Test Ozio Marathon2 VTT

Après avoir essayé il y a presque deux ans un ensemble Ozio pour la route, nous nous intéressons cette fois-ci à la nouvelle collection de cette jeune marque. Voici un cuissard prévu pour les sorties longues à VTT ainsi qu’un nouveau maillot assorti.

bretelles et dos du cuissard Ozio Marathon2

Au déballage, le cusissard Marathon2 apparait bien construit et très léger, avec des coutures discrètes. Très souple, le short semble néanmoins robuste. Les bretelles sont très fines, vraiment plus légères pour le haut du corps. En plus, leur jonction sur la moitié supérieure du cuissard est en mesh super-aéré, pour parfaire la ventilation du dos.

logo Ozio

A part cette bande (invisible sous un maillot), le cuissard Marathon2 est noir, avec le nom en gris foncé sur le bas des cuisses et un logo réfléchissant sur la fesse gauche. Pas très folichon, mais ça ne se démode pas et ça va avec tout, notamment le maillot Cosmos qu’on verra plus loin.

peau de chamois et coutures Ozio Marathon2

L’intrégration de la peau de chamois est soignée. Les coutures sont vraiment nickel, laissant présager un confort certain. Ozio met en avant cette peau fournie par Elastic Interface®, conçue pour le tout-terrain dans l’optique de sorties longues.

bandes anti-remontée Ozio

Au bas du short, les multiples bandes anti-remontée sont étroites, et la sur-épaisseur qu’elles constituent est quasiment imperceptible sous les doigts. On sent seulement leur accroche anti-dérapante… Et en enfilant le cuissard, on les sent coller à la peau.

On lance cet ensemble Ozio dans les chemins, à peine sorti de son paquet. Mauvaise idée de se précipiter. Car si tout va bien pour le maillot, on n’est pas à l’aise dans le cuissard…

Après un passage en machine, tout va mieux. Le short est parfaitement ajusté et maintenu. Le tissu ne bouge pas, le short ne remonte pas. La peau de chamois remplit son contrat, protégeant l’intérieur du haut des cuisses et le périnée. Pas de frottements s’accumulant sur la durée, pas d’échauffement durant les portions assises parfois un peu longues, surtout en montée où on charge la selle pour garder de l’adhérence. Les quelques démangeaisons occasionnées sur la poitrine avec la transpiration disparaissent là aussi après deux ou trois lavages. Ce produit convient aux sorties de quatre heures, et même bien plus plus vu l’absence totale de « fatigue cutanée » dans le short au bout de ce délai.

ensemble Ozio

A condition de le « roder » sur une ou deux sorties courtes. Nous avons poussé le vice plus loin pour lever nos derniers doutes, en posant nos fesses équipées du Marthon2 sur une Brooks Swift dont le rodage s’éternise. Et l’Ozio a largement atténué les douleurs occasionnées par cette désespérante anglaise, comparativement à d’autres de nos cuissards. Alors même que les points de pression sont restés bien présents, les échauffements ressentis n’ont jamais atteint le niveau d’inconfort enduré avec d’autres peaux de chamois.

ensemble Ozio

Après deux mois au rythme d’une à trois sorties par semaine, les jeux sont faits. Ce cuissard reste indifférent aux lavages, conservant sa forme et son maintien. Les sorties de cinq ou six heures alternant passages roulants ou techniques, portage et poussette se font sereiement. Il faut insister sur le maintien presque « énergique » de tout le cuissard : il colle à la peau, et on aura beau se démener sur le vélo, la peau de chamois reste à sa place. Son contact, ferme et homogène sur toute sa surface, ne montre aucun signe de vieillissement après huit semaines d’utilisation. Nous prévoyons un périple de quatre jours en juillet prochain, avec une dizaine d’heures de selle par jour, et le Marathon2 sera de la partie. On vous en dira plus le moment venu.

Maintenant qu’il est rodé, c’est sans arrière-pensée qu’on porte cet Ozio Marathon2 pour des sorties de cinquante ou cent kilomètres…

Au dessus, le maillot Cosmos épouse parfaitement notre musculature de crevette et se fait totalement oublier, avec ou sans sac à dos. Il s’ouvre totalement sur le devant. La langette de la fermeture est gainée de plastique et munie d’un ressort qui la plaque vers le haut ou le bas. Toute gêne ou tout bruit sont ainsi évités.

côté du maillot Ozio Cosmos vert

Extrèmement fin et léger, il est en mailles très aérées sur toutes les épaules et sur les deux panneaux latéraux. Tellement léger que les températures encore fraîches de ce mois d’avril font remettre facilement le coupe-vent dès que le soleil se cache. Mais ce sera forcément pour plus d’agrément dans quelques semaines, quand il faudra rouler longtemps par 10 ou 20 degrés de plus.

poches du maillot Ozio Cosmos

Très ajustées, les manches ne bougent pas sur les bras. A la taille, une bande de silicone rend le même service. Dans le dos, on bénéficie de trois poches dont l’élastique est réfléchissant, plus une quatrième munie d’une fermeture éclair.

mitaines Ozio

L’ensemble cuissard-maillot est arrivé flanqué d’une paire de mitaines et de chaussettes. Que nous avons salies en même temps que le reste… Une bonne surprise que ces gants sans réglage, super-ajustés et pourtant confortables. Les nombreux patins de contact disposés sur les paumes y sont sûrement pour quelque chose. Pas de fatigue ni de fourmillement, ni aucun point d’inconfort, même dans les passages un peu cassants. Les bords des différents renforts sur les paumes sont fins, n’occasionnant pas de pression particulière. Les sorties s’enchaînent, et ces gants gardent la forme! Comme le cuissard, ils ne semblent pas décidés à s’avachir. Une bonne surprise.

chausette sale Ozio

Douces et fines, les chaussettes sont confortables, entendez par là qu’elles se font totalement oublier dès les premiers coups de pédale. Et ceci jusqu’à la fin des sorties même longues et un peu saignantes. Au point d’être adoptées pour la course à pied, avec la même satisfaction.

Encouragé par ces premières heures de test, nous avons embarqué la tenue Marathon2 complète sur un raid estival de quatre jours, et nous l’avons portée douze heures (dont dix heures de selle) la première journée, puis encore dix heures la troisième, avec un lavage sommaire à la main entre les deux.

Le confort sur la distance et la durée s’est révélé très bon, presque meilleur que celui de notre cuissard fétiche porté les deux autres jours. Quand on sait combien les points de contacts sur le vélo peuvent devenir une préoccupation majeure sur les sorties exigeantes, on ne peut qu’applaudir.

Les gants n’on fait que renforcer l’excellente impression qu’ils ont laisée depuis le début, et leur vieillissement semble lent malgré les mauvais traitements infligés.

Pour un tarif honnête, on peut donc s’équiper chez Ozio et rouler longtemps dans d’excellentes conditions. A noter que le site propose jusqu’à 20 points de réduction pour l’achat d’un ensemble cuissard-maillot. Une alternative intéressante quand on voit les prix de certains textiles, certes réputés, mais fort chers.

CUISSARD OZIO MARATHON2 ET MAILLOT OZIO COSMOS

photo Ozio cuissard Marathon2

Les + : finition, confort du cuissard (après lavage et court rodage) et des gants
Les – : coloris sérieux uniquement

Prix publics : 129€ (cuissard Marathon2), 79€ (maillot Cosmos), 12€ (chaussettes été), 25€ (mitaines)

couleurs disponibles

Contact : www.ozio.eu

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.