Ultra Raid des Trois Vallées, une première édition réussie !

A travers les vallées wallonnes

Rendez-vous en Belgique en ce week-end du 20 au 22 septembre pour cette toute nouvelle épreuve wallonne ! Trois jours de course et un dénivelé plutôt surprenant sur le papier mais bien réel sur le terrain. Nous voici à Falaën, petit village à deux pas de la citadelle de Dinant, avec au programme 240 kilomètres et 6500 mètres de dénivelé pour la formule « élite » ou 160 kilomètres et 3700 mètres pour la formule « découverte » permettant aux coureurs moins endurants de prendre part à la fête.

Par Fred Ischard – Photos : Sportograf

Étape 1 : soirée gastronomique autour de Falaën

Ici pas de prise de tête, le site de course se trouve en plein milieu d’une énorme prairie mais de multiples installations permettent de nous accueillir et d’offrir tous les services nécessaires à un campement de course sans oublier la bonne bière bien présente elle aussi, nous sommes bien en Belgique !

Accueil dès le vendredi après-midi, l’ambiance est très conviviale, chacun installe son campement et l’atmosphère est déjà festive, le soleil est présent, bref le week-end promet d’être sympa. Lors de la remise du dossard, on dispose également d’un tee-shirt aux couleurs de l’épreuve et de quelques jetons permettant d’obtenir une bière gratuitement, bière qui sera disponible à prix raisonnable durant tout le week-end. Le départ de la première étape disputée en nocturne approche, au programme une boucle de 32 kilomètres cumulant 700 mètres de dénivelé relativement roulante et pas trop difficile afin que tous les coureurs puissent rentrer à une heure raisonnable.

A 19h15, c’est parti par vagues de 50 coureurs… Une première petite boucle autour du site de départ pour étirer les groupes puis on descend une petite route à grande vitesse avant de rentrer dans les premiers chemins en longeant un vallon pendant quelques kilomètres. Voici un premier single technique, certes pas très long mais qui provoquera quelques ralentissements à l’arrière du peloton. Première difficulté du parcours, une première bosse sur route qui permet à un duo de s’isoler en tête, Laurent Evrard (un ancien coureur pro sur route du team Wallonie Bruxelles) et Théo Demarcin (un jeune junior adepte des épreuves XTerra), ce dernier étant inscrit sur la formule découverte alors que derrière un groupe de 5 coureurs mène la chasse. Après déjà 8 kilomètres de course, voici le premier ravito de la soirée avec… de la bière disponible bien sûr !

Le parcours est rapide, truffé de courtes montées et de belles sections rapides sur piste. Les descentes sont également rapides et permettent de prendre beaucoup de vitesse tandis que la nuit tombe au moment où les coureurs de tête approchent de la mi-course. Justement à mi-course, on aura le mur de Warnant à gravir, un single raide qui s’enfonce dans la forêt avec une pente à 18%. La descente qui suit sera particulièrement poussiéreuse et sablonneuse rendant la visibilité délicate de nuit. Voici le second ravito proposant bon nombre de victuailles gastronomiques dont du fromage et les fameuses gaufres wallonnes, toujours accompagnées de bières bien sûr, cette courte étape nocturne permettant une pittoresque balade culinaire pour ceux ne désirant pas défier le chrono.

Il reste encore une dizaine de kilomètres et voici la « longue » difficulté du jour, une voie pavée sur un kilomètre pas très pentue mais usante. Quelques singletracks nous mènent ensuite à proximité de l’abbaye de Maredsous, nous n’en distinguerons pas le monument mais le dernier ravito qui se présente devant nous et proposant d’alléchantes crêpes. Les derniers kilomètres permettent de rentrer tranquillement tout en escaladant les derniers mètres de dénivelé pour rentrer à Falaën. On traverse ce très joli village à travers ruelles et sentes et nous filons vers l’arche d’arrivée que nous apercevons. Sans grande surprise, c’est Laurent Evrard qui remporte cette première étape en bouclant les 32 kilomètres en 1h17 à plus de 23km/h de moyenne. Le jeune Théo Demarcin prend les commandes de la formule « découverte » en s’octroyant la seconde place à 1 minute 20 du vainqueur. N’ayant pas pris le temps de savourer les alléchantes dégustations locales durant l’étape, je me suis retrouvé à la lutte pour la 3e place en compagnie de Melvin Legros qui complètera ce podium de la soirée au terme d’un sprint final à 2 minutes 10 du vainqueur d’étape. Saskia Hessens l’emporte chez les dames en bouclant les 32 kilomètres en 1h41.

