Test des roues Bike Ahead Biturbo RS

Surprenantes en tous points ! 

Les roues à bâtons existent depuis très longtemps, sur les BMX de la première heure évidemment mais aussi sur des vélos de route et en VTT avec des produits plutôt très pointus dès le siècle dernier. Mavic, Spin, Spinergy, Spengle sont les exemples les plus connus. L’effet de mode passé, les technologies évoluent et certains (rare) fabricants proposent encore leur vision de la roue à bâtons, avec des produits très sophistiqués. Bike Ahead incarne très bien cette nouvelle génération, mais quel résultat concret sur le terrain ?

Par Thomas Skubiszewski

Bike Ahead Composites a été créé en 2010 en Allemagne par Christian Gemperlein, renommée plus tard All Ahead Composites (conservant bien entendu en son sein la marque Bike Ahead ) pour s’ouvrir à d’autres marchés que le cyclisme. Ils conçoivent en effet des produits complexes en carbone pour l’aérospatiale, le sport automobile, la médecine et donc pour ce qui nous intéresse aujourd’hui, l’industrie du cycle. Bike Ahead propose ses propres produits mais peut apporter son expertise à d’autres acteurs du marché, ce qui est le cas des cadres de la marque suisse Stoll par exemple.
Tout est conçu et produit 100% à la main en Allemagne dans leur usine de Veitshöchheim où 17 employés travaillent.

Leur gamme se compose pour le moment (en 2018) de :
– Roues Full carbone à 6 rayons  (comme les biturboRS en test ici)
– Jantes en carbone pour roues à rayon
– 
Tiges de selles droites et avec déport
– Cintres  Vtt (THEflatbar, THEriser, THE Di2) et guidons route (THEracebar)
– Des composants spécifiques pour VAE , mais aussi des séries spéciales aux limites de poids supérieures ou pratiques engagées (AM, ED) = THEseries-E
– Des vêtements ou accessoires comme le plus léger adaptateur Centerlock (prévu pour février), valve Tubeless, sac de roue…

 

Ils maitrisent l’intégralité du process, de la R&D au prototypage, en passant par la production, la logistique et les tests. C’est assez rare que tout soit concentré sous le même toit, qui plus est dans un pays comme l’Allemagne avec des coûts salariaux importants par rapport à l’Asie.

Leurs productions utilisent des feuilles pre-preg carbone, cela veut dire que les fibres sont préalablement enduites et saturées de résine époxy. Le processus de fabrication autoclave permet ensuite de lier les molécules et durcir les formes définies par le moule avec une répartition homogène de la résine.

Les batteries de test sont pratiquées aussi dans les murs de All Ahead Composites avec des outils développés spécifiquement pour Bike Ahead afin de respecter leurs standards de résistance en torsion et face aux impacts. Ils travaillent à la certification de leurs produits avec les instituts allemands Zedler (Institute of Bicycle Technology and Security) basé à Ludwigsburg et le laboratoire EFBE à Waltrop. Il travaillent aussi tout au long de l’année avec des teams UCI, des équipes et coureurs évoluant en coupe d’Allemagne ou au niveau régional et testent bien entendu eux-mêmes leurs créations. Leur idée globale est de développer des pièces ultimes, légères et solides.

Test des Bike Ahead BiturboRS 29

Ce que l’on a entre les mains : une paire de roues VTT à 1,2 Kg, largeur interne de 27 mm entre crochets, entièrement en composite et construites autour de moyeux utilisant la mécanique Acros. Ensemble qualitatif et un poids record pour des 29 pouces de cette largeur ! Pour rappel, il y a peu, 25 mm était considéré comme une largeur de jante conséquente en VTT, ici avec 27 mm on est plus que confortable.

La construction est en rapport avec le prix, le niveau de finition est irréprochable. Il faut savoir que les produits Bike Ahead n’ont pas besoin de vernis pour cacher des irrégularités de surface, le procédé de fabrication (travail très méticuleux, technique de moulage, contrôle qualité…) de leurs produits permet d’obtenir une surface externe suffisamment lisse ne nécessitant pas de phase de finition additionnelle (ponçage etc.). La maitrise de l’époxy et du système de mise en œuvre sont un de leurs secrets industriels bien gardés.

Le montage des pneus se fait sans souci, ça claque et ça tient la pression. Logique, la surface interne des « cercles » est complètement lisse et dénuée de trous pour les écrous de rayons. Les roues sont visuellement impressionnantes avec ce mélange de high-tech à l’allemande et de néo rétro hérité des souvenirs de roues de BMX en plastique de notre enfance. Elles ne laissent pas indifférent et les réactions sont manichéennes : on aime ou on n’aime pas. Reste qu’elles attirent l’œil et relèguent les velléités de discrétion à un vœu pieux.

Un coureur XC Marathon m’écrivait «Avec ces roues impossible de rouler lentement» et il a bien raison ! Elles portent leur coût important comme un étendard et cela déteint automatiquement sur celui qui les roule. Avec des roues (très) chères et voyantes, la moindre des choses est d’être «bon», ou tout du moins meilleur que la moyenne. Bref, le mieux est de rentrer dans le vif du sujet, place au roulage ! A noter qu’un réglage/rattrapage du jeu est prévu sur chaque moyeu et que le corps de cassette émet un bruit bien présent sans pour autant être trop fort et gênant.

Dynamique :
Les premiers tours de roue ont été effectués en plein hiver sur sol mouillé, boueux à détrempé. Difficile d’avoir un avis précis dans ces conditions. Nous avons attendu de nombreux kilomètres et sorties avant d’avoir la chance de rouler sur terrain sec pour obtenir un réel ressenti. Rendement et réactivité au rendez-vous, ces roues sont forcément réactives et particulièrement vives lorsqu’on relance, ce n’est pas une surprise. Sans surprise mais pas sans plaisir, le rendement est bon à condition d’être en montage tubeless avec un ballon de pneu conséquent pour exploiter correctement ces roues hyperlight et rigides sans être pénalisé sur les surfaces difficiles. La monte pneumatique choisie pour ce test, une paire de Maxxis Ardent 29 x 2.25 sur un tout suspendu.

En ce qui concerne leur niveau de rigidité verticale et latérale justement :
La construction avec 6 «rayons» en carbone, dont la section en losange (à l’opposé des lames de feu les Spinergy) ne laisse pas supposer qu’il puisse y avoir une quelconque flexibilité verticale et laisse donc présager un inconfort notoire. La rigidité verticale et latérale est largement contrebalancée par un pneu qui travaille vraiment bien avec les 27 mm de largeur interne de jante, le ballon permet de trouver un feeling pneu plus précis, plus aiguisé, le comportement en termes de grip est très intéressant. Alors, raide et exigeant ? Pas tant que ça en fait… Est-on vraiment sur une rigidité verticale à même de générer de l’’inconfort ? A vrai dire la précision et le comportement des roues déporte la perception vers le pneu et oblige à affiner avec précision leur pression, leur taille tout autant que leur nature.

Le début du test a été teinté d’appréhensions. Des roues aussi légères entrainent une peur de casser, au fil du temps cela s’estompe pour disparaitre totalement tant elles sont rassurantes quant à leur solidité. Je ne leur ai rien épargné pour le moment et, par exemple en comparaison avec une paire de Light Bicycle 25 mm/Sapim Cx-Ray/Absolute Black à 1400g montées bien rigides, j’ai ressenti un contrôle supérieur de trajectoires, surtout sur des parties très rugueuses et du terrain cassant. 

