via un parcours composé à 70% de VTT, Mendionde au Pays Basque.



Cassel, on lève le c.. de la selle

Un départ au niveau de la mer depuis la plage de Bray Dunes, l’itinéraire suit immédiatement le canal comme lors de la première édition pour traverser la frontière franco-belge dès la sortie de la station balnéaire nordiste. Quelques kilomètres en terre flamande avant de revenir en France, c’est tout plat depuis le départ quand se dresse les premiers dénivelés de ce long parcours de près de 2200 km. Cassel, un des fameux monts des Flandres – le plus haut d’ailleurs – côté français. Hop, en danseuse, on passe de 20 à 176 m d’altitude en l’espace de 2 km à peine. Ce n’est pas la montagne, mais cette première bosse ouvre les appétits. On prendra le temps pour certains de faire une pause café/besoins urgents/achat victuailles sur la très belle place pavée non loin du sommet, avant une dernière grimpette de ruelle étroite pour atteindre le sommet de ce mont Cassel, portant donc le même nom que le village surplombant les plaines alentours où l’on peut apercevoir ces typiques anciennes voies romaines rectilignes les traversant. Un bien sympathique sentier descendant en chemin creux enfouit dans la végétation s’ensuit en guise de récompense…

Et la suite ?

Les autres monts, le Kemmel notamment puis il faudra filer à travers le bocage de l’Avesnois avant de s’éloigner définitivement de la frontière belge pour aller gouter le Champagne, le Chablis et de s’attaquer à la traversée du Morvan. Le Massif Central puis les Pyrénées, le Tourmalet par les chemins cette année (et non plus par la route) et le Pays Basque accueillera tous les courageux cyclistes de cette seconde édition.

En ce qui concerne les « coups de tampon », le premier Check Point a cette année été déplacé de Reims à Epernay, le suivant est à Quarré les Tombes après les premiers reliefs du Morvan, puis l’inévitable shop Bike a Lot avant le Tourmalet.

 

 

Le parcours complet en détail : http://www.mountnpass.com/evenements/french-divide-2017


Un premier point

Une trentaine de concurrents par vagues, partis à l’aube les vendredi 4, samedi 5 et dimanche 6 aout. C’est Pierre-Arnaud Le Magnan, le boss de Chiru Bikes sur son titane à boite Pignon, qui ouvre et arrache les ronces après 5 jours de roulage (mardi 8 aout), la mi-parcours passée pour lui.


Une French Divide 2017 éclectique à tous niveaux, par ses paysages, par ses participants de diverses nationalités allant du cyclotouriste à l’inconditionnel des raids longues distances en passant par les aoutiens hésitant encore entre la Grande Motte et la French Divide, des jeunes et des moins jeunes, des mâles, des femelles, des beaux gosses et des gros laids ! Et les machines – plus belles les unes que les autres – avec de l’acier, du titane, du carbone et de l’aluminium qui deviennent des cyclo-cross, des Gravel, des VTT et l’ami Francis avec son gros Fat, le mec qui pourtant n’utilisera jamais un 4×4 pour aller au supermarché du coin, va savoir ce qui lui est passé par la tête cette année encore… La French Divide, ce n’est peut-être pas assez dur, il faut ajouter de l’handicap ! On en reparle dans quelques jours, l’aventure continue…

Suivi Tracking concurrents en direct : http://trackleaders.com/frenchdivide17

> Autres articles Evénements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *