Test des gants Five XC-R et XC-R Replica

Un nouvel acteur français

La marque avignonnaise Five, reconnue internationalement pour ses gants moto, a lancé à l’automne 2018 sa toute première gamme de gants pour le vélo. Découverte lors du Roc d’Azur et rencontre avec son chef produit, un certain Xavier Redois que les fans de BMX ne peuvent pas ne pas connaître ! Test de deux paires dédiées au XC.

Five s’est imposé comme le leader d’opinion du gant moto à travers le monde et se lance aujourd’hui à l’assaut du marché du vélo. Implantée sur les cinq continents et distribuée dans plus de 50 pays à ce jour en moto, la marque revendique clairement son statut de spécialiste du gant (Five ne fait que des gants et rien d’autre) et l’étend désormais au deux roues non motorisé.

La main est un élément du corps humain à la fois complexe, précieux, sensible et exposé aux petits bobos comme aux blessures sérieuses. À vélo comme à moto, le gant n’a rien d’accessoire, c’est le lien entre le pilote et sa machine. Il se doit d’être suffisamment protecteur (contre les ampoules ou en cas de chute) et confortable tout en offrant une parfaite sensibilité et un contrôle optimal des commandes. Près de 15 années d’expérience au plus haut niveau de la compétition moto ont apporté à Five une véritable maîtrise des contraintes techniques, tant en termes de pilotage d’un deux roues à haute vitesse que de réduction des risques de blessure de la main. Et cette maitrise, ils la transposent au vélo, domaine où certes on pédale avec ses jambes mais la précision et la finesse de pilotage s’expriment… au guidon !

Cette première collection Five Bicycles compte 12 modèles (3 route et 9 VTT), chacun étant développé pour une pratique spécifique (Route, XC, All Mountain, Enduro, DH et BMX) tout en offrant une certaine polyvalence permettant d’élargir leur domaine d’utilisation. Pour réaliser ce test grandeur nature, principalement sur du format XC Marathon, notre choix s’est porté sur 2 modèles : le XC-R Replica et le XC-R, des gants longs pour une protection optimale, portés à l’entrainement et en course lors de l’épreuve à étapes néo-zélandaise « The Pioneer ».

Le XC-R Replica est léger, 47 grammes vérifiés pour la paire. La respirabilité est très bonne. Le dessous des doigts (en contacts avec les commandes) ainsi que les paumes sont dans un tissu plus résistant et antidérapant. Au centre de la paume, un empiècement mesh micro perforé assure aussi une bonne respirabilité à cet endroit et permet d’évacuer la transpiration. La zone du pouce est recouverte avec un tissu éponge pour permettre d’essuyer la transpiration du visage. Au niveau de la jonction avec le poignet, un insert en gel de 2 mm est présent pour protéger le cubitus. La déco jaune fluo/grise/noire est agréable mais il faut savoir que pas moins de 7 coloris sont proposés autour d’une gamme de couleurs utilisant le bleu, le blanc, le gris, le noir, le jaune et le rouge.

Les XC-R sont un peu plus lourds avec 57 grammes vérifiés. La différence avec les XC-R Replica se situe sur le dessus de la main avec un duo de tissu alvéolé plus épais associé à un mesh respirant sur le dessus, la protection supérieure est donc meilleure mais en contrepartie les XC-R sont plus chauds et nous avons pu les porter et rouler même par des températures comprises entre 5 et 10°C durant cet hiver 2018/19 particulièrement doux. Des coloris différents (au nombre de 6) et un peu plus «classe» pour le XC-R.

Concernant les longues étapes XC Marathon en Nouvelle Zélande, ces 2 paires de gants dans nos bagages nous auront été bien utiles. Avec 2 premiers jours bien frais, les XC-R auront été nos alliés contre la fraicheur et l’humidité. Avec de bons grips silicone, et malgré des étapes de plus de 5 heures, aucune mauvaise sensation de fourmis dans les mains ou d’engourdissement. Nous avions par le passé eu de mauvaises expériences sur l’Absa Cape Epic avec des gants d’une grande marque vélo, bourrés de protection au niveau de la paume, qui créaient finalement des points de compression et donc des engourdissements après quelques heures de selle. Aucun souci de ce type avec ces Five, l’épaisseur de la paume est relativement minimaliste mais remplit son rôle parfaitement.

En termes de compatibilité appareils électroniques à écran tactile, ça fonctionne même si les XC-R et XC-R Replica n’ont pas de zone conductrice spécifique mais si vous ajoutez une protection supplémentaire sur votre appareil c’est un peu plus compliqué, cependant comme avec bon nombre de gants. Dans ce cas de figure, mettez en premier lieu votre téléphone en mode avion et partez rouler sans vous soucier d’être joignable, vous ferez un meilleur break et profiterez vraiment de votre sortie !

En conclusion, voici des gants intéressants venant d’une société ultra spécialisée dans le domaine, alors foncez car pour à peine plus de 30 Euros, ils assurent très bien leurs fonctions sur les sorties VTT de différente nature.

FIVE XC-R REPLICA

Les + : Poids, conception, grand choix de coloris
Les – : RAS

Construction : Manchon poignet en Lycra + bande Velcro. Paume AX Suede et micro-mesh + insert gel 2 mm et marquage silicone agrippant, dessus en mesh, pouce Microwipe.
5 tailles : XS à XL
Nombre de coloris : 7

Poids  : 47 g
Prix public : 32,90 €

FIVE XC-R 

Les + : Look, conception
Les – : RAS

Construction : Manchon poignet en Lycra + bande Velcro. Paume AX Suede et micro-mesh + insert gel 2 mm et marquage silicone agrippant, dessus en AirMesh 3D, pouce Microwipe.
5 tailles : XS à XL
Nombre de coloris : 6

Poids  : 57 g
Prix public : 34,90 €

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VELOCHANNEL.COM sur Facebook, Twitter et Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.