Test des chaussures Giro Trans Boa

Les Trans Boa sont des chaussures de milieu de gamme chez Giro, une marque d’abord réputée pour ses casques. Avec leur semelle carbone et leur serrage avec une molette Boa, elles offrent des caractéristiques intéressantes même si nettement en deçà des chaussures à un prix presque deux fois supérieur.

À 440 g la paire en pointure 40, les Giro Trans Boa sont relativement légères, malgré une construction assez classique. Si elles combinent une bonne semelle carbone Easton EC70 (les modèles haut de gamme de la marque utilisent la Easton EC90 plus rigide) et un maintien supérieur de la tige par une molette Boa L6, on trouve une empeigne en cuir synthétique croisée avec des parties en mailles assez fines, en plus d’une languette légèrement matelassé et d’une large bande velcro sur l’avant.

Quand on observe la chaussure, on voit bien que ce sont les parties en cuir synthétiques soigneusement superposées et cousues qui apportent l’armature nécessaire au maintien du pied. Ceci pour faire face à l’extrême finesse du tissu maillé disposé pour assurer une bonne aération, et qui lui n’apporte aucun soutien.

Une bonne semelle

La semelle carbone fait preuve d’une bonne rigidité, et se montre peu cambrée, ce qui offre la sensation de pédaler « à plat ». Elle est graduée, ce qui facilite le placement des cales, mais peu large ce qui peut conduire certains systèmes à déborder légèrement sur les côtés.

Une seule entrée d’air assure un peu de ventilation, alors que la talonnette de marche est remplaçable. À l’inverse, la semelle intérieure est basique et n’apporte pratiquement pas de soutien de la voûte plantaire, contrairement à celle des Empire SLX déjà testées.

Serrage moderne

Du côté du serrage, on trouve donc une bande velcro assez large sur l’avant du pied (dont l’action est ici bien sensible) et une molette Boa L6 qui actionne un fil en Nylon d’abord sur le milieu du pied, puis près du cou-de-pied.

Le Boa L6 assure un serrage micrométrique, mais pour desserrer il faut d’abord libérer tout le système d’un coup. Le fil Nylon reste guidé sur le haut par une petite encoche en haut de la languette, alors que le pied est protégé par une languette rembourrée. Malheureusement, lors d’un fort serrage, la partie supérieure n’est pas suffisamment protégée et peut venir appuyer sur le gros tendon fléchisseur de la cheville (tendon du muscle tibial antérieur).

Chaussant moelleux

On remarque avec surprise qu’il n’y a pratiquement aucune couture susceptible de provoquer des points de pression à l’intérieur du chaussant. Un très bon point ! L’intérieur du talon est bien rembourré, ce qui rend le contact avec le pied assez agréable et sans glissement grâce au matériau employé.

Extérieurement, le talon est seulement légèrement renforcé, mais reste assez libre. Ainsi, les Trans Boa se montrent assez rigides longitudinalement, mais assez souples latéralement, avec des pieds qui restent relativement libres en termes de guidage lors du cycle du pédalage.

D’abord le confort

Finalement, c’est le confort qui bénéficie de cette relative souplesse, ainsi que d’un accueil du pied bien moelleux. On apprécie la rigidité de la semelle, qui n’est certes pas extrême, mais largement suffisante pour la plupart des efforts et des gabarits.

L’échauffement est peu sensible, même sous forte chaleur, grâce aux parties en mailles, bien placées et vraiment très fines (on voir à travers). Sous l’orage, l’eau est bien évacuée sur l’avant, mais par contre toute la partie qui entoure la cheville retient l’humidité et on peut ressentir le besoin de resserrer nettement les chaussures.

À ce moment-là le câble en Nylon se révèle désagréable au niveau du cou-de-pied. Les Giro Trans Boa sont des chaussures confortables mais qu’il ne faut pas avoir besoin de trop serrer. L’emplacement des empiècements maillés au niveau du milieu du pied sur les côtés implique un manque de maintien quand on est habitué à tirer sur les pédales autant qu’à les pousser. Contrairement à la plupart des chaussures de la gamme Giro, les Trans Boa s’adressent donc plutôt à ceux qui ont le pied assez fort et avec une voûte plantaire peu marquée. Le prix est à la hauteur des performances, et nous semble justifié par rapport à de petits détails qui les distinguent des chaussures de haut de gamme.

GIRO TRANS BOA

Les + : Confort, semelles carbone, serrage Boa, respirabilité
Les – : Manque de maintien latéral, câble Nylon mal placé sur le haut

Pointures : 40 à 48

Construction :

  • Empeigne perforée et respirante
  • Inserts Mesh
  • Système de serrage Boa L6
  • Semelle extérieur Easton EC70 carbon composite
  • Talonnette remplaçable.

Poids : 220 g en taille 40

Prix public : 199,95 €

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.