Test des pédales Speedplay Zero et cales Aero Walkable

 

Grâce aux cales Aero Walkable (littéralement : « capable de marcher »), les pédales Speedplay Zero améliorent l’un de leur très rares points faibles. Ces cales rendent la marche à côté du vélo moins dangereuse, tout en offrant selon le fabricant un avantage aérodynamique. Notre verdict après 4000 km de test intensif, compétitions comprises.

Depuis de nombreuses années, les pédales Speedplay Zero n’ont pas évolué. Et pour cause, puisque le système présente de nombreux avantages : une paire de pédales légère (208 g la paire avec axe Inox, 164 g la paire avec axe titane), un enclenchement double face, et un réglage très important de l’écartement du pied par rapport à la manivelle ou de la liberté angulaire (de 0 à 15°, indépendamment pour chaque pied). Le poids de la paire de pédales est toutefois à considérer avec les cales. Celles-ci se fixent sur quatre trous de fixation. Il faut donc des chaussures adaptées, ou une fine plaque supplémentaire qui sert d’interface entre les fixations traditionnelles à trois trous et les quatre trous. Dans le cas de ce montage le plus courant, il faut donc rajouter aux pédales 68 g pour les cales (avec vis), 48 g pour l’interface (avec vis aussi), et désormais 20 g pour la protection Walkable.

Ce poids s’explique par le mécanisme de tension et de réglage qui se loge directement dans la cale. La tension d’enclenchement et de déclenchement n’est pas réglable, mais deux petites vis sur le côté des cales permet de régler précisément l’angulation de la liberté angulaire. Au moment de la sortie des pédales Speedplay Zero, celles-ci présentaient l’une des surfaces d’appui (constituée de la pédale pourtant minimaliste ET de la cale, car cette dernière enserre totalement la pédale) les plus importantes du marché. Ce n’est plus forcément tout à fait vrai de nos jours, face à Shimano et Look.

Des cales exposées… à l’origine

Comme le mécanisme est logé dans la cale, elle est relativement exposée à quelques dysfonctionnement, surtout en cas de marche sur des sols meubles. Des impuretés peuvent ainsi se glisser à l’intérieur. Sur des sols plus durs, ce sont les rebords en acier de la cale qui sont exposés, accélérant ainsi son usure, et rendant surtout la marche périlleuse. Pour le reste, en marchant très peu avec les chaussures équipées de cales, on note une usure peu prononcée du mécanisme. L’entretien de ce montage se limite d’ailleurs à un graissage régulier des pédales en utilisant une pompe à graisse spécifique que l’on glisse dans l’axe à travers un petit orifice prévu sur le côté extérieur, et à un petit coup d’huile fine de temps en temps sur le mécanisme de la cale. Les pédales en elles-mêmes sont assez solides, puisque nous avons dû par le passé remplacer des roulements, mais après près de 50 000 km d’utilisation.

Pour les cales, il faut compter entre 20 et 25 000 km. Mais tout dépend de l’utilisation. Les cales sont préservées si vous sortiez directement de votre garage à vélo. En cas d’une utilisation en compétition (avec des piétinements sur le parking, ou en allant chercher le dossard), ou lors de sorties avec de fréquents arrêts, elles s’usent plus vite. D’où la solution des nouvelles cales Aero Walkable, qui comprennent en fait une protection clipsable sur les cales, et qui les protège de l’abrasion tout en assurant très nettement la marche sur sol dur.

Pour les sols meubles, un cache supplémentaire vient se fixer pour protéger le mécanisme. L’étanchéité face aux salissures est parfaite, mais il ne faut évidemment pas oublier de retirer ce cache pour pouvoir enclencher la pédale.

Une marche plus sûre

Les cales Aero Walkable assurent la marche sur les sols durs, le carrelage ou le marbre par exemple. On ne risque plus de glisser et on gagne en stabilité. Sur le bitume, les graviers ou la terre battue, tout le tour des cales est protégé. Le caoutchouc de la protection est suffisamment souple pour assurer une certaine adhérence, et suffisamment dur pour résister à l’usure, du moins si on n’est pas trop regardant sur l’esthétique. Après 4000 km, il est bien marqué, mais sans perturber le fonctionnement des cales. La surface alvéolée, un peu à la manière de la surface des jantes Zipp, est prévue pour améliorer l’aérodynamisme, un point que nous ne pouvons bien entendu pas vérifier sur le terrain.

