Test des chaussures Fizik Aria R3

Positionnées en deuxième niveau de gamme chez Fizik, les Aria R3 misent sur le confort et la finition, avec un système de fermeture innovant et (presque) adapté à tous les pieds. Verdict sur la route.

Fizik est une marque relativement jeune, seulement créée en 1996, et qui s’est rapidement imposée grâce à la qualité de ses produits, en termes de finition notamment. D’abord reconnue pour ses selles, la marque italienne s’est aussi lancée dans la conception de chaussures en 2010, avec une gamme en constante évolution.

Les Aria R3 viennent aujourd’hui en deuxième position au sein de celle-ci, juste derrière les Infinito R1, utilisées par des coureurs professionnels et notamment toute l’équipe Movistar (Valverde, Quintana, Landa, Soler…). Esthétiquement, l’air de famille est évident, surtout avec le système de fermeture enveloppant, et le serrage avec deux molettes Boa IP1. La tige associe un mélange de noir brillant et de blanc mat du plus bel effet. Elles sont aussi disponibles en noir/rose fluo/jaune fluo, en noir/jaune fluo, en noir/rouge, et toutes noires.

Du côté des molettes Boa, elles permettent un ajustement cran par cran très précis, dans un sens ou dans l’autre. Pour libérer le pied, il suffit de tirer la molette vers l’extérieur pour déverrouiller complètement le système. La plus haute resserre la tige sur le cou-de-pied, alors que la seconde est reliée à un fil en nylon recouvert d’acier en zigzag vers des guides installés de part et d’autre de l’enveloppe, pour un serrage uniforme, et sans languette.

La tige en Microtex léger de 1,2 mm d’épaisseur est souple et perforée au laser, afin d’assurer le maximum de confort et d’aération. Du côté de la semelle, on trouve du carbone UD, avec deux entrées d’air sur l’avant, et une sortie au niveau du talon.

Une talonnette remplaçable en matière plastique amène de la stabilité lors de la marche. Concernant le maintien du pied dans la chaussure, on remarque des petits picots en silicone à l’intérieur du talon, pour éviter que le pied glisse pendant l’effort.

Cette partie autour de l’encolure du pied est particulièrement agréable car elle elle est relativement souple, tout en étant rembourrée à l’intérieur. Dans le reste de la chaussure, il n’y a aucune couture. C’est un avantage pour éviter les points de pression.

Sans être très élaborée, la semelle interne est tout de même largement supérieure à ce qui se fait habituellement sur les chaussures de série. Si on note l’absence de soutien de la voûte plantaire, on remarque un talon en forme de cuvette et un peu plus rigide que le reste de la semelle. Et sous l’emplacement dédié aux métatarses, un petit renfort moelleux adoucit le contact de ceux-ci avec la semelle carbone.

La finition des Aria R3 est vraiment superbe, comme on peut le constater à la jonction de tous les différents matériaux entre eux. Aucune trace de colle n’est par exemple visible entre la tige et la semelle, et les chaussures s’entretiennent aisément ce qui laisse présager d’une bonne durée de vie.

Les Aria R3 ne sont compatibles qu’avec les systèmes de fixation 3 points, et les trous sont placés plutôt vers l’avant, par exemple 6 mm plus près de la pointe de la chaussure que des Specialized S-Works 6 pour une même pointure. Nous avons mesuré une distance entre le pied et la cale de 2 mm supérieure, et une cambrure légèrement inférieure de 4 mm au niveau du talon. Dommage qu’au niveau de la fixation des cales, la surface ne soit pas abrasive pour faciliter leur placement et leur maintien au moment du serrage. En termes de poids, les Aria R3 en pointure 39 affichent 246 g l’unité.

Serrage efficace

Sur la route, c’est l’absence de soutien de la voûte plantaire de la semelle intérieure et un manque de rigidité de la tige au niveau de l’intérieur du pied qui frappe en premier. Si le pied se glisse aisément dans la chaussure, on sent rapidement un serrage enveloppant et confortable. Cependant, si on ne serre pas fermement, l’intérieur du pied a tendance à s’écraser lors du pédalage, ce qui au final procure une sensation de souplesse de la chaussure. Appliquer un serrage plus ferme lie progressivement la tige à la semelle, et rigidifie la connexion entre le pied et la pédale.

La partie haute de la tige, qui remonte vers le cou-de-pied n’est pas blessante, et verrouille bien le talon. Sur l’avant, la forme de la partie dévolue aux orteils est suffisamment large pour que ceux-ci trouvent leur place sans contrainte. Dans ces conditions, la rigidité de la semelle carbone apparait bien suffisante pour retransmettre l’effort. Il ne s’agit pas des semelles les plus rigides du marché, mais difficile dans des conditions normales de les prendre en défaut.

Le problème peut en revanche venir du système de fermeture de type enveloppe, que l’on retrouve sur de nombreux modèles de bon niveau de gamme, et censé offrir une adaptabilité à des formes de pieds différentes. En réalité, on dispose effectivement de plus de marge de manoeuvre en fonction de la largeur du pied, mais cela finit par occasionner une légère déformation de la tige aux abords des molettes de serrage, qui forme des plis.

Ces plis coupent rapidement la circulation sanguine sur le dessus du pied, et rendent les chaussures inconfortables. Attention, car nous avons des pieds très fins, qui seraient plus à l’aise avec des chaussures avec une coupe étroite. Mais disons que nous atteignons là les limites d’une paire de chaussures universelle.

Bilan

Vendues à un prix de 275 €, les Fizik Aria R3 présentent peu de différences avec les Infinito R1 plus haut de gamme. La rigidité de la semelle est suffisante pour la plupart des gabarits, et le système de fermeture bien étudié. La finition est de plus vraiment de très bon niveau. Comme elles ne sont disponibles qu’avec une largeur standard, ceux qui ont les pieds très fins peuvent cependant y trouver des limites en termes de confort, car obtenir un bon maintien peut occasionner des plis sur la tige, susceptibles d’être rapidement inconfortables. Les pieds plus larges seront en revanche mieux lotis. Nous apprécions également la gamme de couleurs disponible.

FIZIK ARIA R3

Les + : Finition, coloris, système de serrage, aération
Les – : Une seule largeur

Empeigne : Microtex 1,2 mm perforé au laser
Semelle extérieure : carbone UD, fixation trois points
Serrage : double cadre Boa IP1-B
Poids : 246 g en 39
Pointures disponibles : du 37 au 47 en demi-pointures, 48 
Prix public : 275 €

Contact : www.fizik.com

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook, Instagram et Twitter

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.