Test des bocadillos Lucho Dillitos !

Dans la pléthore de barres énergétiques et pâtes de fruits disponibles sur le marché, certains produits se distinguent par une composition totalement différente des formules classiques renfermant de multiples ingrédients pour obtenir un résultat optimisé pour la performance. Les Lucho Dillitos, radicalement à l’opposé des standards, étonnent pour plusieurs raisons ! 

Les barres énergétiques habituelles comblent les besoins lors d’efforts soutenus mais ne sont pas toujours au goût de tous pour plusieurs raisons. Pas toujours très bonnes ni très pratiques à manger, composition trop complexe ou trop chimique… Quant aux pâtes de fruits, c’est un peu pareil avec en général 50% de purée de fruits et le reste en divers ingrédients tels que antioxydant, sucre, glucose, gélifiant, etc…
Les Lucho Dillitos s’affichent sur des bases plus simples, plus claires et plus saines avec 85% de fruit et 15% de sucre. Mais ce n’est pas tout…

De la pure colombienne

La marque revendique 100% d’énergie naturelle pour sa pâte de fruits, c’est de la pure, crée et fabriquée en Colombie, mais on est ici à l’opposé avec un produit exempt de toute substance toxique. Le bocadillo est une confiserie traditionnelle locale, utilisée par exemple par les grimpeurs colombiens dès le siècle dernier. Sa particularité, une fabrication à base de pâte de goyave et un emballage en feuille d’arbre.

Ces Lucho Dillitos perpétuent la tradition et sont utilisés dans de nombreux sports différents dont le cyclisme évidement. Chaque portion soigneusement emballée dans un morceau de feuille sèche de palmier se présente sous la forme d’un carré de 4,5 cm de côté pour 1,5 cm d’épaisseur composé de 75% de goyave, 15% de sucre et 10% de second fruit (framboise, café ou goyave pour la classique). Aucun additif ni conservateur ou autre élément ne vient s’ajouter à la recette originale.

Et la simplicité a du bon puisque lorsque l’on ouvre cet emballage naturel et compostable que l’on peut abandonner dans la nature sans scrupules, on découvre une texture ferme très pratique à prendre en main durant l’effort, qui ne colle pas et ne ramollit pas sous l’effet de la chaleur (testé jusqu’à 30 degrés dans la poche du maillot). La préhension est nettement supérieure à toute pâte de fruit du marché, quelle que soit la température extérieure. On est plus proche en apparence d’un produit type barre, davantage adaptée aux pratiques sportives « agitées ». La portion est imposante, 2 bouchées seront mieux qu’une mais on peut en course prendre le carré en une fois. Si l’apparence est dure, la pâte est tendre et ne s’effrite lorsque l’on croque dedans.

Une fois en bouche, autre point positif, pas de mastication prolongée et difficile puisque le produit fond en mâchant très légèrement et tranquillement. Aucune sensation de saturation, on gère facilement la déglutition. La saveur est excellente (goyave et framboise pour nos échantillons testés), un gout sucré mais qui ne se montre pas imposant, le fruit se fait bien sentir. Evidement, sur des formats longues distances, l’injection de plusieurs bocadillos va bien souvent saturer le coureur qui a comme toujours besoin de salé ou de neutre à certains moments, l’histoire du bocadillo raconte d’ailleurs que les cyclistes colombiens ont pour habitude de prendre 1 à 2 carrés dans leurs poches pas plus pour effectuer une sortie. Et c’est ainsi que nous les avons utilisés, les 40g de chaque portion permettant de subvenir largement à chaque bon besoin ressenti.

En ce qui concerne le conditionnement, la feuille de palmier est moins résistante qu’un emballage plastique habituel. Un transport répété dans la poche du maillot, si on ne consomme pas le produit durant plusieurs sorties, aura pour conséquence de voir les coins s’ouvrir pouvant laisser la transpiration atteindre l’aliment. Cependant, le Lucho Dillitos est tellement succulent que l’on ne résiste pas bien longtemps à le sortir pour le déguster sur le vélo ! Pour accéder au produit, les 2 mains seront bien utiles pour le déballer rapidement même s’il reste possible de se débrouiller avec une seule des deux et la bouche.

En résumé

Une barre/pâte originale et pratique, parfaitement adaptée au cyclisme si l’on aime le goût du fruit. A tester au moins une fois pour s’en convaincre, les amateurs de produits 100% naturels apprécieront. Le bocadillo a une histoire et est quelque part une forme d’AOC, comme un Banon protégé par sa feuille de châtaignier, la séquence dégustation sur le vélo vous est garantie !
Une quarantaine de points de vente en France, c’est peu pour le moment mais il est possible d’en acquérir directement en ligne via le site français dédié. 

LUCHO DILLITOS

Les + : Présentation/conditionnement, saveur, facilité d’emploi
Les – : Choix limité des parfums

Présentation : Pâte de fruits sèche, emballage naturel feuille de palmier
3 parfums :
 Goyave, goyave/framboise, goyave/café
Poids : 40 g
Valeurs nutritionnelles par barre : 88 Kcal, 22.4g glucides, 0.016g sel, 32mg vitamine C, 40mg calcium, 0.92mg fer. 0% de matière grasse, protéines et fibres.

Prix public :
 1,90 € le bocadillo de 40g

 

> Autres essais : www.velochannel.com/Essais
> Suivez VeloChannel sur Facebook et Twitter

Un commentaire sur “Test des bocadillos Lucho Dillitos !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.