Test des roues Nova carbone 60 mm

La jeune marque française Nova propose des roues carbone à pneu ou à boyau, de 38 à 60 mm, à un prix défiant presque toute concurrence. Nous avons testé sur un mois le modèle le plus aérodynamique de la gamme, avec une hauteur de jante de 60 mm. Le rapport qualité-prix est excellent.

Créée par de jeunes ingénieurs français, la marque de roues Nova propose différents modèles dont les carbone 60 mm à pneu que nous avons testées. La gamme se compose de cinq modèles en carbone pour la route, un pour le cyclo-cross/gravel et un pour le VTT. Des roues hautes légères et rigides, dont les composants ont été sélectionnés en provenance d’Asie. Rien d’extraordinaire jusque là, surtout qu’en fouinant bien sur le net il est possible de s’équiper de roues carbone avec des composants dits « génériques » pour 500 € environ. La différence avec les modèles de grandes marques vendues jusqu’à 4 ou 6 fois plus chers se retrouve en termes de fiabilité (moyeux, jantes) et surtout au niveau de la qualité du rayonnage. Quant aux arguments aérodynamiques, même s’ils sont difficiles à démontrer, ils pèsent également dans la balance, quand les fabricants de générique se contentent de moules basiques pour les jantes. Dans le cas présent, il ne s’agit pas de roues dites « génériques » à proprement parler. Chez Nova, chaque élément est d’abord modélisé sur ordinateur, que ce soit pour l’aérodynamisme ou la résistance aux contraintes, avant d’être commandé auprès de fabricants spécialisés. Les créateurs de la marque montent ensuite leurs roues dans leur atelier près de Clermont-Ferrand. Les roues sont montées autour de jantes conformes aux normes européennes, avec une bande de freinage en Basalt, de moyeux avec un corps carbone avec une option pour des roulements céramiques, et des rayons à tirage droit.

Le poids de notre paire d’essai se limite en 60 mm à pneu à 1526 g, auquel il faut ajouter 38 g pour les fonds de jante. Compte tenu du profil, c’est du tout bon de ce côté-là. Et la valeur ajoutée justifie largement les 919 € demandés.

Composants sélectionnés

Les jantes sont en carbone Toray T700, avec une piste de freinage en Basalt (pour la longévité) et un vernis protecteur, de 23 mm de large (extérieur). La géométrie des moyeux a été étudiée pour une bonne répartition de la tension des rayons Pillar Xtra-Light profilés en acier (20 à l’avant, 24 à l’arrière). Le corps de cassette est au standard Shimano/Sram ou Campagnolo en 10 ou 11 vitesses. Question fiabilité, la marque recommande une pression de gonflage maxi à 8,5 bars, et un poids roulant maximum de 105 kg.

Rigides avant tout

Les roues Nova se montrent sur la route particulièrement rigides, ce qui les rend très efficaces à la relance. Nous avons pu le vérifier sur près de 2000 km de test, en alternant épisodiquement avec des roues basses en alu. Même après quelques centaines de km, elles ne semblent pas perdre de leur superbe à ce niveau-là comme cela peut être le cas avec des roues carbone peu onéreuses. En roulant au train, on ne note pas de flottement significatif, même sous de très fortes sollicitations. Il faut bien sûr bien régler les patins de frein, car il y a une très légère dérive qui peut voir la jante naviguer sur 2 mm au niveau de l’étrier, mais c’est insensible si on parle rendement. La prise au vent ne pose pas trop de problème, sauf sous de fortes rafales où il faut bien tenir la direction et anticiper les réactions du vélo. Avec un vent un peu soutenu (autour de 20-25 km/h), les Nova ne se montrent pas dangereuses, mais deviennent exigeantes. Elles rigidifient le vélo et le rendent difficilement maniable à partir de basses vitesses et quand on doit lutter contre un fort vent de 3/4 face. Mais c’est le lot de la plupart des roues avec une telle hauteur de jante.

La bande de freinage est censée limiter les montées en température, mais elle se révèle peu mordante sur le sec, tout en manquant d’efficacité sur le mouillé, du moins avec les patins fournis. Ces derniers ne sont pas très efficaces, et si le freinage s’améliore avec des patins Zipp pour jantes carbone, ils fondent très vite. Ce qui démontre en tout cas que la présence de Basalt pour la durabilité de cette partie sensible sur des jantes en carbone n’est pas anodin. C’est dans ce domaine que les roues Nova pêchent en premier lieu par rapport à des roues en carbone de haut de gamme. Le rapport entre la hauteur de jante, le poids et le prix est cependant excellent, surtout que les Nova semblent conserver longtemps leurs qualités.

NOVA CARBONE 60 MM

Les + : Poids, rigidité, qualité du montage, prix
Les – : Freinage

Rayons : Pillar XTra-Light Aero, 20 à l’avant, 24 à l’arrière, tirage droit
Moyeux : corps carbone, roulements en acier (option céramique pour 50 €)
Jantes : en carbone UD Toray T700, surface de freinage en Basalt
Poids : 1 526 g (paire avec fonds de jante, mais sans blocages rapides)
Livrées avec blocages rapides, patins de freins. Disponibles aussi en 38 et 50 mm.
Prix public : 919 €

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook, Instagram et Twitter

Un commentaire sur “Test des roues Nova carbone 60 mm”

  1. 23mm de large, c’est peu pour des roues aéro modernes. Les miennes font 27 de large et passent très bien dans le vent. Très grosse différence par rapport aux anciennes plus étroites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.