Test du S1neo 799

Pour sortir du lot

Destiné à la vitesse et à la performance, le S1NEO 799 se distingue de la concurrence par les propositions de coloris et par la plateforme de personnalisation de l’équipement de la marque française. Une proposition à retenir, même si cette bête de course doit être choisie en acceptant quelques compromis du côté pratique. 

La jeune société française S1NEO a vu le jour en 2009, et se distingue depuis par une offre de personnalisation des trois modèles de cadres route, deux cadres VTT, un cadre CLM/Triathlon, deux cadres de cyclo-cross, et surtout trois cadres de piste. Cette dernière discipline tient une place particulière dans l’histoire du développement de la marque, puisqu’elle soutient le septuple champion du monde François Pervis, qui a lui même contribué à développer le nouveau FP03, entièrement conçu et fabriqué en France. Une première pour S1NEO, qui en appelle d’autres, puisque sortent très prochainement un VTT made in France, ainsi qu’un modèle All Road et un nouveau cadre route courant 2018. Pour ses autres modèles existants, la marque angevine s’appuie sur des cadres ayant déjà acquis une solide réputation en termes de rapport qualité-prix et vus sous d’autres marques, ou dont la marque a l’exclusivité auprès du fabricant en Europe de l’ouest, comme le 799. À la base des trois cadres route, les 599, 699 et 799, on trouve d’ailleurs les mêmes types de fibres de carbone, de haut module T800. La structure des tubes diffère, pour destiner le 599 à une utilisation plus souple que le 699 avec son profil aérodynamique, le 799 poussant pour sa part encore plus l’intégration et sa capacité à fendre l’air.  Mais au-delà de cette base solide, S1NEO propose un programme de personnalisation avec des graphismes et couleurs vraiment peu communs dans l’industrie du cycle. Un vélo carbone au look métallique, il fallait le faire ! Une finition entièrement faite en France, et qui réclame plus de 20 heures de travail. Force est de constater qu’esthétiquement, ça fonctionne plutôt bien. Il faut noter également que lors de la commande d’un vélo, il est possible de choisir les dimensions de la potence, du cintre, des manivelles, ainsi que les développements, ou de modifier le type de roues proposées. Rares sont aujourd’hui les marques qui offrent ce service, et c’est d’ailleurs selon notre point de vue la moindre des choses sur un vélo destiné à engranger de nombreux kilomètres. Notons que cette possibilité est offerte dès les vélos de premier prix. De quoi débuter en compétition ou sur des cyclosportives avec un vélo parfaitement adapté, l’une des priorités du cahier des charges de la jeune société.

Intégration presque totale

S1NEO adopte des tubes aux formes aérodynamiques pour le 799, mais sans excès, du moins par rapport à certaines productions actuelles. Le tube diagonal dispose d’un profil Kamm Tail, avec des bords de fuite tronqués, alors que le tube de selle est ovalisé avec un profil qui suit les contours de la roue arrière jusqu’aux haubans, situés assez bas pour rendre le triangle arrière très compact. Celui-ci s’appuie sur des bases très épaisses, notamment à l’approche de la boîte de pédalier, également massive. La douille de direction est imposante, et prolonge une fourche droite dont la tête est intégrée à la base de la douille et au sommet du tube diagonal. Le tube supérieur enfin, se montre très légèrement sloping et de forme triangulaire, en s’affinant de la douille au tube de selle. Les freins sont en Direct Mount, avec l’arrière placé sous les bases. En amont, soit depuis le bas du tube diagonal en passant par dessous la boîte de pédalier, passe la gaine de frein arrière en extérieur sur une vingtaine de centimètres. Cette même gaine est en revanche totalement invisible depuis le poste de pilotage, puisqu’elle chemine directement du levier à l’intérieur du cadre, en passant par l’intérieur du cintre, de la potence, et de la douille de direction. Magnifique, mais pas pratique du tout en cas de maintenance, ou même de réglage des cotes du vélo. En effet, pour ajuster la hauteur du poste de pilotage, via la potence profilée et les bagues de rehausse, il faut enlever toute la gaine. Tous les câbles de dérailleurs, quand ils sont nécessaires, passent aussi à l’intérieur, ce qui explique l’absence de butées sur les tubes. C’est un plus pour l’esthétisme, moins en cas de bricolage. Seule la gaine de frein avant est présente, en sortant de la potence pour relier le frein juste devant la douille. Ce montage impose donc une potence et un cintre associés, ce qui peut poser quelques problèmes en termes de confort, mais permet en tout cas d’économiser quelques watts au niveau de la trainée aéro.

Équipement haut de gamme

Notre 799 de test est équipé haut de gamme, avec un groupe Sram Red eTap (sans fil) et des roues Mavic Comète Pro Carbon SL à boyau (64 mm de haut et 1490 g la paire). Notons que la fixation des freins Direct Mount impose ici des étriers hors groupe, des TRP Aero dont le look à l’avant rappelle les fameux Campagnolo Delta du milieu des années 80.