Pédales faciles à utiliser

Si les nouveaux utilisateurs peuvent avoir un peu de mal à prendre l’habitude d’enclencher les pédales, l’utilisation des Speedplay Zero reste assez facile, grâce à la double face d’enclenchement. Plutôt que de chercher l’avant de la pédale avant d’appuyer sur le talon, comme avec des Look ou des Shimano, il faut ici appuyer bien à plat, une fois que le centre de la cale est placé au dessus de la pédale. Le ressort de la cale peut être un petit peu dur lors des premières utilisations, mais il se rôde rapidement. Pour déchausser, une simple rotation du talon vers l’extérieur, au-delà de la butée qui sert préalablement à déterminer la liberté angulaire, suffit. En termes de sensations, les Speedplay font corps avec les semelles des chaussures, surtout en tirant sur les pédales. Le pédalage est assez rond, plutôt près de l’axe, mais à la condition de ne pas utiliser l’interface trois trous vers quatre trous.

A gauche, des chaussures Sidi avec trois trous et un adaptateur Speedplay, à droite des chaussures Sidi avec une semelle directement prévue pour Speedplay.

La surface d’appui semble toutefois moins importante que sur des pédales Shimano, surtout sur l’extérieur, ce qui peut être sensible en danseuse. La liberté angulaire est très fluide, sans aucune résistance du ressort de la cale. Cette liberté est « centrale », c’est-à-dire que l’avant et l’arrière du pied pivotent autour du milieu de la pédale, contrairement à des Look, où seul le talon bouge.

Avec les cales Aero Walkable, les Speedplay Inox comblent leur défaut majeur, et permettent désormais de marcher avec assurance à côté du vélo. Leur légèreté, leur simplicité, leur résistance et leurs possibilités de réglages sont toujours à l’ordre du jour, même si elles semblent aujourd’hui supplanté au niveau de la surface d’appui par certains modèles concurrents. Elles conservent néanmoins la préférence de nombreux coureurs et cyclosportifs.

SPEEDPLAY ZERO INOX ET CALES AERO WALKABLE

 

Les + : simplicité du système, protection nouvelle des cales
Les – : poids des cales 

Pédales Zero : disponibles avec axe CrMo (215 g), axe Inox (208 g) et axe titane (164 g).
Couleurs : Pro White, Black, Red, Silver, True Blue, Team Green ou Celeste.
Cales Aero Walkable : disponibles en jaune, vert, rouge. (100 g par paire pour les quatre trous, 138 g par paire pour les trois trous)

 

Prix  : 74,90 € (cales seules) ; 154,90 € (pédales Zero CrMo et cales Walkable) ; 209 € (pédales Zero Inox et cales Walkable) ; 389 € (pédales Zero titane et cales Walkable)

Contact : www.dagg.fr

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

6 commentaires sur “Test des pédales Speedplay Zero et cales Aero Walkable”

  1. bonjour

    franchement que trouvez vous a ces pédales ?!?! c’est certainement le plus mauvais achat que j’ai jamais fait. vous dites qu’elles peuvent être un peux dure au début ??? j’ai bien failli casser une manivelle pour les enclencher a savoir debout sur la pédale et rien a faire et je pèse 89KG. pour les déclencher une seule solution enlever la chaussure et tirer a deux main dessus toujours au risque de casser quelque chose. donc n’étant pas suicidaire j’ai remis mes shimano dura ace. voila comment perdre plus de 100 €
    merci speedplay

    1. A la fin de cette année 2018 mes pédales Speedplay auront 37500km, sans aucun souci. J’ai eu des Look (plusieurs générations), des Time (fragiles). Les pédales Speedplay sont meilleures en tous points, plus efficaces au pédalage.
      Oui les premiers enclenchements / déclenchements sont difficiles, ensuite que du plaisir. (je pèse 60kg)
      Merci Speedplay pour ces excellentes pédales !! (144g la paire avec axes titane, plaquettes et vis titane)

    2. Bonjour,
      Il faut utiliser et la notice d’installation et de réglage de la dureté = les deux vis sur le coté. Personnellement, depuis 2012, j’utilise ces pédales Speedplay, je n’ai jamais eu de soucis, j’ai commencé le vélo en 2010, suite à un accident, donc rééducation et ce qui s’en suit, et à l’age de 43 ans. Les essayer, c’est les adopter. Que l’on soit léger ou lourd, là n’est pas la question. dur au début, comme toute nouvelle chose, ensuite elles se font oublier.

  2. j’ai eu le même problème pour en arriver à la même conclusion en retour sur mes bonnes vielles pédales dura ace. Speedplay à fuir…

  3. Serge
    Bonjour,
    Suite à un problème aux genoux en 2011 j’ai adopté les Speedplay et franchement je n’en changerait plus.
    Pourtant des pédales j’en ai connu ( Depuis la première pédale Look automatique ) j’ai bientôt 60 ans et je roule depuis 1980
    Pour informations je n’ai pas particulièrement fait d’entretien ( graissage des pédales ) et seulement après 50000 bornes un roulement a commencé à rendre l’âme.
    Je ne comprends pas les personnes qui disent quelles sont très difficiles à enclencher, au début il faut prendre l’habitude et après Nickel à moins que le ressort n’est était monté à l’envers car il y a un sens ( chanfrein vers le bas )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.