Après l’arrivée, une bonne douche grâce au service d’un camion équipé de cabines de douches puis une pasta party offerte par l’organisation pour se remettre de ce court effort et partager les ressentis de cette chouette soirée de vélo en compagnie des autres coureurs qui arrivent au fur et à mesure. Place à une nuit de repos sous tente qui promet d’être très fraîche, à peine 5 petits degrés dehors !


Étape 2 : les montagnes russes entre vallées de la Molignée et de la Sambre

Réveil difficile et très matinal, le thermomètre affiche tout juste deux petits degrés. Cependant on ne tardera pas à se réchauffer car ce ne sont pas moins de 117 kilomètres et 3100 mètres de dénivelé qu’il va falloir affronter ce samedi. La formule « découverte » pourra profiter d’un départ un peu plus tardif pour boucler 70 kilomètres et 1800 mètres de dénivelé. Avant de partir, un petit déjeuner complet comprenant des viennoiseries nous est servi. Celui-ci étant un peu tardif le départ sera différé d’une trentaine de minutes.

A 8h15, c’est parti pour les 50 premiers coureurs et malheureusement on s’engage tous sur le même tracé que la veille à la sortie du site de course, une erreur qui sera heureusement rectifié deux petits kilomètres plus loin en nous invitant à faire demi-tour. L’ensemble du peloton de tête ayant été mal aiguillé, ça n’aura aucune incidence sur le classement, juste quelques kilomètres supplémentaires. On traverse très vite le village de Falaën et la première montée sur route se dresse de suite devant nous, Laurent Evrard – le leader de l’épreuve – ne se pose pas de questions et s’isole en tête pour un long cavalier seul. La première partie du parcours reprend le secteur emprunté sur l’étape nocturne, des chemins tantôt dans le même sens, tantôt en sens inverse ce qui nous permet de découvrir ces chemins en plein jour. L’allure est assez rapide, bien aidé par un vent plutôt favorable et des montées assez roulantes et régulières. Nous roulons autour du site de l’abbaye de Maredsous puis rejoignons le village de Maredret afin de gravir une bonne succession de montées dans la  vallée de la Molignée.

Voici le premier ravitaillement après 21 kilomètres de course. Je passe seul en seconde position avec une trentaine de secondes de retard sue Laurent Evrard qui prendra par la suite très vite beaucoup de temps. On roule entre sous-bois et prairies, on reconnait régulièrement des traces empruntées la veille. D’ailleurs, nous revoici sur le secteur de Warnant où a eu lieu une manche de la Wallonia XC Cup et on va à nouveau emprunter le fameux mur escaladé la veille avant de retrouver le parcours de la formule découverte. C’est ici après 35 kilomètres de course que l’on retrouve le second ravito, le moment pour refaire le plein avant d’aller explorer un nouveau secteur, nous quittons la vallée de la Molignée pour visiter celle de la Meuse, les montées deviennent plus longues mais également plus pentues. Vers le 50e kilomètre, on plonge dans une belle descente engagée et technique que peu arriveront à descendre intégralement sur le vélo, l’occasion de faire valoir ses qualités de pilotage. On quitte à nouveau le parcours découverte pour s’offrir une jolie boucle dans un bois avec deux montées vraiment raides et particulièrement difficiles. Une nouvelle descente technique et nous longeons maintenant la Meuse à hauteur de la cité de Profondeville. On remonte récupérer le parcours découverte, une nouvelle montée longue et difficile, probablement la plus difficile du parcours. Je me retrouve déjà à 10 minutes de Laurent Evrard qui caracole en tête alors que Melvin Legros pointe à la 3e place à 12 minutes. Voici le ravito de la mi-parcours, plutôt bien garni avec biscuits, fruits, gaufres, sandwichs, fruits secs, sirops, barres et boissons énergétiques…

C’est reparti et on quitte à nouveau peu de temps après le parcours découverte, on sort un peu des bois pour traverser des plaines venteuses et des villages. Vers le 70e kilomètre, nouveau tronçon de petits sentiers à peine visibles et très ludiques, il faut être très vigilant sur le balisage qui je trouve est très correct, surtout lorsque l’on apprend que celui-ci a été partiellement saccagé à différents endroits. Il s’agira d’être très attentif car le tracé est globalement sinueux avec de nombreux changements de direction. Nous voici dans la vallée de la Sambre cette fois, on monte une nouvelle grosse montée et voici le ravito du 74e kilomètre. Il reste 45 kilomètres qui ne seront pas de tout repos. En effet, on passe tout près de Malone à proximité de l’arrivée mais il va nous falloir encore gravir toutes les bosses du secteur, d’abord une quinzaine de bornes absolument casse-pattes, où la gestion de course sera très importante. Si Laurent Evrard possède maintenant 15 minutes d’avance, comme la veille je me retrouve à nouveau en duo avec Melvin Legros à partir du 85e kilomètre.

Quelques kilomètres plus loin, nous plongeons au pied de la citadelle de Namur, évidemment il faudra grimper une nouvelle montée pour rejoindre la grand place de la forteresse. Ensuite, l’organisation va nous faire visiter la citadelle en exploitant toutes les montées possibles mais également en nous permettant de profiter d’une descente sur un joli Bike Park Enduro bien dessiné avec multitude de sauts et de virages relevés. Ainsi, nous effectuons une jolie boucle pour ensuite repasser tout proche de l’endroit où on l’a commencé. Une absence de commissaires à cet endroit occasionnera malheureusement beaucoup de litiges et des coureurs shunteront volontairement ou non cette chouette boucle exigeante. Petite erreur de jeunesse mais une fois de plus, l’organisation se montera réactive quant au rétablissement du classement à l’issue de l’étape.

On quitte maintenant Namur, il reste une vingtaine de kilomètres. On retrouve encore des singles exigeants pour ensuite rentrer par un tracé plus facile et linéaire lors des 10 derniers kilomètres. Au final, c’est sans surprise et aisément que Laurent Evrard remporte cette longue étape, il bouclera les 118 kilomètres en 5h46 avec 27 minutes d’avance sur Melvin Legros alors que pour ma part je franchis l’arrivée en 3e position à 30 minutes du vainqueur du jour. Saskia Hessens remporte à nouveau l’étape en bouclant les 118 kilomètres en 8h41.

Nous avons été assez agréablement séduit par la qualité du tracé, la moyenne n’est finalement pas tant élevée et le secteur entre Dinant, Profondeville et Namur a été parfaitement exploité. On relèvera juste un manque de quelques grignotages salés juste après l’arrivée. Lavage vélo pris en charge par l’organisation, campement spacieux, beau soleil et finalement un joli buffet de salades en soirée, de quoi parfaitement récupérer pour la 3e étape qui nous attend dès le lendemain avec un retour vers Falaën au terme de 88 kilomètres et 2000 mètres de dénivelé à parcourir.


Étape 3 : la vallée de la Meuse

La nuit a été moins fraîche et plus agréable que la précédente et ce dimanche matin le soleil nous attend, il fait plutôt bon. Le départ est donné sur les coups de 9 heures, on entre de suite dans un bois par une sente et très vite nous revoici à l’entrée de Namur. On emprunte à nouveau la descente type Bike Park de la veille jusqu’à se retrouver sur les berges de la Meuse. Laurent Evrard a de nouveau pris les commandes de la course. Après avoir longé les berges, nous traversons le fleuve par une écluse, on remonte ensuite sur l’autre versant pour se retrouver dans les bois.

Nous abordons les premières grosses difficultés du parcours après 15 kilomètres de course, on va escalader une succession de 5 montées plus ou moins difficiles entrecoupées de descentes ludiques et piégeuses. On retrouve les berges de la Meuse que l’on longe durant deux kilomètres avant d’escalader une nouvelle bosse pour trouver le second ravito du jour après 35 kilomètres de course. Remplissage bidon nécessaire car la suite du parcours s’annonce corsée. Un kilomètre après ce ravito, on se retrouve sur un tronçon d’asphalte salvateur avant de se relancer à l’assaut d’une grosse montée raide qu’il faudra escalader à pied puis on  quitte le parcours découverte pour se lancer sur une belle boucle autour de Profondeville au cœur de vallons encaissés. En effet, les 15 prochains kilomètres seront particulièrement casse-pattes, des montées raides, un gros mur dans les cailloux puis des bosses roulantes qui se succèdent, on enchaîne les kilomètres et les difficultés jusqu’au ravito du 52e kilomètre. On va ensuite redescendre vers la Meuse pour retrouver les coureurs du parcours découverte, on traverse la Meuse par un pont de voies de ferrée et nos chemins se séparent à nouveau, on va longer le fleuve durant un bon kilomètre jusqu’au village d’Anhée.

On quitte définitivement la vallée de la Meuse et au sommet d’une longue montée la forêt laisse place à une alternance de plaines ventées et de sous-bois. Vers le 62e kilomètre, on retrouve un tronçon du parcours nocturne du vendredi pour nous amener au pied du mur de Warnant que l’on va escalader pour la 3e fois du week-end. On monte doucement toujours ensemble et on poursuit à l’identique du parcours nocturne. La fatigue commence à se faire ressentir, on retrouve également la longue montée pavée pour quitter la vallée de la Molignée et se rapprocher de Maredsous, il nous reste 15 kilomètres.

On quitte le parcours nocturne pour passer à l’entrée de la fameuse abbaye. On va ensuite emprunter quelques nouveaux singles sauvages pour se retrouver au pied des deux dernières difficultés de l’épreuve dans les 10 derniers kilomètres. Nous arrivons dans les 3 derniers kilomètres, on se dirige droit vers Falaën. Traversée du village avant de filer vers le site d’arrivée, une dernière petite boucle dans la prairie de l’aire d’arrivée et dernier talus à gravir pour franchir la ligne d’arrivée finale tant attendue.

Une nouvelle fois, Laurent Evrard franchit l’arrivée en vainqueur, bouclant les 88 kilomètres en 4h14. Au terme d’un mano à mano qui aura duré toute l’étape, je prends la 2e place du jour au sprint face à Melvin Legros à 15 minutes du vainqueur. Au classement général, Laurent Evrard remporte très aisément cette 1ère édition de l’Ultra Raid des Trois Vallées en s’octroyant les 3 étapes. Melvin Legros prend la 2e place à 45 minutes du vainqueur et je complète le podium du classement général à 48 minutes. En intégrant le top 20 à une excellente 19e place au scratch, Saskia Hessens remporte également aisément l’épreuve en catégorie dames. Sur la formule découverte, le jeune Théo Demarcin aura remporté l’épreuve avec une facilité déconcertante alors que côté féminin la lutte fut indécise jusqu’au bout, Camille Poulain s’imposant finalement dans les tous derniers kilomètres pour 50 petites secondes.

Voici donc une bien belle épreuve très conviviale où l’on a pris beaucoup de plaisir durant ce chouette week-end… Tout s’est plutôt bien déroulé malgré le débalisage que l’organisation aura subi sur certains tronçons du parcours. Un parcours qui était un peu plus facile ce 3e jour comparé à la difficile et longue étape de la veille tout en restant très chouette à rouler. Cet Ultra Raid des Trois Vallées est donc une nouvelle épreuve à étapes en Belgique et une bien belle épreuve de fin de saison, bien organisée  nous permettant de visiter une jolie région et de profiter d’un terrain de jeu très sympa pour un tarif d’inscription très correct au regard des prestations proposées. Nous avons découvert ce nouvel événement et nous ne pouvons que vous suggérer de le noter à votre agenda, la 2e édition se déroulera du 25 au 27 septembre 2020. Ouverture des inscriptions le 15 janvier 2020 avec un nombre de participants limité à 300 coureurs !

Infos et inscriptions : www.ultra-raid-des-3-vallees.com

> Autres événements : www.velochannel.com/Evénement
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur Facebook, Instagram et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.