La selle est une Prologo Nago Evo. Cintre en carbone (Control Tech) et potence (S1NEO) sont imposés pour une question d’intégration et de passages des gaines, La forme particulière sur le haut du cintre n’est pas toujours confortable. Si l’intégration des gaines peut s’avérer problématique pour une maintenance rapide, notons que d’autres solutions choisies pour le réglage de la position s’avèrent fiables et sans souci, comme les vis utilisées pour le serrage de cintre, de potence, ou encore celles qui concernent la tige de selle. Il n’a pas été fait le choix ici de vis ultra légères ou d’un tampon tangent fragile. Efficace et sans problème. Dans cette configuration, le 799 sans pédales s’affiche à 7,480 g en taille S, ce qui n’est pas particulièrement léger pour un vélo de plus de 6000 €, mais aucune concession n’a été faite à la rigidité.

Rigide et maniable

Cadre et roues fonctionnent de concert, sans aucun effet de cisaillement. Les premiers tours de roues montrent une rigidité latérale importante, grisante dans un premier temps, mais qui demande un peu d’expérience pour être maîtrisée par la suite. Elle implique de jouer souvent du dérailleur pour rester dans la bonne plage de cadence de pédalage, et ne pas venir buter sur l’inflexibilité du vélo et ne pas s’user prématurément. Bien que parfaitement prévisibles dans leurs réactions sur les changements de trajectoire ou avec le vent de côté, les roues font valoir un effet gyroscopique dont il faut tenir compte lors des changements d’appuis. Leur faible déformation associée à la rigidité du triangle arrière ne pose aucun problème au niveau du placement de l’étrier de frein arrière, dont les patins ne se voient pas léchés par la jante lors des fortes accélérations ou des passages en force.

En position assise, le 799 semble retransmettre l’intégralité des watts développés pour avancer. Mais se dresser sur les pédales et relancer est également facilité par la géométrie de la direction, et la fermeté du poste de pilotage, qui n’appelle aucune critique. Le vélo est à la fois sécurisant (on peut s’appuyer dessus et accélérer en force) et joueur, avec une partie avant vive et précise. Un régal dans les descentes. Les bosses courtes et raides sont facilement effacées en comptant sur le rendement du vélo, et les plus longues doivent être abordées en cadence pour conserver une bonne coordination. Difficile de compter rouler sur le couple avec ce type de vélo, on ne peut pas compter sur une quelconque déformation pour se remettre dans l’allure. Sur le plat, puisque c’est avant tout son terrain avec ces roues, le 799 permet de maintenir une belle vitesse de croisière, en profitant de son inertie. Il file droit, sans bruit de transmission ni frottement.

Le confort n’est pas son point fort, du moins si on roule en mode balade, bien que les boyaux adoucissent un petit peu les vibrations. Mais là n’est pas l’objectif. Le S1NEO 799 est un vélo de compétition, destiné à limiter au maximum les pertes de rendement et à permettre à son utilisateur de donner le meilleure de lui-même, sur une course traditionnelle, un triathlon de courte distance (sans drafting) ou même sur une cyclosportive, en optant pour des roues plus légères, moins hautes et peut-être un peu moins pointues à utiliser. Seuls les freins nécessitent un peu d’habitude pour être correctement exploités, car ils sont peu mordants en début de freinage, et demandent à être empoignés fermement avant d’espérer doser le ralentissement. Une machine pour coureur entrainé, qui ne se distingue pas uniquement par son esthétisme, sa finition et ses possibilités de personnalisation. Comme sur l’ensemble de la gamme, le prix est lui aussi bien étudié si on tient compte de l’équipement proposé. 

S1NEO 799  METAL SRAM RED

Les + : Rigidité, roues, personnalisation, coloris
Les – : Freinage, vélo typé course

Cadre : 799 Metal, carbone UD TH800HM

Fourche : 799 Metal, carbone UD TH800HM, 1 »1/2
Dérailleurs : Sram Red eTap
Poignées :
Sram Red eTap
Cassette : Sram Force 11/25 dents
Chaîne : Sram Red
Pédalier : Sram Red 52/36 dents
Freins : TRP Aero Direct Mount
Roues : Mavic Comète Pro Carbon SL T
Boyaux : Mavic Yksion Pro 700×25
Potence : S1NEO P799
Cintre : Control Tech C799 Aero Carbon
Tige de selle : SINEO T799 Carbon
Selle : Prologo Nago Evo
Poids : 7,480 kg en taille S sans pédales
5 tailles : XS, S, M, L, XL

Prix public : 6223 €

Options majorantes ou minorantes en fonction de la finition et des coloris, du choix des roues ou de certains composants. Personnalisation gratuite de la longueur des manivelles, de la potence, et du choix des développements.

Voir aussi : SINEO vers une production française

Contact : www.s1neo.com

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.