Au fil des kilomètres, le comportement de cette paire de roues qui se place au millimètre fait oublier leur nature, leur style et au bout d’un certain temps on devient exigeant avec le pilotage, l’attention s’en déporte vers d’autres endroits et en conséquence on lâche les freins et la confiance entraine un pilotage généreux. Les roues vont là où on regarde, mais il faut en assumer les conséquences en maintenant son niveau de pilotage et sa concentration. En bref, une rigidité latérale au-dessus du lot qui permet de soigner les trajectoires. Cette rigidité constatée s’affirme d’ailleurs lorsque l’on repasse sur des roues plus classiques avec une différence réelle ressentie, un peu comme si on repassait sur une fourche à plongeurs 32 mm et axe de 9 mm après avoir roulé une 34 mm et axe de 15 mm !

Solidité, bruit et résonance :
Lors de la prise en main, nous avions indiqué à Bike Ahead notre programme d’utilisation (XC, XC Marathon, petits sentiers bien corsés du massif vosgien) et avions discuté avec eux du risque de casse, ils ont été confiants sur ce sujet Contrairement à ce qu’on pourrait lire ici ou là, les roues ne font pas un bruit de ventilateur pour les collègues qui roulent à coté, sauf peut-être à plus de 150 km/h sur une piste de KL pour faire tomber le record d’Eric Barone !  

Utilisées en grande partie durant la période hivernale, les roues n’ont pas été épargnées par les branches, pierres et les chocs ont parfois étés violents. Les BiturboRS ont vu plusieurs impacts qui auraient entrainé des pocs sur des cercles aluminium… Sur ces Bike Ahead, pas de marques pour le moment et aucune répercussion sur l’alignement ou le saut. La dureté de la surface UD des roues est exemplaire, plusieurs branches et pierres ont tapé les bâtons sans aucune conséquence. Le dévoilage des roues, de l’histoire ancienne ! Insensibilité à la prise de voile, impossible d’arracher une tête de rayon avec une branche par exemple, des avantages non négligeables et l’on roule plus serein.
En termes de longévité, 
les premières roues Biturbo étaient livrées avec une mécanique Tune tandis qu’elle est confiée aujourd’hui à la marque Acros dont la fiabilité des moyeux n’est plus à démontrer.

Autres considérations :
Vous attirerez les yeux des collègues vététistes (ça c’est important !) et roulez avec du matériel très différent. Autre détail qui peut avoir son importance, le nettoyage des roues est nettement plus simple et plus rapide.

En conclusion, ces Bike Ahead BiturboRS réunissent tous les critères importants à considérer lorsque l’on roule en XC sur des formats courts comme longs en étant légères, solides et rigides. Leur utilisation se fait sans arrières pensées, elles sont nerveuses mais pas aussi exigeantes que ce qu’elles pourraient laisser croire. Ces roues constituent une nouvelle frontière, qui permet de repousser le pilotage en termes d’appuis et de trajectoires téméraires dans le cassant, tout en bénéficiant de roues au rendement exceptionnel pour des courses XC et XC Marathon.

BIKE AHEAD BiturboRS

Les + : Poids, originalité/exotisme, compatibilité tous types d’axes, production locale
Les – : Prix exclusif

Construction : carbone, finition carbone unidirectionnel mat. Hauteur de jante 25 mm, largeur interne 27 mm. Compatible Tubeless Ready et Tube Type, jante à crochets. Aimant intégré sur un bâton. Fixation disque 6 trous. Stickers noirs ou blancs
Axes disponibles : blocages rapides, RWS 10 mm, 15 x 100 mm, Boost 15 x 110 mm, Cannondale Lefty, RockShox RS-1, 12 x 135/142/148 mm Boost, Cannondale FS-I
Corps cassette : standard Shimano ou SRAM XD
Poids constructeur : 1129g la paire 650B, 1189g en 29 pouces
Limite poids utilisateur : 95kg

Prix public : 3299 €

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook, Instagram et Twitter

Un commentaire sur “Test des roues Bike Ahead Biturbo RS”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *